Catégories
Culture

Europe buissonnière

Après le/la Covid. Il nous fallait partir et retrouver des lieux, des amis, des échanges, que la maladie et les confinements successifs avaient bien mis à mal. Nous sommes donc partis pour quasiment trois semaines (19 jours) et 3000 kilomètres à travers la Suisse, l’Allemagne (la Bavière), l’Autriche (la Styrie) et l’Italie (le Trentin et la Vénétie).

En Allemagne, ce fut d’abord Grafing, animée d’une fête bien traditionnelle, mélange de folklore et de religion catholique. Il y fut cependant question des trente ans de notre jumelage, également de politique lorsque la constitution de notre nouvelle Assemblée inspira à certains quelques pensées à propos de la République de Weymar, enfin de la découverte d’une forêt ( à Bruckberg) que choisissent celles et ceux qui ont opté pour la crémation, afin que soient dispersées leurs cendres.

Ciel bavarois, bleu avec du blanc – Droits réservés
Instant de repos pendant la fête folklorique – Droits réservés
En Bavière, déco de jardin – Droits réservés
Cultures bavaroises – Droits réservés
Mémorial en forêt de Bruckberg – Droits réservés

Ce sont des motifs « généalogiques » qui expliquent le choix de l’Autriche et de sa province sud-est de Styrie, une province bien verte. Gaal, un petit village de moyenne montagne, fut notre pied-à-terre et nous permit de visiter Seckau et Judenburg. Dans cette dernière ville, ancien lieu de commerce avec Venise, un petit musée raconte l’histoire des juifs qui vivaient ici de la fabrication et du commerce de la valériane, et de l’extraction de minerai de fer. Ce musée parle également du circuit automobile de Spielberg, situé à moins de 10 kilomètres.

Un pays bien vert – Droits réservés
Judenburg – Cloître dans une maison privée -Droits réservés

Puis ce fut l’Italie en deux étapes successives. Tout d’abord, une semaine à Roncone, dans le Trentin. En raison de la sécheresse, la commune de Tione di Trento (le Chef-lieu) fermait ses fontaines, parfois pour la nuit seulement, et en vidait d’autres dont l’eau en provenance du réseau se perdait systématiquement.

Dolomites du Frioul – Droits réservés
Bucheron ou ébéniste du Frioul – Droits réservés
Roncone – Droits réservés
Fontaine – Droits réservés
Droits réservés
Architecture « Art Nouveau » à Tione – Droits réservés
Fontaine – Droits réservés
Droits réservés
Droits réservés

Puis Fiesso d’Artico, sur les bords d’une Brenta bien pauvre en eau ! Occasion de parler du jumelage avec Saint-Marcellin, de visiter les Collines Euganéennes, de partager avec les amis, de refaire (un tout petit peu) le monde et de profiter du soleil.

Mirano et son campanile – Droits réservés
Fiesso d’Artico – La Brenta – Droits réservés
Droits réservés
Droits réservés

Dernière étape: le retour en France. Sur l’autoroute, entre Milan et Turin, nous dépassons une colonne de Fiat 126 qui ont bien du mérite à se déplacer à 90 km/h parmi les poids lourds sur la bande de droite. Nous faisons halte dans une station-service et les voici qui arrivent ! Elles sont onze voitures, fabriquées en Pologne (à Bielsko-Biala) entre 1973 et 1987 puisqu’elles ont une cylindrée de 600 ou 650 cm3. Leurs pilotes, partis de Pologne, rejoignent le lieu mythique des usines Fiat de Turin, après un périple de 1500 km.

3 320 000 exemplaires de la Fiat 126 ont été construits en Pologne entre 1973 et 2000.

Droits réservés

Vive l’Europe !

Catégories
Culture

en novembre, Barbara

Novembre n’est pas le meilleur des mois pour Barbara, ne serait-ce que parce que c’est en novembre, le 24, l’an 1997, qu’elle nous a quittés. Entre juillet 1943 et octobre 1945, Barbara a vécu à Saint-Marcellin, dans des conditions difficiles puisqu’elle et sa famille y étaient réfugiées afin d’échapper aux atrocités nazies et aux dénonciations.

Depuis 2019, la ville l’honore d’un Festival à son nom, Festival consacré à la chanson française et/ou francophone. Et depuis 2019, chaque édition de ce Festival est motif à ressortir LA chanson de Barbara dont il est évident qu’elle concerne Saint-Marcellin. Elle-même, d’ailleurs, a raconté qu’elle s’était arrêtée dans cette ville, de retour d’un concert dans le midi, afin de rechercher les traces de son enfance.

« Mon enfance », tel est le titre de cette chanson. Elle en a écrit les paroles. C’est, pour le moins, une chanson un peu triste. Elle y raconte qu’elle retrouve le coteau, l’arbre, la maison fleurie, les dahlias fauves dans l’allée, le puits … et les cris d’enfants en compagnie de Jean (frère ainé né en 1928), Régine, (sœur née en 1938) et Claude (frère né en 1942). Reste, dans l’énumération des enfants, un autre Jean. Qui est-il ?

Tout lui revient de ces années perdues de ses treize-quinze ans, les jeux et les noix fraîches de septembre, mais aussi le souvenir douloureux de sa mère Esther, qui vient de décéder alors qu’elle écrit cette chanson. Esther est décédée en 1967, la chanson date de 1968. La conclusion est mélancolique, qui affirme qu’il ne faut jamais revenir au temps caché des souvenirs, là où son passé la crucifie.

Barbara, 1965

Il est une autre chanson qui parle également de Saint-Marcellin, chanson dont elle n’est pas la seule auteure des paroles, paroles qu’elle a très certainement inspirées. Il s’agit de « Il me revient », dont le texte a été écrit en collaboration avec Frédéric Botton, en 1996.

Il me revient en mémoire
Il me revient en mémoire
Il me revient des images
Un village, mon village
Il me revient en mémoire
Je sais pas comme un songe cette histoire
Et voilà qu’au loin s’avance
Mon enfance, mon enfance
C’était, je crois, un Dimanche
C’était, je crois, en Novembre

Qu’importe, mais je revois l’usine
Oui, l’usine se dessine
Surgit du livre d’images
Un ciel gris d’acier, une angoisse
Et des pas lourds qui se traînent
Et les ombres qui s’avancent
C’était, j’en suis sûre, un Dimanche
C’était, j’en suis sûre, en Novembre

Et se détache une image
Un visage, ton visage
Où allais-tu sur cette route
Comme une armée en déroute
Et tout devient transparence
Et tu deviens une absence
Tout me revient en mémoire
Le ciel et Novembre et l’histoire
Et les pas qui se rapprochent
Et s’avancent en cadence
Toi, où es-tu, je te cherche
Où es-tu, je te cherche
Toi, mon passé, ma mémoire
Toi, ressorti de l’histoire
Qui était, j’en suis sûre un Dimanche
En Novembre

Ton visage
Toi, sur cette route
Figé
Et les ombres qui se rapprochent
Et les ombres qui te frappent
Et t’emportent
Il me revient des images
Ce village, ton visage
Toi, seul sur cette route
Et les pas qui s’approchent
En cadence, en cadence

En cadence (en cadence…)
En cadence (en cadence…)

L’histoire est simple: il s’agit de l’arrestation d’un résistant ou sympathisant de la Résistance par des miliciens, plus probablement que par l’armée allemande. Le lieu est signifié, l’usine se dessine, donc à proximité de la Laiterie Brun et de la Fabrique d’Appareillages Electriques de la CGE. La date est celle de novembre, donc exclusivement novembre 1943 ou novembre 1944, les seuls novembre pendant lesquels Barbara vivait à Saint-Marcellin. Or, Saint-Marcellin ayant été libérée en août 1944, il ne peut s’agir que de novembre 1943.

Pour mémoire, le 29 novembre 1943, à Saint-Marcellin, le Docteur Victor Carrier est sommairement exécuté par la Milice, dans le contexte de ce qui a été désigné comme la « Saint-Barthélémy grenobloise ». Il était, avec son ami le Docteur Valois, le créateur du Secteur 3 de l’armée secrète de l’Isère et du Bataillon de Chambaran. (1)

1 – https://fusilles-40-44.maitron.fr/spip.php?article183667