Catégories
Développement solidaire

La faim dans le monde, le gourou et le G20

Cette image, trouvée quelque part sur le net et publiée sur la page d’un ami d’ami, interroge quant à l’état de notre monde.

One person dies … (DR)

A priori, la cause est bonne. Mais est-ce vraiment le cas ?
On peut discuter indéfiniment sur les chiffres (http://www.lexpress.fr/actualite/societe/les-chiffres-de-la-faim-dans-le-monde_1040867.html): 850 millions, 950 millions, 1 milliard, plus d’un milliard, … cela ne change pas grand chose au fait qu’un humain sur sept, ou presque, ne mange pas à sa faim aujourd’hui. A de rares exceptions près (situation de guerre, maladie épidémique ou catastrophe naturelle), ce n’est pas l’insuffisance de nourriture produite par les pays concernés qui est en cause, mais d’une part la destination autre que locale des productions et, d’autre part, l’inexistence de moyens de transport adéquats pour alimenter des zones éloignées.
La destination autre concerne des productions alimentaires destinées à l’exportation et non à la satisfaction des besoins locaux. En « échange » seront importées, souvent à prix élevé, des nourritures de base qui ne seront pas correctement distribués par suite de déficiences structurelles du pays.

Alors, sensibiliser au problème de la faim dans le monde en évoquant l’émotion soulevée par la mort d’un gourou, est-ce vraiment une bonne idée ? Cet homme n’a jamais rien inventé, jamais. Son « génie » (si génie il y a) a été de savoir attraper au vol les tendances de fond d’une société de loisir et de consommation et de satisfaire celles-ci au travers d’un habillage, d’un design, approprié. Tout au long de sa fulgurante carrière, il aura jalousement veillé, par son système propriétaire et ses tarifs élevés, à ne satisfaire que le haut du panier de sa cible jeune et pourtant friquée. Il est le symbole même de la société occidentale qui, telle un eldorado, fait rêver les jeunesses du reste du monde.
Comme il est probable que les adorateurs de ce gourou ne seront probablement pas les plus aptes à comprendre les questions de la faim dans le monde, sinon en cliquant sur quelque site dit « humanitaire » (dont il reste encore à vérifier l’honnêteté) afin de lâcher un euro pour se donner bonne conscience, il est plausible de considérer que cette image n’est d’aucune utilité. Pas davantage, d’ailleurs, qu’une autre image qui montre des tas d’invendus d’un supermarché jetés aux déchets et, en regard, des enfants affamés …
Mais, au passage, on aura dénoncé un monde fait de profiteurs et de riches, de riches profiteurs, qui ignore et méprise un autre monde fait de pauvres et de crève-la-faim. A t-on pour autant apporté une réponse au problème ? En fait, cette image participe d’une tendance forte qui prévaut actuellement dans l’ensemble du débat politique et dans les médias (presse, internet, réseaux sociaux); celle de l’émotionnel.

Dans le même ordre d’idées, on peut ajouter les débats démagogiques autour du salaire du président, ou les affirmations tout aussi simplistes selon lesquelles « les riches n’ont qu’à payer » ou « les politiques: tous pourris ». Une petite liste comparée des salaires des uns et des autres est en train de se tailler un beau succès en France et en Italie, peut-être ailleurs en Europe.

 »Gardien de la paix: 1600 euros pour risquer sa vie »
 »Pompier professionnel: 1800 euros pour sauver une vie »
 »Instituteur: 1600 euros pour préparer à la vie »
 »Médecin: 5000 euros pour nous maintenir en vie »
 »Sénateur: 19000 euros pour profiter de la vie »
 »Ministre: 30000 euros pour nous pourrir la vie »

Et, dans sa version italienne:%%%

 »Poliziotto: 1600 euros per rischiare la vita »
 »Pompiere: 1800 euros per salvare la vita »
 »Maestro: 1400 euros per prepararti per la vita »
 »Dottore: 2200 euros per mantenere la vita »
 »Deputato: 30000 euro per fottere la vita degli altri »

Il faut le dire tout net. Ces petits manifestes relèvent d’une forme d’indignation (très à la mode) qui porte en elle de dangereuses graines.
Chacun est indigné de voir et de savoir que quelqu’un, au-dessus de lui, (parfois tout juste au-dessus de lui lorsque l’on voit certains proposer le blocage des salaires à 4000 € !) gagne davantage, est mieux logé, passe des vacances sous un soleil plus chaud, transmet davantage de biens à ses enfants, a une meilleure retraite, etc, etc …
Mais combien sont indignés des injustices que rencontrent ceux qui sont en-dessous, qui ont des problèmes de papiers ou de certificats de séjour, qui sont mal logés, qui ont faim, qui ont froid, qui sont exclus du travail, qui n’ont pas de vie sociale, etc, etc …

Le monde n’est pas fait de vases communicants. Et il y a une grande différence à revendiquer une meilleure justice sociale, une meilleure répartition des revenus, une meilleure politique fiscale, plutôt que de désigner du doigt celui qui est au-dessus et d’en faire un bouc émissaire. C’est la porte ouverte à la délation, à la dénonciation, à la vengeance, au règlement de compte, à la xénophobie, au racisme, au poujadisme politique, à l’extrême-droite la plus réactionnaire qu’il soit possible d’imaginer.

Et l’on s’éloigne de notre sujet: la faim dans le monde ! Existe t-il des solutions ? Sans doute. Sans doute également difficiles à mettre en œuvre, ce qui n’est pas une raison pour ne rien faire. Le récent G20 avait été saisi de cette question (http://www.jean-jaures.org/Publications/Les-notes/Le-G20-et-la-faim-dans-le-monde) par de nombreuses ONG qui, entre autres, proposaient (demandaient) que les pays riches s’engagent auprès des pays en développement et participent à:

  • l’accroissement des productions existantes, notamment celles d’une agriculture d’autosubsistance,
  • l’amélioration du droit de propriété (réalisation de registres cadastraux), ne serait-ce que pour interdire aux états de céder des parcelles conséquentes de leurs territoires à d’autres pays pour des productions intensives non alimentaires,
  • la régulation des cours (Main-basse-sur-le-riz-des-questions) des matières premières agricoles, en sachant bien qu’en la matière, la spéculation n’est pas l’apanage exclusif de la finance mondiale !!
  • la création de stocks régionaux, ou de fonds de régulation des matières premières agricoles.
    Le G20 a pris position de façon timide. Les réponses existent. Sont-elles à la hauteur de l’enjeu (http://fr.wfp.org/nouvelles/nouvelles-release/le-pam-salue-les-actions-du-sommet-du-g20) ?
Catégories
Pétrole

Prix du pétrole: fondamentaux physiques ou financiers …?

L’AIE (Agence Internationale de l’Energie) vient de publier une mise à jour de ses prévisions 2010 (http://fr.rian.ru/energetics/20100211/186038483.html) en matière de consommation mondiale de pétrole. Cette correction en date du 11 février intervient, à la hausse, un mois après une prévision publiée en janvier.

La consommation mondiale de pétrole en 2010 serait de 86,5 millions de barils/jour, essentiellement portée par les pays émergents et l’Asie, soit en augmentation de 1,94% par rapport à 2008. Le prix moyen du baril serait de 75 $.

La consommation de pétrole en 2009 a été de 84,9 millions de barils/jour, à un prix moyen de 58 $, et en baisse de 1,5% par rapport à 2008.

En 2008, la consommation moyenne a été de 86,1 millions de barils par jour. Elle était de l’ordre de 85 millions de barils/jour en 2007.

Ainsi, les prévisionnistes nous annoncent le retour d’une consommation pétrolière voisine, voire supérieure, à celle que nous connaissions au moment de la grande crise qui a vu le coût du baril s’élever jusqu’à 145 $. Les mêmes faits produiront-ils les mêmes effets ? Cela est bien probable.

Jean-Marie Chevalier et un groupe d’experts viennent de remettre au gouvernement, et singulièrement au Ministère de l’Economie, un rapport relatif à la volatilité des prix du pétrole (http://www.economie.gouv.fr/services/rap10/100211rapchevalier.pdf) . Après un rappel des périodes 2000-2003 (stabilité des prix à 22-28 $ le baril), 2004-2008 (explosion de la demande et envolée vers les 100 $) et 2008-2009 (interactions entre éléments physiques et financiers caractérisée par la montée à 145 $ et la chute à 36 $ suivie d’une remontée en 2009), les auteurs soulignent que « dans l’abondante littérature consacrée au sujet il est difficile de trancher entre les tenants des fondamentaux physiques (demande des pays émergents, crainte d’un peak oil, crise économique, etc…) et les tenants des fondamentaux financiers (rôle des taux de change et taux d’intérêt, montée en puissance du pétrole “papier”, arrivée des nouveaux intervenants tels que les fonds indexés sur les matières premières, les comportements moutonniers-herding-des investisseurs, le jeu des arbitragistes spot-futures et ses limites) ».

« En conclusion, on peut avancer: »

 »- que le jeu de certains facteurs financiers a pu amplifier les mouvements à la hausse ou à la baisse des cours, augmentant la volatilité naturelle des prix du pétrole, »

 »- qu’on ne peut exclure que de tels mouvements ne se reproduisent dans les années à venir, à la volatilité naturelle s’ajoutant celle due aux comportements d’investisseurs financiers qui considèrent le pétrole (et plus généralement les matières premières) comme une classe d’actifs arbitrables par rapport à d’autres, »

 »- que les tensions fortes sur les cours se manifesteront en raison essentiellement de fondamentaux physiques (sous-investissement en nouvelles capacités) d’ici la fin de la décennie, »

 »- que le fonctionnement des marchés financiers du pétrole et la logique financière des acteurs qui les animent sont porteurs de risques difficilement contrôlables qui peuvent engendrer un risque systémique”. »

Dans le développement de ces idées, il est intéressant de noter que la spéculation joue sans doute un rôle dans les désordres du prix du pétrole, mais que celui-ci reste largement conditionné par le coût futur du produit. Ainsi l’exemple donné des arbitragistes qui achètent un produit  »spot » et le revendent au prix  »futur », profitant de capacités de stockage en mer évaluées à 130 millions-180 millions de barils, soit de 3 à 4 jours de consommation mondiale (1% de la consommation mondiale !). Quand bien même ces spéculateurs feraient cette opération trois ou quatre fois l’an, ce ne serait qu’une masse de 3 à 4% de la consommation mondiale qui seraient soumise à ce jeu d’augmentation artificielle des coûts. Sans compter que le jeu est risqué pour ce type de spéculation: lorsque le prix chute, le pétrole stocké est rapidement dévalué. Par ailleurs, la capacité de stockage atteint vite des limites qui sont “contre-productives” pour les spéculateurs, puisque le stock tend à contenir les prix.

Le coût futur du produit est le plus souvent conditionné par des éléments physiques (ouragan Katrina, production au Liberia, peak oil, …): « les fondamentaux physiques demeurent les principaux déterminants des prix du pétrole à moyen et long terme ». (Cette dernière phrase est un intertitre dans le document de Jean-Marie Chevalier).

« Une variable joue un rôle absolument majeur: le niveau et le calendrier des investissements d’exploration-production. Il convient de distinguer la question du volume des réserves de pétrole prouvées et récupérables et, d’autre part, le problème de la transformation de ces réserves en capacité de production. La crise économique a eu un impact très négatif sur le montant des investissements (…) et elle a exacerbé les incertitudes sur l’évolution attendue de la demande pour le pétrole. Par ailleurs, l’accélération de la prise de conscience des problèmes liés au réchauffement climatique apporte des incertitudes additionnelles.

N’est-ce pas ce qu’en termes plus ramassés on appelle le Peak Oil, c.a.d le pic pétrolier, le moment où la baisse de production de pétrole sera confrontée à une hausse constante de la demande ? Les capacités d’investissement-production rencontreront bientôt une limite qui sera imposée par la trop grande profondeur des réserves prouvées (-12000 m), les difficultés techniques (croûte de sel de plusieurs milliers de m. d’épaisseur, densité trop élevée des sables bitumineux, …), ou les oppositions environnementales et/ou culturelles.

Puits de pétrole (C)Preciohm

Le rapport Chevalier poursuit alors par une série d’une vingtaine de propositions visant à améliorer le fonctionnement des marchés pétroliers (transparence) et définir une stratégie pour l’Europe: 1- propositions organisationnelles, 2- gouvernance financière, 3- transparence des transactions, 4- transparence de la formation des prix, 5- renforcement des règles anti-abus de position dominante, 6- séparation des activités analyste/trader et compte propre/compte client, 7- scénarisation de la demande future de l’Union Européenne en produits pétroliers en cohérence avec la stratégie environnementale, 8- mise en cohérence de la fiscalité pétrolière à l’échelle européenne, 9- meilleure connaissance des stocks.

Il est bien entendu qu’aucune de ces propositions ne soit à contester, mais il est singulier qu’une seule idée soit en adéquation avec la teneur du rapport. Toutes les propositions sont exclusivement d’ordre financier à l’exclusion de celle qui préconise une meilleure anticipation des besoins européens en produits pétroliers et ceci en accord avec les objectifs environnementaux.

Il n’est rien sur la réorientation de la politique énergétique.

Il n’est rien sur la conquête économique d’une liberté à l’égard du pétrole.

Il n’est rien sur l’économie de l’énergie.

Et pourtant, ne sont-ce pas là des facteurs déterminants pour le futur prix du pétrole ? Jean-Marie Chevalier a oublié ses exhortations du 15 février 2005 (il y a exactement 5 ans), à l’occasion du 11° cycle de conférences de politique énergétique de la Direction Générale Energie et matières Premières (DGEMP):

« la bataille du siècle consiste à mesurer et internaliser les externalités, faire de l’efficacité énergétique une priorité internationale, réduire les gaz à effet de serre, mettre l’énergie au service du développement économique, responsabiliser les acteurs et renforcer la régulation mondiale ».

Il n’est pas tout à fait indifférent de savoir si tel ou tel analyste est davantage en faveur des causes spéculatives ou des causes physiques en ce qui concerne le coût du pétrole. En effet, les premiers seront tenants de solutions anticapitalistes à la (les) crise(s) que nous vivons, tandis que les seconds seront en faveur d’un “autre développement”. Mais c’est là un autre débat. Voir post antérieurs (Pétrole:-le-retour) .

Catégories
Economie

L’étain d’Ebullio

Petit moment de satisfaction à la lecture du Monde ce matin, d’autant plus que le message reçu n’est pas totalement conforme à l’opinion économique majoritaire du journal. Marc Roche nous y apprend que la fonds spéculatif Ebullio Capital Management contrôle aujourd’hui 90% du marché de l’étain. Cette main-mise serait à l’origine d’une envolée des prix de ce métal dont le cours est passé de 9700 $ fin 2008 à 15000 $ à ce jour.

Passons sur cette information partielle puisqu’il faut rappeler que l’étain cotait 6500 $ en janvier 2006, 13000 $ en février 2007, 16500 $ en décembre 2007 et 25000 $ en mai 2008, avant de s’effondrer, crise oblige. Il ne fait aujourd’hui que remonter, comme toutes les matières premières.

Mais là où l’article devient franchement intéressant, c’est qu’il nous explique que si Ebullio a mis la main sur l’étain, c’est parce qu’il sait que l’excédent ponctuel actuel de ce métal ne saurait durer. Et que la demande asiatique va augmenter ! Et que l’offre chinoise, indonésienne et péruvienne va diminuer ! “Les prix ne peuvent alors que grimper”. Bingo pour Ebullio !!

Circuit imprimé (C)NETgraphiste

Conclusion. Ce ne sont pas les spéculateurs qui font monter les cours. Ils ne font que profiter des situations économiques. Comme les mouches à merde, ils profitent de la situation, ils l’aggravent sans doute, mais ils ne la créent pas.

Seconde conclusion. Il en est exactement de même pour le pétrole qui, fin 2010, début 2011, redeviendra “rare”. La crise sera probablement finie, mais le pic de production pétrolière sera là et bien là. Ce jour-là, le pétrole sera cher, très cher mais il ne servira à rien d’accuser les spéculateurs. C’est aujourd’hui qu’il faut prévoir demain et réduire nos consommations.

Qu’on me comprenne bien: je ne dis pas cela pour défendre les spéculateurs. Mais je suis convaincu qu’un problème bien posé est un problème bien compris, auquel on peut apporter une solution.

Catégories
Pétrole

OPEP et prix du pétrole

Contrairement aux opinions de la majorité des commentateurs politiques ou économiques, l’OPEP a pris la décision de réduire -immédiatement- sa production de pétrole de 520 000 barils par jour, soit d’environ 0,6%. Cette décision a été prise le jour même où le baril repassait sur le marché en-dessous de 100 $. Il faut y voir un lien de cause à effet, car il est certain que des pays producteurs comme le Venezuela, l’Iran, voire le Koweit, sont en fait les vrais « spéculateurs » dont les commentateurs ci-dessus nous rebattent quotidiennement les oreilles. Ils le sont parce que l’OPEP elle-même a pour mission de faire respecter une politique des quotas visant à assortir l’offre à la demande. Ils le sont parce qu’ils souhaitent préserver un pétrole à trois chiffres afin de financer leurs politiques sociales et… l’après-pétrole.

Que venons-nous de vivre depuis le début de l’année ?

Le 12 mars 2008, l’Agence Internationale de l’Energie estime que le marché est en manque de 580 000 barils par jour et que cette situation devrait perdurer jusqu’au second trimestre 2008.

Mi-juillet 2008, le baril est coté à son plus haut: 147 $. Non pas parce que les spéculateurs s’en donnent à cœur joie; bien au contraire, l’indice HFRX Global Strategy (http://www.lecho.be/mon_argent/article/Les_hedge_funds_peinent_a_s%27adapter_aux_aleas_boursiers.7917005-611.art) chute de 2,8 %, après avoir perdu déjà 1 % le mois précédent. Voilà des spéculateurs qui ne sont pas très avisés !! Si le coût du pétrole montent, c’est parce que la production est inférieure aux besoins !

Cédant aux injonctions US, l’Arabie Saoudite remet unilatéralement, sans l’accord de l’OPEP, 600 000 barils quotidiens sur le marché. C’est pas curieux, cette correspondance stricte entre 580 000 et 600 000 ?

Par ailleurs, la consommation des Etats-Unis, face à ce carburant trop cher, baisse de … 800 000 barils par jour dès le mois de juin. Cela correspond à une baisse de 4 % de la consommation.

Ailleurs, en Europe et en Occident en général, c’est la période estivale et l’activité économique décroît.

En Chine, les JO sont l’occasion d’interrompre des pans entiers de l’activité industrielle.

Et donc, le baril repasse de 147 à 100 $ ! Il y a désormais TROP de pétrole !!

Puits de pétrole (DR)

Et maintenant, que va t-il se passer ?

L’été occidental est fini. Les frimas arrivent. La pause écologique en Chine s’achève le 15 septembre, à l’issue des Jeux Paralympiques. La consommation mondiale va reprendre son rythme expansif d’environ 1 % par an. Les bonnes habitudes prises par certains conducteurs américains (et européens) vont s’amollir devant une baisse relative du prix du pétrole. L’OPEP réduit sa production afin de revenir quasiment à la situation de début 2008. Les stocks vont progressivement s’amenuiser. Tout est en place pour que le baril reste durablement installé au-dessus de 100 $. Je ne suis pas économiste, mais je suis presque prêt à le parier.

D’autant plus qu’aucun de ces commentateurs si avisés ne s’autorise à réfléchir à … disons seulement à moyen terme. Or, la situation d’une consommation supérieure à la production possible se rapproche de plus en plus vite. TOTAL prévoit le Peak Oil (http://aspofrance.org/|fr) et ici (http://www.oleocene.org/node/23|fr) pour 2015-2020, jour où la production de pétrole déclinera inexorablement. Mais quel est le commentateur qui a le courage de voir un peu plus loin que sa chronique économique (ou politique) hebdomadaire ?