Catégories
Développement solidaire

De retour du cœur de l’Afrique

C’est au cœur de l’Afrique, parce que c’est au Tchad et que le Tchad est au centre de ce continent. C’est au cœur de l’Afrique parce que c’est au centre du Tchad, dans la province du Guéra, dans la ville de Mongo. Et c’est au cœur de l’Afrique parce que nous vivons ici la vie africaine dans son sens le plus traditionnel du terme.

Depuis N’Djamena, il nous faut parcourir plusieurs centaines de kilomètres, tout d’abord d’une bonne route à deux voies (et à péage !), ensuite d’une piste rouge. Cette piste est en voie de transformation pour devenir une route goudronnée et rejoindre l’est du pays. Une partie du marché a été allouée à la Société Egyptienne Arab Contractors, l’autre partie est concédée aux Chinois. Lesquels chinois sont également présents dans l’exploitation d’une grande raffinerie aux portes de la capitale.

Tchad – Troupeaux sur la piste

Ce long trajet se parcourt dans une immense plaine d’altitude comprise entre 300 et 450 mètres. Il faut atteindre Ngoura pour découvrir les premiers reliefs sous forme d’immenses tas de roches dorées, énormes et pansues, un peu comme si un titan avait ramassé tous les cailloux de la plaine pour en faire des tas et permettre l’agriculture. En fait d’agriculture, elle est rare, parfois des champs de sorgho, mais l’élevage s’y montre intensif. La plaine est parcourue quotidiennement par des milliers et des milliers de têtes de bétail, des bœufs, des zébus, des troupeaux de veaux, des moutons, des chèvres, des chameaux … Tout ce peuple, guidé par quelques hommes parfois à cheval, traverse le pays et se dirige vers la capitale et vers le Nigeria, commerce de la viande oblige. Lorsque se présente un marigot, une mare d’eau subsistant après la saison des pluies, les animaux se regroupent pour s’abreuver. La végétation est celle d’une savane avec des arbustes courts, épineux ou gras. Abtouyour est un spectaculaire piton rocheux, lisse comme le plat de la main et, paraît-il, impossible à escalader. Une source y naitrait au sommet occupé par des oiseaux de proie et recouvert de fiente blanche discernable d’en bas. Ce rocher a un caractère sacré dans la région.

Tchad-Abtouyour

Les villages sont nombreux, parfois au bord de la piste, parfois un peu à l’écart. A quelques kilomètres de Bokoro, il en est un très beau, parfaitement circulaire, constitué de cases totalement végétales, murs et toits. Parfois, sur le bord de la route, des hommes coupent de longues tiges de graminées séchées qu’ils utiliseront pour la réfection de leur toit. Sur cette même route, quelques très jeunes filles tendent une banderole en travers, faite de foulards colorés mis bout à bout. Elles cherchent à arrêter les automobiles pour solliciter un peu d’argent à l’occasion du mariage de l’ainée qui doit avoir 15 ou 16 ans.

Enfin, Mongo, la dixième ville du pays, environ 30000 habitants. Nous y arrivons de nuit, la ville est plongée dans l’obscurité, seuls de rares lampadaires éclairent les abords de bâtiments publics, l’hôpital, la gendarmerie, … Mongo dispose d’un lycée et d’un établissement universitaire, un Institut Polytechnique, depuis une dizaine d’années. Un nouveau marché attend son inauguration, le recours aux panneaux photovoltaïques pour l’éclairage est généreux. L’hôpital, quant à lui, respire la misère et la pauvreté. Les lits, en nombre insuffisant, sont obsolètes et rouillés, le laboratoire n’a plus d’appareil automatique pour faire de l’hématologie, les incinérateurs à déchets ne sont plus opérationnels. A la gendarmerie elle-même les choses ne sont pas mieux, de nombreux véhicules 4 X 4 attendent des réparations improbables en étant posés sur des caisses ou des cailloux de façon à ne pas laisser cuire les pneus au soleil.

Tchad-Mongo-Le nouveau marché

Mongo vit du commerce, Mongo vit de l’artisanat (pas celui des touristes !), Mongo vit de l’élevage. En ce moment Mongo récolte son mil et le bat de façon traditionnelle. C’est également le temps de l’arrachage des cacahuètes dont les ruminants mangent les fanes avec plaisir. Mongo n’a pratiquement pas d’électricité, sauf appel aux groupes électrogènes. L’essence et le gasoil s’y vendent à la bouteille ou au jerrycan sur le bord de la route, tout simplement parce qu’aucune source d’électricité ne peut alimenter des pompes. Le coût de la vie est élevé à Mongo, car les ONG y sont nombreuses, entre autres le PAM. Et actuellement la Croix-Rouge …

Le choléra rode autour de Mongo, de Bitkine et des villages avoisinants, comme il rode dans tout le Tchad, au Mali, au Cameroun, au Nigéria, au Niger ou ailleurs en Afrique Centrale et de l’Ouest. L’épidémie, au Tchad, marque le pas en ce moment, mais un rien peut la réveiller. Le choléra est une maladie de la pauvreté, une maladie due à l’absence d’eau propre et comestible, une maladie due à l’absence de latrines et de traitement des eaux usées, une maladie due à l’absence d’hygiène. Et c’est pour établir un Centre de Traitement du Choléra que la Croix-Rouge Tchadienne, la Croix-Rouge Française, la Croix-Rouge Canadienne se sont installées à Mongo. Cette maladie, et surtout les causes de son développement, résument mieux que n’importe quel discours le retard incommensurable de l’Afrique par rapport au reste du monde. Si le discours au droit à l’eau à un sens, celui de la gratuité de l’eau que l’on entend parfois n’en a aucun. Voici un petit village, Sarah Arab, et son puits de fabrication belge installé depuis quelques temps déjà. Il distribue une eau assez claire, mais qui contrôle régulièrement la qualité de cette eau ? Et qui finance ce contrôle ? Le débit de ce puits paraît hésitant, il se peut que des clapets ou des joints aient perdu leur étanchéité. Qui assurera la révision de cette pompe ? Et qui le financera ? Apporter de l’eau à un village, c’est une énorme responsabilité. Cela s’accompagne toujours de l’incitation à ne plus utiliser l’eau du marigot voisin. Encore faut-il pouvoir garantir la potabilité de l’eau que l’on préconise. Il n’est pas interdit de considérer que l’eau peut être gratuite, comme un don du ciel, mais il n’est pas possible d’envisager la gratuité du service de l’eau.
Le choléra s’attrape et se transmet de façon dramatiquement banale. Ici, c’est une mare qui est contaminée, et pourtant, seul point d’eau, longtemps les femmes y ont poursuivi leurs prélèvements pour la cuisine ou sont venues y laver leur linge, à coté des animaux qui s’hydrataient. Ici, c’est un homme qui en est décédé. La famille s’est retrouvée pour le lavage rituel de son corps avant inhumation et a été contaminée. Là, c’est une femme qui est morte; les voisines sont venues pour présenter leurs condoléances et se lamenter. Elles sont reparties contaminées.

Tchad-Sarah Arab-Femme au puits

C’est le même chauffeur qui a fait le trajet aller et le trajet retour et cela a permis quelques échanges. « Hadj », puisqu’il a fait le pèlerinage de La Mecque, il raconte avoir épousé sa seconde femme alors qu’elle n’avait pas quatorze ans. Elle lui a donné neuf enfants, dont trois sont décédés en bas âge. Rien ne prouve que les six autres atteindront l’âge adulte. Le taux de natalité est de 41 pour mille (13 pour mille en France), mais le taux de mortalité est de 16 pour mille (9 pour mille en France). L’espérance de vie, au Tchad, ne dépasse pas cinquante ans. Alors, il faut bien faire des enfants pour assurer sa descendance et entourer les anciens quand ils ne pourront plus travailler.

Comme ceux qui affirment froidement que l’électricité en Afrique n’est pas un droit, il en est qui rêvent d’une décroissance en Occident et d’un maintien de l’Afrique dans son état actuel. Elle serait le symbole d’une vie simple, frugale, économe en énergie, faite de partage et de solidarité … Actuellement, ce que l’on découvre est bien davantage le symbole du sous-développement, de la misère, de la pauvreté, de la maladie, de la souffrance, de la vie écourtée …

Pour en savoir davantage:

  • la page de la Croix-Rouge à Mongo (http://www.croix-rouge.fr/Actualite/Montage-d-un-centre-de-traitement-de-cholera-1377),
  • la page du Tchad au Ministère des Affaires Etrangères (http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/pays-zones-geo_833/tchad_357/presentation-du-tchad_1299/presentation_4071.html) (pas à jour !).
  • le blog d’une coopérante qui a vécu deux ans à Bitkine (http://christelle-tchad.over-blog.com/).
Catégories
Développement solidaire

La faim dans le monde, le gourou et le G20

Cette image, trouvée quelque part sur le net et publiée sur la page d’un ami d’ami, interroge quant à l’état de notre monde.

One person dies … (DR)

A priori, la cause est bonne. Mais est-ce vraiment le cas ?
On peut discuter indéfiniment sur les chiffres (http://www.lexpress.fr/actualite/societe/les-chiffres-de-la-faim-dans-le-monde_1040867.html): 850 millions, 950 millions, 1 milliard, plus d’un milliard, … cela ne change pas grand chose au fait qu’un humain sur sept, ou presque, ne mange pas à sa faim aujourd’hui. A de rares exceptions près (situation de guerre, maladie épidémique ou catastrophe naturelle), ce n’est pas l’insuffisance de nourriture produite par les pays concernés qui est en cause, mais d’une part la destination autre que locale des productions et, d’autre part, l’inexistence de moyens de transport adéquats pour alimenter des zones éloignées.
La destination autre concerne des productions alimentaires destinées à l’exportation et non à la satisfaction des besoins locaux. En « échange » seront importées, souvent à prix élevé, des nourritures de base qui ne seront pas correctement distribués par suite de déficiences structurelles du pays.

Alors, sensibiliser au problème de la faim dans le monde en évoquant l’émotion soulevée par la mort d’un gourou, est-ce vraiment une bonne idée ? Cet homme n’a jamais rien inventé, jamais. Son « génie » (si génie il y a) a été de savoir attraper au vol les tendances de fond d’une société de loisir et de consommation et de satisfaire celles-ci au travers d’un habillage, d’un design, approprié. Tout au long de sa fulgurante carrière, il aura jalousement veillé, par son système propriétaire et ses tarifs élevés, à ne satisfaire que le haut du panier de sa cible jeune et pourtant friquée. Il est le symbole même de la société occidentale qui, telle un eldorado, fait rêver les jeunesses du reste du monde.
Comme il est probable que les adorateurs de ce gourou ne seront probablement pas les plus aptes à comprendre les questions de la faim dans le monde, sinon en cliquant sur quelque site dit « humanitaire » (dont il reste encore à vérifier l’honnêteté) afin de lâcher un euro pour se donner bonne conscience, il est plausible de considérer que cette image n’est d’aucune utilité. Pas davantage, d’ailleurs, qu’une autre image qui montre des tas d’invendus d’un supermarché jetés aux déchets et, en regard, des enfants affamés …
Mais, au passage, on aura dénoncé un monde fait de profiteurs et de riches, de riches profiteurs, qui ignore et méprise un autre monde fait de pauvres et de crève-la-faim. A t-on pour autant apporté une réponse au problème ? En fait, cette image participe d’une tendance forte qui prévaut actuellement dans l’ensemble du débat politique et dans les médias (presse, internet, réseaux sociaux); celle de l’émotionnel.

Dans le même ordre d’idées, on peut ajouter les débats démagogiques autour du salaire du président, ou les affirmations tout aussi simplistes selon lesquelles « les riches n’ont qu’à payer » ou « les politiques: tous pourris ». Une petite liste comparée des salaires des uns et des autres est en train de se tailler un beau succès en France et en Italie, peut-être ailleurs en Europe.

 »Gardien de la paix: 1600 euros pour risquer sa vie »
 »Pompier professionnel: 1800 euros pour sauver une vie »
 »Instituteur: 1600 euros pour préparer à la vie »
 »Médecin: 5000 euros pour nous maintenir en vie »
 »Sénateur: 19000 euros pour profiter de la vie »
 »Ministre: 30000 euros pour nous pourrir la vie »

Et, dans sa version italienne:%%%

 »Poliziotto: 1600 euros per rischiare la vita »
 »Pompiere: 1800 euros per salvare la vita »
 »Maestro: 1400 euros per prepararti per la vita »
 »Dottore: 2200 euros per mantenere la vita »
 »Deputato: 30000 euro per fottere la vita degli altri »

Il faut le dire tout net. Ces petits manifestes relèvent d’une forme d’indignation (très à la mode) qui porte en elle de dangereuses graines.
Chacun est indigné de voir et de savoir que quelqu’un, au-dessus de lui, (parfois tout juste au-dessus de lui lorsque l’on voit certains proposer le blocage des salaires à 4000 € !) gagne davantage, est mieux logé, passe des vacances sous un soleil plus chaud, transmet davantage de biens à ses enfants, a une meilleure retraite, etc, etc …
Mais combien sont indignés des injustices que rencontrent ceux qui sont en-dessous, qui ont des problèmes de papiers ou de certificats de séjour, qui sont mal logés, qui ont faim, qui ont froid, qui sont exclus du travail, qui n’ont pas de vie sociale, etc, etc …

Le monde n’est pas fait de vases communicants. Et il y a une grande différence à revendiquer une meilleure justice sociale, une meilleure répartition des revenus, une meilleure politique fiscale, plutôt que de désigner du doigt celui qui est au-dessus et d’en faire un bouc émissaire. C’est la porte ouverte à la délation, à la dénonciation, à la vengeance, au règlement de compte, à la xénophobie, au racisme, au poujadisme politique, à l’extrême-droite la plus réactionnaire qu’il soit possible d’imaginer.

Et l’on s’éloigne de notre sujet: la faim dans le monde ! Existe t-il des solutions ? Sans doute. Sans doute également difficiles à mettre en œuvre, ce qui n’est pas une raison pour ne rien faire. Le récent G20 avait été saisi de cette question (http://www.jean-jaures.org/Publications/Les-notes/Le-G20-et-la-faim-dans-le-monde) par de nombreuses ONG qui, entre autres, proposaient (demandaient) que les pays riches s’engagent auprès des pays en développement et participent à:

  • l’accroissement des productions existantes, notamment celles d’une agriculture d’autosubsistance,
  • l’amélioration du droit de propriété (réalisation de registres cadastraux), ne serait-ce que pour interdire aux états de céder des parcelles conséquentes de leurs territoires à d’autres pays pour des productions intensives non alimentaires,
  • la régulation des cours (Main-basse-sur-le-riz-des-questions) des matières premières agricoles, en sachant bien qu’en la matière, la spéculation n’est pas l’apanage exclusif de la finance mondiale !!
  • la création de stocks régionaux, ou de fonds de régulation des matières premières agricoles.
    Le G20 a pris position de façon timide. Les réponses existent. Sont-elles à la hauteur de l’enjeu (http://fr.wfp.org/nouvelles/nouvelles-release/le-pam-salue-les-actions-du-sommet-du-g20) ?
Catégories
Développement solidaire

Pétrole, riz, …spéculation

Alors que les cours du pétrole sont en hausse constante, voici que les chaînes de télévision et la presse (y compris parfois votre “quotidien de référence”) nous ressortent la vieille antienne de la faute aux spéculateurs. Certes il s’agit là d’une chanson facile, qui ne fait de mal à presque personne, même pas aux potentiels spéculateurs, qui simplifie à l’extrême les explications pédagogiques que l’on peut donner et qui satisfait le peuple des électeurs.

Sarkozy ne s’en est pas privé lorsqu’il à tancé vertement les économistes européens venus présenter à Davos un rapport sur le rôle de la spéculation dans la volatilité des cours. Comme ce rapport concluait à un rôle mineur, pour ne pas dire négligeable, comparable à « l’écume de la vague », Sarkozy leur a intimé la consigne de revenir présenter leur rapport le … 1er avril ! Le 1er avril c’est bientôt et nous n’allons pas nous priver de réfléchir encore une fois (voir post Pétrole-le-retour] et là (Prix-du-petrole-fondamentaux-physiques-ou-financiers-…) sur cette question du rôle de la spéculation dans la fixation du cours des matières premières.

Retour sur l’évolution des cours du pétrole. Après le sommet historique de juillet 2008 (145 $), le cours du pétrole brut est retombé à .. 34 $ en début d’année 2009, un chiffre impossible à tenir puisque inférieur au simple coût de production de la matière. Mais un chiffre qui peut s’expliquer par une réaction exagérée après les “excès” de l’année écoulée. Cela est si vrai que le cours n’a pas cessé depuis de remonter pour atteindre 68,75 $ le 25 mai 2010. Le prix du pétrole avait donc déjà quasiment doublé depuis son cours plancher de début 2009, mais qui vous en a parlé ?

Le 14 décembre 2010, jour considéré comme le signe de naissance de la révolte tunisienne, le cours du pétrole brut était de 88,17 $, soit 159 % d’augmentation depuis février 2009, ou 28 % depuis le cours de mai 2010 ! Un petite rémission s’est instaurée puisque le cours n’était que de 84,53 $ le 15 février 2011. Aujourd’hui 10 mars 2011, il est de 102,60 $, en baisse de quelques points depuis deux jours, mais en augmentation de 49 % depuis mai 2010.

(C) La Documentation Française

Tableau extrait de: (http://prixdubaril.com/|http://prixdubaril.com/)

Quelles en sont les causes ? Tout d’abord, la même cause que celle qui a conduit à la crise de 2008: il n’y a pas assez de pétrole en réserves connues ou “hypothésées” pour répondre aux besoins de la planète terre ! La consommation a repris sa croissance après l’essentiel de la crise que le monde a vécue en 2008-2009. La croissance des pays occidentaux reste mesurée, il n’en est pas de même de celle des pays “émergents”, lesquels n’ont plus rien d’émergent. A la demande croissante répond une offre qui n’évolue pas malgré les proclamations souvent tapageuses des pétroliers: les réserves ne suffisent pas pour assurer une croissance soutenue. Loi de l’offre et de la demande: les prix augmentent.

Cette redoutable question du « peak oil » (http://aspofrance.org/) est dans les esprits de tous nos dirigeants, lesquels se gardent bien d’en parler car, pour le coup, l’inflation du cours du pétrole serait exponentielle. Tous nos économistes également s’abstiennent d’aborder cette notion, qu’ils soient vrais économistes au service des politiques ou journalistes-économistes.

Un blog du “Monde” en parle avec acuité: celui de Matthieu Auzanneau: Oil Man (http://petrole.blog.lemonde.fr/peak-oil-le-dossier).

La seconde raison de l’envolée (relative) actuelle du cours du pétrole est à chercher avant tout dans la psychologie des financiers, des investisseurs, des industriels. La succession des crises et des révoltes au Maghreb et au Proche-Orient inquiète et fait redouter une rupture grave dans la fourniture du pétrole au monde entier, et pas seulement en Occident. Cette crainte vient s’ajouter à la cause précédente. Elle n’est pas qu’une vue de l’esprit, car une révolte au Koweit ou en Arabie Saoudite, avec arrêt de l’approvisionnement, serait cauchemardesque pour toute l’économie mondiale. Il faut nous souvenir que l’économie n’est pas une science exacte et que tous les hommes qui la pratiquent sont soumis à des tensions et/ou des émotions qui influent sur leurs décisions.

Alors en troisième raison, la spéculation ? Juste une question: lorsque vous jouez au tiercé et que vous misez sur le cheval N° 6, cela va-t’il faire gagner ce cheval précisément ? NON. Les négociants en produits pétroliers achètent et revendent un pétrole en cherchant a gagner sur le différentiel de prix. Les spéculateurs des “hedge funds” font la même chose, en plus vite, avec un pétrole virtuel. Les uns comme les autres n’ont pas le moyen de modifier l’évolution des cours, ils ne peuvent qu’anticiper et faire de la prévision pour les plus raisonnables ou des paris (comme vous, avec le cheval N° 6) pour les plus aventureux. Ces derniers ont sans doute été surpris de voir le cours d’aujourd’hui reculer brutalement de 3 points parce que la Chine présente un déficit de sa balance commerciale.

Les seules conditions pour que les “spéculateurs” puissent maîtriser l’évolution des cours et en retirer un bénéfice sont celles qui permettent de verrouiller un marché, soit au niveau de la production, soit au niveau du stockage, soit au niveau de la distribution. Ce n’est pas le cas pour le pétrole dans aucun de ces trois secteurs !

La spéculation ne crée pas la variabilité des coûts. Flottant dessus, elle ne peut que l’amplifier. Si l’on doit agir sur quelque chose, ce n’est pas sur les spéculateurs (quand bien même faut-il condamner l’avidité de certains !!), mais sur les causes profondes, à savoir soit la production si elle s’avère insuffisante, soit la consommation si elle se révèle excessive, ce qui est le cas du pétrole.

Alors le riz ?

De lui également, on a déjà parlé ici| (Main-basse-sur-le-riz-des-questions). Dans une rubrique éco du Monde en date du 7 mars dernier, Alain Faujas (Risotto politique) stigmatise quelque peu le Vietnam ou la Thaïlande, en les accusant de bloquer les exportations de riz et en favorisant une remontée “artificielle” des coûts. Spéculateurs, dit-il …, qui porteront la responsabilité de prochaines famines en Afrique, région où la production est insuffisante par rapport à la demande.

En première observation, il semble faux d’affirmer qu’il n’existe aucune menace de pénurie dans les pays du Sud-Est Asiatique. Les stocks ne justifient pas tout et « la consommation mondiale de riz progresse beaucoup plus vite que la production » (http://jpboris.wordpress.com/2011/01/27/matieres-premieres-sarkozy-sillusionne/).

En seconde observation, et là nous rejoignons notre thématique du jour, au lieu de nous attaquer à ceux qui sont appelés des spéculateurs et qui ne font souvent que protéger leurs populations et ses ressources alimentaires à long terme, nous devrions nous occuper des causes profondes et favoriser une politique de suffisance alimentaire en Afrique.Et peut-être aussi dans l’immédiat une politique de stockage de céréales pour les pays de l’Ouest africain.

Un challenge pour l’Europe et pour la France dans le cadre de la redéfinition de sa politique africaine ?

Catégories
Développement solidaire

Forum Social Mondial

A partir d’aujourd’hui et pour quelques jours, le [Forum Social Mondial (http://www.forumsocialmundial.org.br/main.php?id_menu=19&cd_language=3) est rassemblé à Dakar. 10 ans après sa naissance (2001), ce mouvement alternatif (altermondialiste) traverse une mauvaise passe. Ce n’est pas la présence d’une forte délégation de socialistes européens et d’une forte délégation de socialistes français qui y changera quelque chose (Ségolène, Martine, …), bien au contraire puisqu’il s’agit là d’une “récupération” social-démocrate du “contre-Davos”.

Depuis quelques temps déjà, mais principalement à l’approche du sommet de Dakar, de nombreuses critiques émergent. certains lui reprochent son incapacité, sa prolifération d’idées, de propositions et de motions et ses divisions: à chaque participant, sa recette pour changer le monde. D’autres soulignent un embourgeoisement, les délégations choisissant des hébergements 4 ou 5 étoiles, ou une “absorption par le capitalisme” dans la mesure où de grandes entreprises comme Ford ou Petrobras aident à son financement.

La principale cause de cette perte d’efficacité tient sans doute à une erreur de jugement des altermondialistes. ceux-ci ont cru (croient encore pour certains …) que les pays en développement étaient porteurs d’une alternative radicale au capitalisme et qu’une nouvelle société plus solidaire, plus égalitaire et moins soucieuse de réussite sociale et financière pouvait se dessiner.

Forum Social Mondial (DR)

Il n’en est rien. L’évolution de l’Inde, de la Chine et même du Brésil, qui poursuit une politique sociale-libérale, le démontre. L’objectif de tous ces pays est de gagner des parts dans la compétition mondiale. Le Brésil, certes, fait cela “bien” puisqu’il cherche à intégrer toute sa population, à commencer par les plus pauvres, dans son économie.C’est une incontestable démarche positive, mais ce n’est pas là ce qu’attendaient les altermondialistes qui pensent “décroissance” et “développement local”. Les très récents mouvements de révolte du Maghreb ou du Proche-Orient (qui seront récupérés dans les discours de Dakar) ne changent rien à ce constat: les jeunes, majoritaires, qui les animent et les conduisent, sont avant tout désireux d’accéder à la liberté (d’expression, sociale, économique, culturelle, …) que la vitrine occidentale leur offre quotidiennement.

Désireux de se ressaisir, certains militants cherchent d’autres alternatives. Hugo Chavez et sa proposition de “V° Internationale” en sont une !!!

D’autres ont recours aux vieilles méthodes de mobilisation et lancent d’ores et déjà un appel à “perturber” la tenue des sommets des G8 et G20 en France. Il s’agit là d’un plus petit commun multiple, mais il ne fera pas illusion, d’autant plus que le FSM lui-même fait l’objet de contestations et d’appels …. à le perturber ! (http://juralibertaire.over-blog.com/article-appel-a-perturber-le-forum-social-mondial-de-dakar-en-fevrier-2011-60608919.html)

Catégories
Développement solidaire

Retraite bolivienne

Le débat sur les retraites, qui anime la France depuis plusieurs mois, se caractérise de part et d’autre par la pauvreté et la simplification parfois outrancière des arguments. On n’est pas là pour réfléchir, mais pour échanger des slogans !

Depuis quelques jours, il en est un nouveau, venu de Bolivie. Ce pays, pauvre mais “en voie de développement”, débat actuellement avec ses organisations syndicales d’un abaissement de l’âge de la retraite. Cette information fait florès sur de nombreux blogs militants qui, bien sûr, reconnaissent que la Bolivie n’est pas la France, mais affirment que cet exemple justifie les luttes ouvrières. La Bolivie envisage (la chose n’est pas encore faite) d’abaisser l’âge de la retraite de 65 ans à 58 ans.

Pour que cette info ne soit pas une simple désinformation, il serait souhaitable de préciser que l’espérance de VIE d’un bolivien est de 65,7 ans (2008, Banque Mondiale), ce qui veut dire qu’actuellement un bolivien moyen ne touche sa retraite que pendant huit mois après avoir cessé de travailler.

Il n’est donc que justice que l’âge de départ soit avancé, grâce en soit rendue à Evo Moralès.

En France, l’espérance de vie (mêmes sources) est de .. 81,5 ans, ce qui veut dire que l’on peut bénéficier actuellement de sa retraite pendant … 21,5 années en moyenne après avoir cessé de travailler. Ce chiffre sera abaissé à 19,5 années après mise en œuvre intégrale des nouvelles dispositions. On est encore loin des 7 années qui seront peut-être accordées aux boliviens. L’honnêteté justifierait de le dire !

Evo Moralès (DR)
Catégories
Développement solidaire

Histoire de foules et de solidarité

Ce post est impérativement à relier au précédent (/Au-lieu-des-manifs-…-un-projet-politique), sous peine d’incompréhension.

Parmi les “enseignements” qui sont tirés des nombreuses manifestations contre la réforme des retraites, il en est un qui veut croire en la naissance de nouvelles solidarités ou le renforcement de solidarités intergénérationnelles prééxistantes.

Il est, en tous les cas, une solidarité qui ne s’est guère exprimée: c’est la solidarité entre français de diverses origines. La série de photos qui suit (captée sur internet dans l’ordre d’apparition sur requête) en fait la démonstration. Les photos de manifs sont suivies de photographies de foules toutes aussi parisiennes, celles du métro. A l’évidence, il ne s’agit pas de la même France …. où est l’erreur ?

Manif pour la retraite à 60 ans (DR)
Manif pour la retraite à 60 ans (C)SIPA
Manif pour la retraite à 60 ans (C)Julien Nibeaudeau Roffet
Manif pour la retraite à 60 ans (C)SIPA
Manif pour la retraite à 60 ans (DR)




Foule de métro (C)Patrick Kovarick-AFP
Foule de métro (C)Fred Dufour-AFP
Foule de métro (C)Reuters
Foule de métro (C)LCI

Merci aux photographes dont j’ai capté les images.

Catégories
Développement solidaire

Les ouvriers d’Asie se révoltent ?

Dans son édition du 10 août 2010, Le Monde a publié un éditorial d’une rare indigence. Sous le titre « Bonne nouvelle: les ouvriers d’Asie se révoltent », il y est question des luttes sociales en Chine et au Bangladesh, prenant pour exemple les salariés de Foxconn et de Honda ou les ouvriers du textile.

Faisant appel à un marxisme de collégien (ou tel un tract du Nouveau Parti Anticapitaliste), la rédaction veut nous persuader que la capacité de la classe ouvrière à se révolter n’est pas morte et qu’elle met fin à l’illusion des économistes et des chefs d’entreprises occidentaux qui voyaient en Asie un réservoir inépuisable de main d’œuvre.

Dans les faits, tout d’abord, la révolte justifiée de quelques milliers d’ouvriers n’est pas la révolte d’une classe ouvrière. Et ils sont encore plusieurs centaines de milliers de paysans à quitter leurs terres pour se vendre sur les chantiers des grandes villes. Ils sont encore plusieurs milliers à être rejetés, sans dire un mot, lorsque les chantiers sont achevés (JO ou Expo Universelle) ou lorsque la crise frappe la construction.

Mais admettons que ces révoltes soient l’hirondelle qui fait le printemps et qui annonce un temps nouveau pour la classe ouvrière. Marx n’y sera pour rien, qui n’a fait qu’écrire une explication des luttes économiques et sociales en contrepoint de celle d’Adam Smith, l’un voyant en blanc ce que l’autre voit en noir ! Il est d’une évidence absolue que la monté de la richesse dans les pays d’Asie entraîne déjà et entraînera davantage encore une évolution du niveau de vie de la population. Et seules des caricatures d’économistes ou de capitaliste, comme savent en produire les marxistes naïfs, ont pu s’imaginer que les masses asiatiques seraient soumises à perpétuité !

Le niveau de vie s’élève et s’élèvera, la qualité des produits s’améliore et s’améliorera, la sécurité des installations et des process grandit et grandira, l’environnement gagne déjà à être respecté et le sera davantage encore, et cela nous amène à la seconde partie de cet éditorial.

Où il est dit que la résultante de ces conflits (l’augmentation des salaires) est une bonne nouvelle économique et morale. Parce que la mondialisation ne peut être durable que si elle est équitable et parce que l’augmentation du coût salarial va rendre la délocalisation des emplois occidentaux de plus en plus coûteuse. Ce qui protègera nos emplois et permettra à nos industries de vendre “des sacs à mains et des automobiles”.

Que faut-il admirer le plus ? l’optimisme béat de cet éditorial ou sa naïveté ?

Les travailleurs chinois, indiens ou bengalis ne travaillent pas pour sauver nos emplois, mais pour capter l’essentiel de l’activité industrielle mondiale. Qu’ont-ils à faire de nos sacs à main, nécessairement de luxe, et qui ne satisferont que l’extrême-bourgeoisie de leurs pays ? De même, qu’ont-ils à faire de nos voitures que, dans un ou deux couples d’années, ils auront remplacées par les leurs ?

La mondialisation, ça ne se résume pas à la délocalisation ! La mondialisation de l’économie, en marche depuis les routes de la soie, de l’encens, du sel, (ce n’est donc pas d’aujourd’hui), c’est une rationalisation des circuits commerciaux: matières premières, fabrication, distribution, ventes. La délocalisation des entreprises occidentales vers l’Asie est sans doute le chant du cygne de ces entreprises.

Demain, nous aurons en tête de pont les entreprises capitalistes indiennes, chinoises. Avec elles, elles auront la force de travail par le nombre et par la jeunesse (nous, nous serons vieux et lutterons encore contre l’immigration clandestine), elles auront la capacité d’inventer et de TOUT remettre en cause (regardez donc cette histoire de bus géant (http://www.umiwi.com/video/detail1541) en 3D), elles auront les matières premières qu’elles exploiteront sur place ou bien en Afrique ou bien en Amérique Latine, elles auront l’eau, elles auront les terres agricoles, elles auront les énergies alternatives. Et nous n’aurons que nos paysages et nos monuments que des tour-operators asiatiques feront visiter comme vestiges de l’Ancien Monde, après en avoir âprement discuté les conditions financières.

Qui est l’auteur de cet éditorial simpliste ? Pas le service économique, espérons-le ? Alors, le Service Politique abandonné aux mains de quelques stagiaires d’été ? Le service minimal d’été n’excuse pas tout et la pauvreté de ce texte fait honte au lecteur fidèle.

Ouvriers chinois en Côte d’Ivoire (DR)
Catégories
Développement solidaire

L’Afrique et les Objectifs du Millénaire

La publication d’un rapport ou de statistiques permet de faire le point sur des données globales et d’aider à trier parmi les opinions. Ainsi de l’Afrique. Est-elle “mal partie” (René Dumont en 1962), “maudite” (Cinquante-ans-d-indépendances) ou “bien partie ” (|http://www.leaders.com.tn/article/pour-son-second-cinquantenaire-l-afrique-noire-est-bien-partie) ? Le rapport d’étape des OMD (http://www.un.org/fr/millenniumgoals/pdf/report2010.pdf), Objectifs du Millénaire pour le Développement (ONU), publié le 16 juin, autorise quelque analyse.

(C)OMD

Huit objectifs (http://www.ecoloinfo.com/2010/02/05/le-temps-presse-8-grands-realisateurs-tournent-le-film-8/), s’était donné la communauté internationale, afin de favoriser le développement des pays laissés pour compte. L’objectif N° 1, “Eradiquer l’extrême pauvreté et la faim” est, paraît-il, globalement atteignable. La crise a,certes, entraîné un ralentissement des progrès, mais la monde reste capable d’atteindre la cible qui est de réduire de moitié la proportion de population dont le revenu est inférieur à 1 $ par jour.

1 $ ou 1,25 $ ??. Car les tableaux qui suivent parlent de 1,25 $. Est-ce pour tenir compte de l’inflation ? Toujours est-il que l’Afrique Subsaharienne, celle qui nous intéresse aujourd’hui, avait 58 % de sa population qui vivait avec moins de 1,25 $/j en 1990. Il n’y en a que 51 % en 2005.

De plus, parmi tous ces gens qui vivent avec moins de 1,25 $/jour, il faut savoir que le revenu moyen était de 0,92 $ (- 26 %) en 1990. Ce revenu moyen est de 0,99 $ en 2005.

En matière d’emploi, en 1998, 82 % des travailleurs ne disposaient que d’un emploi précaire, c’est à dire qu’ils étaient soit à leur propre compte, soit au service de familles, mais non rémunérés. En 2008, cette proportion est encore de 75 %.

Certes, ce ne sont pas de pareils revenus qui peuvent bien contribuer à une nourriture suffisante. En 1990-92, 31 % de la population était dénutrie. En 2005-07, la proportion n’est plus que de 26 %. Malheureusement, les indicateurs actuels montrent que la crise alimentaire de 2009-10 fait très probablement remonter ces chiffres. Un enfant sur quatre de moins de 5 ans souffre d’insuffisance pondérale, ceux des zones rurales ayant deux fois plus de “chance” de souffrir d’insuffisance pondérale. Cette inégalité est également ventilée selon la richesse du groupe ou de la famille. Parmi la fraction des 20 % de la population la plus riche, il y a moins de 20 % d’enfant de moins de 5 ans qui soient dénutris. Mais parmi les 20 % de la population la plus pauvre, ce sont plus de 35 % des enfants de moins de 5 ans qui sont dénutris.

L’objectif N° 2 des OMD vise à “Assurer l’éducation primaire pour tous les enfants” et, au niveau mondial, l’espoir d’atteindre cet objectif diminue. En Afrique Subsaharienne, en 1999, le taux de scolarisation en primaire était de 58 %. Il est de 76 % en 2008, ce qui signifie qu’en moyenne, un enfant sur quatre n’est nullement scolarisé. Si cet enfant est une fille, que son entourage est pauvre et qu’elle vit en milieu rural, elle accumule les mauvais points et a peu de chance de pouvoir aller à l’école.

L’objectif N° 3 consiste à “Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes“. Qu’en est-il en matière de scolarité pour l’Afrique Subsaharienne ? En 2008, pour 100 garçons scolarisés en primaire, il y a 91 filles. Pour 100 garçons scolarisés en secondaire, il y a 79 filles. Et pour 100 garçons scolarisés en enseignement supérieur, il y a 67 filles. Car la pauvreté d’abord est un obstacle à l’éducation des filles les plus âgées.

Les hommes sont plus nombreux à avoir un emploi rémunéré, les femmes sont reléguées dans les emplois subalternes et précaires, elles sont sur-représentées dans le secteur informel où n’existent ni sécurité ni avantages sociaux. Les emplois de haut niveau sont réservés aux hommes. Et si les femmes accèdent parfois au pouvoir politique, ce n’est qu’à la condition que des mesures spéciales les y aident (quota).

L’objectif N° 4 des OMD a pour but de “Réduire la mortalité infantile des enfants de moins de 5 ans de 2/3 entre 1990 et 2015“. Ce taux était de 184 décès pour mille enfants de moins de 5 ans en 1990. Il est de 144 pour mille enfants en 2008. En Afrique Subsaharienne, autant dire que l’objectif est inatteignable !

Améliorer la santé des mères et réduire de 3/4 le taux de mortalité maternelle“, tel est l’objectif N° 5. En 1990, 41 % des accouchements se pratiquaient avec un personnel soignant qualifié. En 2008, ce sont 46 % des accouchements: faible évolution. Là également, la richesse décide de tout. En Afrique Subsaharienne, parmi les 20 % de femmes les plus pauvres, il en est 55 % qui sont examinées au moins une fois pendant leur grossesse. Parmi les 20 % les plus riches, elles sont … 85 % à être examinées au moins une fois.

Autre chiffre: le nombre de naissances pour mille filles de 15 à 19 ans. Il était de 124 en 1990, de 119 en 2000 et de 121 en 2007, autant dire qu’il ne bouge pas et que la contraception reste largement inexistante. Pour comparaison, dans l’ensemble des régions développées du monde, ce chiffre est de 23 pour mille en 2007.

L’objectif 6 vise à “Combattre le VIH, le paludisme et autres maladies” pour d’ici à 2015 enrayer la progression du VIH et inverser la tendance.

Assurer un environnement durable“; tel est l’objectif 7. En Afrique Subsaharienne, toujours, seuls 49 % de la population avaient un accès à une source d’eau améliorée. Ils sont 60 % en 2008. Par contre les installations sanitaires restent aujourd’hui encore un réel problème. Les utilisateurs d’installations sanitaires améliorées représentaient 28 % de la population en 1990, ils sont .. 31 % en 2008 c’est à dire aucun progrès.Les utilisateurs d’installations non améliorées et d’installations collectives totalisaient 36 % en 1990 et 42 % en 2008. Enfin, les pratiquants bien malgré eux de la défécation à l’air libre représentaient 36 % de la population en 1990 et encore 27 % en 2008.

La population urbaine d’Afrique Subsaharienne vit pour 70 % (en 1990) et encore 62 % (en 2010), dans des taudis ou bidonvilles.

Dernier objectif, le N° 8, qui vise à “Mettre en place un partenariat mondial en consacrant 0,7 % du Revenu National Brut à l’aide au Développement (APD)“. Ont atteint ou dépassent ce chiffre, le Danemark (0,83), le Luxembourg (1,0), les Pays-Bas (0,80), la Norvège, la Suède (1,01 %). La France se situe entre 0,44 et 0,48 %, l’Allemagne à 0,40, l’Autriche 0,37, le Portugal 0,34, la Grèce 0,21 (on est rassurés, ce n’est pas là qu’elle a dilapidé ses finances !) et l’Italie, bonne dernière avec 0,20 %.

Tous ces chiffres concernent l’Afrique Subsaharienne, c’est à dire, pour l’ONU, tous les pays africains au sud du Sahara, donc y compris l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique du Sud. En clair, c’est toute l’Afrique sauf la bande qui va de la Mauritanie à l’Egypte.

Donc, dans cette Afrique Subsaharienne, il y a le Mali, classé 178° pays sur 182 par la même ONU en ce qui concerne le développement humain. Compte tenu de cette extrême pauvreté, il est certain que tous les chiffres applicables au Mali se situent dans la partie la plus défavorable de la fourchette. Et pourtant Amadou Toumani Touré, Président du Mali, (Le Figaro, 29/06/2010) attend beaucoup de la découverte de pétrole dans le nord du pays (en plein dans cette zone où s’agitent AQMI et autres trafiquants). Il considère le pétrole comme une bénédiction car les richesses qu’il apportera permettront de pacifier la région (est-ce certain ?), de créer des écoles, des dispensaires, bref d’atteindre les Objectifs du Millénaire au moins en ce qui concerne l’eau, la santé et l’éducation. Mais il voit aussi le pétrole comme une malédiction (gestion non transparente, atteintes à l’environnement, ..) et pour cela veut s’inspirer de la gestion de son fonds pétrolier par la Norvège.

Dans un récent entretien sur France O (http://www.la1ere.fr/infos/actualites/afrique-aminata-traorele-choix-du-modele-economique-ne-nous-a-jamais-ete-laisse_25901.html), Aminata Traoré ne prend pas position au sujet des chiffres des OMD. Elle s’élève juste contre une analyse qui voudrait déduire de la moindre souffrance de l’Afrique dans le contexte de crise que tout va bien et que le continent est en passe d’émerger. Les chiffres précédents le prouvent encore, Aminata Traoré le dit bien: « Tout cela ne signifie pas pour autant davantage de prospérité, de paix et de respect pour les africains ». Aminata Traoré considère que « l’Afrique s’est laissée dicter un agenda qui n’a rien à voir avec les besoins des africains, dans les domaines de l’emploi, de l’environnement, de l’alimentation, de l’éducation, … Il faudrait que l’Afrique fasse le choix de SON modèle économique et mette un terme au modèle prédateur qui met à sac le continent ».

Aminata Traoré (DR)

Enfin, dans une récente interview du Monde (24/06/2010), c’est Pascal Lamy, le Directeur Général de l’OMC, qui apporte un autre point de vue. Lui non plus ne parle pas directement des résultats d’étape des OMD, mais il s’en inspire quand il souligne la diminution de la pauvreté grâce à l’ouverture des marchés et à la mondialisation. Il s’en inspire quand il souhaite la conclusion des négociations de Doha et la conclusion d’accords mondiaux et non plus bilatéraux, car ce ne sont pas ces accords qui pourront résoudre les questions des barrières tarifaires ou des subventions agricoles. « Il faut que les pays en développement puissent mieux valoriser leur potentiel agricole ». Il s’en inspire encore quand il souligne que l’Europe est très pessimiste en matière de mondialisation, et peut-être avec raison. « Pour maintenir son modèle social, sans doute le meilleur, elle a besoin de croissance et de démographie. Elle n’a aucune des deux. Il lui faut donc soit renoncer à ce fameux modèle social, soit accepter l’immigration, soit faire des réformes de structure qui augmentent le potentiel de croissance. Plus facile à dire qu’à faire ! » Il s’en inspire enfin lorsqu’il dit que la réduction de la pauvreté n’est pas suffisante. Si l’on veut que le politique remplace l’économique (voire le financier et le spéculatif) en matière de développement mondial, il faut aussi lutter contre les inégalités et accorder plus d’attention à la redistribution supranationale, c’est à dire … donner au moins les 0,7 % du PIB prévus par les OMD !

Pascal Lamy (C)Weforum+Swiss Image+Rémy Steinneger

En conclusion, l’Afrique noire subsaharienne a encore beaucoup de chemin à faire. L’y aider est indispensable et relève d’une solidarité beaucoup plus internationale, en tout cas beaucoup plus européenne qu’elle ne l’est actuellement. Il est intéressant de constater que des questions comme le pétrole (son coût, son exploitation, le peak oil, ..), la santé (palu, hygiène, salubrité, ..), l’émigration et l’immigration (qualitative et quantitative, pour quelle reconnaissance, ..), sont des questions récurrentes lorsque l’on parle du développement solidaire. Ce n’est pas pour rien que ce blog a choisi ces thèmes.

Aminata Traoré ne croit pas au “marché”. ATT et Pascal Lamy y croient. Mais tous se rejoignent pour dire que la France seule ne peut plus grand chose pour l’Afrique. Au contraire, c’est elle qui a besoin de l’Afrique, c’est elle qui doit jouer la carte de l’amitié et de la solidarité si elle ne veut pas que la Chine n’écrive qu’une nouvelle étape de l’exploitation de l’Afrique.

Catégories
Développement solidaire

Libéral

« Le pire ennemi du terrorisme, celui qu’il redoute, méprise et cherche à détruire est le libéralisme. Je ne désigne pas par ce terme l’esprit d’un capitalisme sans règles, mais la philosophie et la pratique de la liberté elle-même. Je parle du libéralisme en vertu duquel les gens pensent ce qu’ils veulent, qui tient l’église et l’état en deux sphères séparées, et refuse d’imposer jusque dans les moindres recoins de l’activité humaine une doctrine et une vérité uniques. Il m’arrive, quand je parle de libéralisme, d’avoir à l’esprit la définition restrictive et américaine de ce terme: le libéralisme désigne ici la gauche réaliste et démocratique aux Etats-Unis. Mais mes observations du libéralisme et des libéraux ne m’ont pas poussé à un optimisme débridé. Car il y a toujours quelque chose d’étrangement faible dans la mentalité libérale, une simplicité, une ingénuité, quelque chose d’enfantin – une innocence qui remonte au XIX° siècle et peut-être même au-delà, et qui a régulièrement conduit des gens animés des idéaux les plus élevés et des principes les plus éclairés à se tromper de la manière la plus calamiteuse qui soit sur leurs pires ennemis. Toute l’histoire du XX° siècle, une grande partie au moins de celui-ci, a été écrite par les ennemis les plus acharnés du libéralisme. Elle fut en même temps l’histoire de la réticence du libéralisme à prendre la mesure de son ennemi le plus acharné. »

Ce texte est de la main de Paul Berman, écrivain engagé dans la gauche américaine, et il est extrait de “Les habits neufs de la terreur” (Hachette). L’auteur y développe l’idée que le terrorisme qui frappe l’occident n’est pas le fruit de l’islamisme, mais du totalitarisme. Le même totalitarisme qui s’épanouit dans le monde tout au long du XX° siècle: fascisme des années 30 avec sa cohorte de mouvements sympathisants d’extrême droite, nazisme, communisme et ses compagnons de route (militants politiques, syndicalistes, écrivains, …) convaincus que le libéralisme vaut le fascisme et donc que les imperfections du communisme sont à passer pour négligeables, maoïsme, polpotisme, j’en passe et des meilleurs, et maintenant islamisme radical.

Un totalitarisme dont la civilisation libérale porte l’entière responsabilité, en raison de ses faiblesses et de ses échecs. Ne revenons pas sur ces faiblesses passées; voyons celles d’aujourd’hui. Doctrines relatives à la protection des ressources pour l’Occident ou à l’interdiction des outils de défense (non prolifération), liens privilégiés avec les systèmes les plus rétrogrades et/ou tyranniques, incompréhension totale des courants culturels du monde, exploitation des ressources sans vergogne, arrogance occidentale en tous lieux, en tous temps, …

TOUS les totalitarismes se reconnaissent à la volonté qu’ils affirment de réconcilier l’homme avec un dieu, de mettre un terme à la division libérale du spirituel et du temporel. Alors, un dieu n’est pas toujours Dieu; ce peut être la race ou la classe, mais tout le système est construit pour que la logique, la doctrine et la vérité soient uniques.

Voici deux mois (Deep-Ecology-Hard-Ideology) , j’avais déjà fait quelques observations sur ce que je crois être un risque totalitaire dans le développement de la pensée écologiste radicale (et uniquement celle-ci). J’y ajouterai une nouvelle critique. Le mouvement d’écologie profonde a conscience de tenir un discours très occidental. Il lui est facile de plaider l’économie des matières premières et des ressources naturelles en préconisant un vie plus frugale. Il n’a probablement pas tort. Ce qui fait problème, c’est que les habitants des pays en développement vivent déjà dans la frugalité. Alors, les tenants de l’écologie radicale ont inventé une nouvelle philosophie selon laquelle les Pays en Développement peuvent être moteurs d’une nouvelle éthique de développement, d’un nouveau concept: celui du “bien-être” opposé au “mieux-vivre”. Cette idée rencontre même quelque succès chez certains socialistes …..

Ce “concept” (!) présente deux lourds dangers. Le premier tient au fait qu’il concerne les PED qui ont encore une éventuelle possibilité de réorienter leur développement. Les choses sont déjà pliées pour les BRIC (Brésil , Russie, Inde, Chine, …). Elles le sont probablement pour le reste de l’Amérique Latine, pour l’Indonésie et le Proche-Orient. Alors que reste t-il ? L’Afrique ! En donnant de bons conseils de développement, l’homme blanc va t-il encore ajouter une couche à sa monumentale incompréhension des cultures du Monde ?

(C)BRIC

Le second danger relève également d’un grand mépris des PED. Leur parler de “bien-être”, c’est leur dire de “faire avec” leur pauvreté, de s’en accoutumer, d’imaginer qu’ils peuvent faire une richesse morale de leur misère ! Alors que les PED ont un urgent besoin de satisfaire des droits qui ne leur sont pas reconnus: celui de manger à sa faim, celui de disposer d’eau potable, celui d’avoir l’énergie électrique, celui de pouvoir déplacer hommes et marchandises (droit à la libre circulation !) par des routes ou des voies ferrées, celui de ne pas vivre au milieu des ordures ou des cloaques, celui de conduire ses enfants à l’école puis à l’université, celui de pouvoir découvrir (à son tour) les merveilles du monde, … Qui oserait dire qu’il ne s’agit pas là de droits fondamentaux ?

Non, les Pays en Développement ont besoin de croissance et non de dangereuses rêveries néocolonialistes à propos de la sagesse et du “bien-être”.

Catégories
Développement solidaire

Main-basse sur le riz: des questions

Il s’agit d’un film de Jean Crépu et d’un livre réalisé par Jean-Pierre Boris qui vont bénéficier dans les jours à venir d’une large exposition médiatique. Le sujet en est intéressant, quand bien même on regrettera la présentation qui satisfait un peu trop au spectaculaire, surtout sur le DVD.

(C) Fayard-ARTE

« Spéculations-pénuries-corruptions ». Avec un tel sous-titre, ne laisse t-on pas entendre que les spéculateurs ont encore frappé ? Tout d’abord les spéculateurs en question sont loin d’être ceux des places de marché, les traders de Chicago ou d’ailleurs. Ensuite, si les spéculateurs, les corrompus et les corrupteurs peuvent agir à leur guise, c’est avant tout parce que les conditions du marché le permettent. Avant de gesticuler contre les spéculateurs, ne vaudrait-il pas mieux agir sur le marché ?

« La nourriture d’un humain sur deux est en danger ». Autre sous-titre erroné. La production mondiale de riz est de 700 millions de tonnes par an. Pour 96%, cette production est destinée au marché intérieur des pays producteurs. Le commerce trans-frontière (import-export) du riz ne représente qu’environ 30 millions de tonnes. La part des importations africaines est de 10 millions de tonnes. La crise de 2008 dont il est question ayant duré environ six mois, ce sont 10 à 15 millions de tonnes, soit de 1,5 à 2 % de la production mondiale de riz, qui sont en cause. Comment peut-on en déduire que la nourriture d’un humain sur deux est en danger ?

« S’il y a crise en Afrique, c’est parce que les organisations internationales (FMI, Banque Mondiale) ont poussé à la réduction des cultures vivrières ». C’est possible, mais insuffisant. Le niveau de vie africain s’élevant, même faiblement, les phénomènes d’acculturation (avec deux C) et l’évolution des goûts culinaires font que l’usage des céréales traditionnelles exigeantes en main-d’œuvre et difficiles à préparer devient minoritaire devant une céréale comme le riz. Au Mali, le fonio devient produit de luxe. Cela a été pareil en Europe lorsque blé noir et seigle ont été abandonnés.

Ce qui est dramatique dans cette histoire, c’est justement comment une insignifiante partie (en valeur absolue) d’un produit mondialement consommé peut entraîner une situation aussi brutalement catastrophique

Enfin, l’histoire que racontent livre et film n’est pas une découverte. Elle a même été racontée en temps réel par celui qui est l’un des principaux contributeurs à ce travail: Patricio Mendèz del Villar. Il est l’un des spécialistes mondiaux (LE spécialiste mondial ?) du marché du riz et il publie tous les mois un rapport mensuel du marché du riz. Lisons-le. Les parties soulignées le sont par moi.

Septembre 2007 :  »En septembre, les cours mondiaux ont été orientés à la hausse en raison d’une forte demande d’importation, en particulier pour les riz de basse qualité à destination de l’Asie du Sud Est et d’Afrique Subsaharienne. Outre-Atlantique aussi, les cours ont connu une forte reprise grâce à une réactivation des ventes vers l’Amérique centrale ». La valeur de référence passant de 141.6 à 144.2.

Octobre 2007 :  »En octobre, les cours mondiaux sont restés fermes une nouvelle fois en raison des faibles disponibilités exportables et de la demande d’importation toujours soutenue, notamment de l’Asie du Sud Est et l’Afrique Subsaharienne. Aux Etats-Unis, les cours poursuivent aussi leur remontée stimulés par la reprise de la demande de ses principaux partenaires commerciaux. La tendance haussière mondiale devrait se poursuivre jusqu’à la fin de l’année 2007 ». La valeur de référence passe à 148.2.

Novembre 2007 :  »En novembre, les cours mondiaux ont connu une forte hausse en raison d’une demande d’importation très soutenue et des défaillances de certains pays exportateurs où les disponibilités exportables restent très réduites, notamment au Vietnam et en Inde. Seuls la Thaïlande et les Etats-Unis disposent de disponibilités et les acheteurs se tournent en priorité vers ces exportateurs pour s’approvisionner. La tendance haussière mondiale devrait se poursuivre au moins jusqu’à la fin de l’année 2007 ». La valeur de référence passe à 154.5.

Décembre 2007 :  »En décembre, es cours mondiaux ont connu une très forte hausse. Les disponibilités exportables demeurent extrêmement réduites tandis que la demande d’importation des pays africains, du Sud-est asiatique et du Moyen Orient reste soutenue en particulier pour les riz de basse qualité. La pression sur l’offre et les prix mondiaux pourrait cependant se relâcher avec l’arrivée progressive de la nouvelle récolte asiatique ». La valeur de référence passe à 163.7.

Janvier 2008 :  »En janvier, la hausse des cours mondiaux ne s’est pas relâchée. Elle s’est même amplifiée fin janvier en raison de la demande d’importation soutenue des pays asiatiques, notamment des Philippines et de l’Indonésie. En 2008, l’offre d’exportation devrait rester tendue, ce qui ne manquera pas de peser, une fois encore, sur les prix mondiaux ». La valeur de référence passe à 172.8.

Février 2008 :  »En février, les cours mondiaux ont connu des hausses record traduisant la fébrilité des marchés internationaux. Tous les opérateurs craignent une pénurie de riz en 2008. Du coup, les importateurs tentent d’anticiper leurs commandes tandis que du coté des fournisseurs, personne ne cherche à vendre, ce qui a pour effet d’amplifier anormalement le mouvement haussier. Face à cette situation, des gouvernements de pays importateurs envisagent d’abaisser les taxes à l’importation afin d’atténuer l’impact sur les prix à la consommation ». La valeur de référence s’élève à 206.1.

Mars 2008 :  »C’est du jamais vu ! En mars, les cours mondiaux ont fait un bond de presque 60% par rapport au mois précédent. La rareté du produit et la spéculation ambiante expliquent en grande partie cette hausse historique. Le marché réagit fortement aux annonces de nouveaux achats tels que des Philippines (700 000 t de riz vietnamien) et du Bangladesh (400 000 t indien). Les dépenses alimentaires croissantes dans les pays déficitaires risquent d’augmenter les tensions sociales. Aussi, voit-on réapparaitre des mesures d’ajustement telles que la réduction des taxes aux importations et la subvention aux prix à la consommation ». La valeur de référence saute à 262.7 !!

Avril 2008 :  »En avril, les cours mondiaux ont poursuivi leur ascension dépassant pour les catégories de riz haut de gamme le seuil historique des 1000 US$/t FOB. L’offre des exportateurs reste encore faible, mais elle devrait s’améliorer avec l’arrivée progressive de la deuxième récolte asiatique entre mai et juin. Début mai, on observait déjà une relative stabilité, voire une baisse des prix à l’exportation, notamment en Thaïlande. Cette dernière tente de rassurer les importateurs qu’ils pourront acheter du riz à des prix raisonnables, tandis que d’autres pays exportateurs maintiennent les restrictions aux exportations jusqu’en juillet 2008 » . La valeur de référence passe à 370.6 !!

Mai 2008 :  »In May, the world prices remained globally high, but stabilization, and even a decrease by the end of the month, is confirmed. The arrival of the Asian harvest tends to soft sales restrictions imposed in some exporting countries. By the buyers’ side, flatter prices are also expected. However, some traders suggest that they will avoid massive sales in order to prevent from sharp drops in export prices. There is a risk of stronger speculation on both sides. Therefore, prices can be very volatile in the following months ». La valeur de référence passe à 433.7.

Juin 2008 :  »In June, world prices fell by 15% in average, due to the arrival of the new Asian harvest and the lack of new large export contracts. Large importers are already supplied or they are expecting lower prices to come back to the market. In 2008, the prices of high quality rice may get steady between US$ 650 and $ 800/ton FOB, while low quality rice may stabilize between $ 450 and $ 600/ton, which is the double of the level observed in 2007 » . La valeur de référence redescend à 366.5. La crise s’achève.

Alors maintenant quelques questions. Quatre seulement pour être bref.

1°) Pourquoi les pays de la Communauté Economique de l’Afrique de l’Ouest n’étaient-ils pas équipés d’un stockage suffisant (et non soumis à corruption !) de riz ? Vont-ils le faire à présent ?

2°) Pourquoi des pays comme le Bangladesh ou les Philippines ont effectué des achats au paroxysme de la crise ?

3°) Il paraît que le Japon stocke à des fins purement financières deux millions de tonnes de riz qui ne sont jamais utilisés pour l’alimentation humaine. Quant à la Chine, elle disposerait de stocks faramineux de l’ordre de plus de … 40 millions de tonnes. On le comprend bien compte tenu de sa population et de son histoire, bien que l’Inde, pour sa part, ne stocke que 13 à 15 millions de tonnes. Mais est-il vraiment impossible que ce pays “en développement” ne puisse céder temporairement quelques millions de tonnes à l’Afrique pour dégonfler la spéculation ? Quand existera t-il une régulation mondiale de ce marché ?

4°) Enfin, question d’avenir. Le succès mondial du riz est lié à sa facilité de culture. Mais il est très exigeant en main d’œuvre. Quel est l’avenir de ce produit alors que les coûts de MO vont nécessairement augmenter au pro-rata du développement économique des principaux pays producteurs ?

Pour tout savoir sur le riz, c’est ici (http://www.infoarroz.org/portal/uploadfiles/20081113191015_9_situation_du_marche_mondial_du_riz_et_perspectives__seminaire_filiere_riz_au_tchad__patricio_mendez_del_villar.pdf) .

Ajout effectué le 25 mars, à 22 h 00.

Après publication de ce post, il m’est venu à l’esprit une cinquième question qui pourrait cependant se classer au premier rang. La voici:

Puisque des experts ont analysé cette crise du riz en “direct live” et ont publié leurs analyses, comment se fait-il que PERSONNE, ni à l’ONU, ni à la FAO, ni au PAM, ni à la BANQUE MONDIALE, ni au FMI, ni nulle part ailleurs, n’est intervenu pour faire débloquer les quelques millions de tonnes de riz qui auraient suffi à “détendre l’atmosphère” ?

Taper sur les spéculateurs, c’est bien mais comme l’homme restera … l’homme, il vaudrait mieux taper sur tous nos élus pour qu’ils mettent en place une gouvernance mondiale au travers de tous ces organismes.

Commentaire inséré le 18 novembre 2010

Lors de la publication de ce post, je l’avais signalé sur le blog de Jean-Pierre Boris. Patricio Mendèz del Villar (http://www.infoarroz.org/) avait pris la peine de répondre à mes cinq questions de façon très complète. Comme il n’a pas répondu sur ce blog et qu’il n’y a pas inséré de trackback, je veux aujourd’hui (et avec retard) citer le lien permettant de connaître ses réponses.

(http://jpboris.wordpress.com/2010/03/24/main-basse-sur-le-riz-on-en-parle/|http://jpboris.wordpress.com/2010/03/24/main-basse-sur-le-riz-on-en-parle/)