Catégories
Patrimoine

TDI, TOD, histoire d’un train entre Saint-Marcellin et Lyon. Chapitre 5

Résumé des épisodes précédents. Alors qu’elle poursuit, en direction de Saint-Marcellin, la construction du réseau ferré à voie métrique dont elle est concessionnaire, la Société TDI est déclarée en faillite.

Les travaux sont engagés, en régie départementale, entre Roybon et Saint-Marcellin à partir de novembre 1903. En septembre 1904, la Société des Chemins de Fer du Sud de la France (SF) s’engage à exploiter le réseau moyennant la possibilité d’achever la ligne Saint-Marcellin-Lyon dans Lyon et non à proximité. Elle exige également que la construction de toutes les sections en Isère soit financée par le Département. Enfin, elle revendique l’augmentation à 2700 francs par an et par kilomètre de la garantie d’exploitation, une subvention qui était de 500 francs par an et par kilomètre en 1897. Les conventions avec SF sont signées en avril 1906, sous forme de concession valable jusqu’au 26 août … 1964.

1982, café des tramways à Roybon

La section entre Roybon et Saint-Marcellin, mise en service le 6 avril 1908, est certainement la plus intéressante de l’ensemble de l’ancien réseau TDI. Cinq kilomètres après le départ de Roybon, la voie est en site propre à hauteur du monastère de la Trappe de Chambarand. Cela se poursuit pratiquement jusqu’à Chatte, soit sur près de 15 km. Seule, la traversée de Saint-Antoine et les derniers kilomètres avant Saint-Marcellin font exception puisqu’en accotement.

1982. Lac de Roybon, dernière trace du passage de la voie ferrée
La Trappe de Chambarand
Gare de La Trappe

Les arrêts sont les suivants: Roybon, Le Pont, Aigues noires, La Trappe, La Sapinière, Dionay, Saint-Antoine, Le Canal, Chapèze, Chatte, Puvelin, Champ de Mars de Saint-Marcellin, Place Lacombe-Maloc et terminus face à la gare PLM. Ce trajet de 27 km était censé se réaliser en 112 minutes, soit près de deux heures.

1982. Entre La Trappe et Dionay, passage de la voie sous un pont aujourd’hui comblé.
1982. Entrée du tunnel de Dionay
Les lacets et le tunnel avant Dionay, sur un projet d’aménagement en chemin de randonnée, datant de 1996.
Station de Dionay
Le viaduc du Furand
1982. Culée d’appui du viaduc sur la rive droite du Furand
1982. Base du pilier du viaduc du Furand

Le parcours est caractérisé par quelques ouvrages d’art, notamment avant Dionay, un tunnel de 78 mètres situé dans une impressionnante « épingle à cheveux ». Puis, après Dionay, et avant Saint-Antoine, afin de franchir la vallée encaissée du Furand, un viaduc métallique d’une portée de 64 mètres, composé de deux travées prenant appui sur des culées situées sur chaque rive et sur un pilier central de plus de 40 mètres de haut. Les restes de ces constructions sont encore visibles.

Arrivée à Saint-Antoine. A gauche, présence des rails (C)SC
Saint-Antoine et sa gare
1982. Gare de Saint-Antoine
1982. Saint-Antoine. Café-restaurant de la gare
Traversée de Chatte. Extrait de l’enquête parcellaire au 1/1000° établie par TDI en novembre 1900
Chatte. Passage du tramway

L’extrait de plan ci-dessus indique que la station de Chatte était prévue dans la courbe permettant de passer derrière l’école-ancienne mairie (sur la propriété Barbier Jules). De tout le réseau, cette station est l’une des très rares qu’aucune carte postale n’illustre.

L’arrivée à Saint-Marcellin se fait par le Champ de Mars, le Boulevard du Champ de Mars, la place Lacombe Maloc, en passant devant la dernière tour ronde des remparts détruite en 1951, la rue Aymard Durivail et enfin la gare en quasi vis-à-vis avec la gare de la ligne Chambéry-Valence.

Entrée de Saint-Marcellin en provenance de Chatte. Rails sur la gauche de l’image.
Saint-Marcellin, arrivée sur le Champ de Mars
Saint-Marcellin. Boulevard du Champ de Mars
Saint-Marcellin. Place Lacombe Maloc
Saint-Marcellin. Sur la droite, rails en direction de la rue Aymar-Durivail
A gauche, gare TDI. A droite, gare PLM
Trajet de Chatte à Saint-Marcellin

Cette section Roybon-Saint-Marcellin a été inaugurée presque 6 mois après sa mise en service, lors de fêtes républicaines en date du 20 septembre 1908, marquées par la présence de Gaston Doumergue, ministre de l’instruction publique et de Antonin Dubost, sénateur de l’Isère et Président du Sénat.

Catégories
Patrimoine

TDI, TOD, histoire d’un train entre Saint-Marcellin et Lyon. Chapitre 4

Résumé des épisodes précédents. La Société TDI, concessionnaire d’un réseau ferré à voie métrique depuis 1897, poursuit l’extension de celui-ci en direction de Saint-Marcellin.

Une nouvelle section est ouverte le 3 juin 1901. Elle prolonge la voie de Viriville à Roybon, 13 kilomètres de grand intérêt car ils sont établis en site propre pratiquement de bout en bout. Un trajet que le train est censé parcourir en 44 minutes. Ce temps de parcours s’explique par un fort dénivelé entre Viriville et la gare de Chambarand: l’altitude passant de 366 mètres à 568 mètres, soit plus de 200 mètres sur 8 km.

Après Viriville, les stations sont Les Etangs, le Camp militaire de Chambarand, le Grand-Fayard et Roybon. Le tracé est actuellement identifiable sur tout le parcours: voirie en courbe à la sortie de Viriville, au cœur d’un récent lotissement, chemin agricole avec un courte portion sur la route goudronnée jusqu’à Chambarand. Cette gare, pratiquement en pleine nature, desservait essentiellement un Camp Militaire (d’entrainement au tir du canon de 75 mm) créé en 1882.

Peu après Viriville, en direction de Chambarand, en 2017
Viriville, la montée sur Chambarand
Peu avant de parvenir à la gare du Camp de Chambarand, en 1982
Gare de Chambarand
Gare de Chambarand en 2013

Le train poursuivait son trajet en direction de Roybon, en site propre à l’exception de l’entrée dans Roybon. Actuellement, cet itinéraire est celui d’une petite route. Roybon est choisie pour être le site de l’atelier du réseau: y sont entretenus, révisés, réparés tous les éléments du matériel roulant, locomotives comme wagons voyageurs ou marchandises. Trois hangars sont desservis par un faisceau de huit voies. Ils font la fierté de la ville et sont l’objet de très nombreuse cartes postales qui les représentent sous tous les angles.

Roybon, les ateliers et la gare
Roybon, les ateliers et la gare
Roybon, la gare en 2013
Roybon, les ateliers en 1982

Malgré cette avancée rapide du chantier, la Société TDI ne parvient pas à l’équilibre financier, bien au contraire. Mauvaise gestion, précipitation dans la mise en service du réseau alors que toute l’infrastructure n’est pas achevée, trésorerie initiale insuffisante, et surtout une ligne « sans queue ni tête« , car quelle clientèle peut trouver satisfaction sur un trajet reliant Saint-Jean de Bournay à Roybon ?… Toujours est-il que la Société est en cessation de paiement le 15 septembre 1901, poursuivie par Pinguely, le fournisseur de ses locomotives, ce qui interrompt les travaux et entraîne une grève du personnel à la fin de l’année. Le Département de l’Isère se saisit rapidement de ce dossier, déchoit la société exploitante de ses droits, et place le réseau sous séquestre après en avoir prononcé la faillite le 21 janvier 1902, ce qui lui permet de prendre directement en charge et la reprise des travaux et l’exploitation. Il tentera bien de nouvelles mises en adjudication, mais elles resteront infructueuses.

Catégories
Droits de l'homme

On a souvent besoin d’un fasciste sous la main

C’est un vocabulaire que l’on entend souvent ces derniers temps, à Sivens, à ND des Landes ou a Roybon. Les zadistes, occupants des lieux, attendent de pied ferme les « milices fascistes qui veulent les déloger ! »
Pour exemple, voici le discours tenu par une militante anti-Center Parcs. « Les opposants les plus déterminés au Center Parcs, opposants d’ici ou d’ailleurs, n’accepteront pas éternellement ce djihadisme brun. Ils peuvent eux aussi s’organiser. Est-ce ce que veulent les apprentis sorciers qui ont dressé les habitants les uns contre les autres ? Des batailles rangées ? »
 »Dans un petit livre « Matin Brun » – tiré à deux millions d’exemplaires ! – Frank Pavloff, qui vit actuellement en Isère, montre dans une fable, la montée du nazisme en Allemagne. Deux amis, nullement politisés, occupés de leur travail, de leur famille, heureux de se retrouver le soir autour d’une bière, discutent tranquillement. Ils ont accepté sans problèmes de se séparer de leur chien, puis de leur chat- à éliminer parce qu’ils ne sont pas bruns ! – D’acceptations en compromissions, ils se retrouvent dans un régime fasciste. Nous n’en sommes pas là. Mais quand une commune, et certains de ses habitants, s’autorisent à bloquer la circulation sans raison impérieuse et sans aucun contrôle, on a toutes les raisons de s’inquiéter. »

Ce n’est pas là discours isolé, c’est même le discours officiel des écologistes et des zadistes (ces derniers étant des écologistes). Hervé Kempf, animateur du quotidien web « Reporterre », l’exprime très clairement dans un de ses derniers éditoriaux, celui du 7 mars (http://www.reporterre.net/EDITO-MM-Hollande-et-Valls-ouvrent), lendemain de l’expulsion des occupants de Sivens.
Sous un dessin de Red « On était Charlie », illustrant un « milicien » de la FDSEA, il est écrit que « le Gouvernement a déployé une tactique de répression propre aux régimes fascistes ».
« La tactique de MM. Valls et Hollande est délibérée. Elle ouvre la porte à la répétition de ce type d’actes: des groupes sociaux savent maintenant que, pourvu qu’ils ciblent l’écologie et les jeunes alternatifs tout en glorifiant la police, ils ont le champ libre. Elle s’appuie sur les sentiments d’extrême-droite qui montent dans ce pays. Et suscitera en retour des réactions de même nature, impliquant une répression encore plus stricte. »
« Je ne sais la qualifier autrement que de pré-fasciste : utilisant les méthodes mêmes du fascisme (des milices supplétives d’un Etat autoritaire) et stimulant la xénophobie et la haine des alternatives. »
« Les choses sont claires : un projet coûteux, pourri de conflits d’intérêt, financé par le public pour des intérêts privés, détruisant l’environnement, c’est « le changement ». D’aucuns persistent encore à croire que le gouvernement de MM. Hollande et Valls est « de gauche ». Il ne l’est pas. C’est pire : il ouvre, à peine dissimulé, la voie au fascisme. »

Ce qui est intéressant dans la diatribe d’Hervé Kempf, c’est qu’elle est illustrée par une référence au mouvement « Je suis Charlie », sous la forme d’une inversion de cette déclaration de solidarité, laquelle se transforme en « On était Charlie ». Cela démontre, s’il en était besoin, que le slogan de janvier 2015 n’a pas beaucoup de contenu et que chacun peut le tirer à soi et l’adapter à sa cause. En effet, il n’est pas évident que ce slogan ait été porteur, à un moment ou à un autre, d’un contenu soit écologique, soit en faveur d’une société gratuite et solidaire comme la revendiquent les zadistes.

Ce rapprochement a cependant un sens, que vient brillamment d’illustrer Patrick Pelloux, chroniqueur et administrateur de Charlie Hebdo.
Abd Al Malik, artiste, musicien, écrivain, cinéaste, a récemment distribué son premier film « Qu’Allah bénisse la France » (décembre 2014) et surtout un petit livre intitulé « Place de la République, pour une spiritualité laïque ». Dans ce livre et dans les propos (http://www.telerama.fr/livre/abd-al-malik-l-islam-est-meconnu-par-les-musulmans-eux-memes-et-par-les-autres,123130.php) qu’il tient pour le présenter, Abd Al Malik aborde la question de « Charlie Hebdo ». Tout en affirmant fortement le droit à la caricature qui est « un acte démocratique par excellence », un « éclatant symbole de la liberté d’expression », il reproche à l’hebdomadaire « d’avoir contribué à la progression de l’islamophobie, du racisme et de la défiance envers tous les musulmans ». Il poursuit: « Pour moi, dans le contexte actuel de pression extrême sur les musulmans, dans ce climat de surenchère médiatique autour de l’islam, Charlie Hebdo a fait preuve d’irresponsabilité en multipliant ces caricatures. Même si le but était de montrer du doigt les intégristes, et même s’ils en avaient le droit au sens légal. »

Abd al Malik (DR)

Cela, Patrick Pelloux, non seulement ne l’accepte pas, déclare qu’il est « meurtri » par les propos de l’artiste qui sont qualifiés d' »odieux » , mais fait un rapprochement avec les terroristes qui « sont le nouveau nazisme et le nouveau fascisme ». Toute critique de « Charlie Hebdo » serait-elle assimilée à une complaisance à l’égard de ce « nouveau fascisme » ?

La simplification sémantique de ces propos devient inquiétante. L’ultra-gauche perdrait-elle la raison ?

Catégories
Ecologie

Center Parcs et l’emploi

La défense de l’emploi n’est pas le premier objectif des opposants au Center Parcs de Roybon. Nous avons pu voir (Pour-quelques-arpents-de-bois-et-de-champs-bons-à-rien) que leurs préoccupations (écologistes comme zadistes) visent plutôt la reconstruction de notre société afin de la rendre plus simple et plus joyeuse, en passant par la décroissance et, donc, une critique fondamentale de notre démocratie.

Au travers d’un ensemble de critiques, l’emploi est pourtant l’un de leurs arguments majeurs: les emplois offerts ne sont que des emplois précaires, Center Parcs exerce un chantage à l’emploi, …

Essayons de faire un tour d’horizon de cette question.
En commençant par un examen de la situation de l’emploi dans la région concernée, grâce aux services de l’INSEE que tout un chacun peut aller consulter. La Communauté de Communes Bièvre Chambaran dont Roybon était partie prenante comprenait en 2011, 1335 jeunes de 15 à 24 ans dont 674 étaient actifs, c’est à dire qu’ils avaient quitté soit le système scolaire, soit une formation. Parmi ces 674 jeunes actifs, 530 disposaient d’un emploi, soit 78,6 % d’entre eux. Ce qui signifie que 144 étaient sans emploi.
Cette Communauté de Communes a désormais fusionné avec la Communauté de Commune Bièvre Liers dont la ville-centre est La Côte Saint-André. En 2011, toujours selon l’INSEE, les jeunes de 15 à 24 ans étaient 2404 sur ce territoire, dont 1265 étaient actifs (hors scolarité ou formation). 1005 d’entre eux disposaient d’un emploi soit 79,4 %. Ce qui signifie que 260 d’entre eux étaient sans emploi.

Au sud du territoire des Chambarans se trouve un autre territoire, celui du Pays du Sud Grésivaudan (un nom que l’on ne trouve même pas sur les cartes !). Sa ville-centre en est Saint-Marcellin, ses principaux centres sont Vinay et Pont-en-Royans. Voici les statistiques de l’emploi des jeunes sur ce territoire.
En 2011, les jeunes de 15 à 24 ans sont au nombre de 4236. Un peu plus de 46 % d’entre eux (1964) sont encore en formation. Parmi les actifs, 1557 ont un emploi et 559 sont chômeurs.

Dans un précédent post, nous avons vu que le taux national de chômage chez les actifs de 15-24 ans est de 25 %. Il est de 20,8% dans le nouveau territoire qui inclut Roybon. Il est de 24,6 % dans le territoire du Pays Sud-Grésivaudan. Sur ces seuls deux territoires, ce sont 963 jeunes de 15 à 24 ans qui n’étaient plus scolarisés ou en formation et qui n’avaient pas d’emploi en 2011. Un millier de jeunes qui sont chômeurs !


Dans la méconnaissance totale de ces chiffres, les opposants au Center Parcs répètent à l’envie ce premier argument: Pierre et Vacances, comme tant d’autres industriels ou aménageurs exercent un chantage à l’emploi. Il n’est pas besoin qu’ils exercent le moindre chantage afin d’obtenir des aides, des soutiens, des financements publics: tous les élus responsables, tous les organismes en charge de l’insertion des jeunes et moins jeunes dans le travail sont à l’affut de tels projets de développement car ils y trouvent des réponses aux besoins de leurs populations, et des jeunes en particulier.
Perturbés par cette analyse (on ne peut pas être globalement contre des emplois !), les opposants inventent alors un second argument: ce sont des emplois précaires, des emplois non permanents, des emplois mal rémunérés, des emplois dont on démissionne vite, …
L’actualité vient nous apporter quelques enseignements sur cette question. En mai 2015, le Center Parcs de la Vienne doit ouvrir, Center Parcs du Bois aux Daims. La société ELIOR, concessionnaire des activités de restauration dans les Center Parcs de France recrute actuellement ses salariés sur le site « emploi » du Conseil Général de la Vienne.
Les offres sont les suivantes (n’hésitez pas, il ne reste que quelques jours pour les saisir !).
1 – Gouvernant(e) nettoyage: CDI de 35 heures, salaire de 1516 à 1800 € + 13° mois.
2 – Gouvernant(e) adjoint(e): CDI de 35 heures, salaire de 1459,62 € + 13° mois.
3 – Agent technique de nettoyage: CDI de 9 heures, salaire 9,53 €/h + 13° mois?
4 – Commis de cuisine: CDD/CDI de 35 heures, salaire 9,55 €/h.
5 – Cuisinier: CDD/CDI de 35 heures, salaire 9,60 €/h.
6 – Chef de partie: CDD/CDI de 35 heures, salaire 10,21 €/h.
7 – Chef de cuisine: CDD/CDI de 35 heures, salaire 11,86 €/h.
8 – Serveur: CDD/CDI de 35 heures, salaire 9,60 €/h.
9 – Chef d’équipe restauration à table: CDD/CDI de 35 heures, salaire 10,21 €/h.
10 – Equipier de restauration: CDD/CDI de 35 heures, salaire 9,60 €/h.%%%
11 – Chef d’équipe restauration et retail: CDD/CDI de 35 heures, salaire 10,21 €/h.

Nous ne ferons aucun commentaire quant au niveau de précarité ou de rémunération de ces emplois. Chacun est libre d’en juger. Nous constaterons sobrement que ce sont des emplois et que ces emplois peuvent convenir aux demandeurs d’emploi de nos territoires, principalement aux jeunes.

Roybon, statue de la Liberté (DR)

Quant à la dimension économique de ces emplois et de l’implantation d’un Center Parcs, nous ferons, encore une fois, appel aux analyses de l’INSEE. En avril 2011, un an après l’ouverture du Center Parcs des Trois Forêts, dans le Pays de Sarrebourg, une longue et complète analyse (http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=17266) de cette structure touristique a été publiée par l’INSEE, signée par Philippe Debard et Olivier Serre.
Il est impossible de passer sous silence les grandes lignes de ce document qui précise qu’avec 606 emplois et 26 intérimaires, le Center Parcs est devenu le 6° employeur du Bassin Lorrain. Ces 632 emplois représentent 470 équivalent-temps-plein (ETP) et les 2/3 sont en CDI. Les salaires sont considérés comme relativement bas et en tout état de cause inférieurs aux salaires d’hôtellerie pratiqués dans le bassin d’emploi.
Le recrutement est extrêmement local, les cantons immédiatement voisins fournissant à eux seuls plus de la moitié des effectifs salariés.
Autre constatation particulièrement signifiante: le recrutement joue un rôle social important. 59 % des nouveaux salariés étaient auparavant au chômage et 11 % étaient bénéficiaires du RSA. La création du Center Parcs est à l’origine d’une réduction de près de 10 % des chômeurs inscrits, essentiellement des jeunes et des femmes.
Il était, un an après l’ouverture, encore difficile d’estimer l’incidence en termes d’emplois locaux que l’activité même du Center Parcs pouvait initier. Cependant, plus de 90 emplois locaux ont été directement générés par les revenus des salariés du complexe touristique.
Il FAUT lire ce document sincère et honnête, qui ne cache pas les insuffisances (un turn-over de 30 % des salariés après 4 mois, par exemple) et les défauts de ce type de développement économique, mais qui, en tout état de cause, interdit de traiter avec légèreté et suffisance de la question de l’emploi et de la réponse qui y est localement apportée.
Il faut d’autant plus le lire qu’il apporte des réponses aux questions relatives à la gestion des Center Parcs et aux ressources générées auprès des Collectivités.

L’emploi,en France et en Europe, est loin d’être une question simple. Actuellement, une énorme majorité des contrats de travail est constituée de contrats courts, à durée déterminée. Il n’est pas envisageable que ce soit Roybon et son Center Parcs qui puissent changer en quoi que ce soit une situation qui est celle de tous les pays occidentaux !
Et ce n’est pas, non plus, la construction de barricades dans la boue et la neige qui fera avancer ce débat en quoi que ce soit.