Catégories
Ecologie

Consommation ou investissement ?

Samedi 14 février, “Le Monde” titrait en première page “Faut-il privilégier la relance par la consommation ?”

Dans deux jours vont s’ouvrir les rencontres (négociations ?) annoncées par le Président de la République quant à la relance économique et la nature des débats majoritaires laisse entrevoir un affrontement dans le plus pur style franco-français. relance par la consommation contre relance par l’investissement, gauche et extrême-gauche contre la droite, patronat et cercles économiques contre les syndicats. Or, la situation est infiniment plus complexe et ne se satisfera pas de jugements aussi catégoriques.

Il est évident que chaque stratégie présente ses avantages et ses inconvénients. Relancer par l’investissement dope l’activité économique de nos entreprises, mais la mise en œuvre en est longue et la capacité de réaction de l’industrie est peut-être trop faible … Relancer par la consommation apporte un pouvoir d’achat quasi immédiat, mais qui ne touche pas forcément les vrais besoins (réduction d’impôt n’aide que ceux qui en payent !), va se “perdre” en économies ou favoriser des biens produits hors d’Europe …

Mais tous les économistes et tous les analystes, qu’ils soient de droite ou de gauche, patronaux ou syndicaux, font la même impasse sur leur réflexion.

Relancer l’activité économique, d’accord !! Mais pour quelle économie ? Pour quelle production industrielle ? Pour quelle consommation ? En clair, pour quelle croissance ou pour quelle décroissance soutenable et acceptée ?

Musée du Vatican Escalier hélicoïdal

Si l’on accepte que toutes les choses (toutes les crises) sont liées, qu’il y a résonance entre l’inflation pétrolière du premier semestre 2008 et la crise financière du second semestre (et de maintenant …), si l’on admet que la consommation doit être réorientée afin d’économiser les ressources en énergie, alors le débat n’est pas l’investissement OU la consommation, mais il est bien l’investissement ET la consommation.

  • Pour favoriser les familles qui voudront changer leur voiture pour un modèle qui consomme moins de 3 litres aux 100 km, pour que les constructeurs y répondent favorablement et rapidement et pour que l’état verse une prime au démantèlement du véhicule gourmand.
  • Pour inciter les ménages à équiper leur logement de vérandas judicieusement placées, de panneaux photovoltaïques, de VMC à double flux et pour que les architectes et bâtisseurs y répondent favorablement et à des coûts très bas.
  • Pour offrir à tous les salariés des secteurs fragilisés (automobile, transports, grande distribution, tourisme, …) de solides opportunités de se former, de changer de métier, de choisir une branche mieux en rapport avec l’avenir et pour que l’éducation nationale et tous les organismes de formation publics et para-publics sachent y répondre rapidement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.