Catégories
Ecologie

Ecologie et réflexion-conscience

Dans son édition du 18 mai, Le Monde présente un nouveau baromètre (TNS-Sofres-Publicis Consultants) consacré au moral économique des français. Ce baromètre a, bien entendu, pour objectif de placer le quotidien au cœur de la vaste campagne qui s’ouvre pour s’achever en 2012. Mon propos n’est pas du tout dans cette optique.

Je suis frappé par deux chiffres.

20% seulement des français se montrent confiants sur l’amélioration de la crise économique. A contrario, 77% n’attendent aucune amélioration. Ils sont 84% pour ce qui concerne la dette publique, 85% les retraites ou le pouvoir d’achat, 83% le niveau des prix, 84% le chômage, 71% les effets de la mondialisation, et 54% la compétitivité des entreprises françaises.Donc, globalement les français sont très pessimistes, voire très négatifs, en ce qui concerne l’avenir collectif de leur pays.

S’ils sont 84% à considérer que l’emploi ne va pas en s’améliorant, ils ne sont plus que …. 36% à se sentir menacés dans leur emploi. De la même manière, quand on leur demande si les intérêts des dirigeants d’entreprises et ceux des salariés vont dans le même sens, ils sont 84% à répondre NON. Mais si la question concerne les dirigeants de LEUR entreprise et eux-mêmes, ils ne sont plus que … 55%.

Il y a dans cette attitude une sorte de schizophrénie sociale. Il y a longtemps qu’on pressentait que la “crise”, en dehors de ses victimes que sont les travailleurs privés d’emploi, était surtout dans la tête de gens dont les revenus et le cadre de vie n’avaient pas beaucoup changé. Ce phénomène est quasi exclusivement français et il recouvre largement l’hyper-utilisation de médicaments tranquillisants ou antidépresseurs. L’angoisse n’est pas ressentie individuellement, mais collectivement. « Pour moi, cela ne va pas trop mal, mais la société, elle, est foutue ! ».

Alors se développent des idéologies, à l’extrême-gauche, comme à l’extrême-droite, qui n’ont rien à envier aux idées xénophobes et sectaires de la Ligue du Nord, par exemple. On parle de souveraineté nationale, d’autonomie régionale, de séparatisme, de rejet de l’autre, de création de deux euros, l’un du sud et l’autre du nord, de retour aux monnaies nationales, de fermeture des places financières, de décroissance, de vie autonome et relocalisée, … « Moi tout seul ou presque, je suis certain de m’en sortir en me démerdant bien; ce sont les autres qui me gênent et qui m’en empêchent ». Qui ne voit que cette idéologie ultra-présente, surexposée dans nos médias, nous mène tout droit à la fin de l’Europe, au retour aux particularismes nationaux et (qui peut en rejeter l’idée ?) aux conflits, voire aux guerres entre européens ? Qui ne voit que cette idéologie égoïste, malthusienne, ne peut qu’entraîner le rejet de l’autre, et avant tout le rejet de l’autre originaire de pays en développement ? Cela commence par le rejet de ses nourritures, de ses productions accusées d’être importées à grand frais. Cela se poursuit par le rejet de la découverte et de la connaissance, la dénonciation globale du voyage et du tourisme. Cela s’achève par le rejet de sa présence à nos cotés, de ses habitudes, de sa langue.

Je lisais ces derniers jours Pierre Teilhard de Chardin. Mais qui connait Pierre Teilhard de Chardin (http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Teilhard_de_Chardin) ?

« Car enfin, s’écrient-ils, ce vaste mouvement d’arrangement planétaire, si intéressant soit-il scientifiquement pour nous découvrir les voies secrètes de la Matière, ne serait-il pas par hasard (et par malheur …) un de ces phénomènes naturels aveugles qui, une fois lancés, s’accélèrent follement jusqu’à se détruire eux-mêmes ? Le siècle dernier aura connu, c’est possible, un optimum passager dans l’aménagement sur terre d’une Espèce parvenue aux limites confortables de son expansion et de ses inter-liaisons. Mais, par effet d’incontrôlable emballement, cet état de choses ne serait-il pas en train de se détériorer rapidement ? Regardez plutôt ce qui, en ce moment même, autour de nous se passe. »

 »Sous l’effet combiné d’un accroissement presque vertical de la population et d’un accroissement non moins rapide du rayon d’action (c’est à dire du volume) de chaque individu à la surface du globe, la Noosphère – comme vous l’appelez – après s’être épandue à l’aise dans des domaines encore inoccupés, commence décidément à se comprimer sur soi. Or cette mise progressive à l’étau n’est-elle pas accompagnée de toutes sortes de symptômes inquiétants ? »

 »- Epuisement rapide des ressources alimentaires et industrielles de la Terre. »

 »- Disparition et nivellement, sous une couche de culture neutre et homogène, des différences qui avaient fait, au cours de l’Histoire, la riche variété des produits humains. »

 »- Mécanisation (à la fois par l’industrie, par les institutions et par la propagande) des valeurs et des pensées individuelles. »

 »- Craquellement et morcellement des pays, séparés entre eux par l’excès même de la pression qui les rapproche … »

 »Pour des raisons inéluctablement liées aux forces biologiques de Reproduction, au pouvoir psychiquement agrégeant de la Réflexion, et enfin à la courbure fermée de la Terre, il est exact que l’Espèce, d’un même mouvement, se contracte sur soi et se totalise. Pas moyen d’échapper au serrage. Mais, de l’affaire, comment ne pas voir que, du même coup, l’Humain, en nous, bien loi de se perfectionner, se dégrade et se déshumanise ? »

 »Voilà ce que, au nom de réalisme, ou même de science, on nous répète sur tous les tons, en ce moment. »

 »Mais voilà aussi, justement, ce contre quoi je prétends me rebeller, de toutes mes forces, au cours de ces pages ».

 »Sur les prémisses du jugement à porter, impossible, bien entendu, de ne pas être d’accord. Au terme d’une période d’expansion couvrant tous les temps historiques (et la fin du préhistorique), l’Humanité vient d’entrer brusquement, c’est là un fait, en régime douloureux de compression sur elle-même. Après le pas initial de le réflexion individuelle, – après l’émergence décisive, chez l’Homo Sapiens à ses débuts, des forces de co-réflexion, – voici maintenant, pour l’Humanité pleinement déployée, le dangereux passage de la dilatation à la contraction: le délicat changement de phase … »

 »Au moment de faire ce nouveau pas dans l’inconnu, il est naturel que nous hésitions. Mais, pour nous rassurer, n’avons-nous pas la ressource de nous dire que, si les deux premières singularités franchies par notre espèce représentent manifestement chacune un succès de la Vie, la troisième (j’entends la “totalisation” où nous entrons) a toutes chances, en dépit de certaines apparences contraires, de marquer elle aussi, à sa façon, un pas en avant ? »

 »….. Chaque fois qu’un nouvel humain vient au monde, il trouve autour de lui d’autres humains pour le rassurer et l’initier aux gens et aux choses parmi lesquels il ouvre les yeux. Ce qui, inversement, fait la tragédie, chaque jour plus aigüe, des hommes pris tous ensemble, c’est que, de par les conditions mêmes du processus cosmique qui les engendre, se réfléchir et se co-réfléchir, pour eux, signifie (au moins dans un premier temps évolutif qui dure encore) s’éveiller tout seuls dans la nuit. Car l’homme-individu est essentiellement famille, tribu, nation. Tandis que l’Humanité, elle, n’a pas encore trouvé autour de soi d’autres Humanités pour se pencher sur elle et lui expliquer où elle va. »

 »… Voyons donc un peu si, à l’anxiété où nous jette en ce moment le dangereux pouvoir de penser, il ne nous serait pas possible d’échapper, – simplement en pensant encore mieux ? Et, pour ce faire, commençons par prendre de la hauteur, jusqu’à dominer les arbres qui nous cachent la forêt. C’est à dire, oubliant pour un moment le détail des crises économiques, des tensions politiques et des luttes de classes qui nous bouchent l’horizon, élevons-nous assez pour observer dans son ensemble, et sans passion, sur les derniers cinquante ou soixante ans, la marche générale de l’Hominisation. »

 »Placés à cette distance favorable, que voyons-nous d’abord ? et que remarquerait surtout, s’il en existait, n’importe quel observateur venu des étoiles ? »

 »Deux phénomènes majeurs, incontestablement. »

 »- Le premier, c’est que, au cours d’un demi-siècle, la Technique a réalisé d’incroyables progrès: non pas une technique de type dispersé et local, mais une véritable géotechnique, étendant à la totalité de la Terre le réseau étroitement interdépendant de ses entreprises. »

 »- Et le second, c’est que, durant la même période, du même pas et à la même échelle de coopération et de réalisation planétaires, la Science a transformé en tous sens (de l’Infime à l’Immense, et à l’Immensément Compliqué) notre vision commune du Monde et notre commun pouvoir d’action. »

 »J’aurai continuellement à insister sur la nature proprement (et non pas seulement métaphoriquement) biologique de ces deux évènements conjugués. »

 »… Comment douter un seul instant que, à travers les affres de la totalisation humaine, ce ne soit l’Evolution elle-même, et l’Evolution par son courant principal, qui, sous la forme de ce que nous appelons civilisation, continue tout droit sa marche en avant ? »

Ce texte est extrait de “L’apparition de l’Homme”, édité en 1956. Les écrits de Pierre Teilhard de Chardin ayant été publiés à titre posthume, il n’y est pas fait mention (dans le cas présent) de la date d’écriture. Qu’importe, le feu de ce texte emporte au loin bien de nos idéologies compassées.

Teilhard de Chardin dans le Désert de Gobi, lors de la Croisière Jaune (C)MNHN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.