Catégories
Mondialisation

Sacs poubelle, centres d’appels et huile de palme

Il est le Président du Groupe Sphère, titulaire de la marque Alfapac (sacs poubelle, film plastique). Vêtu d’une marinière à la Montebourg et sur fond tricolore (tout comme son modèle), il prétend produire en France et préserver les emplois. Lorsqu’on lit plus avant sa profession de foi, on apprend que s’il a six usines en France, il a en a sept autres situées en union Européenne. De plus, parmi les six usines situées en France, trois d’entre elles sont des « usines relocalisées en France après avoir été achetées en Allemagne de l’Est, en République Tchèque et en Italie du Sud ». Outre le fait que nous ne savions pas que l’Allemagne de l’Est, comme l’Italie du Sud, étaient des pays à part entière, nous sommes heureux d’apprendre que des emplois existants dans des pays ou des régions qui en ont bien besoin ont été détruits pour le bénéfice de l’emploi en France !

Ce qui permet de considérer que la démarche de cette entreprise ne relève pas tant du « patriotisme économique », mais bien du « nationalisme économique ». La photographie décrite en préambule de ce post devrait être complétée par le béret et la baguette de pain, voire la « gauloise » au coin des lèvres. Il n’y a d’ailleurs pas que les chefs d’entreprise à pratiquer cette sorte de « nationalisme économique ». Lorsqu’un ministre déclare que les centres d’appel que les entreprises ont installés au Maroc ou dans d’autres pays du Maghreb doivent être rapatriés en France, il ne fait pas autre chose. Tout comme les usines rachetées par Sphère, ces centres d’appels n’ont pas à être « re-localisés » en France, puisqu’ils n’y ont jamais été localisés et qu’ils n’ont jamais été délocalisés. Ces centres d’appel, pour la plupart, ont été créés d’office dans les pays qui les abritent actuellement, en profitant de l’expansion rapide de la demande et de l’offre en matière de main d’œuvre.
Prendre argument sur le niveau peu élevé de compétence, les conditions de travail souvent difficiles et les salaires insuffisants ne doit pas justifier une « relocalisation » en France dont la première conséquence sera la suppression de centaines d’emplois dans des pays qui en ont besoin.
L’emploi ne peut être une « denrée », une « matière » ou une « variable d’ajustement » avec laquelle on peut faire tous les ajustements possibles dans le seul but de satisfaire les besoins du plus riche ou de l’occidental.

Avec les mêmes prétendues inquiétudes occidentales, ce genre de raisonnement parvient aux confins du « colonialisme ». C’est le cas dans l’affaire de l’huile de palme. Résumons la thématique de façon rapide. Voilà une huile « parfaite » en ce sens que ses coûts de production sont peu élevés et que ses propriétés organoleptiques sont très intéressantes: goût, tenue à la chaleur, aspect craquant, … toutes raisons qui en ont fait la favorite des industriels de l’alimentation, mais aussi des cosmétiques et (pour d’autres raisons) des « pétroliers » puisqu’elle sert de carburant végétal.
A contrario, cette huile est accusée d’être à l’origine d’une vaste déforestation des zones où elle est cultivée intensément, déforestation accompagnée d’une destruction des lieux d’accueil de la faune sauvage.
Tenant compte de ces reproches exprimés par des associations de défense de l’environnement qui ont pignon sur rue (WWF, Greenpeace, …), mais qui n’ont jamais sollicité de boycottage, des industriels malins ont imaginé qu’une campagne de boycott de cette huile de palme serait « porteuse » pour leurs propres produits et, ce faisant, ils ont accusé l’huile de palme de tous les méfaits sanitaires.
Or, l’huile de palme contient moins d’acides gras saturés que le beurre ou les graisses animales et la consommation annuelle d’huile de palme dans la nourriture du français moyen est très nettement inférieure à la consommation de beurre.
Par contre, l’exploitation des palmeraies représente une vraie richesse pour les pays qui s’y consacrent et les emplois créés (plusieurs centaines de milliers !) représentent un formidable gage de développement pour les populations concernées.

Plantation de palmiers (DR)

Pour résumer, l’huile de palme est un produit dont l’occidental doit apprendre à se servir. Les plantations de palmiers sont une opportunité dont les industriels, les élus des pays producteurs et les consommateurs de la planète doivent se saisir en réfléchissant à une culture gérée raisonnablement. Et cela est possible, comme Erik Orsenna se plait à le démontrer en ce qui concerne la culture de l’eucalyptus à des fins papetières (« Sur la route du papier »-2012).
Mais l’Occident, l’Europe, la France en particulier puisque cette campagne est typiquement française, n’ont pas à s’ériger en censeur des pays en voie de développement et à boycotter leurs productions. Ce n’est pas pour rien que la Malaisie, le Nigéria, la Cote d’Ivoire, se sont élevés contre cette campagne qu’ils ont accusée de relents « colonialistes » …

Pour en savoir davantage, une étude du WWF (http://awsassets.panda.org/downloads/developpmentpalmierhuilecameroun.pdf) et un article du « Monde » (http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/11/19/l-huile-de-palme-une-mefiance-tres-francaise_1792612_3244.html).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *