Catégories
Mali

La pluie du 12 mai …

La lecture attentive des titres de la quasi vingtaine de quotidiens édités à Bamako réserve parfois des surprises. Voici un article publié dans “Le Soir de Bamako” en date du 14 mai. Il relate avec un certain humour (mais également quelques inquiétudes sanitaires) le comportement de la population qui se débarrasse de ses ordures en profitant du grand lavage qu’une violente pluie provoque inévitablement.

Tout est dit dans cet article: la pauvreté, l’absence d’une structure administrative minimale, l’absence de service d’assainissement, la débrouillardise des populations, les risques sanitaires et environnementaux, …je vous laisse lire et juger.

Dans la nuit du 12 Mai 2009, une forte pluie s’est abattue sur Bamako. Ce qui a mis certains quartiers en liesse. Les populations du quartier de Sokorodji, situé à l’Est de la Commune VI (un quartier à majorité pauvre) ne sont demeurées en reste, qui ont poussé un ouf de soulagement. Comme pour dire que la pluie a bien fait l’affaire des ordures ménagères. A ce sujet, la fête n’a pas été n’importe quelle fête : en effet, c’était une fête pour pouvoir déverser les ordures ménagères dans les fosses septiques, afin que l’eau les entraînent au loin. Mais pourquoi la venue de cette pluie a-t-elle été salutaire pour ce quartier, tout comme pour bien d’autres quartiers du genre, du reste ?
Dans un quartier à majorité pauvre comme Sokorodji, l’accès aux services d’assainissement des GIE (Groupements d’Intérêt Economique) n’est pas chose facile. Aussi, pour évacuer leurs ordures, certains familles ne voient d’autre solution que de les stocker devant leurs portes respectives et d’attendre… l’arrivée des pluies. Une arrivée de pluie qui a donc plongé les populations de Sokorodji comme dans une gourde de miel, cette nuit du 12 Mai.
Pourquoi un tel comportement? Ces ordures versées dans des fosses septiques n’ont elles pas des effets néfastes sur la santé des familles? En tout cas, tout a commencé dès que certaines familles ont pressenti l’arrivée des orages. Aussi se préparèrent-elles activement pour… la sale besogne. Et l’on entendait certaines femmes intimer à d’autres de ramasser leurs ordures et… les verser dans les fosses septiques, parce qu’on a annoncé l’arrivée des pluies ! Par contre, d’autres familles attendent l’arrivée des vraies pluies, c’est-à-dire les hivernales.
En fait, c’est aux environs de 21 heures, au moment où, dans certains quartiers de Bamako, les gens restent chez eux, que d’autres se donnent rendez-vous dans les fosses septiques. C’est ainsi qu’aux alentours du marché jusqu’au pont de Dougoutiguila, les fosses septiques étaient envahies par leurs propriétaires respectifs, devant les portes.
On y notait la présence de femmes, d’enfants, et même de vieillards, portant chacun un seau rempli d’ordures. et tous étaient si sales qu’on ne pouvait faire la différence. Certaines femmes s’activaient, presque nues, sous cette pluie battante. Personne ne se sentait gêné par l’autre, puisque chacun faisait la même chose. Bien au contraire, c’était une véritable solidarité active entre gens de Sokorodji.
Le plus étonnant dans tout cela, c’est que ce vieux quartier serait le quartier le plus musulman de la Commune VI. Il est pourtant dit, dans le Saint Coran, qu’un musulman ne doit pas déranger son prochain. Mais ces actes ne constituent-ils pas un vrai dérangement pour certains?
Tout laisse penser que ce quartier est victime de son propre destin. Car c’est le quartier qui inquiète le plus les dirigeants politiques au moment des élections, parce qu’à l’instar d’autres quartiers (il faut le reconnaître), tout y est évalué en argent, achat de conscience, fraude électorale ou autres.
Sokorodji et Djanéguéla sont surtout les seuls quartiers à ne pas disposer de Mairie, en Commune VI. Quand on n’a pas une administration propre à assurer la gestion communale, les conséquences vont au détriment de la population. Et la population de Sokorodji en est victime., parce qu’elle ignore les conséquences de ces ordures. Que fait donc le service de l’assainissement de la Commune VI ? Est-ce à dire qu’il n’est pas au courant de ses malveillances?
Ce matin (13 Mai), ces fosses septiques ont toutes stagné. Le plus alarmant, c’est l’inondation totale d’une famille voisine de l’endroit où sont déversées les ordures. Certains habitants (tout en désirant garder l’anonymat) sont allés jusqu’à déclarer que l’arrivée de cette pluie a été une aubaine, puisque beaucoup d’habitants ne disposent pas de moyens pour payer des charretiers ou les GIE. Quel est donc le rôle de la Mairie?…

Le ministre de l’Environnement et de l’Assainissement est donc interpellé, car le cas de Sokorodji ne doit en aucune façon se répercuter dans les autres quartiers.“

Adégné Dolo (Stagiaire)
Daoudabougou, la collecte des ordures … par temps sec

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.