Catégories
Mali

Guerre au Mali: premières dissonances

Troisième ? quatrième jour ?
Enfin, certaines critiques commencent à se faire jour. C’était à croire que tout le monde était anesthésié et n’avait pas d’autre mot à la bouche que « Bravo, il fallait le faire ! »
L’Algérie, quand bien même elle a autorisé le survol de son territoire (pouvait-elle faire autrement ?), a précisé qu’elle avait soutenu le dialogue et qu’elle continuera à le faire. Mais en cas d’atteinte à son intégrité, elle réagira. En fait, considérant que cette intervention française se place en réponse à un appel malien, elle ne participera à quelque opération que si des éléments extérieurs pénètrent sur son territoire. On ne peut pas vraiment dire que ce soit un soutien ou un appui. De son coté, la presse algérienne est extrêmement critique et dénonce le choix de la France.
En France ? les seules informations dont on dispose sont millimétrées, les photos inexistantes. Ce soir La Croix, Le Nouvel Obs, Libé, Le Point, d’autres encore, reprennent le même communiqué de l’AFP: « La France, « en guerre contre le terrorisme »,bombarde le Nord … ». Extraordinaire diversité d’opinions …
Le pavé dans la mare le plus singulier ne nous vient pas de la gauche de la gauche (Nathalie Arthaud, par exemple, fidèle à elle-même), mais de la droite, de Dominique de Villepin (http://www.lejdd.fr/International/Afrique/Actualite/Villepin-Non-la-guerre-ce-n-est-pas-la-France-585627) qui déclare qu’au Mali, « aucune des conditions de la réussite n’est réunie » et que « seul un processus politique est capable d’amener la paix ». Il est peut-être dommage que cette opinion vienne de lui, mais elle est toujours bonne à prendre !
C’est celle que nous défendons ici depuis plusieurs ..mois !

Dominique de Villepin (c)SIPA


Hier, nous posions la question de savoir ce que Romano Prodi pensait de ces évènements, lui qui était encore jeudi à Bamako. Il est un autre homme, qui a pourtant fait beaucoup pour tenter de mettre en place un dialogue, même si ce n’était pas sans arrière-pensées, et dont personne ne parle. Il s’agit de Blaise Compaoré, Président du Burkina, qui vient de déclarer qu’il enverra un détachement au Mali. Que fait-il de tous ses efforts ? passent-ils pour pertes et profits ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.