Catégories
Europe Patrimoine

Arbre de Mai, le « Maibaum » de Saint-Marcellin

Si nous consacrons un article à l’Arbre de Mai du Champ-de-Mars de Saint-Marcellin, c’est parce que, malheureusement, il n’existe plus. En effet, il a été enlevé le 16 septembre 2022, parce qu’il commençait à vieillir et à devenir dangereux. De fait, il commençait à pencher un peu !

Une longue tradition

L’arbre planté en place publique, ou devant telle ou telle habitation ou bâtiment collectif, relève d’une longue tradition à la fois nordique, celtique, germanique … On retrouve de tels arbres dans les mythes et croyances des Vikings. L’arbre, sapin ou peuplier, est l’expression du mystère de la vie et de l’aspiration à une existence heureuse et épanouie. Ses racines plantées solidement en terre, il élève sa ramure jusqu’aux cieux. Symbole de renouveau vital, de régénération, il est également symbole de virilité et de fécondité. Ce n’est pas pour rien que sa version « mat de cocagne » populaire en Italie et dans le sud de la France était escaladée avant tout par les garçons.

Ce n’est pas innocemment non plus qu’en Bavière les hommes du village gardent jour et nuit l’arbre destiné à être planté le 1er mai. Et que les hommes des villages voisins tentent de le dérober. Si un tel vol advient, le maire du village dépouillé se doit de payer rançon au village vainqueur sous forme de bière, tandis que les jeunes filles se détournent des garçons de leur village pour aller à la rencontre de ceux d’en face ! Rassurez-vous, tôt ou tard, les rôles seront inversés, mais pendant ce temps les unions à venir limiteront considérablement les risques de consanguinité villageoise.

L’arbre de Saint-Marcellin

Saint-Marcellin a célébré son jumelage avec Grafing le 10 juillet 1993, à Grafing. Les maires des deux villes étaient respectivement Louis Ferrouillat et Aloïs Kleinmaier. Comme il est de tradition, le jumelage se célèbre deux fois, une fois dans chaque ville, à un an d’intervalle. Le « retour » de jumelage entre Saint-Marcellin et Grafing a été célébré le 10 septembre 1994, à Saint-Marcellin.

L’arbre de Saint-Marcellin a été offert à la ville en 1997 par la ville de Grafing. L’élaboration de ce projet revient à Otto Hartl qui l’a conduit du début à la fin. L’arbre a été abattu en décembre 1996 et est resté en forêt, afin de sécher, jusqu’en avril 1997. C’est alors qu’il a été transporté à Grafing pour y être écorcé, poli, poncé et peint en bleu et blanc, les couleurs de la Bavière. Dans le même temps, les 12 panonceaux qui l’illustrent ont été conçus et peints sur les deux faces, tandis qu’un coq monumental, destiné à coiffer le mat, était réalisé.

Scié en deux parties, en biseau, pour être déplacé sans devoir recourir à un transport exceptionnel, l’arbre a quitté Grafing le 21 mai 1997 et est arrivé à Saint-Marcellin le 22 mai. Une fois les deux parties réunies, l’arbre de Saint-Marcellin mesurait 26 mètres de hauteur. Avec son coq de 2 mètres, soit 28 mètres, il était l’Arbre de Mai le plus haut, le plus beau, que la France ait jamais connu ! Ce sont les randonneurs de l’Amicale Laïque qui ont assuré son gardiennage, nuit et jour, jusqu’au 24 mai, jour de son érection et de son inauguration solennelle, en présence d’une foule considérable, dont de très nombreux habitants de Grafing.

25 mai 1997-Le Dauphiné Libéré
25 mai 1997 – Le Dauphiné Libéré

Les maires des deux cités étaient Rudolf Heiler et Jean-Michel Revol, tous deux récemment élus.

Que signifient les panonceaux peints attachés à l’arbre ?

En Bavière, tous les Arbres de Mai possèdent ces fameux panonceaux qui ont pour fonction de décrire la commune au travers de ses bâtiments publics et officiels, de ses commerces et artisanats d’importance et de ses associations ou groupements de quartiers.

L’arbre offert par Grafing à sa ville jumelle se devait d’afficher de semblables panonceaux, sous l’aspect de blasons, mais il fallait tenir compte des deux villes puisque ce cadeau avait pour vocation d’illustrer un jumelage.

L’arbre de Saint-Marcellin porte 12 panonceaux répartis sur six niveaux, chaque panonceau ayant 2 blasons en recto et verso, soit un total de 24 images. Dans l’ordre ascendant, nous trouvons les hôtels de ville de Grafing et de Saint-Marcellin et, au dos, les groupes de danses folkloriques Altenthaler et Sarreloups. Au second niveau, les églises catholiques respectives des deux villes et, au dos, les métiers de boucher et de boulanger. Au troisième niveau, le temple protestant de Grafing et le kiosque de Saint-Marcellin et, au dos, les pompiers et les orchestres d’harmonie de la StadtKapelle et de la Lyre. Au quatrième niveau, les métiers du bâtiment et du bois et, au dos, les associations sportives du judo et du football. Au cinquième niveau, les clubs cycliste et photographique et, au dos, les métiers de la serrurerie-ferronnerie et la fabrication de la bière. Enfin, au sixième niveau, le club de golf du Château d’Elkofen et une edelweiss pour immortaliser les randonneurs, ainsi qu’au dos, les productions de la vigne et de la noix et l’industrie automobile. A la base de l’arbre, deux panonceaux présentent les armoiries des deux villes et, au dos, le texte en allemand et en français rappelant que cet arbre de vie a été « offert par Grafing à sa ville jumelle Saint-Marcellin en contribution à l’Amitié entre les Peuples et à l’Unité de l’Europe ».

Panonceaux peints à Grafing: la boucherie et la boulangerie
L’automobile, la bière, la ferronnerie, la vigne et la noix
Métiers du bâtiment, pompiers, métiers du bois et orchestres d’harmonie
Dédicace de la Ville de Grafing à la Ville de Saint-Marcellin

Un nouvel arbre

En Allemagne , la loi impose que les Arbres de Mai soient remplacés tous les cinq ans, et ceci pour des raisons de sécurité. Celui de Saint-Marcellin a vécu bien davantage. Cependant, il a du être raccourci après quelques années d’existence en raison des intempéries, orages et coups de vent, et surtout de la fragilité initiale due à son découpage en deux parties lors du transport.

En 2013, soit 16 ans après sa mise en place, l’arbre a été définitivement enlevé : il était devenu trop dangereux.

C’est alors que les Services Techniques de Saint-Marcellin se sont mis à l’œuvre pour fabriquer son remplaçant, son successeur. La procédure est toujours la même, l’arbre est abattu, mis à sécher, puis écalé et peint en bleu et blanc. Savez-vous que ces deux couleurs veulent représenter le ciel bavarois : « bleu avec du blanc » ? Tout le travail de finalisation du nouvel Arbre de Mai, qui s’est déroulé dans l’atelier de Antonio Pereira, aboutira à son installation, un peu à la sauvette, le 13 juin 2014. Moins haut que l’original, portant la totalité des panonceaux d’origine, cet arbre sera rapidement intégré à l’ensemble des décorations de fin d’année puisqu’une succession de couronnes lumineuses viendra l’habiller sur toute sa hauteur. Il sera inauguré de façon très officielle lors des manifestations du 20° anniversaire du jumelage le 31 août 2014, cette fois encore en présence d’une belle délégation de grafinoises et grafinois.

13 juin 2014 – Le second Arbre de Mai est mis en place
31 août 2014-La Stadtkapelle inaugurant le nouvel Arbre de Mai

Un troisième arbre ?

Ce deuxième arbre de mai aura donc vécu huit ans, une durée inconcevable en Bavière. Si l’on voulait le remplacer le plus rapidement possible, c’est dès demain qu’il conviendrait d’aller en forêt couper un arbre respectable (en prononçant la prière qu’il est d’usage de formuler avant de se permettre d’achever la vie d’un bel arbre et en lui promettant une nouvelle vie de témoignage). En effet, c’est à l’entrée de l’hiver que l’arbre doit être coupé, bien avant la montée de sève.

Alors pourquoi ne pas patienter pendant un an et préparer le troisième Arbre de Mai de Saint-Marcellin pour l’ériger lors du 30° anniversaire du jumelage entre les villes de Grafing et de Saint-Marcellin, dont les cérémonies « de retour » auront lieu en 2024 ?

Laissons les deux villes et leurs Comités de Jumelage respectifs discuter de cette hypothèse, ou d’une autre, mais espérons que cette belle tradition venue de la nuit des temps et forte de ses valeurs de renouveau, sera perpétuée à Saint-Marcellin.

Nous te saluons humblement, arbre magnifique !

Nous nous tenons devant toi sans oser te présenter notre prière ;

Permets-nous, dans ta miséricorde de t’abattre

Pardonne-nous de porter les mains sur toi,

.

Nous espérons que grâce à ta force, tout prospérera autour de nous :

Champs, plants, animaux, hommes .

Catégories
Bateau Ivre

Chronique du Bateau Ivre, de Saint-Marcellin (sept) .

Une crédence éparpillée…

Dans la cuisine de la maison du Bateau Ivre, à Saint-Marcellin,se trouve une œuvre signée de Pierre et Véra Székely et André Borderie. La signature est formée de la griffe SZ, pour Pierre et Véra, les deux lettres étant réparties de part et d’autre d’un axe vertical. A la base de cet axe se trouve le lobe du B, en minuscule, de Borderie. Cette signature est caractéristique du travail accompli par ces trois artistes du temps de leur communauté, soit entre 1948 et 1957. Son aspect général tient de la clef et de la croix.

La cuisine du Bateau Ivre en 2021-Photo ME-Droits réservés

Cette signature se trouve gravée dans le carreau de mosaïque inférieur gauche d’un ensemble composé de soixante carreaux qui forment un dessin abstrait que l’on pourrait considérer comme singulier et entier.

Photo JB-Droits réservés
Photo JB-Droits réservés

Or, cela n’est pas le cas ! Ainsi que nous avons eu le loisir de l’expliquer précédemment ( http://chronique-du-bateau-ivre-de-saint-marcellin-chapitre-cinq), une cuisine contemporaine a été exposée en 1954 au Salon des Arts Ménagers, dont « Paris-Match » n° 257, daté du 27 février au 7 mars 1954, a rendu compte en publiant quelques photographies. Le magazine n’explique nullement qui sont les auteurs de la crédence de l’une des quatre cuisines présentées. Une crédence constituée d’un carrelage de céramiques sur six rangs de carreaux parmi lesquels il est possible de reconnaître notre motif saint-marcellinois.

1954-Paris Match N° 257-Droits réservés
1954-Photo Paris Match-Droits réservés
1954-Photo Paris Match-Droits réservés

Trois ans plus tard, en février 1957, la revue « Arts Ménagers » publie un article consacré à une maison commandée aux Székely et située face au massif du Vercors. Les photographies sont nombreuses ( signées Horak), dont celle de la cuisine. Les placards de rangement ne sont plus les mêmes qu’en 1954, mais le mur de fond séparant les éléments bas des éléments hauts nous est déjà connu. Il est très facile d’y retrouver notre motif et, dans cet article, les artistes sont nommément cités.

1957-Photo Horak-Droits réservés

Cette photographie est précieuse car elle nous donne une représentation fidèle de ce qu’était la cuisine du Bateau Ivre lors des premiers jours de la maison. Plusieurs constatations s’imposent. En tout premier, cette photo ne permet aucunement de distinguer la moindre signature. Malheureusement, si elle devait se trouver en bas à gauche du motif qui est resté à Saint-Marcellin, elle serait cachée par les casseroles placées sur la gazinière ! Seconde constatation, les images de 1954 laissaient supposer que le motif qui nous intéresse était un peu plus conséquent: sur la droite du cercle bleu, rouge et blanc se trouve une ligne noire, épaisse, donnant naissance à deux antennes verticales. Ce détail a disparu, le panneau de Saint-Marcellin ne présentant que le tout début de la ligne noire et épaisse, interrompue par un carreau de la couleur du fond. Enfin, troisième constatation, un examen attentif de cette photographie permet de découvrir deux zones de ce carrelage de céramique qui n’existaient pas en 1954. Elles se situent de part et d’autre de l’angle droit de la cuisine, globalement sous la hotte, là où se trouvent quelques bocaux, chaque zone étant sensiblement de 36 carreaux (six rangs de six). Ces ajouts ont-ils été créés spécialement pour Saint-Marcellin ?

Pour une ou plusieurs raisons qui nous restent inconnues, cette crédence en carreaux de céramique a été supprimée par les Gelas. Besoin de trésorerie ? Impératifs liés à l’installation d’une nouvelle cuisine plus fonctionnelle ? Toujours est-il que l’aluminium a pris la place de la céramique et que seul a été conservé, et déplacé, un motif, celui qui comporte la signature commune des créateurs.

Où est passé le reste de l’œuvre ? L’essentiel de sa partie droite, composé de cent quatorze carreaux, regroupant notamment les niches de différentes couleurs destinées à recevoir le savon, la brosse, l’éponge, …., monté dans un cadre de bois noir, a été exposé par la galerie Artrium Fritsch, de Paris, en 2021, à Bâle, dans le cadre d’une exposition consacrée au design, « Design Miami ». La notice en est, encore actuellement, lisible sur Internet (a): elle précise qu’il s’agit d’un œuvre de Véra Székely, Pierre Székely et André Borderie, non signée, pièce unique, élément central d’un décor mural.

Droits réservés

Nous pouvons ainsi résumer l’évolution de cette crédence avec le schéma ci-après:

Reconstitution JB

… en souhaitant que l’avenir permette de reconstituer l’histoire, et les aventures, de cette œuvre.

a) – https://www.designmiami.com/product/vera-szekely-pierre-szekely-andre-borderie-central-wall-decor-element

Reproduction, même partielle, interdite sans accord avec l’auteur.

Catégories
Françoise Sagan

Premières « Journées Françoise Sagan » à Saint-Marcellin

« Sucette » promotionnelle des « Journées Françoise Sagan ». Droits réservés – JB.

Françoise Quoirez, alias Françoise Sagan, a plus ou moins vécu dix ou quinze années de son enfance et de son adolescence à Saint-Marcellin, entre 1940 et 1955. Sans doute, était-il temps que la ville pense un peu à elle. C’est chose faite depuis les 13 et 14 mai 2022. Sur un programme serré de 48 heures, en la présence de Denis Westhoff, le fils de Françoise Sagan, et de Cécile Defforey, la fille de sa sœur Suzanne, ces premières « Journées » ont fait date.

Le Dauphiné Libéré – Jeudi 12 mai 2022.

Vendredi 13 mai – 10 heures – Echange avec les lycéens.

Accompagné de Benjamin Armand, conseiller municipal délégué aux spectacles et expositions, Denis Westhoff part à la rencontre de lycéennes et lycéens. Véritable initiation, tant il est vrai que ceux-ci ne connaissent guère l’écrivaine et encore moins son œuvre.

Entre le Principal du Lycée et le Maire de Saint-Marcellin, Benjamin Armand et Denis Westhoff – Droits réservés
Denis Westhoff – Droits réservés – JB
devant des participants attentifs – Droits réservés – JB

Vendredi 13 mai – 14 heures 30 – Conférence.

Cette conférence, présentée par l’auteur de ces lignes, d’une durée de deux heures reprend de façon assez simplifiée tous les sujets traités dans les articles précédents consacrés à l’enfance et l’adolescence de Françoise Sagan à Saint-Marcellin. A savoir, les origines de sa famille, le rôle de son père à la tête des usines de la FAE, la maison de la Fusilière, les amis, la guerre et la Libération. En cadeau au public a été projeté un court-métrage réalisé en 1974 par Françoise Sagan et dont elle a écrit le scénario: « Encore un hiver« .

Debout, à droite: Cécile Defforey – Droits réservés – VT
Droits réservés – VT
Droits réservés – CG

Vendredi 13 mai – 17 heures 30 – Conférence de presse.

C’est avec chaleur et générosité que les propriétaires du Château de La Sône ont reçu Denis Westhoff et Cécile Defforey. Et c’est sur la terrasse de ce château que s’est tenue une conférence de presse regroupant publications et radio.

Denis Westhoff, à gauche – Droits réservés – JB
Denis Westhoff -Droits réservés – JB
14 mai 2022 – Dauphiné Libéré, édition départementale

Vendredi 13 mai – 19 heures – Soirée cinéma.

Complices d’un soir, le cinéma « Les Méliès » et la librairie « Le Marque-Page » se retrouvent autour de la projection de « Sagan, l’élégance de vivre« , un fin documentaire réalisé en 2015 par Marie Brunet-Debaines. La projection est accompagnée d’une discussion entre les spectateurs et Denis Westhoff, lequel dédicace ensuite les ouvrages parlant de Françoise Sagan auxquels il a contribué.

Benjamin Armand, conseiller municipal, animant les échanges avec Denis Westhoff – Droits réservés – JB

Samedi 14 mai 2022 – 10 heures – Inauguration de la rue Françoise Sagan.

Il ne s’agit encore que d’une petite rue, appelée à grandir, mais elle a le considérable avantage de se trouver à proximité immédiate de La Fusilière, la maison de l’enfance saint-marcellinoise de Françoise Sagan. Entourés d’un petit public, le maire de Saint-Marcellin, Raphaël Mocellin, l’adjointe à la culture, Nicole Nava et le président de la Communauté de Communes, Frédéric de Azevedo, ont successivement pris la parole pour honorer l’héroïne du jour, dévoiler la plaque à son nom et faire une petite visite aux lieux de son enfance.

Raphaël Mocellin dévoile la plaque dédiée à Françoise Sagan – Droits réservés – CG
Denis Westhoff et Raphaël Mocellin, maire – Droits réservés – ME

Samedi 14 mai – 11 heures – Lecture d’oeuvres de Françoise Sagan en médiathèque.

A l’issue de cette inauguration, toutes et tous se retrouvent à la médiathèque pour une nouvelle célébration de la femme libre, indépendante, en avance sur son temps, engagée quand nécessaire, que fut Françoise Sagan. Soyons satisfait que cela ait été fait et dit et ne regrettons pas trop qu’il ait fallu attendre aussi longtemps …

Dans le même temps qu’elle met à jour son « rayon Sagan », la médiathèque engage une réflexion afin de se donner un nom en rapport avec l’écrivaine. Mais peut-il être autre chose que médiathèque, espace, voire centre culturel Françoise Sagan ?

Frédéric de Azevedo, Raphaël Mocellin, Denis Westhoff, Nicole Nava – Droits réservés – JB
Lecture en médiathèque par Denis Westhoff – Droits réservés – JB
Mémorial N° 3874, du 20 mai 2022

Droits images: Jean Briselet, Marc Ellenberger, Catherine Guery, Valérie Treilleford.

Reproduction, même partielle, interdite sans accord préalable avec l’auteur.

Catégories
Bateau Ivre

Chronique du Bateau Ivre, de Saint-Marcellin. Chapitre six

La maison du Bateau Ivre n’est pas seule.

L’histoire, la belle aventure si l’on veut, de la maison du Bateau Ivre ne s’achève pas ainsi. Bien au contraire, elle rebondit et se poursuit dans le cadre de la construction de la piscine de Saint-Marcellin.

Piscine de Saint-Marcellin -Projet initial – Droits réservés
Carte Postale Ancienne – Piscine de Saint-Marcellin à l’issue de sa construction

Cette piscine suscite encore beaucoup de nostalgie parmi les Saint-Marcellinois. Par exemple, le cabinet d’architecture « L’Autre Fabrique », dans son blog, en date du 30 mai 2015, raconte un peu son histoire dans un post nommé « La dame de Joud enfilait son bikini… ». Sans développer davantage, les « décorateurs » ci-après sont notés dans l’article : Pierre Székely, Vera Székely, André Borderie, ainsi que les auteurs des aménagements paysagers : Michel et Ingrid Bourne (1).

En fait, cet article d’Internet fait suite à un travail beaucoup plus élaboré, parfaitement renseigné, citant la totalité de ses sources, daté du 20 octobre 2014 et rédigé conjointement par « Lautrefabrique Architectes » et « Attrapa, études et recherche patrimoniale en architecture » (2). Compte tenu de l’extrême qualité de la partie historique diligentée par Attrapa,il semble inutile d’aller chercher ailleurs davantage de précisions.

Le projet d’édifier une piscine publique à Saint-Marcellin date de 1952. Le Conseil Municipal de la ville approuve l’avant-projet lors de sa séance du 11 décembre 1952. Ce n’est, cependant, que trois ans plus tard, le 7 décembre 1955, qu’un projet, dressé par l’ingénieur TPE M. Messonnier, est arrêté (3). Le préfet de l’Isère approuve ce projet par arrêté en date du 19 mars 1956. Il émet un certain nombre d’observations et de réserves portant sur le nombre de douches, l’accès au sous-sol, la largeur des plages autour du bassin et demande d’ajouter des échelles de remontée du coté du plongeoir. Mais, surtout, il émet une réserve importante concernant la « façade du bâtiment qui n’est pas très heureuse. La collaboration d’un architecte, que j’ai demandée par ma lettre du 5 octobre 1955, ne serait pas inutile ». La commune a pris en compte ces observations, mais seulement à partir de la réalisation du chantier. Le 19 mars, puis le 22 mars 1956, successivement, le Ministère de l’Education Nationale, de la Jeunesse et des sports, puis le préfet de l’Isère, approuvent le projet de construction, ce qui permet au maire, Ferdinand Brun, de lancer l’appel d’offres le 23 mars 1956.

Un an plus tard, le 30 mars 1957, un rapport avec bilan financier actualisé souligne une augmentation du coût des travaux de génie civil en la justifiant par les modifications apportées par un « décorateur » : agrandissement des baies, remplacement des parois en béton translucide par des hublots circulaires, élargissement des plages et aménagements paysagers.

Le 10 mai 1957, sur la base d’une facture émise par Pierre et Vera Székely, la Ville émet un bordereau de paiement pour la « pose et la finition de la composition murale ». Un devis de fourniture de « vitrages en verre monumental bleu » à destination de 48 hublots dont 8 sur châssis pivotant en acier, est fourni le 30 novembre 1957, tandis que Michel et Ingrid Bourne, architectes paysagistes SPAJ, présentent un plan d’aménagement paysager le 1er décembre 1957 ainsi que le devis afférent à ce plan le 30 décembre 1957, pour réalisation par l’entreprise « Jardins et Forêt » de Saint-Marcellin.

A la fin de cet historique des travaux de la piscine, le dossier commente : « L’appel d’offres est lancé en mars 1956. C’est approximativement à cette date qu’est achevée la construction de la maison le « Bateau Ivre » pour laquelle M. et Mme Gelas ont sollicité André Borderie, Pierre et Vera Székely pour la conception. On peut donc dater de l’époque de l’achèvement de la maison l’association au projet de la piscine des Székely et de Borderie, sous la dénomination de décorateurs.(…) L’historique des travaux montre clairement que le projet initial prend une envergure particulière au fur et à mesure de sa réalisation, d’une part par la participation de Pierre Székely dans la conception, qui aboutit à la mise en place du mur de céramique conçu et réalisé par Vera et Pierre Székely et André Borderie, et à la modification substantielle des façades, jusqu’à la mise à l’étude de l’aménagement paysager des abords de la piscine, par Ingrid et Michel Bourne en décembre 1957. (…) Il est clair que l’ambition de la commune sur ce site prend de l’ampleur au fur et à mesure de l’avancement des travaux.(…) Ce petit ensemble est le fruit d’une volonté collective d’amélioration, et finalement de la prise de conscience qu’il peut devenir plus qu’un simple équipement technique.(…) Il est le fruit d’un projet politique de bien vivre ensemble » (4).

Cette analyse indiscutable ne nous dit pas pourquoi et comment ce triumvirat de « décorateurs » s’est retrouvé associé au projet de la piscine. Or, un témoignage nous précise que Ferdinand Brun, maire de Saint-Marcellin, s’est directement adressé au couple Gelas afin que les Székely et Borderie soient invités à apporter leur contribution. La construction de la piscine, à laquelle ils participent par leur apport « décoratif », débute au moment même où s’achève la construction du Bateau Ivre.

Le mur de céramique situé dans l’entrée de la piscine est signé de Pierre et Vera Székely, ainsi que d’André Borderie. Sans entrer dans un débat faisant référence au travail respectif des artistes impliqués, il est cependant fortement probable que Vera Székely, céramiste de formation, a joué un rôle primordial dans la composition de cette œuvre (5). Pendant toute la durée de leur travail « communautaire », ces trois artistes ont signé collectivement leurs œuvres, selon une graphie très particulière. Ce n’est pas le cas du mur de céramique de la piscine de Saint-Marcellin, lequel comporte une inscription (voir ci-dessous) citant les trois auteurs. Quand a été achevé ce mur ? Nous savons seulement que les Székely seuls ont été rémunérés par la ville de Saint-Marcellin le 10 mai 1957. Or, deux mois auparavant, le 13 mars 1957, André-Charles Gervais, le créateur de la Galerie M.A.I., et Fred Gelas, actaient le principe du départ d’André Borderie de la communauté, ceci à l’issue d’une douloureuse soirée (5 bis). Une séparation qui explique peut-être cette signature « hors normes ».

Piscine de Saint-Marcellin – Mur en céramique Székely-Borderie – Droits réservés – JB Photographie du 24/10/2011

Piscine de Saint-Marcellin – Mur en céramique Székely-Borderie – Droits réservés – JB Photographie du 24/10/2011

Après la mise en service de la piscine, en 1957, les terrasses sont complétées d’un œuvre de Pierre Székely : « Ondes », sculpture en cuivre rouge de 3,60 m de haut. Cette sculpture a été volée entre le 19 septembre 2011 et le 28 novembre 2011, selon les termes d’une plainte faite le 28 novembre 2011 en gendarmerie de Saint-Marcellin par un policier municipal mandaté à cet effet (6).

Pierre Székely -Ondes – Piscine de Saint-Marcellin (œuvre volée) -Droits réservés

Saint-Marcellin n’est pas seule à pouvoir s’honorer de posséder des œuvres architecturales et artistiques des Székely. Pierre Székely, inlassable créateur, a laissé une trace indélébile dans notre département, trace que seul un site spécialisé, malheureusement pas systématiquement à jour, peut suivre. Il s’agit du Catalogue raisonné des œuvres du sculpteur, établi par Pierre Karinthy, qu’il faut impérativement avoir consulté (7).

Citons les lieux suivants dans lesquels Pierre Székely a œuvré ; en 1962, Sciences Po à Grenoble et le Centre Familial Renouveau à Chamrousse ; en 1964, le baptistère de l’église Saint-Jean à Grenoble ; en 1965, Bachat Bouloud à Chamrousse ; en 1967, l’Univers Jeux du Village Olympique de Grenoble ; en 1968, le Centre Œcuménique de Chamrousse ; en 1971, plusieurs œuvres sur la Campus de Saint-Martin d’Hères (8), etc …, etc … En 1968, Pierre Székely et l’architecte Henri Mouette réalisent le village de Beg Meil, en Bretagne, puis en 1971-72, la « maison-plante » (9) à Sebourg (Nord) deux témoignages de ce que peut être une architecture aux formes biologiques. C’est dans tout cet itinéraire de la création contemporaine qu’il convient d’insérer la maison du Bateau Ivre et la Piscine de Saint-Marcellin.

Pierre Székely – Front – Campus Universitaire Grenoble – Droits réservés
Beg Meil -Village de Vacances – Droits réservés
Maison-plante à Sebourg -Photo Pierre Joly et Vera Cardot -Droits réservés

Reste à dire un petit mot concernant l’avenir du groupe d’artistes dont il a été tant question dans cette « chronique ». André Borderie a rapidement fait sécession et a quitté les Székely en 1957 pour s’installer à Senlis et poursuivre son activité créatrice. En 2016, Monique Gelas apportera sa contribution à une monographie de son œuvre; « André Borderie, créateur de formes », aux Editions Jousse Entreprise. Pour sa part, Vera Szekely se sépare de Pierre en 1970. Depuis trop longtemps, sans doute, souffre-t-elle de ne pas pouvoir s’exprimer seule et libre (10).

Quant aux Gelas, Monique décède en 2018 (le 29 juin) et Fred le 11 mars 2021. Tous deux ont laissé une inestimable trace dans Saint-Marcellin. La Ville a acheté le Bateau Ivre et nombreuses sont les opportunités visant à faire vivre cette maison: espace d’exposition, accueil de séminaires architecture+design+arts plastiques, résidence d’artiste et/ou d’architecte, intégration dans un parcours architectural du XX° siècle comprenant la piscine et toutes les œuvres iséroises, d’autres encore…

  • 1 – http://www.lautrefabrique.com/?p=5465
  • 2 – Définition d’un programme pour le site de l’ancienne piscine de Saint-Marcellin – Définition d’Orientations – Etudes historiques – Lautrefabrique Architectes et Attrapa – 20 octobre 2014
  • 3 – Archives Municipales de Saint-Marcellin – 24 W 39 et Archives Départementales Isère – 5999 W 416/15 et 7560 W 7
  • 4 – http://www.lautrefabrique.com
  • 5 – Daniel Léger – Vera Székely-Traces – Ed. Bernard Chauveau 2016 (op. déjà cité)
  • 5 bis – Lettre d’André-Charles Gervais à Fred Gelas, datée du 13 mars 1957.
  • 6 – Attestation de déclaration de dépôt de plainte code 02754, PV 02016 en date du 28 novembre 2011-Gendarmerie Nationale, Compagnie de Saint-Marcellin
  • 7 – http://j.p.karinthi.free.fr/
  • 8 – https://campusdesarts.fr/project/front-szekely/
  • 9 – http://astudejaoublie.blogspot.com/2012/05/sebourg-maison-verley-maison-plante.html
  • 10 – https://www.admagazine.fr/design/portraits/diaporama/vera-szekely-artiste-en-mouvement/61402

Complément bibliographique

– Arts Ménagers N° 34 – octobre 1952

– Arts Ménagers N° 37 – janvier 1953

http://www.chloe-orsay.fr/Lieux.html

https://www.admagazine.fr/design/portraits/diaporama/vera-szekely-artiste-en-mouvement/61402

https://www.institut-photo.com/event/agnes-varda/

– Les décorateurs des années cinquante – Patrick Favardin -Ed. Norma – 2007

– Le Bateau Ivre, une maison remarquable – Saint-Marcellin Magazine – Septembre-octobre 2021

– Clarté, confort et simplicité, la maison de Vera Székely à Mulleron – Plaisirs de la maison – novembre 1974

– Notice Ministère de la Culture Bâtiment historique. https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA38000027

Remerciements

– Nicole Nava, adjointe à la Culture Ville de Saint-Marcellin

– Benjamin Armand, Conseiller Municipal Délégué en charge des expositions

– Frédéric Domenge, Directeur des Affaires Culturelles Ville de Saint-Marcellin et Communauté-de-Communes-Saint-Marcellin-Vercors-Isère SMVIC

– Anne Maria Székely Conchard et Martin Szekely

– Yves et Madeleine Micheland, Agnès Micheland

– Marguerite et Michel Giraud

– Marc Ellenberger, Groupe REMPART

– Ciné-Tamaris

– Jean-Pascal Crouzet – L’Autre Fabrique

Toute reproduction, même partielle, de cet article est soumise à l’accord préalable de l’auteur

Voir suite (chapitre sept) par ce lien: https://thermopyles.info/2022/08/31/chronique-du-bateau-ivre-de-saint-marcellin-sept/