Catégories
Immigration

Les frontières de la Mauritanie

Pour se défendre d’AQMI (Al Qaida au Maghreb Islamique), la Mauritanie met en place et multiplie les postes frontière au sud avec le Sénégal et le Mali, à l’est avec le Mali et bientôt au nord avec l’Algérie et le Sahara Occidental.

Face au développement de trafics en tous genres (armes et drogues: Cocaïne-à-Gao), face aux raids et enlèvements perpétrés par les membres d’AQMI, la réaction du gouvernement mauritanien est compréhensible. Mais les modalités en sont-elles les meilleures ? La Mauritanie, comme le nord du Mali voisin, comme le Niger, comme le nord du Tchad, tout cet ensemble forme un territoire de nomades, ou à tout le moins de populations pour lesquelles les frontières héritées de la colonisation, voici cinquante ans, n’ont pas grande signification. La libre circulation des hommes y est depuis toujours une réalité.

Mauritanie (C)RFI

Et rajouter des postes frontière avec des douaniers en armes et des soldats qui auront pour mission de contrôler et de ficher tous les étrangers de passage, voire de mettre un terme à l’émigration clandestine, ne sera pas chose facile à faire comprendre et à faire accepter. Et que vont devenir les “illégaux” déjà installés dans le pays ? Par exemple, il existe plusieurs millions de maliens qui vivent et travaillent en Afrique, ailleurs que dans leur pays et tous ne sont pas des ressortissants “légaux”, loin de là !

De façon plus inquiétante, le ministre mauritanien de la défense a déclaré: « nous sommes prêts à tout sacrifier pour la sécurité, c’est le défi numéro un, devant le développement, devant la démocratie ». Faut-il en déduire que même le développement, même la démocratie, seront sacrifiés sur l’autel de la sécurité ? Pour sûr, AQMI pourra se flatter d’avoir gagné !

La célébration des cinquantenaires (Cinquante-ans-d-indépendances] ne pourrait-elle être l’occasion de la création d’une vraie brigade internationale (entre tous les états voisins) avec pour mission de patrouiller et “habiter” un territoire immense et bien souvent “vide de toute présence administrative” et en repousser les trafiquants et autres preneurs d’otages ?

Et à condition que le contexte soit clairement défini et que la maîtrise reste aux mains des pays sud-sahariens, la France pourrait sans doute apporter une aide technique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.