Catégories
Ecologie

Trois ans pour sauver le monde

Lorsque l’on débat des questions de l’environnement et de l’avenir de la planète, la discussion et les interrogations en arrivent toujours à ce point d’écueil: “Mais alors, que faut-il faire ?”

Reconnaissons que, bien souvent, les propositions qui nous sont faites, généralement par les médias, manquent de crédibilité et de caractère démonstratif et probant. Les hommes n’ont pas envie d’agir sans savoir si leur voisin n’agit pas, aussi, dans la même direction. Mon récent post (Envoyé-Spécial-chez-les-décroissants) relatif à “Envoyé Spécial” moquait le coté caricatural de comportements tenus par des “décroissants”. Ce qui en ressortait avant tout était l’aspect individualiste de chaque comportement, se voulant de surcroit messianique. Une évolution des mentalités ne se fera qu’avec la participation et la conviction d’une MAJORITE des gens. il s’agit donc d’un mouvement qui doit être collectif.

Jean-Marc Jancovici et Alain Grandjean viennent de publier (en janvier, aux Editions du Seuil) un remarquable ouvrage. “C’est maintenant. 3 ans pour sauver le monde”.

Trois grandes parties dans ce livre. Tout d’abord un inventaire de toutes les bonnes et mauvaises raisons, explications, justifications qui autorisent que l’on ne fasse rien. Mais pas de description apocalyptique. Les auteurs ne croient pas à la vertu pédagogique des catastrophes pour faire bouger le monde. Ils ont la grandeur de croire davantage à l’intelligence et à la prise de conscience.

Seconde partie. Où l’on retrouve la finance et sa main-mise sur le monde. Ici nait une parabole qui deviendra le fil rouge de ce bouquin: celle des deux énarques pascuans (de l’Ile de Pâques). Celui qui ne savait pas compter mais qui savait entretenir les richesses de l’île, bois et poissons, en veillant à leur juste consommation et à leur nécessaire renouvellement. Et celui qui savait compter et qui créa le PIB pascuan, traduction du nombre d’arbres abattus et de poissons péchés, un PIB qui se devait de toujours croître. Cet énarque plaça ces richesses en bourse et invita à spéculer sur la croissance de leur production en oubliant tout simplement la simple reconstitution des stocks. De dérive en dérive, il en est venu spéculer sur l’argent (les coquillages) censé représenter les richesses que sont les arbres et poissons. Cette parabole est malheureusement exacte et les touristes qui visitent l’Ile de Pâques savent ce qu’il reste de cette culture: rien ou quasi.

Ici, pas d’imprécations contre le capitalisme ou les capitalistes, mais une pédagogique démonstration que la dérive est vieille … comme le monde et que nous, comme les pascuans,ne savons pas la voir à temps.

Enfin, une troisième partie ironiquement appelée “Y’a plus qu’à”. Façon d’introduire un catalogue raisonné, raisonnable et collectif, ou communautaire si vous voulez, au sens de la communauté de tous les hommes.

Il s’y trouve des comportements pour chacun, bien entendu, mais aussi des guides pour des choix politiques, des orientations économiques dont nous pouvons nous inspirer dans nos commentaires quotidiens et sans doute demain lors des élections européennes.

  • Introduire à tous les niveaux de décision un contrôle du coût énergétique de tout ce qui est entrepris ou construit, avec priorité à la réduction de ce coût.
  • Taxer l’énergie en faisant évoluer les permis d’émission de CO2.
  • Déconcentrer les villes, réaménager le territoire, reconstruire le tissu rural, …
  • Isoler les logements, tous les logements, y compris ceux des parcs HLM.
  • Réduire l’usage de la voiture, en termes de vitesse, kilométrage parcouru, énergie consommée, …L’objectif est celui d’une voiture confortable, relativement petite et consommant près de 1 litre aux 100 km. Réduire également l’usage de l’avion.
  • Utiliser l’Europe pour harmoniser politiques et législations, d’autant que le Traité de Lisbonne permet d’aborder les thèmes du développement durable, du commerce équitable, de l’élimination de la pauvreté, ..
  • Définir une politique industrielle de développement de nouvelles technologies: stockage de l’électricité, biomasse, ..
  • Réduire la consommation de viande et singulièrement de viande bovine.
  • Encourager l’Europe à dégager les financements d’un Plan de Développement Environnemental en jouant du critère d’exception (comme pour les banques !) afin de ne pas augmenter le déficit.
  • Remettre l’OMC sur la voie de négociations honnêtes afin de limiter le commerce international sur des principes environnementaux, tout en favorisant des règles d’égalité entre tous les pays.
  • Tenir les comptes des nations avec un autre outil que le PIB. Un outil tenant compte à l’actif des richesses naturelles y compris le patrimoine humain, et au passif des pollutions, exploitations, destructions, …
  • Changer de métier, réhabiliter le travail manuel, celui de l’agriculteur, du petit commerçant, de l’artisan.

Ces propositions n’ouvrent pas à une France des années cinquante comme se plaisent eux-mêmes à la présenter certains “décroissants”. Non, ce peut être un pays moderne et dynamique, inclus dans une Europe moderne et dynamique, curieuse à faire toujours mieux avec toujours moins d’énergie et de déchets.

Ces propositions sont à lire.

D’urgence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.