Catégories
Photographie

Ma photo de la semaine 35: vipère

C’est une photo de la semaine dernière. Elle représente une autre œuvre (la plus fastueuse, la plus onirique) du Festival de Land Art « Horizons » (http://www.horizons-sancy.com/): la Dordonha Viperinae de Thomas Monin.

Dordonha Viperina, de Thomas Monin (C)

Si j’avance de quelques jours la publication de l’image 35, c’est en réaction à un débat surprenant et un peu ridicule qui occupe les rencontres de la photographie de presse de Perpignan. Peux-t-on présenter des photos qui ont été “travaillées” avec Photoshop ? De doctes penseurs, à commencer par le Directeur du Festival, considèrent qu’il y a abus dès lors que l’on contraste ou sature les couleurs ! Et qu’il n’y a plus de vérité de l’image ! Voilà plus de quarante ans que je fais (modestement) de la photographie, que j’ai un peu animé des associations faisant de la photo. On m’a TOUJOURS dit, et j’ai TOUJOURS répété que la photographie n’est pas la vérité. Elle n’en est qu’un aspect, un instant, en aucun cas elle est un document irréfutable. Une photo est une œuvre. S’il n’en était pas ainsi, il n’y aurait pas de Capa, de Kevin Carter (l’enfant au vautour) ou de Nick Ut (l’enfant napalmée), ou de Marc Riboud (jeune femme à la marguerite devant des soldats) ou ceci:

Des femmes s’entraînent au tir en Iran (C)Jean Gaumy

C’est N et B, c’est terriblement structuré, très graphique, le photographe s’est baissé, c’est en contre-plongée, mais qu’est-ce que dit cette image de l’islam, de l’enrôlement et de l’embrigadement des femmes, de leur soumission à une morale totalitaire ? est-ce la vérité ? Oui, celle de Jean Gaumy.

Photoshop, ou Gimp pour les non-professionnels, n’a rien inventé. Electronique ou argentique, une photographie est le fruit de choix de cadrage, de lumière(s), de profondeur de champ, le même décor n’est pas semblable en pleine lumière ou à contre-jour, la mise au net d’un personnage ou d’un autre change tout au discours d’une photo. Du temps de l’argentique, une fois au labo, les recherches et améliorations étaient nombreuses. Y compris pour supprimer des détails gênants !!

La construction d’une photo est libre, de sa conception à sa publication. Le seul trucage inadmissible est celui de l’effacement de personnes ou d’objets caractéristiques de la scène lors de la prise de vue. Il s’agit là de censure. Alixandra Fazzina peut publier des photos hyper-sombres quant elle parle du Pakistan. Mais l’on peut publier des images lumineuses en ce qui concerne des camps de réfugiés: le soleil y existe aussi. S’il y a insulte, ce n’est pas en publiant des photos lumineuses et contrastées, mais en posant comme à-priori qu’un camp de réfugiés est “terne et délavé” et que les photos le concernant doivent être ternes et délavées.

Et mes propres photos ? Je les retouche TOUTES (luminosité, contraste, balance des couleurs, …) afin qu’elles correspondent bien à MA vérité de la prise de vue. Je ne les recadre JAMAIS, sauf les rares exceptions pour lesquelles le recadrage est déjà prévu à la prise de vue (cas d’un bandeau horizontal ou vertical). Je redresse les perspectives très rarement (monument ou tableau dans un musée). Je supprime un détail encore plus exceptionnellement.

Catégories
Photographie

Ma photo de la semaine 33: aile de papillon

Vacances en Auvergne, dans la région du Puy de Sancy. Depuis quatre ans s’y déroule un Festival de Land Art ou “Arts Nature” intitulé “Horizons”. Cette année quasi exclusivité est donnée à des artistes français: le résultat est variable, mais certaines œuvres valent le déplacement. Dont ce “Morpho” de Julia Dantonnet, une aile de papillon qui joue avec les couleurs recto-verso.

Horizons, c’est jusqu’au 19 septembre.(http://www.horizons-sancy.com|http://www.horizons-sancy.com/)

Morpho, de Julia Dantonnet (C)