Catégories
Mali

Gao, je t’aime

Bien que publié, fin 2012, par L’Harmattan dans sa collection « Intelligence stratégique et géostratégique », ce texte n’est pas un essai de plus à propos de la situation politique qui prévalait au Nord-Mali et qui est (peut-être) à l’origine de la situation actuelle.
Non, il s’agit d’un récit dont nous avons d’ailleurs déjà parlé ici, en novembre 2009 (Cocaïne-à-Gao), longtemps avant qu’il soit publié. Et qui dit récit, dit histoire vraie, histoire inscrite dans la réalité. Jacques Da-Rocha ne raconte pas autre chose qu’une partie de la vie de sa fille Mélanie.
Mélanie est une jeune fille née entre deux voyages, presqu’entre deux valises, son enfance et son adolescence ont été scandées par les déplacements de ses parents: Europe, Maghreb, Proche-Orient … et voilà qu’à 19 ans, c’est de ses propres ailes qu’elle veut découvrir le monde et choisit pour cela un voyage initiatique en Afrique noire et plus particulièrement au Burkina Faso, en passant par le Sahara Occidental et le Mali.

Parce que Mélanie se trouve être également une fille sensée, généreuse, ouverte sur le monde et ses habitants, ce voyage se traduira par une insertion profonde au coeur du Nord-Mali, à Gao très exactement. Elle fera tout pour conduire ses études en joignant celles-ci à son nouvel engagement: c’est ainsi que sa maîtrise de géographie sera consacrée à l’étude des populations arabes dans cette région sahélienne. A Gao, elle rencontrera l’amour, vivra quasiment comme une autochtone dans un petit carré en banco, frôlant la misère avant de trouver un emploi dans une ONG italienne.
Le récit raconte d’une façon directe et très linéaire les découvertes successives de Mélanie; le Burkina Faso, le Niger au nord d’Agadez, l’Algérie de Tamanrasset, ainsi que tous les déplacements en équilibre sur la légalité stricte que réalise son ami arabe. L’ensemble nous donne une image honnête et fidèle de cette région et de ses populations qui ont les plus grandes difficultés à vivre, qui sont éloignées de tous les services les plus élémentaires, qui sont ignorées des administrations et qui, de plus, ont à vivre un lourd passé de divisions qui fait que la solidarité inter-ethnique n’est pas évidente.
L’histoire se termine (temporairement ?) en 2012 alors qu’un certain capitaine putschiste renverse le pouvoir à Bamako et que le MNLA, puis les combattants djihadistes, prennent successivement Kidal, Tombouctou, puis Gao. Et Mélanie est contrainte de rentrer en France, un jeune nourrisson dans les bras, alors que son ami reste à Gao. Gao dont les populations fuient vers d’autres contrées où elles auront encore plus de faim et encore moins de sécurité.
Plutôt que de rester sur les analyses toutes identiques que notre presse ressasse à longueur de magazines écrits ou parlés, parce que sévèrement contrôlées par le gouvernement et les armées, il vous faut lire ce petit livre tout simple, parce qu’il vous raconte une autre histoire et ouvre sur d’autres outils de compréhension des évènements.

A noter qu’il existe une version « livre électronique » que vous pouvez acquérir auprès de L’Harmattan (http://www.editions-harmattan.fr/).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.