Catégories
Mali

Après le Mali, la recolonisation programmée en Afrique

C’est une sorte de pavé dans la mare que viennent de publier Isabelle Lasserre et Thierry Oberlé, tous les deux journalistes au « Figaro ». Leur ouvrage (au titre racoleur: qu’y a t-il de « secret » ?) s’intitule « Notre guerre secrète au Mali » et défend l’idée que l’intervention française dans ce pays était prévue depuis longtemps, depuis 2009 plus précisément. Elle est un héritage de l’ère Sarkozy qu’ont repris à leur compte Jean-Yves Le Drian, Jean-Marc Ayrault et François Hollande, à la fois pour des raisons stratégiques et pour des raisons militaires. Pour que cela soit bien clair, il s’agit de notre conviction bien avant le déclenchement de l’intervention elle-même: les déclarations auprès de l’ONU afin d’obtenir les résolutions adéquates, les engagements de Dakar du Président Hollande, annonçant qu’il n’y aurait jamais d’intervention au sol de la part de la France, et qu’il n’y aurait jamais d’initiative ou d’action individuelle n’étaient qu’un rideau de fumée, un brouillard épais diffusé essentiellement afin de permettre la montée organisationnelle de l’opération. Il est indéniable que tout cela a bien marché. En effet, la « qualité » de l’organisation, du déploiement et de l’action militaire suffisent à prouver que l’intervention était préparée et programmée depuis longtemps.

(DR)

%%%
La question qui se pose désormais est celle de savoir si cette intervention a été un succès. Ici même, nous avons souvent et longuement analysé les risques que comportaient cette opération militaire.

Des risques humanitaires, disions-nous.
Personne n’en parle, ce sujet ne fait pas partie du « tableau » que la presse française se complait à développer quand elle aborde cette guerre. Or, les réfugiés sont plusieurs centaines de milliers dans les pays limitrophes. Or, la situation (http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=30416&Cr=Mali&Cr1#.UakLwJxdxMh) de ceux qui restent dans le Nord-Mali est de plus en plus précaire: il n’y a plus d’eau à Gao, le choléra reprend du service …

Des risques ethniques, disions-nous ensuite.
Force est de constater que ceux-ci ne se sont pas produits à grande échelle, malgré quelques actes commis entre communautés noires, arabes et/ou touarègues. Sans doute, la présence ordonnée et disciplinée de l’armée française y est-elle pour beaucoup. cela ne garantit pas l’avenir pour autant. Un conflit localisé mais puissant germe progressivement à Kidal. Cette ville est « occupée » par les combattants du MNLA qui refusent l’accès aux troupes maliennes. Cette forme d’occupation se fait avec la complicité plus ou moins explicite de la France qui voit dans les Touaregs une force avec laquelle il serait utile de discuter. La quasi totalité des forces politiques du Mali, de Bamako plus exactement, ne veulent pas en entendre parler. Les négociations sont en cours,mais leur échec est susceptible de réveiller de vieux démons, surtout au moment ou la France commence son désengagement.

Enfin des risques politiques, et ils sont nombreux !
Les récents attentats d’Arlit (auprès d’AREVA) et d’Agadez mettent en évidence une situation prévisible et redoutée. L’intervention de l’armée française, si elle a « détruit » quelques centaines de combattants, a surtout eu l’effet d’un coup de pied dans la fourmilière. Ceux que l’on nomme, à tour de rôle, des terroristes ou des djihadistes ont pris la piste et quitté le théâtre des opérations. Seuls, restent quelques kamikazes dont la fonction première et d’attester de la détermination des combattants et de fixer les armées d’intervention. Les autres, tous les autres, ont quitté le Mali, en fuite devant les troupes françaises, et se trouvent actuellement dans le sud de la Libye, un pays dont la décomposition est telle qu’il lui est impossible, même s’il le voulait, d’intervenir. Ces combattants sont des Maliens, des Soudanais, des Nigériens et des Sahraouis. Les attentats du Niger sont leur œuvre. La volonté est parfaitement claire de généraliser le combat djihadiste à l’ensemble de la zone sahélienne. Et non seulement généraliser le combat, mais y entraîner la France.
Laurent Fabius est déjà tombé dans ce panneau, en déclarant auprès du Président du Niger qu’il est du devoir des Etats voisins (Algérie, Tunisie, Maroc, Egypte, Niger, …de se coordonner et de conduire une action contre les terroristes. « La France est et sera à vos cotés ».
Pourquoi ? Parce que l’intérêt de la France est de contrôler efficacement cette zone. Ce n’est pas sans arrière-pensée que la France a obtenu la présence constante d’un millier de soldats français au Mali. Mais l’armée française a d’autres besoins: l’uranium d’Arlit, au Niger, l’uranium à venir dans les prochaines exploitations minières, n’a pas pour seule finalité la filière nucléaire civile. L’armée a besoin d’uranium et elle fera tout pour maintenir sa présence et rester en Afrique …. comme cela a toujours été fait ! Et avec le soutien , l’aide et l’appui stratégique des USA, dont nous ne sommes pas autonomes.
Voici quelques jours, France24 a organisé un passionnant débat, ici (http://www.france24.com/fr/20130528-debat-partie1-sahel-guerre-mali-mujao-hollande-libye) et ici (http://www.france24.com/fr/20130528-debat-partie2-sahel-guerre-mali-mujao-hollande-libye) à propos de cette évolution. Il faut l’écouter.

AREVA à Arlit (DR)

Un autre risque politique est celui de la destruction des petits restes de démocratie qui existent encore au Mali. Des élections présidentielles (à minima) destinées à désigner un pouvoir politique légitime, en lieu et place d’un président issu d’un putsch, doivent avoir lieu le 28 juillet prochain. L’impréparation à ce sujet est totale: listes électorales, matériel, organisation matérielle et administrative …les populations du Nord, dont on a vu dans quelles conditions elles vivaient, sont incapables de participer à cette élection. Les réfugiés hors du Mali ne sont même pas pris en considération.
Face à cela, la France, par la voix de François Hollande et celle de Laurent Fabius, exige que cette élection ait lieu et que les délais en soient respectés. Or, la même exigence était impossible à satisfaire en janvier dernier parce que le Nord du pays était occupé.
François Hollande est allé jusqu’à « humilier » certaines personnalités politiques (de celles dont on ne parle jamais en France) en déclarant qu’il serait « intraitable » sur la tenue de ces élections à la date prescrite, le même François Hollande qui hausse le ton et se drape dans sa dignité vexée lorsque l’Europe lui demande de faire des efforts en matière d’économie !

Aujourd’hui, nous ne sommes plus face à un « risque », mais bien en présence d’une « recolonisation programmée » de l’Afrique sub-saharienne. Le comble, c’est que ce soit un gouvernement de gauche, déjà bien décontracté avec l’idée de guerre, qui se charge de cette question !
Aminata Traoré, dont on a souvent parlé ici, ne décolère pas. On en a souvent parlé, tout en étant bien seul, car à part l’Huma, Rue89 et Médiapart, il n’y a pas eu beaucoup d’autres organes de presse qui se soient fait l’écho de ses propos.
Bien sur, elle gêne encore avec son approbation à peine déguisée du putsch militaire qui a renversé ATT. Elle nous gêne également et nous ne saurions accepter que la force militaire soit une méthode pour faire avancer les solutions politiques. D’autant qu’en l’occurrence, la méthode s’est révélée désastreuse ! Par contre, nous ne pouvons que la suivre quand elle affirme, haut et fort, que la solution à cette crise ne peut être trouvée que par les Africains, ne peut être mise en œuvre que par les Africains. Le scrutin programmée en juillet ne relève que d’une « démocratie de façade », bien utile à la France pour camoufler ses intentions.

Ces deux évolutions politiques seront probablement au cœur du débat africain dans les mois à venir et il est fort probable que le reproche d' »ingérence » devienne de plus en plus fréquent à l’égard de la France.
Il sera alors bien difficile de parler de succès pour l’opération Serval.

Nous n’avons pas parlé des otages … mais la question reste sans réponse: où sont-ils ?

Catégories
Développement solidaire

De retour du cœur de l’Afrique

C’est au cœur de l’Afrique, parce que c’est au Tchad et que le Tchad est au centre de ce continent. C’est au cœur de l’Afrique parce que c’est au centre du Tchad, dans la province du Guéra, dans la ville de Mongo. Et c’est au cœur de l’Afrique parce que nous vivons ici la vie africaine dans son sens le plus traditionnel du terme.

Depuis N’Djamena, il nous faut parcourir plusieurs centaines de kilomètres, tout d’abord d’une bonne route à deux voies (et à péage !), ensuite d’une piste rouge. Cette piste est en voie de transformation pour devenir une route goudronnée et rejoindre l’est du pays. Une partie du marché a été allouée à la Société Egyptienne Arab Contractors, l’autre partie est concédée aux Chinois. Lesquels chinois sont également présents dans l’exploitation d’une grande raffinerie aux portes de la capitale.

Tchad – Troupeaux sur la piste

Ce long trajet se parcourt dans une immense plaine d’altitude comprise entre 300 et 450 mètres. Il faut atteindre Ngoura pour découvrir les premiers reliefs sous forme d’immenses tas de roches dorées, énormes et pansues, un peu comme si un titan avait ramassé tous les cailloux de la plaine pour en faire des tas et permettre l’agriculture. En fait d’agriculture, elle est rare, parfois des champs de sorgho, mais l’élevage s’y montre intensif. La plaine est parcourue quotidiennement par des milliers et des milliers de têtes de bétail, des bœufs, des zébus, des troupeaux de veaux, des moutons, des chèvres, des chameaux … Tout ce peuple, guidé par quelques hommes parfois à cheval, traverse le pays et se dirige vers la capitale et vers le Nigeria, commerce de la viande oblige. Lorsque se présente un marigot, une mare d’eau subsistant après la saison des pluies, les animaux se regroupent pour s’abreuver. La végétation est celle d’une savane avec des arbustes courts, épineux ou gras. Abtouyour est un spectaculaire piton rocheux, lisse comme le plat de la main et, paraît-il, impossible à escalader. Une source y naitrait au sommet occupé par des oiseaux de proie et recouvert de fiente blanche discernable d’en bas. Ce rocher a un caractère sacré dans la région.

Tchad-Abtouyour

Les villages sont nombreux, parfois au bord de la piste, parfois un peu à l’écart. A quelques kilomètres de Bokoro, il en est un très beau, parfaitement circulaire, constitué de cases totalement végétales, murs et toits. Parfois, sur le bord de la route, des hommes coupent de longues tiges de graminées séchées qu’ils utiliseront pour la réfection de leur toit. Sur cette même route, quelques très jeunes filles tendent une banderole en travers, faite de foulards colorés mis bout à bout. Elles cherchent à arrêter les automobiles pour solliciter un peu d’argent à l’occasion du mariage de l’ainée qui doit avoir 15 ou 16 ans.

Enfin, Mongo, la dixième ville du pays, environ 30000 habitants. Nous y arrivons de nuit, la ville est plongée dans l’obscurité, seuls de rares lampadaires éclairent les abords de bâtiments publics, l’hôpital, la gendarmerie, … Mongo dispose d’un lycée et d’un établissement universitaire, un Institut Polytechnique, depuis une dizaine d’années. Un nouveau marché attend son inauguration, le recours aux panneaux photovoltaïques pour l’éclairage est généreux. L’hôpital, quant à lui, respire la misère et la pauvreté. Les lits, en nombre insuffisant, sont obsolètes et rouillés, le laboratoire n’a plus d’appareil automatique pour faire de l’hématologie, les incinérateurs à déchets ne sont plus opérationnels. A la gendarmerie elle-même les choses ne sont pas mieux, de nombreux véhicules 4 X 4 attendent des réparations improbables en étant posés sur des caisses ou des cailloux de façon à ne pas laisser cuire les pneus au soleil.

Tchad-Mongo-Le nouveau marché

Mongo vit du commerce, Mongo vit de l’artisanat (pas celui des touristes !), Mongo vit de l’élevage. En ce moment Mongo récolte son mil et le bat de façon traditionnelle. C’est également le temps de l’arrachage des cacahuètes dont les ruminants mangent les fanes avec plaisir. Mongo n’a pratiquement pas d’électricité, sauf appel aux groupes électrogènes. L’essence et le gasoil s’y vendent à la bouteille ou au jerrycan sur le bord de la route, tout simplement parce qu’aucune source d’électricité ne peut alimenter des pompes. Le coût de la vie est élevé à Mongo, car les ONG y sont nombreuses, entre autres le PAM. Et actuellement la Croix-Rouge …

Le choléra rode autour de Mongo, de Bitkine et des villages avoisinants, comme il rode dans tout le Tchad, au Mali, au Cameroun, au Nigéria, au Niger ou ailleurs en Afrique Centrale et de l’Ouest. L’épidémie, au Tchad, marque le pas en ce moment, mais un rien peut la réveiller. Le choléra est une maladie de la pauvreté, une maladie due à l’absence d’eau propre et comestible, une maladie due à l’absence de latrines et de traitement des eaux usées, une maladie due à l’absence d’hygiène. Et c’est pour établir un Centre de Traitement du Choléra que la Croix-Rouge Tchadienne, la Croix-Rouge Française, la Croix-Rouge Canadienne se sont installées à Mongo. Cette maladie, et surtout les causes de son développement, résument mieux que n’importe quel discours le retard incommensurable de l’Afrique par rapport au reste du monde. Si le discours au droit à l’eau à un sens, celui de la gratuité de l’eau que l’on entend parfois n’en a aucun. Voici un petit village, Sarah Arab, et son puits de fabrication belge installé depuis quelques temps déjà. Il distribue une eau assez claire, mais qui contrôle régulièrement la qualité de cette eau ? Et qui finance ce contrôle ? Le débit de ce puits paraît hésitant, il se peut que des clapets ou des joints aient perdu leur étanchéité. Qui assurera la révision de cette pompe ? Et qui le financera ? Apporter de l’eau à un village, c’est une énorme responsabilité. Cela s’accompagne toujours de l’incitation à ne plus utiliser l’eau du marigot voisin. Encore faut-il pouvoir garantir la potabilité de l’eau que l’on préconise. Il n’est pas interdit de considérer que l’eau peut être gratuite, comme un don du ciel, mais il n’est pas possible d’envisager la gratuité du service de l’eau.
Le choléra s’attrape et se transmet de façon dramatiquement banale. Ici, c’est une mare qui est contaminée, et pourtant, seul point d’eau, longtemps les femmes y ont poursuivi leurs prélèvements pour la cuisine ou sont venues y laver leur linge, à coté des animaux qui s’hydrataient. Ici, c’est un homme qui en est décédé. La famille s’est retrouvée pour le lavage rituel de son corps avant inhumation et a été contaminée. Là, c’est une femme qui est morte; les voisines sont venues pour présenter leurs condoléances et se lamenter. Elles sont reparties contaminées.

Tchad-Sarah Arab-Femme au puits

C’est le même chauffeur qui a fait le trajet aller et le trajet retour et cela a permis quelques échanges. « Hadj », puisqu’il a fait le pèlerinage de La Mecque, il raconte avoir épousé sa seconde femme alors qu’elle n’avait pas quatorze ans. Elle lui a donné neuf enfants, dont trois sont décédés en bas âge. Rien ne prouve que les six autres atteindront l’âge adulte. Le taux de natalité est de 41 pour mille (13 pour mille en France), mais le taux de mortalité est de 16 pour mille (9 pour mille en France). L’espérance de vie, au Tchad, ne dépasse pas cinquante ans. Alors, il faut bien faire des enfants pour assurer sa descendance et entourer les anciens quand ils ne pourront plus travailler.

Comme ceux qui affirment froidement que l’électricité en Afrique n’est pas un droit, il en est qui rêvent d’une décroissance en Occident et d’un maintien de l’Afrique dans son état actuel. Elle serait le symbole d’une vie simple, frugale, économe en énergie, faite de partage et de solidarité … Actuellement, ce que l’on découvre est bien davantage le symbole du sous-développement, de la misère, de la pauvreté, de la maladie, de la souffrance, de la vie écourtée …

Pour en savoir davantage:

  • la page de la Croix-Rouge à Mongo (http://www.croix-rouge.fr/Actualite/Montage-d-un-centre-de-traitement-de-cholera-1377),
  • la page du Tchad au Ministère des Affaires Etrangères (http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/pays-zones-geo_833/tchad_357/presentation-du-tchad_1299/presentation_4071.html) (pas à jour !).
  • le blog d’une coopérante qui a vécu deux ans à Bitkine (http://christelle-tchad.over-blog.com/).