Catégories
Ecologie

Plus on est riche, plus on est heureux

Tel est, du moins pour deux chercheurs de l’Université de Rotterdam, la conclusion d’une vaste enquête internationale (67 pays) conduite à partir des données d’une « banque du bonheur ».
L’Institut IZA (Allemagne) parvient à la même conclusion à l’issue des travaux de chercheurs américains. Plus le revenu par tête est élevé, plus le niveau de satisfaction individuelle est élevé. Il augment proportionnellement à l’élévation du PIB.
Ces informations exceptionnelles ne datent pas d’aujourd’hui, mais du 26 février 2013 (c’est loin tout ça !) et elles ont été recueillies dans un billet de Marie de Vergès, dans Le Monde. Celle-ci conclut son article en affirmant qu’avant de parler bonheur, le devoir des gouvernements est donc de parler de croissance. Et, mieux encore, de la favoriser …, la croissance !
Faire un si long détour par des enquêtes sans grand intérêt, pour se contenter d’affirmer que la croissance est indispensable au bonheur des humains, est un bien curieux raisonnement, c’est un peu enfoncer des portes ouvertes.
En effet, les tenants de la croissance à tout prix le savent parfaitement; toute notre société est basée sur ce réflexe d’insatisfaction générale qui n’est comblé que par l’acquisition de nouveaux biens, donc l’augmentation des revenus. Et les partisans de la décroissance le savent tout aussi bien puisque c’est la société qu’il dénoncent afin de la remplacer par une société plus frugale et plus partageuse.

Les premiers ne changent rien, ou pas grand-chose, au système de croissance-consommation qui prévaut actuellement. Ils ferment les yeux sur la diminution des ressources naturelles, sur les difficultés écologiques de notre planète, sur le réchauffement de celle-ci … Il faut croître ? Eh bien, croissons !
Les seconds prônent un ralentissement de l’activité économique, une relocalisation des productions de tous ordres, une éco-conception des produits, mais sont bien incapables d’expliquer comment appliquer ces belles résolutions dans des pays ou continents qui n’ont pas encore (et de loin …) adopté le style de vie occidental et qui en ont faim.

Un homme a réalisé une vaste synthèse de cette question « croissance-décroissance » en 2011 (2012 pour la traduction française). Il s’agit de Jeremy Rifkin et de « La troisième révolution industrielle« . L’homme n’est pas un inconnu et il parcourt la planète pour propager ses idées, avec, parfois, il est vrai, un certain succès.

(C)


Rappelons tout d’abord ce que sont les trois révolutions industrielles.
La première révolution industrielle est celle de la vapeur, du charbon, du chemin de fer, de l’imprimerie, plus exactement de l’information imprimée sur les journaux et gazettes. En effet, Jeremy Rifkin, et c’est nouveau, s’attache à définir un lien organique entre une technologie de communication et une source d’énergie. Cette première révolution industrielle a pris naissance au Royaume-Uni et s’est développée entre 1750 et 1850.
La seconde révolution industrielle est, pour Jeremy Rifkin, celle du pétrole et du téléphone. C’est également celle du tout-à-l’égout, de l’eau potable et de l’électricité à domicile, du moteur à explosion, des produits chimiques, de la naissance des loisirs. La croissance de la productivité pendant cette seconde révolution a été phénoménale.
Tous les économistes (ou presque) s’accordent à reconnaître que nous sommes entrés ou que nous entrons dans la troisième révolution industrielle. Le moteur de celle-ci serait, et ceci est globalement acquis, le développement de la société de communication, la multiplication des centres de stockage de données, la dématérialisation de celles-ci (le cloud), la vitesse de circulation de l’information d’un point à l’autre et en tous points de la planète. Mais il manque une caractéristique à cette définition de la troisième révolution, une caractéristique qui en soit le vecteur d’un nouvel accroissement de productivité, une caractéristique qui aurait un lien organique avec le caractère informatique de la société. Cette caractéristique, ce sont les énergies renouvelables !

Jeremy Rifkin entreprend alors la description de la société de la troisième révolution industrielle, une société extrêmement décentralisée où chacun serait, à la fois, consommateur et producteur d’énergie.
Cette société repose sur cinq piliers.

  • 1°) Le passage aux énergies renouvelables; solaire, éolienne, géothermique, marémotrice, hydraulique, biomasse … sans que soient privilégiées les installations puissantes et hyper-concentrées. Au contraire, une multiplication de millions de centres de production d’énergie, ce qui nous amène au second pilier.
  • 2°) La transformation du parc immobilier de tous les continents en micro-centrales énergétiques (éolien, solaire, …). Rien que pour l’Europe des 27, Jeremy Rifkin estime qu’il y a … … 190 millions d’immeubles, bâtiments administratifs, industriels ou commerciaux, résidences ou zones pavillonnaires qui peuvent devenir des mini-centrales électriques: le soleil sur le toit, le vent sur les murs, les ordures qui sortent de la maison, la chaleur du sous-sol sous les fondations … tout est prétexte à production d’énergie.
  • 3°) Le déploiement de la technologie de l’hydrogène et d’autres techniques de stockage sur l’ensemble de l’infrastructure, afin de stocker les énergies intermittentes. Car, en effet, le soleil ne brille pas tout le temps, le vent ne souffle pas tous les jours, et pendant ces journées de disette nous avons autant besoin d’énergie. Il faut donc avoir de l’énergie en réserve. Malheureusement, l’énergie électrique se stocke très mal (batteries). Le choix de l’hydrogène comme vecteur de stockage n’est pas vraiment nouveau. Romano Prodi, dans une conférence prononcée le 16juin 2003, disait « Nous affirmons clairement ce qui rend le programme européen sur l’hydrogène réellement visionnaire. Notre objectif est de passer graduellement à une économie de l’hydrogène totalement intégrée et fondée sur les sources d’énergies renouvelables d’ici le milieu du siècle ». Si l’on ne prend que le cas de l’Europe, comment distribuer dans tout le continent l’énergie produite par des millions de bâtiments ? Le quatrième pilier y répond.
  • 4°) L’utilisation de la technologie de l’Internet pour transformer les réseaux électriques de tous les continents en inter-réseaux, comme en un vaste réseau multi-nodal mondial. La technologie informatique et les compteurs intelligents sont parfaitement capables de gérer ce réseau. Vous avez des besoins en raison du froid, d’un surcroît d’activité ? Tel un Internet électrique, le réseau transporte l’énergie depuis les zones qui sont en stockage excédentaire parce qu’il fait nuit et que le temps est clément. A l’inverse, votre électricité excédentaire parce qu’il fait grand vent est revendue au réseau et va servir une région de calme plat et de brumes froides. Mais la production électrique ne s’arrête pas là, voyez le cinquième pilier.
  • 5°) Le changement de moyens de transport, en choisissant des véhicules électriques branchables ou à pile à combustible, capables d’acheter et de … vendre de l’électricité sur le réseau mondial. Il s’agit de véhicules à énergie électrique et munis d’une pile à hydrogène. Sans énergie, ils se rechargent sur des bornes qui équiperont routes, autoroutes, collectivités et particuliers. En roulant, ils produisent de l’électricité qui est stockée sous forme d’hydrogène. Et, à l’arrêt, ce qui représente la majorité du temps, ils sont branchés sur le réseau pour distribuer leur électricité excédentaire et ne conserver que le strict nécessaire pour repartir.

    Un rêve, une fiction, une utopie, une folie ?
    Nul ne saurait le dire avec certitude. Ce qui est vrai, c’est que ce schéma est techniquement réaliste et réalisable. Ce qui est vrai, c’est que les chercheurs et les premières entreprises pilotes travaillent en ce sens. Ce qui est vrai, c’est que les cinq piliers de cette nouvelle révolution industrielle sont adoptables par tous les continents, tous les pays, y compris les plus pauvres et les plus déshérités de notre planète. Ce qui est vrai, c’est que ce développement industriel sera créateur de centaines de milliers d’emplois. L’auteur donne des chiffres, mais gardons-nous de les prendre pour vérité absolue. Ce qui est vrai, enfin, c’est que cette perspective de troisième révolution industrielle met à mal toutes les théories de décroissance volontaire ou subie. De plus, en respectant les objectifs d’une société décarbonée.

    La suite du livre est beaucoup moins plaisante. Jeremy Rifkin développe ses idées sur ce que pourrait être la civilisation de la troisième révolution industrielle. Le fait que la production d’énergie soit extrêmement décentralisée suscitera la naissance d’une société dans laquelle les états se regrouperont par intérêts continentaux, où les relations hiérarchiques se feront latéralement et non plus verticalement, où la propriété s’effacera au bénéfice des services collectifs, où l’enseignement sera « latéral »et partage d’expériences, où l’homme retrouvera ses liens originels avec les animaux et la nature, où le travail lui-même disparaîtra pour que ne subsiste que le travail social et gratuit … bref, « c’est seulement quand nous commencerons à penser en famille étendue mondiale – famille qui ne comprend pas seulement notre propre espèce, mais aussi tous nos compagnons de voyage dans cet habitat évolutionniste qu’est la Terre – que nous serons capables de sauver notre communauté biosphérique et de régénérer la planète pour nos descendants ».
    Rien n’oblige à souscrire à cette profession de foi au sens littéral du terme. Commençons déjà par mettre en place les cinq piliers de l’autonomie énergétique et nous verrons bien comment évolue notre monde.

    Dans notre région, en Rhône-Alpes, près de Grenoble et son pôle scientifique, il existe des entreprises dont l’activité s’inscrit résolument dans ce schéma. Citons McPhy Energy (http://www.mcphy.com/fr/), dont l’objet est entièrement orienté vers le stockage de l’hydrogène solide (hydrures métalliques), citons SymbioFCell (http://www.symbiofcell.com/), qui s’est donné pour objectif d’équiper les véhicules de piles à combustibles de façon à accroître leur autonomie électrique. L’un d’entre eux, la Green GT H2, participera aux prochaines 24 Heures du Mans.
Green GGT H² (C)

Catégories
Ecologie

L’Apocalypse selon Pascal Bruckner

Le 5 novembre, Le Monde avait consacré deux pleines pages à la dénonciation d’un supposé complot des industriels du DDT accusant les écologistes d’être à l’origine de la recrudescence du paludisme en Afrique parce que ce produit y était interdit. Ces deux pages faisaient référence au fait que Pascal Bruckner reprenait cette thèse dans son livre « Le fanatisme de l’Apocalypse: sauver la terre, punir l’homme ». Pour en trouver mention, il a fallu chercher. Jusqu’à la page 177/275, et dans un minuscule passage de …cinq lignes. Le livre précité ne saurait donc se résumer à cette polémique.

Cet essai reprend quasiment toutes les idées qui ont été exprimées ici dans ce blog au sujet des écologistes radicaux (et non pas des écologistes en général !). On y retrouve les commentaires de Latouche sur la décroissance dans les pays du Sud (Décroissance), le droit au développement (Le-droit-au-développement-vu-du-Nord-et-vu-du-Sud), la limitation des naissances, la relocalisation (Avant-Copenhague-les-écolos-(certains)-s-énervent-…), la critique, voire l’interdiction de la voiture individuelle(Niqab-automobile-et-société-social-écologiste), la relocalisation (Le-monde-de-Conrad-Schmidt), les raccourcis « démocratiques » de Dominique Bourg(Démocratie-écologique-ou-dictature-écologique), ou le discours de Michel Rocard (Les-messies-de-l-apocalypse), converti sur le tard à l’écologie radicale.
On y retrouve toutes les personnalités de ce mouvement, toutes citées à un moment ou à un autre dans les plis de ce blog: Yves Paccalet et son « L’humanité disparaîtra; bon débarras ! », Serge Latouche, Yves Cochet, Hervé Kempf, Al Gore, Dominique Bourg et Kerry Whiteside, Jean-Pierre Dupuy, Michel Rocard, Pierre Rabhi, d’autres encore, largement regroupés autour des thèses des philosophes Hans Jonas et Ivan Illich. C’est dire que ce petit livre aurait pu rencontrer notre adhésion, voire notre enthousiasme. Et pourtant, ce n’est pas le cas.

(DR)

Ce n’est pas le cas, parce que la démonstration n’est pas crédible, entachée d’ironie acerbe et de critiques parfois « limites » et contradictoires. Notre conviction est faite qu’il existe un courant écologique qui prône une décroissance de nos sociétés, au motif de la finitude de notre planète et de ses ressources. Nous avons aussi démontré que ce courant ne se caractérisait pas par son sens inné de la démocratie; les propositions élitistes de Dominique Bourg en sont un exemple frappant. Nous avons également posé la question lancinante du développement des pays émergents, et plus singulièrement celui de l’Afrique. A ce jour, les propositions vont du « détachement » de ces pays de l’ensemble mondial afin qu’ils ne suivent pas la même courbe de développement (Latouche) à l’acceptation pure et simple d’une situation de déni de justice; « l’Afrique peut enseigner à l’Occident comment s’accommoder de la frugalité » (Kempf), en passant par la mise en place de programmes autoritaires de limitation des naissances. Ce courant existe bel et bien: il est anti-humaniste, il est anti-démocratique, il est sectaire parce que défendant une pseudo religion de la terre-mère, il est égoïste parce qu’essentiellement occidental, il est malthusianiste parce que voulant imposer une limitation arbitraire des naissances dans les pays en développement, bref, il est dangereux. Il n’est pas, à lui seul, l’écologie. Le dénoncer est nécessaire. Mais le dénoncer n’est pas dénoncer l’écologie.

Alors à quoi sert-il d’enjoliver son propos avec des accusations d’antisémitisme à l’attention de José Bové ? A quoi sert-il d’accuser les radicaux de l’écologie d’être des pétainistes, alors qu’ils sont les premiers à dénoncer tous les écolos-sceptiques comme étant des « fascistes gris » ?, à quoi sert-il d’ironiser sur les tenants de l’amour des animaux et de la chute des séparations entre espèces ? Il y a bien assez à dire dès à présent, dans le cadre d’un débat démocratique et de société, pour ne pas encombrer le discours de scories et de commentaires agressifs quand ils se veulent humoristiques.
L’histoire des tenants de l’Apocalypse moderne reste à écrire.

Catégories
Droits de l'homme

Le cimetière de Prague

Pourquoi classer dans la catégorie « Droits de l’homme » cette courte notice relative au dernier roman d’Umberto Eco ?
Très largement romancé, agrémenté de somptueuses recettes de cuisine et d’une messe noire peu catholique, ce roman est en quelque sorte la chronique d’une petite fabrique des grandes conspirations et des grands complots. Le complot en question est celui de l’écriture et de la diffusion des « Protocoles des Sages de Sion ». L’auteur nous affirme que tout y est vrai, que les personnages ont tous existé à l’exception du personnage qui fait le lien, le fil rouge, tout au long du roman. Mais quand bien même n’aurait-il pas existé, la matière dont il est fait est totalement réelle. Toutes les idées, tous les commentaires sont bien vrais et sont ceux des personnages mis en scène.
Il y a là de quoi faire un peu peur lorsque l’on constate que quelques individus bien introduits, et surtout prêts à tout et sans scrupules, peuvent imaginer et mettre en branle une machination qui perdure au-delà des siècles. Cette histoire de la seconde moitié du XIX° siècle a trouvé son public à une époque ou le média traditionnel était l’imprimerie, les journaux, les libelles de toutes sortes. Aujourd’hui, les réseaux sociaux, le tweet et l’internet peuvent donner à de semblables complots une résonance encore plus grande.

(DR)

Le livre, il faut le lire, mais en voici un extrait d’une saisissante actualité (si l’on sait en changer quelques termes …).

Je suis intéressé à l’ordre moral du peuple russe et je ne désire pas (ou les personnes à qui j’entends complaire ne désirent pas) que ce peuple dirige ses insatisfactions contre le Tsar. Il leur faut donc un ennemi. Inutile d’aller chercher l’ennemi, que sais-je, chez les Mongols ou chez les Tartares, comme on fait les autorités d’autrefois. L’ennemi, pour être reconnaissable et redoutable, doit être chez soi, ou sur le seuil de sa maison. Partant, les Juifs. La Divine Providence nous les a donnés, utilisons-les, bon Dieu, et prions pour qu’il y ait toujours quelques Juifs à craindre ou à haïr. Il faut un ennemi pour donner au peuple un espoir. Quelqu’un a dit que le patriotisme est le dernier refuge des canailles: qui n’a pas de principes moraux se drape d’habitude dans une bannière, et les bâtards se réclament toujours de la pureté de leur race. L’identité nationale est la dernière ressource des déshérités. Or le sentiment de l’identité se fonde sur la haine, sur la haine de qui n’est pas identique. Il faut cultiver la haine comme passion civile. L’ennemi est l’ami des peuples. Il faut toujours quelqu’un à haïr pour se sentir justifié dans sa propre misère. La haine est la vraie passion primordiale. C’est l’amour qui est une situation anormale. C’est pour ça que le Christ a été tué: il parlait contre nature. On n’aime pas quelqu’un pour toute la vie, de cette espérance impossible naissent adultère, matricide, trahison de l’ami … Par contre, on peut haïr quelqu’un toute une vie. Pourvu qu’il soit toujours là à attiser notre haine. La haine réchauffe le cœur. »

Catégories
Egypte

Le Pharaon renversé

Robert Solé a publié très récemment un ouvrage intitulé « Le Pharaon renversé. Dix-huit jours qui ont changé l’Egypte ». Il ne s’agit pas d’un roman. Il ne s’agit pas, non plus, d’une analyse des évènements (même si celle-ci existe !) pour en comprendre les origines et en débattre de l’avenir. Non, il s’agit d’une forme de journalisme de synthèse, une chronologie pertinente des évènements accompagnée de sentences, jugements ou commentaires.

(DR)

Ce récit des dix-huit jours fait appel à des références de correspondants de presse présents en Egypte. Et le début du livre nous donne un peu l’impression d’être un condensé des écrits des journalistes du « Monde ». Heureusement, cette sensation se dissipe avec l’arrivée de citations plus ouvertes et plus internationales. Il n’en demeure pas moins que, tout comme Le Monde, Robert Solé accorde une importance peut-être exagérée au rôle joué par les réseaux sociaux. La preuve en est que la fermeture d’Internet n’a pas empêché le développement du mouvement, et ce ne sont pas les palliatifs techniques pour contourner l’interdiction qui ont pu être décisifs. Non, il y avait autre chose dans l’air, autre chose qui a fait que les Egyptiens se sont sentis plus forts que toutes les interdictions et tous les contrôles qui leur étaient imposés. N’y avait-il pas, même parmi les tenants du pouvoir, un sentiment d’inéluctabilité de l’évènement ?

L’incendie du Gouvernorat d’Alexandrie est l’illustration de ce sentiment et de cette vacuité de l’ordre établi. Une longue vidéo, très tranquille, montre que les incendiaires n’étaient qu’une poignée de personnes, à 100 ou 200 mètres en arrière d’une manifestation beaucoup plus nombreuse. On les voit entrer et sortir du bâtiment, certains d’ailleurs pour le piller et en repartir avec les ordinateurs, les lampadaires halogènes ou des fauteuils. Et puis soudain le feu qui part d’une pièce à l’étage, puis du rez-de-chaussée. Les choses se font dans un tel « calme », en l’absence totale de tout policier ou de tout militaire, en l’absence des fonctionnaires du Gouvernorat, qu’on n’imagine pas qu’elles puissent être autrement !

Par sensibilité, Robert Solé accompagne son récit de plusieurs références aux coptes. Il fait mention, en cours d’ouvrage, de l’attentat d’Alexandrie qui a fait plusieurs morts. La fin du livre lui permet de citer les attaques du Caire, en date du 9 mars, dans le quartier de Moquattam. (Le livre étant publié, il n’a pas pu parler des nouvelles victimes du 7 mai). Entre les deux, l’auteur semble faire preuve d’un certain angélisme (celui que les journalistes du Monde ont mis en musique à plusieurs reprises): les choses vont mieux, les choses vont bien entre musulmans et coptes. Des preuves: certaines banderoles, certains logos affichent la croix et le croissant l’un à coté de l’autre, à l’occasion de la prière, les chrétiens protègent les musulmans, … Tout cela est vrai, mais tout cela ne constitue pas une avancée démocratique. La seule avancée démocratique est celle qui consisterait à déclarer que la foi des uns et des autres n’a strictement rien à voir avec la conduite des affaires de la nation. Il ne reste rien aujourd’hui de ces attitudes tout au plus généreuses. Qu’en est-il de la place accordée aux coptes dans les projets de Constitution ?

Les propos d’Hani Shukrallah, journaliste égyptien, écrits le 1er janvier 2011 et cités par Robert Solé, n’ont strictement rien perdu de leur véracité à l’issue des dix-huit jours de soulèvement, ni au cours des cinq derniers mois; « J’accuse ces administrations qui sont persuadées qu’en soutenant la mouvance salafiste elles luttent efficacement contre les Frères Musulmans égyptiens et qui, à l’occasion, ne dédaignent pas d’attiser le sentiment anti-copte afin de détourner l’opinion publique de sujets politiques autrement plus préoccupants. Mais, surtout, j’accuse les millions de musulmans dits modérés qui vivent parmi nous, ceux qui se montrent chaque année plus méfiants, plus repliés sur eux-mêmes et plus veules … »
Les coptes ont actuellement la crainte que l’armée et les Frères Musulmans et les salafistes s’entendent « sur leur dos » et que leur statut devienne encore plus précaire.

Robert Solé se livre a deux critiques pertinentes et bien vues. Tout d’abord à l’égard des étrangers, français parfois, qui ont cru pouvoir s’investir sans modestie et sans prudence dans cette révolte. D’aucuns sont allés jusqu’à invoquer le précédent de la guerre d’Espagne et des Brigades Internationales !! S’il est possible de s’attacher à un mouvement libérateur dans un autre pays que le sien, il paraît indispensable que ce soit en se mettant « au service de .. ».
L’autre critique concerne la façon désinvolte et ultra-rapide avec laquelle certains journalistes et leurs organes de presse ont su tourner la veste …


Ajout du 8 août 2011

Concernant le rôle joué par l’internet, la blogosphère et les réseaux sociaux, la mémoire des commentateurs est très sélective ! Ce blog a pris partie, voici presque trois ans, pour Kareem Amer (Kareem-Amer), blogueur égyptien longtemps emprisonné pour ses écrits. Cet homme avait la particularité de se réclamer de l’islam et de souhaiter que les femmes de son pays puissent exprimer leur totale autonomie, sans être soumises aux hommes. Il a été un précurseur. Mais qui parle de lui, à l’heure actuelle ?

Catégories
Mondialisation

Le type qui avait des frontières dans la tête

Dans un contexte international (et national à cause des prochaines élections) où l’on parle de plus en plus de démondialisation et de relocalisation, un livre vient de sortir qui impressionne par sa logique.

Il s’intitule « Un autre monde. Protectionnisme contre prédation » et a été écrit par Alain Chauvet, professeur à l’Ecole Centrale de Paris et à l’ESSEC.

(DR)

Dès le titre, déjà, les dés sont jetés. La mondialisation des échanges est un synonyme de l’exploitation et de la « prédation ». Ce rapprochement sémantique que personne ne débat est un postulat généralement bien accepté parmi tous les altermondialistes. Un exemple ? Le Collectif des Associations de Développement en Rhône-Alpes (CADR) écrit dans son dernier bulletin: « quand le commissaire au développement de la commission européenne affirme qu’il est « nécessaire d’investir dans la croissance pour lutter contre la pauvreté », cela veut dire confier au seul marché la politique de solidarité ». Si vous ressentez le besoin de vous en assurer, faites le test suivant: sur Google, tapez « démondialisation » et « protectionnisme ». Le mot associé qui apparaîtra le plus fréquemment dans les propositions sera le mot « prédation » ou « prédateur », deux mots dont est accusé le capitalisme mondial.

Alors, que propose Alain Chauvet ? Diviser le monde en 10 zones de tailles différentes, totalement protectionnistes, l’Afrique noire, le Maghreb et le Proche et Moyen-Orient, l’Inde, la Chine, le Japon et l’Océanie, l’Europe de l’Ouest, l’Europe de l’Est, l’Amérique du Nord, L’Amérique du Sud, l’Australie. Le découpage est censé être lié à une notion de foyers civilisationnels dont on peut cependant s’interroger sur le bien-fondé et sur la pertinence contemporaine. Le Japon et l’Indonésie ne sont pas nés d’une seule et même civilisation, ni l’Amérique Latine et l’Amérique Centrale, ni le Maghreb et les pays musulmans de l’ex-empire soviétique. On constatera d’ailleurs le rattachement de la Turquie à ce bloc. Les civilisations invoquées semblent bien davantage un prétexte « historique » lorsqu’on constate que le ciment des dix grandes zones proposées s’apparente avant tout à des critères économiques. Pour que ces sous-planètes soient viables, au moins sur le papier, il fallait leur donner les moyens de constituer un « marché » puisqu’il leur sera demandé de vivre en large autonomie, voire en quasi autarcie.

Mais peut-on démondialiser ? Et qu’entend-on par démondialisation ? La mondialisation des échanges humains, culturels, cultuels, commerciaux et maintenant financiers date de plusieurs siècles. Depuis Marco Polo, les relations entre les peuples du monde n’ont fait que se multiplier et se complexifier.
Le 21° siècle est d’ores et déjà le siècle de la mondialisation des communications. Le réveil arabe, avec le rôle joué par les réseaux sociaux, Facebook et Twitter, en est non seulement l’illustration, mais la preuve.
Les idées, comme la demande de libertés individuelles, l’autonomie féminine, la laïcité, se développent mondialement grâce aux structures en réseaux.
Il en est de même des transports et de toutes les connexions nationales et internationales, les échanges de marchandises et les déplacements de populations travailleuses ou touristes.
Il en sera bientôt de même pour l’énergie (et la France centralisatrice part à contresens), car viendra le temps où la production électrique solaire et/ou éolienne d’un continent éclairé alimentera un continent dans l’ombre.

Les chantres de la démondialisation et du protectionnisme nous trompent, car ils ne visent en fait que la mondialisation financière, la dernière en date des mondialisations, la plus sournoise certes. Mais faut-il cependant favoriser et défendre le protectionnisme au motif que le monde globalisé est le terrain de chasse du capitalisme ?
Comment dix zones quasi indépendantes peuvent-elles se développer ?
Comment accepter (et l’auteur le dit lui-même) que l’Europe de l’Ouest soit probablement la première zone à s’en sortir ? Et les autres ? Quel sera leur avenir ? Comment empêcher (interdire ?) les besoins et les envies de développement, de croissance, de liberté individuelle ? Comment contrôler les migrations ? Comment limiter les populations ? Quel type de développement est-il réservé à l’Afrique Noire ? Comment l’agriculture pourra t-elle assurer l’indépendance alimentaire de chaque zone ? Comment empêcher (interdire ?) les transferts de connaissances et de technologies d’une zone à l’autre ?
Malgré les apparences, l’auteur ne se préoccupe pas prioritairement du développement de chacune des zones qu’il a initiées. Non, il cherche à éviter un effondrement de la civilisation occidentale, une civilisation chrétienne, social-démocrate qui cherche avant tout à tracer et à défendre ses frontières … les plus étroites possibles.

Catégories
Le Monde

Schizophrénie et argent

Sans le vouloir, “Le Monde” daté du 28 janvier se livre à un curieux exercice d’équilibre au travers de deux publicités consacrées à des éditions de livres.

Tout d’abord, en page intérieure, un pavé pour le dernier opus d’Hervé Kempf “L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie“. Je ne l’ai pas lu (pas encore), mais le titre fleure bon le populisme à la Mélenchon. Tout ceci pour dire qu’il est bien probable que l’auteur prenne à partie dans cet ouvrage tous les patrons, financiers, et autres grands de ce monde dont les revenus sont exorbitants. Même si cela ne sera certainement pas suffisant pour re-vivifier la démocratie.

 »(A propos de cette pub, il semble qu’on ait connu “Le Monde” plus chatouilleux sur la place réservée à ses collaborateurs en ce qui concerne leurs publications: la phrase titre ‘Hervé Kempf appelle ses lecteurs …” est assez ambigüe et frise le “conflit d’intérêt”.)
 »
Et, en première page, une pub pour “Toni 11,6″, onze millions six cent mille euros dérobés sans arme ni violence« .

Tant que notre société admirera des Spaggiari ou autre Toni et les considérera comme des héros, tant que l’on trouvera normal que certains puissent changer de nationalité pour ne pas payer d’impôts, mais continuer à exercer majoritairement leur activité artistique, médiatique ou sportive en France, tant que les “petits malins” de toutes catégories seront fiers de ce qu’ils auront fait en truandant le fisc ou les administrations, il y aura quelque chose de pourri au cœur de notre réflexion sur les revenus.

Catégories
Egypte

Robert Solé

ALEXANDRIE

Qu’est devenu le kamikaze qui a fait exploser sa bombe devant une église d’Alexandrie ? Selon une source bien informée, il s’est aussitôt présenté à l’entrée du paradis. Sans doute s’attendait-il à y être accueilli par Allah en personne, mais, quand il a frappé à la porte, c’est le regard grave d’un ange qui est apparu par le judas.

« Je suis le martyr d’Alexandrie », a lancé triomphalement le candidat aux félicités.

« Imbécile ! », a murmuré une voix.

Etait-ce à lui qu’on s’adressait ? Il devait y avoir une erreur.

« C’est moi qui ai tué vingt et un mécréants- des hommes, des femmes, des enfants -et blessé affreusement une centaine d’autres ! »

« Le paradis est interdit aux imbéciles », a répondu la voix.

Le kamikaze s’est mis à trembler de colère, puis de peur:

« Mais alors ? C’est l’enfer ? »

« Non. L’enfer est réservé aux pervers qui t’ont fait croire à une guerre sainte avant de te conduire à l’abattoir. »

Et le judas s’est refermé, doucement. Selon des sources concordantes, l’ange pleurait.

Robert Solé in “Le Monde” daté du 4 janvier 2010

(DR)

Robert Solé a publié en Août dernier une petit livre plein de fraîcheur et de souvenirs sur une période de l’Egypte au cours de laquelle « Juifs, Musulmans, Coptes, Grecs-orthodoxes,Grecs-catholiques, … Egyptiens de souche, Egyptiannisés, … Syriens, Grecs, Italiens, Arméniens-catholiques, Arméniens-orthodoxes, … vivaient ensemble ». Cette période n’est plus, mais au cours d' »Une soirée au Caire« , le nationalisme, le système scolaire désastreux, les relations coptes-musulmans, le port du voile, l’excision, d’autres sujets encore sont abordés qui font qu’au travers des luttes, le présent égyptien est toujours capable de rejoindre le passé. Même si c’est bien difficile.

 »Choukran … »

Catégories
Droits de l'homme

2011 ou la tentation totalitaire

“Indignez-vous“, le petit livre de Stéphane Hessel qui se vend comme des petits pains m’indisposait un peu. Pour deux raisons. La première est que l’auteur y recycle toutes les luttes que l’on peut rencontrer de par le monde pour en faire une sorte de “somme” qu’il espère mobilisatrice. D’autres avant lui ont essayé cette démarche (L’appel des appels ) et cela n’a pas toujours fonctionné. L’écart entre les très riches et les très pauvres, la Sécurité Sociale, les mauvais traitements infligés à notre planète, l’immigration et le sort honteux fait aux Roms, le capitalisme financier et les luttes palestiniennes, … il y a de l’amalgame là-dessous et surtout une vieille tentation d’expliquer ce “tout” par la théorie du complot ou des complots.

(DR)

Le second reproche tient à la référence fondamentale de ce texte, à savoir le programme du Conseil National de la Résistance élaboré il y a 66 ans. Très sincèrement, je ne vois pas la jeunesse dans son ensemble adhérer à un document qui appartient à ses grand-parents, même si les idées qu’il contient sont encore d’actualité. Cela permet à Stéphane Hessel d’aborder le thème de la résistance en ces termes: « il faut s’indigner, dénoncer, et désobéir quand ce qui est légal devient illégitime ». Mais qui décide de cet “illégitime” ? Les circulaires faites aux Roms sont illégitimes ! D’autant plus que leur légalité française ne tient pas devant la légalité européenne et c’est pour cela qu’elles ont été retirées. La désobéissance d’un enseignant opposé à l’application de circulaires est-elle légitime ? En tant que fonctionnaire, ne devrait-il pas se démettre ?

J’ai bien un troisième reproche davantage adressé à l’éditeur: celui d’inscrire Stéphane Hessel dans la liste des … nobélisables (dixit Télérama). Est-ce vraiment important ?, est-ce vraiment d’actualité ?

Et puis voici qu’aujourd’hui je découvre cette petite interview (http://www.rue89.com/entretien/2010/12/30/stephane-hessel-12-aubry-serait-ma-candidate-preferee-182841) et sa suite (http://www.rue89.com/2010/12/31/hessel-22-la-ve-republique-a-une-constitution-dangereuse-182928) dans Rue 89. Interview accompagnée d’un appel à la jeunesse que je ne peux que rejoindre dans sa forme et dans son fond. Certes, Stéphane Hessel y est moins radical que dans son livre, mais il est aussi plus réaliste, appelant à une réflexion et à une mobilisation collective, à lutter pour un contre-pouvoir citoyen et des réformes institutionnelles (y compris au FMI).

En fait, la réflexion est bien ce qui manque le plus. La dérive droitière de l’Europe que l’on peut constater aussi bien en France qu’en Suisse, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Norvège, dans les pays baltes, voire à la tête de l’Europe avec la prise de fonction de la Hongrie ne peut justifier n’importe quelle attitude. Le populisme de Mélanchon n’est pas une réponse, pas plus que “l’insurrection qui vient”: méfions-nous d’un terreau sur lequel on se contente de s’indigner, mais dans lequel nihilistes et anarchistes de tout poil sèment leurs idées.

Le 21 décembre, Jean-Christophe Rufin a publié dans “Le Monde” un passionnant article (”Wikileaks ou la troisième révolte”) dans lequel il présente ce qu’il pense être une filiation entre trois mouvements importants de la lutte des citoyens contre la raison d’Etat. Il s’agit de l’ingérence humanitaire illustrée par Médecins du Monde et Médecins sans Frontières contre le “respect diplomatique” que pratiquait la Croix-Rouge. La seconde étape était l’altermondialisme caractérisé par quelques grand-messes et beaucoup de divisions dont fait encore preuve le Forum Social Mondial (NB: le prochain a lieu en Février à Dakar). Quant à la troisième étape, elle serait constituée aux yeux de JC Rufin par l’irruption de l’écologie radicale et du militantisme virtuel (Wikileaks pour modèle). En sa conclusion, l’auteur pose des questions dérangeantes.

« L’initiative citoyenne sous toutes ses formes, en particulier les centaines de milliers d’associations qui couvrent tous les champs d’activité, s’est à l’évidence constituée aujourd’hui en cinquième pouvoir dans les démocraties. La dernière génération de mouvements citoyens que symbolise Wikileaks a le mérite de présenter de ce cinquième pouvoir un visage extrême et inquiétant qui interroge sur ses limites. (…) En poussant sa logique au plus loin, il est possible d’imaginer que l’activité de ce cinquième pouvoir peut, à terme, rendre les démocraties impossibles à réformer et peut-être même à gouverner, les secrets impossibles à protéger, l’autorité, même émanant de la loi et garantie par la justice, impossible à exercer. »

Bien entendu, les militants de ces mouvements s’insurgent. Les écologistes radicaux et profonds jurent qu’ils ne feront pas de mal à une mouche, même s’ils doivent prendre de drastiques décisions. Mais n’est-ce pas faire “du mal” à l’homme que de lui interdire la liberté de circulation, de créer un parlement de « sachants »(Démocratie-écologique-ou-dictature-écologique) ou de réglementer son droit à reproduction ?

D’autres rétorquent que le vrai visage inquiétant est celui de « la dilution des principes démocratiques, le recul de l’Etat de droit, la professionnalisation de la démocratie représentative, le mensonge érigé en méthode de gouvernement qui expliquent la formidable perte de confiance des citoyens dans les institutions dites démocratiques et qui constituent la principale menace contre le contrat social » (Raoul Marc Jennar) et que l’écologie radicale et le militantisme virtuel ne sont que réponses appropriées.

Rien n’est moins sur et JC Rufin signale une banderole récente proclamant que « ce que 500 députés ont fait, trois millions de manifestants peuvent le défaire ». A bien comprendre, il s’agit-là d’un rejet radical de la démocratie représentative. Faut-il jeter le bébé avec l’eau du bain ? Faut-il condamner la démocratie représentative parce qu’elle a failli ici ou là et dans certains de ses aspects ? Si les citoyens n’ont plus confiance dans les institutions démocratiques, en qui ? en quoi ? pourraient-ils donc avoir confiance ? En des meneurs, des agitateurs, des populistes ? Rappelons-nous que l’histoire donne rarement raison aux “avant-gardes éclairées”, même s’il y faut parfois du temps …

Catégories
Livres et lectures

Kairo Jacobi, juste avant l’oubli

C’est un roman, “Kayro Jacobi, juste avant l’oubli“, écrit par Paula Jacques (http://fr.wikipedia.org/wiki/Paula_Jacques) (Mercure de France, 2010). D’inspiration largement autobiographique parce que l’auteure est née en Egypte et qu’elle en a été chassée, enfant, avec ses parents. Elle est alors allée vivre, seule, en Israël quelques années avant de venir en Europe.

Cet essai relate l’histoire d’un réalisateur juif qui fait des films à succès, des films emplis de jeunes gens amoureux, de familles qui se déchirent, de puissants qui se trompent les uns les autres, bref le cinéma conquérant d’Hollywood sur Nil, celui dont j’ai pu parler ici (Alexandrie-Un-cinéma-coquin). Ce créateur populaire se trouve confronté à la montée de l’islamisme, à la prise du pouvoir par les Frères Musulmans et Mohamed Naguib, enfin au renversement de celui-ci par Nasser et à la nationalisation du Canal de Suez. Les juifs doivent partir, les juifs sont accusés de conspirer contre le pays et de s’enrichir sur le dos du peuple. Un intellectuel minable, dogmatique et parvenu, transformé en fonctionnaire zélé, se fait de Kayro son ennemi numéro un. Et, qu’il le veuille ou non, l’ »assassine » en quelque sorte, tant il le traque, le prive de ses biens et de ses œuvres et le pousse à l’erreur (la banale erreur ou faute humaine) qui le précipitera dans le Nil avec sa voiture, où il mourra.

Ce beau roman, absolument pas nostalgique, mais triste devant le gâchis de l’histoire, nous interroge sur l’Egypte et son avenir, au travers d’un pan de son vécu.Une histoire qui se poursuit encore actuellement: les récentes élections législatives ont servi à repousser les Frères Musulmans, sans doute au prix de quelques années encore de stagnation pour le peuple.

(C)Paula Jacques-Mercure de France

Les juifs sont aujourd’hui totalement inexistant en Egypte, combien sont-ils ? Une dizaine ? Deux dizaines ? Des vieux accrochés à ce qu’ils considèrent comme leur terre puisque la première communauté juive en Egypte date de six siècles avant JC.

Régulièrement des affrontements ont lieu au Caire, à Alexandrie, à Assouan ou à Minia avec une autre communauté; celle des Coptes qui, eux, peuvent prétendre être les vrais descendants des égyptiens du temps des pharaons. La crise économique aidant, les difficultés du pouvoir en place, la nécessité de “donner des gages” à des foules en colère, tout cela obligera-t’il, tôt ou tard, les Coptes à partir à leur tour ?

En ce siècle de difficultés économiques, écologiques, sociales, culturelles, le repli sur soi et la fermeture de sa porte sont devenus des valeurs sûres. Et rien ne sert de critiquer l’Egypte ou même la Suisse qui, comme prévu (Renvoi-des-étrangers), a voté pour le renvoi des étrangers accusés d’un crime ou d’une tromperie à l’égard des services sociaux, sorte de double peine contraire aux conventions européennes. Comme le reste de l’Europe, la Suisse devient xénophobe.

Les écologistes radicaux de chez nous, ceux qui se sont réunis à Cancon (http://blog.cancon2010.org/post/2010/11/Programme-provisoire) par exemple, ne sont pas plus ouverts, eux qui « récusent » (dans un même sac)  »les migrants (http://biosphere.ouvaton.org/index.php?option=com_content&view=article&id=344:migrations&catid=53:m&Itemid=73) à la recherche d’emploi ou les touristes à la recherche de sensations, car le droit de se déplacer selon son désir individuel empiète sur les capacités de la Biosphère ». A Cancon, ils se sont réunis pour protester contre les lignes ferroviaires à grande vitesse et pour faire des ateliers de gastronomie régionale.

Catégories
Egypte

Au-delà des pyramides

C’est un curieuse idée qu’ont eu les Editions Belfond que de publier « Au-delà des pyramides », de Douglas Kennedy. Presque rien ne le dit sur la couverture du livre, si ce n’est le mot “récit”, mais ce n’est pas un roman qu’a commis ici l’auteur des « Charmes discrets de la vie conjugale », de « La femme du Vème » ou de « Quitter le monde »: c’est un livre de voyage, quasiment un reportage. Le titre original en était d’ailleurs « Beyond the pyramids. Travels in Egypt ». Mais la surprise est encore plus grande lorsque l’auteur nous précise dans un avant-propos que ce texte a été écrit en … 1985, quatre ans après l’assassinat de Sadate, et publié en 1988, soit voici 22 ans.

(C) Douglas Kennedy-Belfond

Alors on s’interroge sur la pertinence qu’il y a à publier en français un vieux texte et surtout un vieux texte de voyage. Pensez-donc: une génération ou presque s’est écoulée depuis l’écriture de cette lente pérégrination, les choses ne sont plus les mêmes …

Tout commence sur l’un des rares bateaux qui, à l’époque, desservaient encore une ligne “passagers” vers Alexandrie et ce trajet maritime au départ de l’Italie donne son rythme à tout l’ouvrage, un rythme fait de lenteur, de temps d’apprivoiser, d’observer, de discuter. Bien sûr, les rencontres, les échanges, ne sont pas toujours ceux que l’on attend le plus, ni ceux qui paraissent les plus représentatifs de la vie égyptienne. Même si certaines observations quant à la vie du peuple sont pertinentes, il n’est pas toujours facile d’en témoigner lorsque l’on commence son séjour au  »Cécil Hôtel » d’Alexandrie (même pour une nuit) et qu’on le termine à l’ »Old Cataract » d’Assouan.

Cependant les descriptions successives d’Alexandrie, que “Doug” assimile davantage à un grand centre de villégiature alors que la ville s’équipe en hôtels internationaux, de Siwa perdue au cœur du désert, privée d’électricité, et dont les mœurs font déjà parler, du Caire avec son quartier de Mohandessin ou son marché aux chameaux, du Wadi Natroum et l’un de ses monastères (Saint Macaire), d’Assiout et ses “coutumes” visant à camoufler une forte tendance à l’intolérance religieuse et à la ségrégation, de Louxor, Assouan et du Grand Barrage, toutes ces descriptions sont étonnamment actuelles.

« Les univers multiples s’entrechoquent » encore davantage aujourd’hui qu’hier. Les égyptiens vivent toujours de façon aussi écartelée, comme schizophrène, l’opposition entre modernisme et tradition, entre richesse insolente et extrême dénuement, entre orientalisme et tentation occidentale, entre religion personnelle et religion publique. La pusillanimité formelle des administrations est toujours la même et les fonctionnaires désœuvrés toujours aussi présents. Les gens du peuple n’ont toujours qu’une revendication: avoir de quoi manger. Et celui qui leur donnera à manger, soit par le travail, soit par la distribution charitable, celui-là seul aura leur confiance. Quant à l’opposition entre musulmans et chrétiens coptes, elle n’a pas évolué depuis cette époque et les commentateurs des deux bords s’époumonent encore en affirmant, souvent contre l’évidence, que le respect des cultes est total. Enfin, sur un autre registre, la fracture entre touristes et égyptiens (comme parfois la césure entre expatriés et égyptiens) n’a fait qu’empirer, les uns sacrifiant au colonialisme culturel et les autres s’abaissant (plus ou moins volontairement) à “jouer au fellah”.

Trois belles séquences ressortent de ce livre à la fois nostalgique et prémonitoire, si l’on peut appeler prémonitoire le fait d’avoir cerné les tendances fortes d’une société. La première est une visite à la Cité des Morts au Caire, la seconde une prière dans la synagogue de la même ville, en compagnie de cinq juifs (actuellement, il ne reste en Egypte qu’une vingtaine d’israélites), et la troisième une curieuse remontée du Nil, sur une felouque, entre Louxor et Assouan, remontée qui sera interrompue à Esna par manque de vent.

Bien sûr, il faut en retirer les contrôles policiers incessants (qui n’ont pas tous disparus !), il faut aussi en retirer une certaine facilité à trouver des bars à bière un peu partout (beaucoup d’entre eux ont disparu !), mais ce qui était il y a 25 ans n’a fait que s’amplifier, voire se caricaturer.(Une petite erreur page 98. La Stella que produit la plus ancienne brasserie égyptienne n’est pas la Stella Artois !)

La « Stella » égyptienne