Catégories
Egypte

Encore 683 condamnés à mort à Minya, en Egypte

En mars dernier (529-condamnés-à-mort:-l-Egypte-est-elle-devenue-folle), ils étaient 529 partisans de Mohamed Morsi à être condamnés à mort au cours d’un simulacre de justice, dans le tribunal de Minya, en Moyenne-Egypte. Hier, 28 avril, ce sont 683 égyptiens hâtivement qualifiés d’islamistes et donc de « terroristes » qui se sont vus condamnés à la même peine.
Comme le mois dernier, le jugement a été rendu à la va-vite puisqu’une demi-journée a été suffisante pour instruire ce procès de masse et prononcer la sanction. Bien entendu, afin de gagner du temps, les avocats de la défense n’ont pas eu le droit de prendre la parole.

Une femme montre le portrait d’un condamné à mort (C)Khaled Desouki/AFP

Un seul point positif dans cette mascarade. Parmi les 529 condamnés à mort du mois de mars, 492 ont bénéficié de la clémence du juge puisque leur peine a été commuée en réclusion à perpétuité.

Ça suffit, cessons de rigoler ! Encore une fois, la majeure partie de ces condamnations ne seront pas mises à exécution (c’est le cas de le dire). Cependant, il y en aura peut-être quelques-unes, et ce sera quelques-unes de trop. Quant à tous les autres condamnés, ils poursuivront leur vie dans les prisons les plus infâmes et les plus dangereuses du monde. Et s’ils s’en sortent, ils finiront de vivre comme des marionnettes, détruits qu’ils seront par les mauvais traitements, et/ou des mendiants, rejetés par toute la société.
Bien entendu, il est tout un panel d’autorités à s’offusquer de ces procès de masse, de cette absence totale d’instruction des faits et de cette interdiction de plaider imposée aux avocats de la défense, C’est le cas des Nations Unies, au Haut Commissariat aux Droits Humains qui dénonce cette violation, c’est le cas de l’Union Européenne qui réclame le respect des droits de la défense, ou des Etats-Unis qui parlent d’un défi aux règles internationales de la justice, ou encore de la France qui renouvelle son opposition à la peine de mort. Que voilà une belle unité pour réclamer que les islamistes égyptiens soient jugés équitablement alors qu’ils ne sont surtout et avant tout que persécutés !
Persécutés parce qu’il faut que la Confrérie des Frères Musulmans disparaisse purement et simplement !
Mohamed Badie, guide suprême de la confrérie, fait partie des 683 égyptiens condamnés hier. Ne doutons pas que ce « terroriste »-là restera bel et bien en prison ! Tout comme Mohamed Morsi qu’attendent deux ou trois procès.

Une seconde case de l’échiquier égyptien concerne les « révolutionnaires », ceux qui sont à l’origine de la chute de Moubarak en 2011, ceux qui ont été incapables de surmonter leurs divisions et leurs jalousies afin de présenter un programme de gouvernement qui tienne la route, ceux qui se sont opposés à Mohamed Morsi dès son élection (la première élection libre en Egypte !), ceux qui se sont alliés aux forces armées pour le faire tomber et qui y ont réussi, ceux, enfin, qui se réveillent un peu tard (à moins qu’ils poursuivent leurs manipulations chimériques) et qui dénoncent le régime militaire: nous voulons parler du Mouvement du 6 avril.
L’homme fort de l’Egypte, l’ancien chef des Armées, le futur Président autoproclamé Abdel Fattah Al-Sissi, vient de les remercier: il a fait interdire leur mouvement. Ainsi voilà une seconde opposition (oh, pas très solide politiquement !) réduite au silence.

De l’armée, du CSFA (Conseil Suprême des Forces Armées, ou SCAF), il n’y a pas beaucoup à dire. Elle a retrouvé son statut et l’institution est toujours plus puissante politiquement. Au temps de la révolution et des atermoiements du Mouvement du 6 avril, un mouvement de boycottage des Forces Armées avait été lancé au motif que 25, 30, 40% (les chiffres variaient) de la richesse de l’Egypte étaient détenus par les militaires. Cette idée refait surface alors que ceux-ci viennent de se voir attribuer d’importantes surfaces (160 millions de m²) aux fins de construction de logements sociaux. Financial Times et Jeune Afrique (http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2779p043.xml0/gypte-logements-sociaux-armee-egyptienne-csfa-gypte-armee-egyptienne-kaki-business.html) viennent d’en faire un article qui écarte le rôle économique primordial des Forces Armées, mais confirme leur richesse grandissante en termes de propriété foncière.

Dans ce tableau, le plus triste est malheureusement la position de l’Europe dont « dans ses conclusions du 10 février 2014, le Conseil des Affaires étrangères a qualifié la constitution adoptée le 15 janvier d’ « étape importante » et a condamné fermement le terrorisme, tout en marquant sa préoccupation face à la dégradation des libertés publiques et aux difficultés auxquelles l’économie égyptienne fait face.

« étape importante », « préoccupation face à la dégradation des libertés », « condamnation du terrorisme », … et c’est tout. Et c’est bien peu car cela n’empêchera pas l’Union Européenne de superviser les élections présidentielles (http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140411082323/) égyptiennes des 26 et 27 mai.
L’enjeu n’est pas celui des « libertés publiques », c’est celui du retour de la stabilité, du retour des touristes et des investisseurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.