Catégories
Afrique

Que peut apporter la France lors de sa visite en Algérie

Les 19 et 20 décembre prochain, François Hollande sera en visite officielle en Algérie. Il s’agit là d’une visite politique et d’une visite à hauts risques. Les attentes des Algériens sont nombreuses et ils ne se satisferont pas de la restitution prévue des Clefs d’Alger remises en 1830 par le dey Hussein lors de la capitulation de la ville. Alger attend de cette visite un effort quant à la « mémoire » et à la présentation des évènements de près d’un siècle et demi qui ont suivi cette colonisation.
Ils attendent également que la France prenne -enfin- une position courageuse en ce qui concerne l’avenir du Sahel et donc l’avenir de tous les pays limitrophes: Algérie bien entendu, mais aussi Maroc, Tunisie, Libye, Niger, Mali, Burkina Faso, Mauritanie.

Dans un précédent billet (Nord-Mali:-les-positions-bougent), nous estimions que les « lignes » bougeaient. Est-ce bien sûr ? Ou, au contraire, nous trouvons-nous face à un durcissement des positions ?
D’un coté, les opposants à une intervention militaire au Nord-Mali viennent de se trouver renforcés par une prise de position ferme de la Tunisie qui « soutient l’approche algérienne et rejette totalement l’option d’une intervention militaire ». La Tunisie désire que soit « privilégié le règlement par la négociation des problèmes religieux, ethniques, sociaux et politiques entre le Nord et le Sud du Mali ».

Sur l’autre bord, à Bamako, une coalition de partis et d’associations maliens refuse toute négociation au motif que les touaregs ne sont pas représentés par le MNLA et que, de toutes façons, « ils sont minoritaires au sein de la population du Nord ». Un méthode pour rejeter toute tentative de dialogue qui pousse certains commentateurs à employer des expressions radicales visant à « solutionner la question touarègue ». Voilà qui augure bien mal du climat d’un éventuel conflit militaire dans le Nord-Mali !

Entre les deux, l’Europe, dont la France, qui se « prépare » à une option militaire et qui ne tient la négociation que pour partie très négligeable. La position de François Hollande n’a guère évolué depuis octobre, alors même qu’il expliquait que l’intervention était inévitable et qu’il se faisait fort de convaincre l’Algérie de cette « évidence »: « L’Algérie regarde avec méfiance une possible intervention ? A moi de rassurer l’Algérie ». »
Et puis l’ONU, dont le Secrétaire Général s’éloigne de plus en plus de l’approbation d’une opération armée, suivant en cela les recommandations de son envoyé spécial Romano Prodi. Ban Ki-Moon ne parle désormais que d’une « intervention nécessaire en dernier recours » et probablement pas avant septembre 2013, ce qui entraîne la fureur des ministres de la CEDEAO qui considèrent que cette attitude est « déphasée et en-deçà des attentes ».

Ban Ki-Moon (DR)

Plutôt que de se réfugier dans l’attentisme guerrier, la France ne pourrait-elle pas prendre l’initiative et favoriser le dialogue entre toutes les parties en prenant à son compte les recommandations tunisiennes ? Les problèmes religieux, ethniques, sociaux et politiques ont toujours été négligés dans cette partie du monde. Les accords, de paix souvent signés avec la médiation de l’Algérie, entre Sud et Nord-Mali, n’ont jamais été suivis de mise en application. Les entreprise françaises, Areva comme Total ou d’autres, ne sont pas réputées pour se comporter avec un esprit de coopération. Ne pourrions-nous mettre en avant un médiateur sachant parler de la coopération juste ? Il est des ministres qui savent parler aux entreprises en ce qui concerne l’emploi, ne peut-il se trouver un ministre qui sache demander aux entreprises opérant dans le Sahel d’employer des personnels issus de la population locale, de les former à des métiers qualifiés, de participer au développement local des pays d’action (routes, équipements sociaux et culturels, santé …), d’associer les gouvernements locaux à la gestion des équipements et au partage équitable des revenus, … ?
Le Nord-Mali est actuellement une « zone de non-droit » tout comme le sont (toutes proportions gardées) certaines de nos banlieues. Et comme dans nos banlieues ce n’est probablement l’intervention policière d’un coté, ou militaire de l’autre, qui apportera une solution durable et acceptable par tous. Considérer que les populations touarègues ne doivent que se taire parce qu’elles sont minoritaires relève d’une faute politique impardonnable et surtout lourde de dangers.

En fait, si la France doit apporter des clés dans ses bagages pour l’Algérie, ce sont avant tout les clés d’une solution politique des questions sahéliennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.