Catégories
Egypte

La croisade anti-islamique, anti-islamiste du Monde

C’est un excellent article qu’a publié « Le Monde », ce mardi 23 juillet. Il s’agit d’analyser la lecture (ou les lectures) que l’on peut faire d’une image. Et l’image en question ( de Spencer Platt) se situe au Liban, à Beyrouth. L’on y découvre une automobile d’apparence sportive, occupée par des jeunes d’apparence bourgeoise et quelque peu friquée, qui font des photos d’un ensemble de logements bombardés. En fait, cette lecture biaisée se révèle totalement erronée à l’examen, et des faits et des intentions du photographe. La cause de la méprise est à rechercher dans une attitude ethnocentrique dont l’Occident a toutes les peines du monde à se débarrasser.
Ce même ethnocentrisme est également à l’origine de discours et d’interprétations des faits de la part du même « Monde », au sujet de ce qui se déroule depuis deux ans dans les pays arabes et du Proche-Orient.
Nous prenons nos précautions, car le quotidien accepte difficilement ce genre d’observations qu’il a l’habitude de classer dans la catégorie des propos de complotistes (de ceux qui voient des complots partout !).
Nous ne voyons pas de complots partout.

Mais l’histoire récente des évènements en Egypte s’est traduite par quelques exercices de funambulisme remarquables.

C’est ainsi que les 14-15 juillet, Christophe Ayad, dans un article intitulé « Climat de guerre civile en Egypte » a pu écrire:
« Pendant les dix-huit jours du soulèvement qui avait conduit à la chute d’Hosni Moubarak, la célèbre place du centre du Caire (Tahrir) avait offert un spectacle inédit en Egypte: islamistes, communistes, femmes, hommes, coptes, musulmans et athées, Egyptiens de toutes opinions et de toutes conditions, avaient uni leurs forces dans un but commun, mais aussi dans le respect de leur différences et la certitude de partager une humanité commune… »
« Les Frères musulmans ont conçu, pendant leur année au pouvoir, l’exercice démocratique comme un absolutisme de la majorité, refusant la moindre concession à leurs opposants, traités comme des perdants. A l’inverse, les jeunes révolutionnaires de Tamarrod ont une conception de la souveraineté populaire qui surpasse la légalité constitutionnelle. »
« Dans ces conditions, le retour aux urnes souhaité par la communauté internationale, n’est pas forcément le moyen le plus sûr pour apaiser les choses. Dans les démocraties naissantes, les élections creusent parfois les divisions de la société plus qu’elles ne les surmontent. »

Une première remarque s’impose. Tout comme pour le Mali, voilà encore des journalistes qui s’accommodent facilement des interventions militaires musclées et anti-démocratiques pour peu qu’elles rentrent dans leurs analyses. Mais revenons sur le fond du cas égyptien.
Voici deux ans, il y avait certes foule pour réclamer le départ de Moubarak. Il y avait certes des hommes et femmes égyptiens de toutes confessions et de toutes conditions. Leur but commun était le départ d’Hosni Moubarak dont ils étaient convaincus, à juste titre probablement, qu’il n’était devenu qu’un profiteur de la nation égyptienne, à la tête d’un petit clan de favorisés. Au-delà de ce « but commun », il n’y avait RIEN. Pas le moindre commencement d’une union politique permettant de prendre le pouvoir et de réorienter la société. La raison en était bien simple.

Contrairement à une idée largement répandue dans les médias occidentaux, (sous le nom de « Printemps arabe »), nous n’étions pas en face d’une révolution sociale, d’une exigence d’égalité, de justice, d’accession à un statut honorable pour tous.
Non, nous étions en face d’une « révolution » (sans doute) de caractère libéral. D’une « révolution » conduite par la classe moyenne, ses jeunes, ses forces vives, ceux qui voulaient et exigeaient un emploi, la liberté de circuler, la liberté de commercer, … Une même « révolution » que celle qu’a connue la Tunisie. Une même « révolution » que celles que l’on a vues naître et disparaître aux USA, en Israël, en Turquie, au Brésil, en Espagne … Des « révolutions » immanquablement conduites par la jeunesse des classes moyennes qui se mobilise sur des motifs parfois peu en rapport avec la force et la violence du mouvement: là le prix des yaourts, ici la destruction d’un jardin public, ailleurs le prix du billet de tram, … Et des « révolutionnaires » qui refusent de façon systématique de s’organiser, de devenir force de propositions, vecteur d’un changement sociétal.
Ce fut le cas en Egypte. Les dits-révolutionnaires ont systématiquement refusé de faire la moindre proposition constructive quant à l’avenir de leur pays, passant successivement des campagnes de boycott des Forces Armées aux actions violentes et anarchistes des « blocks ». Le but à atteindre était la chute du gouvernement Morsi. Ce but a été atteint !

Et c’est mensonge que d’écrire que les Frères musulmans se sont comportés de façon absolutiste, en traitant leurs opposants comme des perdants.
C’est mensonge parce que le gouvernement régulièrement et démocratiquement élu des Frères musulmans s’est trouvé confronté immédiatement à l’opposition des corps constitués que sont l’Armée, la Police, la Justice, les Administrations diverses. Le gouvernement s’est trouvé confronté à une opposition systématique des libéraux et des révolutionnaires, opposition caractérisée par le refus de participer à quoi que ce soit, y compris la rédaction de la nouvelle Constitution, freinée jusqu’à plus supportable. Certes oui, le gouvernement de Mohamed Morsi n’a pas réussi à briser cette opposition et il s’est parfois comporté de façon brutale.
Mais NON, le gouvernement de Mohamed Morsi n’a pas appliqué la charia, laquelle n’était pas inscrite dans la Constitution approuvée d’arrache-pieds.
NON, Mohamed Morsi n’a pas instauré la présence des Frères dans tous les rouages de l’Etat; il en aurait d’ailleurs bien été incapable, compte tenu du blocage de toutes les institutions par les libéraux et les partisans de l’ancien régime.
NON, Mohamed Morsi n’a pas favorisé les viols et agressions des femmes sur la Place Tahrir et en d’autres lieux du pays, et les observateurs impartiaux savent bien que ce problème égyptien est récurrent dans tout rassemblement de foules.
NON, le gouvernement de Mohamed Morsi, même s’il n’a pas été un foudre de guerre en matière économique, ne s’est pas comporté comme un incapable en la matière, tout autre gouvernement aurait été dans l’impossibilité de faire mieux. D’autant plus que l’Europe et le FMI n’ont jamais accordé les fonds promis, exigeant en retour des bouleversements économiques suicidaires pour l’Egypte (suppression du subventionnement du pain et de l’essence).
NON, le gouvernement de Morsi n’a pas envisagé de mettre en place une corruption, sans en avoir eu le temps, comme l’en a accusé le politologue Olivier Roy développant ainsi une fumeuse thèse basée sur le procès d’intention.

Le gouvernement des Frères musulmans est tombé sous les coups d’un conglomérat de libéraux et de révolutionnaires aveugles, financés et aidés par quelques majors de l’économie égyptienne, soutenus pas les revanchards de l’ère Moubarak et par l’armée !
Le peuple qui s’est exprimé majoritairement ? Des foules manipulées par des privations d’essence qui déséquilibraient toute l’économie, aussi bien l’industrie que l’agriculture (alimentation des tracteurs ou des moteurs de pompes d’irrigation), par des coupures quotidiennes d’électricité et par le chantage sur le prix du pain ou de la farine. Mais jamais, et en aucun cas, une révolte massive et sincère sans laquelle l’armée n’aurait rien pu faire (dixit Le Monde) !
Ils ont eu bon dos, les islamistes !
Comme par miracle, le carburant, le pain et l’électricité sont revenus au lendemain du putsch des militaires. Et les animateurs de Tamarrod de se mettre à rêver des prochaines élections présidentielles dans lesquelles ils pourraient jouer un rôle !

Et maintenant ?
Maintenant, chaque instant qui passe nous rapproche de la guerre civile. Parce que la coalition improbable des libéraux, des révolutionnaires, des revanchards et des opportunistes n’a pas tenue devant l’armée (normal, elle n’a d’autre programme que celui de l’ambition libérale !). Parce que les Frères musulmans n’acceptent pas le traitement qu’ils ont subi et persistent, contre toute vraisemblance, à croire au retour de Mohamed Morsi. Parce que les salafistes en profitent pour essayer de tirer les marrons du feu, jouant tantôt l’un, tantôt l’autre des camps en présence. Parce que l’armée, incapable de gérer quoi que ce soit en matière d’unité nationale, fera appel au peuple qu’elle sait si bien manipuler quand elle ne l’écrase pas et cherchera à le convaincre de chasser les « terroristes » !

L’armée égyptienne appelle à manifester-19 juillet (C) Amr Abdallah Dalsh/Reuters


Les salafistes… Nous avions, ici, déjà souligné cette « nuance » dans le débat égyptien. L’opposition caricaturale aux Frères musulmans, telle que le conglomérat d’opposants à l’intérieur de l’Egypte l’a pratiquée, telle que « Le Monde » la pratique depuis deux ans, telle que l’Occident la pratique également, est très probablement improductive. Elle favorise l’émergence de la tendance salafiste, beaucoup plus radicale. Et cette tendance saura s’affirmer, comme elle vient encore de le faire en Tunisie (mais comme l’histoire se répète, là aussi, c’est Ennahda qui est accusé …)
Avant que de faire la leçon à l’Egypte, et au-delà à l’ensemble des peuples majoritairement musulmans, en affirmant que « l’islamisme n’est pas un projet de gouvernement » et que « le refus de séparer la Mosquée et l’Etat est, profondément, incompatible avec la liberté politique », peut-être aurait-il fallu aider Mohamed Morsi à évoluer sur un chemin qu’il n’a jamais refuser d’aborder, et où il aurait pu aller pour peu que son pays ait eu quelque chose à gagner: de la paix, du développement, … . Il est désormais trop tard.

Quand à la référence au sécularisme, ne vaudrait-il pas mieux commencer par balayer devant sa porte, en supprimant le « In God, we trust » des dollars US, le « Au nom de Dieu tout puissant » de la Constitution suisse et les nombreux crucifix encore accrochés ici ou là en Europe, sans parler du débat récurrent sur les origines chrétiennes de l’Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *