Catégories
Pétrole

Coût du pétrole et réactions politiciennes

Depuis de nombreuses années déjà, de doctes scientifiques, de solides ingénieurs, de bons écologistes nous préviennent que le coût du pétrole va durablement augmenter et, probablement (à l’inverse des précédents chocs pétroliers) ne jamais redescendre. C’est notamment le cas de l’ASPO (Association for the Study of Peak Oil), dont vous pouvez découvrir la composition de la branche française (http://aspofrance.org/) . Cette association prévient que la PRODUCTION de pétrole va atteindre (a atteint ?) un pic (plutôt un plateau) au-delà duquel elle ne fera que décroître. Soit, en 2007, une moyenne journalière de 85 millions de barils. La raison en est exclusivement technique: même si le stock de réserves prouvées peut théoriquement permettre une production de pétrole jusqu’en 2040, il devient de plus en plus difficile de l’extraire pour des raisons physiques. On appelle cela la déplétion. En conséquence, les 85 millions de barils quotidiens risquent fort d’être un maximum. BP et TOTAL voient ce pic vers 2015, l’ASPO le voit en 2010 + ou – 2 ans !!!!

Source ASPO

Dans le même temps la demande en pétrole est constamment à la hausse en raison du décollage économique de la Chine, de l’Inde, de l’ensemble de l’Asie, demain de l’Afrique noire (on l’espère …). En bonne logique économique, le prix du pétrole ne peut que monter. Ajoutons à cela une situation géopolitique qui fait que l’Arabie Saoudite dispose de 25% des réserves de la planète et l’Irak 10%. Comme il n’est quand même pas possible de faire des guerres de partout !!

Cela on le sait depuis longtemps, depuis 1956 !! (Hubbert). On sait aussi que la fin du pétrole est synonyme de crises profondes économiques et sociales, qu’il faut préparer la relève énergétique, qu’il faut réduire la voilure en termes de consommation énergétique (d’aucuns parlent de décroissance).

Et que voit-on aujourd’hui ? Qu’entend-on plus exactement ?

a) l’Huma qui parle de la « révolution » que doivent faire pécheurs, agriculteurs, routiers pour continuer à toujours consommer autant de gazole, mais à plus bas prix ! Et qui pour cela triche sur les rapports entre prix du baril et prix à la pompe.

b) Marianne qui stigmatise les « spéculateurs », sans voir qu’ils ne sont que la mouche à merde qui vient butiner sur une situation dangereuse ! Les spéculateurs ne font pas ou ne défont pas une économie, ils profitent juste de ses faiblesses.

c) Last, but not the least, Bertrand Delanoé qui s’en prend à Total qui se goinfre ! Elle est facile celle-là et elle doit payer auprès de mon électorat ! Oui, Total fait des super-bénéfices puisqu’ils sont une marge des prix de vente ! Oui, il est possible politiquement d’obtenir des producteurs qu’ils détournent une partie de leurs profits vers d’autres besoins. Encore faut-il définir lesquels. Est-ce qu’il s’agit encore et toujours de conserver nos habitudes, nos voitures, notre chauffage à 20°+, nos transports par voie de camions, et notre environnement dégradé, et notre changement climatique … sans compter que les prochaines années exigeront des pétroliers qu’ils investissent bien davantage afin d’extraire bien moins de pétrole !!

Quand va t’on se décider à employer un vrai langage et à dire les choses comme elles sont ? Quand va t’on sérieusement aborder les sujets comme la taille et l’énergie motrice de nos voitures, la multiplication exponentielle des solutions de transport en commun, la réduction raisonnée de nos consommations exotiques, la miniaturisation, l’allègement de poids, la modification des constituants de tous nos équipements, et tant d’autres sujets encore.

Au lieu de cela, les politiciens jouent aux politiciens en se disant qu’ils auront bien le temps demain ou après-demain de dire la vérité. NON, ils n’auront pas le temps, la crise est là, devant nous, aujourd’hui ! Et leurs prétendues « révolutions » ne sont que « réaction » !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.