Catégories
Mondialisation

Le type qui avait des frontières dans la tête

Dans un contexte international (et national à cause des prochaines élections) où l’on parle de plus en plus de démondialisation et de relocalisation, un livre vient de sortir qui impressionne par sa logique.

Il s’intitule « Un autre monde. Protectionnisme contre prédation » et a été écrit par Alain Chauvet, professeur à l’Ecole Centrale de Paris et à l’ESSEC.

(DR)

Dès le titre, déjà, les dés sont jetés. La mondialisation des échanges est un synonyme de l’exploitation et de la « prédation ». Ce rapprochement sémantique que personne ne débat est un postulat généralement bien accepté parmi tous les altermondialistes. Un exemple ? Le Collectif des Associations de Développement en Rhône-Alpes (CADR) écrit dans son dernier bulletin: « quand le commissaire au développement de la commission européenne affirme qu’il est « nécessaire d’investir dans la croissance pour lutter contre la pauvreté », cela veut dire confier au seul marché la politique de solidarité ». Si vous ressentez le besoin de vous en assurer, faites le test suivant: sur Google, tapez « démondialisation » et « protectionnisme ». Le mot associé qui apparaîtra le plus fréquemment dans les propositions sera le mot « prédation » ou « prédateur », deux mots dont est accusé le capitalisme mondial.

Alors, que propose Alain Chauvet ? Diviser le monde en 10 zones de tailles différentes, totalement protectionnistes, l’Afrique noire, le Maghreb et le Proche et Moyen-Orient, l’Inde, la Chine, le Japon et l’Océanie, l’Europe de l’Ouest, l’Europe de l’Est, l’Amérique du Nord, L’Amérique du Sud, l’Australie. Le découpage est censé être lié à une notion de foyers civilisationnels dont on peut cependant s’interroger sur le bien-fondé et sur la pertinence contemporaine. Le Japon et l’Indonésie ne sont pas nés d’une seule et même civilisation, ni l’Amérique Latine et l’Amérique Centrale, ni le Maghreb et les pays musulmans de l’ex-empire soviétique. On constatera d’ailleurs le rattachement de la Turquie à ce bloc. Les civilisations invoquées semblent bien davantage un prétexte « historique » lorsqu’on constate que le ciment des dix grandes zones proposées s’apparente avant tout à des critères économiques. Pour que ces sous-planètes soient viables, au moins sur le papier, il fallait leur donner les moyens de constituer un « marché » puisqu’il leur sera demandé de vivre en large autonomie, voire en quasi autarcie.

Mais peut-on démondialiser ? Et qu’entend-on par démondialisation ? La mondialisation des échanges humains, culturels, cultuels, commerciaux et maintenant financiers date de plusieurs siècles. Depuis Marco Polo, les relations entre les peuples du monde n’ont fait que se multiplier et se complexifier.
Le 21° siècle est d’ores et déjà le siècle de la mondialisation des communications. Le réveil arabe, avec le rôle joué par les réseaux sociaux, Facebook et Twitter, en est non seulement l’illustration, mais la preuve.
Les idées, comme la demande de libertés individuelles, l’autonomie féminine, la laïcité, se développent mondialement grâce aux structures en réseaux.
Il en est de même des transports et de toutes les connexions nationales et internationales, les échanges de marchandises et les déplacements de populations travailleuses ou touristes.
Il en sera bientôt de même pour l’énergie (et la France centralisatrice part à contresens), car viendra le temps où la production électrique solaire et/ou éolienne d’un continent éclairé alimentera un continent dans l’ombre.

Les chantres de la démondialisation et du protectionnisme nous trompent, car ils ne visent en fait que la mondialisation financière, la dernière en date des mondialisations, la plus sournoise certes. Mais faut-il cependant favoriser et défendre le protectionnisme au motif que le monde globalisé est le terrain de chasse du capitalisme ?
Comment dix zones quasi indépendantes peuvent-elles se développer ?
Comment accepter (et l’auteur le dit lui-même) que l’Europe de l’Ouest soit probablement la première zone à s’en sortir ? Et les autres ? Quel sera leur avenir ? Comment empêcher (interdire ?) les besoins et les envies de développement, de croissance, de liberté individuelle ? Comment contrôler les migrations ? Comment limiter les populations ? Quel type de développement est-il réservé à l’Afrique Noire ? Comment l’agriculture pourra t-elle assurer l’indépendance alimentaire de chaque zone ? Comment empêcher (interdire ?) les transferts de connaissances et de technologies d’une zone à l’autre ?
Malgré les apparences, l’auteur ne se préoccupe pas prioritairement du développement de chacune des zones qu’il a initiées. Non, il cherche à éviter un effondrement de la civilisation occidentale, une civilisation chrétienne, social-démocrate qui cherche avant tout à tracer et à défendre ses frontières … les plus étroites possibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *