Catégories
Ecologie

On va continuer de parler d’essence

Ainsi, ils l’ont fait (Discussion-dans-un-parfum-d-essence) !
Ils ont réduit le prix de l’essence, la promesse a été tenue. Si les français et la presse avaient demandé que le pain et le vin soient gratuits, peut-être bien qu’ils l’auraient fait également au motif que 99% des sondés y étaient favorables !

« Coup d’épée dans l’essence » a titré « Le Monde ». Et c’est bien exact, d’autant plus que le prix à la production est actuellement, sur la dernière quinzaine, à la stabilisation. Ce qui fait que les trois centimes dont se prive le gouvernement et qu’il prend dans notre poche droite pour le redonner à la poche gauche des automobilistes ne sont que d’une utilité et d’une efficacité très relatives. Le complément apporté par les distributeurs revient à une baisse d’environ 2% (http://www.automobile-club.org/se-deplacer-mobilite/prix-des-carburants.html) de tous les carburants.

Mais plus paradoxal encore est l’appel lancé par les ministres des finances du G7 pour « inviter » l’OPEP à augmenter sa production dans le but de faire baisser les coûts. Il y a quelque chose de surréaliste dans cette demande faite à l’initiative de NOTRE ministre des finances. De surréaliste et d’un peu « colonialiste ». C’est à se demander si ces gens ont vraiment tout compris du monde actuel !

Car enfin, les pays producteurs de pétrole n’ont pas pour vocation première de satisfaire les économies occidentales, mais bien d’assurer leur propre développement, leur propre croissance. On peut débattre à l’infini de leurs choix de développement, mais il est évident que seul un pétrole « assez cher » est à même de leur rapporter des devises. Il existe un prix de vente du baril qu’ils s’évertuent à préserver en jouant sur la production.

Par ailleurs, augmenter la production, n’est-ce pas reculer pour mieux sauter ? Les réserves ne sont pas infinies, selon les régions la production a atteint, ou va atteindre, son « Peak Oil », et il faudra bien remplacer ce pétrole par une autre énergie, ou par une … économie d’énergie.
Ainsi que l’indique le lien ci-dessus, le prix des carburants en France (y compris avant l’opération douteuse de baisse des prix) était inférieur à ce qu’il est en Grande-Bretagne, en Suède, en Norvège, en Italie, aux Pays-Bas, en Suède, au Portugal, en Belgique, au Danemark et même en Grèce. Il fut un temps où les écologistes appelaient de leurs vœux un prix de carburant à 2, voire 3 € le litre. Ils y voyaient un excellent moyen pédagogique pour réduire la consommation, favoriser les transports en commun, développer le co-voiturage ou le travail à domicile. Est-ce que cette pédagogie a joué son rôle dans les pays cités plus avant ?
Il serait bien de l’entendre dire. Mais, les écologistes, on ne les a pas beaucoup entendus sur ce sujet ces derniers temps !

(C)Charles Platiau/Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *