Catégories
Le Monde

La situation du Groupe Le Monde

Au cours de la semaine écoulée, et par deux fois, le quotidien « Le Monde » n’a pas paru. L’enjeu de cette grave crise et les points de vue respectifs ont été présentés par un article du Monde.fr écrit (http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2008/04/13/pourquoi-le-monde-ne-parait-pas-lundi_1034096_3236.html) et mis à jour pour la dernière fois le 18 avril.

Cet article a suscité 305 commentaires à ce jour (19h 00), exprimés en réalité par 285 lecteurs, un certain nombre d’entre eux s’étant prononcés à deux reprises. 305 commentaires: c’est peu en regard de l’importance du problème ! C’est peu également si l’on compare avec le nombre de commentaires provoqués, par exemple, par la relation du « Casse-toi, pauvre con.. » dans Le Monde.fr: largement le double !! Il faut dire que dans le cas de la répartie de Sarkozy, ce sont essentiellement des internautes qui se sont exprimés. Et que dans le cas de la situation du Monde, ce sont des lecteurs « papier » qui se sont exprimés sur un support électronique parce qu’ils étaient privés de leur quotidien. Cela est tellement vrai que 48% des commentaires sont datés du 14 avril, 6% du 15 avril, 9% du 16 avril et 30% du 17 avril.

Que disent ces commentaires ? Dans l’ensemble, des choses assez banales, attendues, mais dont l’analyse fine et statistique permet de s’interroger sur un aspect du lectorat du journal et sur ce qu’il attend de son quotidien.

14% de ces commentaires expriment un soutien assez inconditionnel des grévistes, souvent sans aucune autre considération.

Et 14% de ces commentaires s’attachent au point de vue inverse, mais en se partageant plusieurs logiques:

  • la grève prend le lecteur en otage.
  • les grévistes sont également des actionnaires et, de plus, ils ont élu leurs dirigeants !
  • la raison de vivre d’un journal; c’est l’info. Ne plus diffuser l’info, c’est tuer le journal.
  • enfin, la grève, par la perte de ressources et la perte de lecteurs, ne fait qu’empirer la situation.

La limite à 500 signes des commentaires oblige à n’exprimer bien souvent qu’une seule idée. On s’attendrait pourtant à quelques rapprochements sémantiques. C’est ainsi que plus de 11% des commentaires attribuent la responsabilité de la situation au capitalisme sauvage, représenté par Alain Minc, le « tueur du Monde », Jean-Marie Colombani, Edwy Plenel et, parfois, Eric Fottorino, à la « nomination douteuse » et instrument des précédents. Derrière ces hommes, il faut voir Lagardère, Sarkozy, la « hyène libérale », … Croyez-moi, aucun de ces analystes n’apporte pourtant le moindre soutien aux grévistes.

Autre grande cause de désaffection du lectorat, ou à tout le moins de malentendu entre le journal et ses lecteurs: le contenu. Et ce sont près de 20% des commentaires qui y font référence. Le Monde a pris des « positions simplistes », il s’est « pipolisé », il « privilégie les scoops », il est « complaisant avec le libéralisme et le sarkozysme », à l’inverse il fait de la « ségôlatrie », il « manque d’intelligence, d’analyses, de débats », il « doit redevenir sérieux, honnête, indépendant, exigeant », il doit faire preuve de « plus de maturité, avec moins d’idéologie, là où seule la pluralité importe le Monde y participe de moins en moins »…, il prend des « positions moralistes douteuses », il est devenu un « journal militant de gauche qui a perdu son impartialité, pluralisme et démocratie n’y sont que de façade, la pensée dominante …domine », il ne « manque que l’horoscope, les titres géants et la pin-up »,…

Quel remède croyez-vous que proposent ces mécontents du contenu ? Près de la moitié d’entre eux proposent au quotidien de se « recentrer sur le cœur de métier », de faire un « exposé critique de l’info », d’avoir de la « tenue », de « revenir sur ses bases », de « retrouver le français, l’absence de photos, la profondeur, l’austérité, le sérieux, encore le sérieux, toujours le sérieux et, si possible, de l’objectivité ».

Ils sont ainsi 16% des intervenants à vouloir concrétiser ce sérieux par la suppression des suppléments publicitaires (modes et montres), mais aussi par la suppression des suppléments RadioTV, Argent, Mondes livres, New York Times, CD, DVD et autres « gadgets de fin de semaine ». Quand au Monde2, il déchaîne littéralement la fureur des commentateurs:  »racoleur, des photos en veux-tu, en voilà, pour les snobs, futile, élitiste et fumeux, « tendance », ennuyeux, inodore, photos « bourges », bling-bling, prétentieux, modernité de salon, bobo et déjanté ». Hé bien, quelle violence dans les jugements !!!

Alors, lorsque Lucie, intervenante du 16 avril, demande en toute innocence « pourquoi tant de haine contre le Monde2, ce beau magazine du week-end que j’aime bien », on s’arrête sur une autre partie de son commentaire: « les lecteurs du Monde ont cent ans !!« 

Et c’est vrai !! 15% d’entre eux revendiquent leur ancienneté, comme une médaille à la boutonnière:  »lecteur de 77 ans, lecteur depuis 1955, lecteur depuis 40 ans, 36 ans d’abonnement, 52 ans de lecteur », etc, etc … Comme si cela ne suffisait pas, AUCUN commentaire ne semble émaner d’un jeune qui aurait la fierté de le proclamer ! Pire, un (un seul) commentaire provenant d’une enseignante déclare que ses « étudiants ne lisent pas Le Monde parce qu’ils n’ont pas le temps et que c’est trop compliqué« .

Oui, Lucie, vous avez raison, les lecteurs du Monde ont cent ans ! Dans leur quasi majorité, tous ces vétérans regrettent la forme austère de Sirius (je pense que vous n’avez pas connu !) et veulent détruire au plus vite Le Monde2. J’ai lu pour vous tous les commentaires et j’ai quand même trouvé Marion, Patrick, Launi et le Prof Jean-Paul B qui disent aimer le Monde2. Avec vous et moi, ça fait SIX !!

Tout le monde n’est pas encore cité. 13% des commentaires n’apportent pas vraiment de contribution à l’édifice, certains sont même déplacés…

11 commentaires (c’est moins de 4%) sont là pour réclamer plus d’explications et d’informations sur les positions respectives de la direction et des salariés. C’est peu. Est-ce à dire que le traitement de ce dossier par le quotidien est satisfaisant ?

Enfin, alors que ces 305 intervenants se sont exprimés sur un support électronique, ils ne sont que HUIT à faire référence à l’internet et au Monde.fr, dont deux pour exprimer un point de vue négatif sur « l’internet qui permet à chacun de rester dans son réseau virtuel borné par son politiquement correct personnel » ou pour dire que « seul le journal permet une analyse sérieuse et intelligente et des débats. Pour le reste, la TV et l’internet suffisent ».

Et pourtant, l’avenir du Monde, s’il doit en avoir un et s’il n’est pas trop tard, passe nécessairement par les jeunes, par l’ouverture, la découverte et par l’internet.

DRH HHH a sans doute raison quelque part: « Que vous ayez des lecteurs capables d’écrire ce que je viens de lire sur les suppléments, est pour moi une découverte et sûrement la vraie raison du déclin« .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.