Catégories
Françoise Sagan

Troisième chapitre: Françoise Sagan et sa scolarité

PETITE HISTOIRE DE L’ENFANCE ET DE L’ADOLESCENCE DE FRANÇOISE SAGAN A SAINT-MARCELLIN

Pierre Quoirez et sa famille sont arrivés à Saint-Marcellin au début du second semestre 1940 (cf précédemment). Rapidement, le chef de famille a trouvé à louer une vaste villa, la Fusilière, située en pied de coteau à quelques centaines de mètres du centre ville. Nous reparlerons de La Fusilière.

Cependant, dès la rentrée de septembre, Pierre Quoirez a logé sa famille dans un vaste appartement du Cours Morand, à Lyon où ont été scolarisés les enfants. Le cours Morand a été rebaptisé cours Franklin Roosevelt voici près de soixante-dix ans. La maison de La Fusilière avait, pour sa part, vocation d’offrir un toit quotidien à Pierre Quoirez après ses journées de directeur des usines de la FAE et d’accueillir la famille pendant les fins de semaine et les vacances.

Carte Postale Ancienne – Cours Morand à Lyon

Aborder la question de la scolarité de Françoise Sagan, c’est se lancer dans une aventure. Les sources ne sont pas très nombreuses. Les biographes qui s’y sont risqués (Lamy, Delassein, Louvrier) ne racontent pas deux parcours qui soient identiques. Les différentes écoles et institutions que cette élève a fréquentées ne se présentent jamais dans un même ordre, leur chronologie diffère et la correspondance entre âge de Françoise et année scolaire est souvent sujette à caution. Françoise Sagan elle-même ajoute à la confusion dans certaines de ses déclarations. Ainsi lorsqu’elle raconte à son interviewer, dans « Je ne renie rien », qu’elle est entrée à l’Ecole Louise-de-Bettignies, à Paris, en 8° ou en 9°, cela est parfaitement improbable !

Partant du principe que l’entrée en 9ème (ce qui correspond au Cours Préparatoire) se fait généralement vers l’âge de 7 ans et que l’entrée en 8ème (Cours Moyen 1ère année) se fait vers l’âge de 8 ans, cela nous amène à la voir entrer dans cette école entre 1942 et 1944, années pendant lesquelles Françoise Sagan vivait entre Lyon et Saint-Marcellin, guerre de 1939-1945 oblige.

1940 – Françoise Sagan – Collection privée – Tous droits réservés

D’autres obstacles rendent les recherches particulièrement difficiles. Les écoles et institutions privées dont nous allons dresser un inventaire et dans lesquelles Françoise Sagan a été scolarisée n’ont pas d’archives vieilles de près de 75 ans. Les associations d’anciennes élèves sont trop récentes pour traiter de cette période. Par ailleurs, Françoise Sagan a eu une scolarité un peu agitée ce qui a contraint sa famille à la changer assez fréquemment d’établissement. Les structures qui ont exclu Françoise Sagan en cours de scolarité ne s’en vantent pas aujourd’hui ! Et, dernier contretemps, ces écoles souvent religieuses n’ont pas le réflexe d’utiliser les noms de leurs anciennes élèves pour favoriser leur promotion, surtout si celles-ci sont affublées d’une réputation sulfureuse !

Entre octobre 1940 et l’été 1945, Françoise Sagan a été scolarisée en école élémentaire privée, l’école Saint-Nizier – Tour Pitrat, une école appartenant aux Lazaristes et située au cœur de la Presqu’île lyonnaise. Elle en garde un souvenir « délicieux » : « il y avait tout le temps des alertes, alors on nous ramenait tout le temps chez nous. On travaillait peu. On chantait comme tout le monde « Maréchal, nous voilà, devant toi le sauveur de la France… ». Il n’y avait pas moyen d’y couper. On nous distribuait des biscuits vitaminés et des petits chocolats roses. » (1). « Maréchal, nous voilà », était l’hymne pétainiste coexistant avec la « Marseillaise » dans la zone sud dès 1941..

A dater de l’automne 1945, Françoise Sagan et sa famille rejoignent leur appartement parisien du 167 boulevard Malesherbes, dans le 17ème arrondissement. Seul, Pierre Quoirez reste à Saint-Marcellin. C’est l’occasion pour Françoise de faire son entrée en classe de sixième au sein du Cours Louise-de-Bettignies, une école tenue par des religieuses ursulines située dans le même arrondissement, à moins de deux cents mètres de chez elle , « l’école en face », comme elle dit (2). Elle restera dans cette école jusqu’au printemps 1949, quelques trois mois avant la fin de l’année scolaire. Elle est alors exclue de l’école ! Laissons-là raconter elle-même les causes de cette exclusion. « J’avais pendu un buste de Molière par le cou avec une ficelle à une porte parce que nous avions eu un cours particulièrement ennuyeux sur lui ». (3)

1941 – Françoise Sagan et son frère Jacques -Collection privée – Tous droits réservés

Cette exclusion met fin à la seconde période de la scolarité de Françoise Sagan et ouvre une phase moins calme. Pendant les trois derniers mois de l’année scolaire 1948-1949, classe de troisième, Françoise, âgée de quatorze ans, n’informe pas ses parents de cette exclusion, ayant réussi à subtiliser l’avis de renvoi. Levée à l’heure le matin, équipée de son cartable, elle part à la découverte de Paris à pied ou en autobus. Bien évidemment, à la rentrée de septembre 1949, la vérité est apparue.

Les écoles se succèdent. Geneviève Moll (4) parle du Cours des Champs-Elysées : elle est la seule et ce Cours n’a laissé aucune trace ! En septembre 1949, Pierre Quoirez réussit à placer sa fille au « Couvent des Oiseaux » d’où elle ne tarde pas à être invitée à partir « en raison d’un manque de haute spiritualité » caractérisé notamment par la déclamation de textes de Jacques Prévert « Notre père qui êtes aux cieux, restez-y et nous, nous resterons sur la terre qui est si jolie »(5). Ce fut ensuite un retour en Dauphiné, Pierre Quoirez souhaitant probablement reprendre quelque peu la main sur l’éducation de sa fille. Pendant trois mois, c’est le « Sacré-Coeur de Bois-Fleury », à La Tronche qui héberge Françoise. Cette école existe toujours sous le nom de l’Ecole Philippine Duchesne et se trouve désormais à Corenc. Notre étudiante y laisse une très mauvaise impression ! Enfin, « La Clarté », une école privée catholique de Villard-de-Lans reçoit Françoise Sagan pendant les trois derniers mois de l’année scolaire, présence attestée par les documents produits lors d’une exposition relative à l’histoire du climatisme sur le Plateau du Vercors (5bis). La discipline y est moins sévère et Françoise y laisse un bon souvenir, même si ses résultats sont jugés « passables, faibles et fantaisistes » (carnet de notes du second trimestre). Pendant ces six derniers mois de vie scolaire, à La Tronche comme à Villard-de-Lans, Pierre Quoirez prend en charge sa fille pendant toutes les fins de semaine et les petites vacances. Il l’accompagne à Grenoble afin qu’elle puisse faire des achats de librairie. Quant au dernier trimestre de l’année scolaire, Pierre Quoirez propose qu’il se passe à La Fusilière, là « où elle est assez grande pour travailler par elle-même et où sa femme sera beaucoup moins seule, dans cette grande maison de campagne où elle s’ennuierait beaucoup sans sa fille » (5ter) .

1941 – Françoise Sagan et sa sœur Suzanne – Collection privée -Tous droits réservés – Photo prise à Saint-Marcellin

La légende de Françoise Sagan veut qu’elle ait été une élève très indisciplinée, présentée comme hostile à l’obéissance, peu respectueuse de l’ordre établi dans les différents établissements scolaires fréquentés et, parfois, mauvaise élève. A part, peut-être, l’année 1949-1950, l’année de ses quinze ans, que nous venons de décrire, ce tableau ne correspond guère à la réalité. Et les frasques qui lui sont reprochées ne sont que des réactions de vive adolescente, éprise de liberté de geste, de parole et de pensée.

A la rentrée de septembre 1950, Françoise Sagan entre au Cours Hattemer, à Paris. Elle y suivra les classes de première et de terminale, sans que ses résultats soient exceptionnels, sauf en français : elle aime écrire et disserter, y compris, parfois, en lieu et place de ses camarades ! Elle échoue à son premier baccalauréat en juin 1951 et le réussit en octobre grâce à des cours spéciaux, un bachotage délivré par le Cours Maintenon. La même chose se reproduit en 1952 pour son second baccalauréat. Cela lui permet de s’inscrire en propédeutique, classe préparatoire aux études littéraires, en Sorbonne en octobre 1952. Françoise Sagan n’a pas dix-sept ans et demi ! Elle n’a pas à avoir honte de son parcours scolaire, même si ses études n’iront guère plus loin. Notons que le Cours Hattemer est la seule structure citant Françoise Sagan parmi ses anciennes élèves (6)

  • 1- Je ne renie rien – Françoise Sagan – 2014
  • 2- Je ne renie rien – op. déjà cité
  • 3- Je ne renie rien – op. déjà cité
  • 4- Françoise Sagan racontée par Geneviève Moll – 2010
  • 5- Je ne renie rien – op. déjà cité
  • 5bis- Dauphiné Libéré – 19/03/2015 – Rubrique Villard-de-Lans
  • 5ter – Lettre de Pierre Quoirez, en date du 2 avril 1950, copie transmise par Maison du Patrimoine, Villard-de-Lans et par Monsieur Malbos, le fils des directeurs de La Clarté
  • 6- https://hattemer-academy.com/notre-ecole/anciens-eleves/

Toute reproduction, même partielle, de cet article est soumise à l’accord préalable de l’auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.