Catégories
Egypte

La France absente de la Foire du Livre du Caire

La nouvelle est déjà ancienne … C’est une amie d’Alexandrie qui m’en a fait part, avec regrets et déception: pour la première fois depuis plus de dix ans, le Centre Français de Culture et de Coopération (CFCC) n’a pas organisé de “pavillon français” dans le cadre de la Foire Internationale du Livre qui s’est tenue au Caire du 21 janvier au 5 février.

Les Pyramides (C)EB

D’après Alif, le magazine francophone d’Egypte , la raison en serait financière et concernerait les montants investis pour la réalisation et la maintenance d’un stand regroupant une petite dizaine de libraires francophones. Un autre grief serait le manque d’implications des dits libraires.

Tout ceci semble bien mesquin. La Foire du Livre, comme son nom l’indique, est une foire incroyablement fréquentée et le seul motif de “visibilité” de notre pays impose que l’on y soit présent. D’ailleurs le site du CFCC le précise bien, mais on peut se demander depuis quand cette page n’a pas été mise à jour !

 »En janvier 2002, la Foire Internationale du Livre du Caire a accueilli plus de trois millions de visiteurs. La France y dispose d’un pavillon autonome consacré à la promotion de sa production éditoriale. Proposant aussi des traductions en arabe de livres français, « le Pavillon français » a vocation à être un carrefour entre les cultures égyptienne et française. »

« Le Pavillon français », animé par le CFCC en partenariat avec la General Egyptian Book Organization, organisatrice de la Foire du livre, se pose ainsi comme un lieu privilégié au sein de cet espace de dialogue et de découverte capital pour la vie culturelle du Caire. Des films francophones y sont diffusés, des animations et des conférences y sont organisées en partenariat avec l’Institut français d’Archéologie Orientale (IFAO) et le Centre d’Etude et de Documentation Economique et Juridique (CEDEJ). En 2002, l’universitaire Michel Schmitt et le dessinateur pour enfants PEF avaient fait le déplacement de France pour donner des conférences et animer des ateliers avec le public. Le CFCC aurait-il abandonné cette “vocation” ? C’est d’autant plus regrettable que le moment d’un tel abandon est bien mal choisi: l’Union pour la Méditerranée est un enjeu important, au sein de celle-ci la coopération culturelle doit primer et … la France et l’Egypte n’en sont-elles pas les deux co-présidentes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *