Catégories
Ecologie

Au lieu des manifs, … un projet politique

Il est bien difficile d’émettre un jugement critique sur le mouvement contre la réforme des retraites sans courir le risque de passer pour un vieux réac. C’est pourtant ce qu’il faut tenter de faire. En précisant au préalable que mes orientations libérales (cf le sens de ce mot (Libéral) me poussent à rejeter la méthode et les objectifs gouvernementaux en la matière.

Depuis l’été (un “été pourri” par l’affaire Bétancourt qui a joué son rôle dans le discours contestataire), il est devenu habituel d’entendre que les français sont majoritaires pour défendre ce mouvement. Or, rien n’est moins certain.

De 1 à 3 millions de manifestants (depuis des générations, on a sûrement trouvé le moyen de compter les foules, alors pourquoi ne le fait-on pas ? ou pourquoi ne publie t-on pas les vrais chiffres ?), cela ne fait que 2 à 3 % de la population. Où sont les autres ? Ce n’est pas la “Commune”, ce n’est pas “Mai 68″. Les “sociologues” de service ont beau nous dire qu’ils manifestent “par procuration” et les sondages nous indiquer qu’ils sont nombreux à soutenir le mouvement, il est tout de même possible d’émettre quelques critiques. Les résultats d’un sondage sont proportionnels à l’ »ouverture » de la question du sondeur.

A « Accordez-vous votre soutien à ce mouvement qui vise à défendre la retraite à 60 ans pour tous ? », il est possible de trouver 71% de réponses favorables, ce qui signifie que même les électeurs fidèles de la droite se sentent “motivés”. (D’ailleurs, les 71 % sont retombés à un peu plus de 50% !)

Mais à « Etes-vous d’accord, pour défendre la retraite à 60 ans, que se dessine un vaste mouvement de blocage de l’économie: alimentation, carburants, …? », la réponse favorable est deux fois moindre. Méfions-nous donc de la présentation médiatique (voire de la manipulation ..) d’une grève ou de manifs par procuration. L’évolution des sociétés se fait certes bien souvent à l’initiative de minorités éclairées et agissantes, encore faut-il que le soutien qui leur est reconnu et accordé le soit sur des bases claires, profondes et sincères et non sur des sondages. En la matière, nous aurions à apprendre des révolutions “de couleur” (révolution orange) dans les pays de l’Europe de l’est.

Secondement, au-delà du nombre de manifestants, se pose la question du positionnement des lycéens et étudiants. Certes, ceux-ci font des pieds et des mains devant les médias, dans les chats et au fil des commentaires sur internet pour affirmer qu’ils sont bien “concernés” par le mouvement. On ne peut cependant qu’en douter au vu de leur contribution à celui-ci. Le jeune Colombani courant d’une porte de lycée à une autre, en répétant l’unique et seul slogan de son argumentaire, « Faire travailler les vieux deux ans de plus, c’est créer un million de chômeurs » est presque tragique. Une jeune lycéenne criant en tête du cortège lyonnais « On est là pour défendre nos avantages acquis » est encore plus triste. Loin de les renvoyer à d’autres occupations, il serait plus agréable de les voir s’engager sur d’autres thèmes.

Les emplois de demain (2014-2017), lorsque ces jeunes sortiront de leur scolarité, ne seront pas ceux que les vieux leur auront laissés, mais ceux que l’économie aura su créer. Et pour cela, ce n’est pas un mouvement de contestation qui les créera, mais bien une volonté politique, par exemple celle d’accroître nos investissements en R et D (Recherche et Développement), ne serait-ce que pour nous positionner plus favorablement face à la concurrence des nouveaux groupes industriels des pays émergents.

Nombre de commentateurs des pays étrangers, d’Europe, d’Asie ou des USA s’étonnent de ce mouvement et le qualifient bien souvent de revendication d’avantages acquis et de défense de petits intérêts, sans aucune vision d’avenir, sans aucune vue d’ensemble.

Il est un fait que deux visions de ce mouvement tendent à s’imposer, non contradictoires, parfois même superposables, mais toute aussi vaine l’une que l’autre. La première est celle d’un romantisme de la contestation, illustré par des photos de “Mariannes” juchées sur les épaules de leurs copains et agitant des drapeaux rouges, ou de “barricades” composées de trois tables, deux chaises et quatre poubelles devant l’entrée des lycées. La seconde relève de la même “mémoire révolutionnaire”, mais est plus radicale. On y retrouve une certaine jeunesse cultivée et diplômée qui prône la « révolution » et l’ »insurrection ». Mais pour faire quoi ? Pour remplacer notre vieux monde par quoi ? Elle n’en sait rien et, à vrai dire, … s’en fout.

Delacroix – La Liberté guidant le peuple

Le problème, c’est que personne n’en sait rien, à propos de ce que pourrait ou devrait être notre société. Personne, dans ces manifs, ne parle un tant soit peu de l’avenir presqu’immédiat, de la crise écologique, du manque futur de matières premières, à commencer par le pétrole dans quelques années (très peu …). Tous les manifestants sont les porte-paroles d’un monde qui a vécu et qui s’écroule, et aucun d’entre eux ne veut le voir. Leur seul moteur commun est constitué par un rejet d’une élite bourgeoise, souvent méprisante et peu ouverte au débat. Mais ce rejet, parfois poujadiste, tout rassembleur qu’il peut être, ne fait pas un PROJET POLITIQUE.

Cécile a beau être en tête des manifs, le discours des Verts est totalement inaudible, car il est inexistant. Bien sûr, pour survivre politiquement, il lui a bien fallu défendre la retraite à 60 ans. Bien sûr, elle l’a fait au moyen de quelques simplifications (non, la durée de travail individuelle des allemands n’est pas inférieure à la française, mais un plus grand nombre d’emplois partiels fait baisser la moyenne générale !), mais elle et ses amis n’ont rien à dire sur le monde de 2014-2017, celui des jeunes qui manifestent aujourd’hui.

Quant aux radicaux, Olivier ou Jean-Luc, après la révolution, que proposent-ils ? Comment voient-ils une France anticapitaliste au sein de l’Europe ? dans le concert mondial ? Comment ne voient-ils pas que LEUR notion de révolution est finie ? Et que si révolution il doit y avoir, elle est ailleurs et à commencer dans la création d’une société:

-développant des notions d’activités professionnelles variables tout au long de la vie,

  • acceptant un libre départ à la retraite à l’âge de son choix, de 50 à 70+ ans, les revenus étant fonction de ce départ,
  • sachant inventer et créer, au travers de technologies de pointe, les nouvelles habitations, les nouveaux moyens de transport et de déplacement, les nouveaux modes de vie, ..
  • riche en liens entre générations, sexes, origines, couleurs de peau ou religions,
  • hyper-économe en énergie,
  • ouverte à l’Europe et désireuse de dépasser les frontières,
  • ouverte aux migrants à qui une participation à l’économie peut être proposée pour répondre à nos besoins, ainsi qu’un retour vers le pays d’origine après formation et aide à la réinstallation,

Mais, de tout cela, point n’est question aujourd’hui. Cette révolution n’est envisagée par personne. Si l’ambition de la gauche socialiste tourne autour du  »care », c’est surtout de  »take care of himself » que l’on entend parler dans ces manifs. Et à ce jeu, la droite est la plus forte: il est à craindre qu’elle nous le rappelle en 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.