Catégories
Divers

Vœux pour 2015

Le cérémonial est un peu toujours le même, les vœux sont sensiblement identiques: la paix, l’amitié, la générosité, la solidarité, l’amour … et la santé.
Ce qui fait avancer le monde, c’est que chaque année sont renouvelés les bonnes résolutions et les engagements. Certes, il n’en est pas beaucoup qui soient tenus jusqu’au bout, mais cela n’importe guère. Le chemin n’est pas tracé, c’est en marchant qu’on le fait.
« No hay camino, hay que caminar » telle est la maxime proposée aux pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle. « Il n’y a pas de chemin, il faut juste avancer ». Le poète Antonio Machado l’a dit à sa façon « El camino se hace al andar », « C’est en marchant que se construit le chemin ».

Marcher ! Cela fait 4000 ans que le couple qui illustre ce post le fait. Pour 2015, pourquoi ne pas marcher à ses cotés ?

Catégories
Divers

Une jeunesse désenchantée

Il se nomme Emmanuel Schneider. Il est étudiant de l’Ecole Polytechnique. Il a entre 18 et 28 ans, ce sont là un peu les bornes de la Génération Y. Il a été choisi parmi plusieurs centaines d’étudiants qui avaient répondu à un appel lancé par le Cercle des Economistes: « Inventez 2020: la parole aux étudiants ». Et il vient de publier un texte dans le cadre des Rencontres Economiques d’Aix en Provence, un manifeste en faveur d’une jeunesse désenchantée (Le Monde du 1er juillet 2014).

Le préambule est raide !
Les jeunes ont de plus en plus de difficultés à entrer sur le marché du travail et le concept de génération sacrifiée, une génération caractérisée par le chômage de masse et les emplois précaires, est devenu réalité. Même les jeunes diplômés sont « malheureux » (Pourquoi-la-génération-Y-est-elle-malheureuse) parce qu’ils sont contraints d’accepter des emplois qui ne correspondent pas à leur niveau et parce qu’ils redoutent avant tout le déclassement.
« L’impression que la génération précédente, celle des baby-boomers, a assuré son bien-être aux dépens de la nôtre s’est installé »

Part de la génération Y dans la population (C)Palmis

Emmanuel Schneider propose alors une liste d’actions à plus ou moins long terme, qui toutes ont pour objectif de réinsérer la jeunesse dans le tissu social et de susciter une société plus cohésive, ainsi qu’il le dit plusieurs fois.
Parmi ses préconisations:

  • développer l’apprentissage, une nécessité qui sera d’ailleurs à l’ordre du jour de la Conférence Sociale de Lundi-Mercredi prochains, au moment où l’apprentissage s’effondre littéralement en France,
  • créer une allocation de début de vie, un complément plutôt qu’un salaire, ce qui pourrait permettre la mise en place d’un SMIC jeune. L’auteur rappelle qu’à salaire égal, celui du SMIC, pourquoi un employeur embaucherait-il un jeune à former à la place d’un salarié déjà formé en recherche d’emploi.
  • instituer un service public de l’emploi pour les nouveaux travailleurs,
  • assurer la représentation des jeunes dans la sphère politique. Cela implique la fin du cumul des mandats et la création d’une variante de la parité hommes-femme au bénéfice d’un équilibre jeunes-moins jeunes. Emmanuel Schneider précise qu’au Parlement il y avait en 1981 UN élu de moins de 40 ans pour UN élu de plus de 60 ans. En 2007, ce rapport est devenu UN à NEUF !!
  • engager une réflexion sur la pédagogie et développer une enseignement heureux et participatif.

    Toutes ces propositions méritent une large réflexion si l’on veut « réintégrer la jeunesse dans les sphères économique et politique de notre société ».
    « Dans le cas contraire, la jeunesse risque de se retourner vers les faiseurs de rêves populistes. Cela sonnerait comme le glas de nos démocraties libérales et risquerait de nous replonger dans les heures les plus sombres de notre histoire. »
Catégories
Divers

Génération Y, génération quoi ?, génération sacrifiée, …

Ce n’est pas France 2, mais France Télévision (http://generation-quoi.france2.fr/) qui a initié cette formidable enquête concernant les jeunes de 18 à 34 ans. 210000 participants ! On est loin, très loin, des sondages représentatifs réalisés avec un panel de 990 personnes !

Il est bien difficile d’en rendre compte en quelques lignes tant les résultats en sont riches et abordent toutes les facettes de la vie quotidienne des participants.
« Le Monde » (associé à l’enquête) a récemment publié une synthèse de quelques données, sous le titre « Frustrée, la jeunesse française rêve d’en découdre » (http://www.lemonde.fr/emploi/article/2014/02/25/frustree-la-jeunesse-francaise-reve-d-en-decoudre_4372879_1698637.html).

Dans la continuité de notre dernier post, consacré aux yuppies malheureux de la génération Y, nous avons retenu ce soir quelques chiffres de ce sondage quasi grandeur nature.

« On nous dit d’être autonome et responsable. Mais on ne peut pas prendre en main son destin à cause des contraintes sociales. »

Pour 85% des jeunes, il y a de plus en plus d’inégalités en France.
Ils ne croient plus au progrès.
Pour 75% d’entre eux, le multiculturalisme ne leur pose aucun problème.
« On joue le jeu de la compétition éducative mais on n’y croit plus parce que la méritocratie est morte ».
A 51%, ils affirment que ce sont les générations précédentes qui sont responsables de la situation dans laquelle ils vivent.
86% d’entre eux n’ont pas confiance dans la politique, et 90% pensent que c’est la finance qui dirige le monde.
71% affirment que la société française ne leur donne pas les moyens de montrer ce dont ils sont capables.

25% des élèves entrés en 6° en 1995 ont décroché de l’enseignement secondaire (INSEE), dont plus de la moitié n’ont strictement aucun diplôme.
71% des jeunes pensent que l’immigration est une source d’enrichissement culturel.
27% des jeunes diplômés envisagent de chercher un emploi à l’étranger.
Si on leur demande de citer les trois préoccupations majeures qui les concernent, on obtient les 3E: l’Emploi pour 59%, l’Environnement pour 32% et le système Educatif pour 29%.

Même s’ils se méfient des « politiques », ils sont très politiques et l’abstention électorale doit se lire comme une attitude politique.
Et si « Le Monde » a pu dire que cette jeunesse rêve d’en découdre, c’est parce qu’à 61% ils sont prêts à participer demain à un mouvement de type Mai 68. Et ceci toutes formations confondues puisque cette position est affirmée par 66% des intérimaires, 63% des chômeurs, 60% des étudiants et encore 54% des CDI.

Catégories
Divers

Pourquoi la génération Y est-elle malheureuse ?

Cet article est extrait du blog « Wait but why » (http://waitbutwhy.com/about|)
Nous en avons fait une traduction complète et fidèle. Il nous a semblé intéressant et utile de le porter à la connaissance du public, ce qui n’avait, jusqu’à présent, été fait que de façon très partielle.
Bien entendu, alors que l’on parle de malaise de la jeunesse, ce texte qui s’attache particulièrement à des jeunes urbains branchés et appartenant aux classes supérieures (voire fraction supérieure de la classe moyenne), ne saurait être représentatif de l’ensemble de la jeunesse. Cependant … l’extrapolation relative n’est pas interdite et par ailleurs, nous parlerons, aussi, des classes sociales plus défavorisées. D’autant plus que la vaste enquête conduite en 2013 par France 2 est actuellement publiée (http://www.lemonde.fr/emploi/article/2014/02/25/frustree-la-jeunesse-francaise-reve-d-en-decoudre_4372879_1698637.html)

Bonjour Lucy !

Lucy fait partie de la génération Y, la génération de ceux qui sont nés entre la fin des années 70 et le milieu des années 90. Elle est également partie prenante de la culture yuppie, laquelle constitue une large partie de la génération Y.

Lucy

J’ai un terme pour les yuppies de ce groupe d’âge de la génération Y : GYPSY, c’est à dire GenY Protagonists & Special Yuppies. Un Gypsy est un type unique de yuppie, celui qui pense qu’il est le personnage principal d’une histoire très particulière.

Alors Lucy est contente de sa vie de Gypsy, tout comme elle est contente d’être Lucy. Sauf qu’il y a un problème : Lucy n’est pas heureuse.

Pour en comprendre la raison, il faut d’abord expliquer ce qui rend quelqu’un heureux ou malheureux. Et cela se résume à une simple formule :


BONHEUR = REALITE – ATTENTES

C’est assez simple : quand la réalité de la vie de quelqu’un est mieux que ce qu’il avait espéré, il est heureux. Et lorsque la réalité de la vie est moins bien que ce qu’il avait espéré, alors il est malheureux.

Pour donner un contexte à cette idée, nous allons commencer par mettre les parents de Lucy dans la discussion.

Lucy et ses parents


Les parents de Lucy sont nés au cours des années 50. Ce sont des « Baby boomers ». Ils ont été élevés par les grands-parents de Lucy, qui faisaient partie de la « Grande Génération », celle qui a vécu la Grande Dépression, parfois combattu au cours de la Seconde Guerre Mondiale et n’était assurément pas Gypsy.

Lucy, ses parents, ses grands-parents


Les grands-parents de Lucy étaient obsédés par la sécurité économique et ils ont élevé ses parents de façon à ce qu’ils parviennent à des carrières sures. Ils voulaient qu’ils aient un métier où l’herbe était plus verte que dans le leur. Et les parents de Lucy se sont installés dans des métiers qui leur apportaient la stabilité et la prospérité. Un peu comme ceci :

Herbe verte


Ils ont appris qu’il n’y avait rien ni personne qui pouvait les empêcher d’atteindre ce verdoyant gazon, mais que pour cela il fallait des années de dur labeur.

Les attentes des parents « baby boomers »


Après l’achèvement de leurs études, après avoir été des hippies insupportables, les parents de Lucy se sont attelés à leurs carrières. Les années 70, puis les années 80, puis les années 90 ont roulé tranquillement et le monde est entré dans une période de prospérité économique sans précédent. Les parents de Lucy ont fait encore mieux que ce à quoi ils s’étaient attendus. Cela les a rendus optimistes et heureux.

Une réalité encore mieux …


Avec cette expérience de vie plus lisse et plus douce que celle de leurs parents, les parents de Lucy l’ont élevée avec un sentiment d’optimisme et de possibilités illimités. Et ils n’étaient pas les seuls. Dans le monde entier, les « baby-boomers » ont dit à leurs enfants qu’ils pourraient être ce qu’ils voudraient être et ont instillé au fond de leur esprit l’idée qu’ils étaient des personnages particuliers.
Cela a donné aux Gypsy(s) énormément d’espoirs quant à leur carrière, au point qu’une pelouse verte n’était même plus leur objectif. La pelouse d’un Gypsy devait avoir également des fleurs.

La pelouse de Lucy


Cela nous amène à notre premier et important caractère des Gypsy(s).

Les Gypsy(s) sont sauvagement ambitieux

Les Gypsys sont ambitieux


Le Gypsy a besoin de beaucoup plus que d’une carrière, d’une belle pelouse verte, de la sécurité et de la prospérité. Le fait est qu’une belle pelouse verte n’a rien d’exceptionnel pour un Gypsy . Là où ses parents voulaient vivre le rêve américain, le Gypsy veut vivre son propre rêve personnel.

Cal Newport met en évidence (http://blogs.hbr.org/2012/09/solving-gen-ys-passion-problem/) que l’expression « vivez votre passion » n’apparaît qu’au cours des vingt dernières années dans le visionneur Ngram de Google (https://books.google.com/ngrams/graph?content=follow+your+passion&year_start=1985&year_end=2008&corpus=0&smoothing=3&share=&direct_url=t1%3B%2Cfollow%20your%20passion%3B%2Cc0), un outil qui montre comment une expression s’affiche dans la presse anglophone sur une période de temps (http://waitbutwhy.com/2013/08/putting-time-in-perspective.html). Ngram montre également que l’expression « une carrière sûre » (https://books.google.com/ngrams/graph?content=a+secure+career&year_start=1985&year_end=2008&corpus=0&smoothing=3&share=&direct_url=t1%3B%2Ca%20secure%20career%3B%2Cc0) est passée de mode, tandis que « une carrière valorisante » (https://books.google.com/ngrams/graph?content=a+fulfilling+career&year_start=1985&year_end=2008&corpus=0&smoothing=3&share=&direct_url=t1%3B%2Ca%20fulfilling%20career%3B%2Cc0) est devenue très populaire.

Popularité de l’expression « une carrière sûre »
Popularité de l’expression « une carrière valorisante »

Pour être clair, les Gypsy(s) désirent la prospérité économique, tout comme leurs parents. Mais, en plus, ils veulent s’accomplir dans leur carrière d’une façon à laquelle leurs parents n’ont jamais pensé.

Mais il se passe autre chose encore. Alors que les objectifs de carrière de la génération Y sont devenus plus ambitieux, Lucy, au travers de son éducation, a reçu un autre message.

C’est sans doute le bon moment pour préciser le deuxième caractère d’un Gypsy.
Les Gypsy(s) vivent d’illusions.

« Bien entendu », se dit Lucy,  »comme tout un chacun, je vais avoir une carrière enrichissante, mais moi je suis exceptionnelle et ma propre carrière et le tracé de ma vie vont se démarquer de ceux de tous les autres ». Donc, en plus d’être une génération ayant l’ambition commune d’obtenir une pelouse fleurie, chaque Gypsy pris individuellement pense qu’il est destiné à quelque chose d’encore mieux.

Une brillante licorne au sommet de la prairie fleurie

Mais pourquoi est-ce illusoire ? Tout simplement parce que c’est ce que pensent tous les Gypsy(s) et que ce fait même défie le sens du mot spécial :

Spécial (adj.) : singulier, particulier, propre à une personne ou à une chose.

Selon cette définition, la plupart des gens n’ont rien de spécial, sinon le mot « spécial » n’aurait aucun sens.

Même en ce moment, les Gypsy(s) qui lisent ce texte se disent : « Bien vu … mais moi, je suis l’un des rares qui soient vraiment spéciaux « , et c’est là qu’est tout le problème.

Une seconde illusion entre en jeu dès que le Gypsy se retrouve sur le marché du travail. Là où les espoirs de ses parents se caractérisaient par de nombreuses années de dur labeur qui pouvaient conduire éventuellement à une belle carrière, Lucy considère qu’une belle carrière est une évidence pour quelqu’un d’aussi exceptionnel qu’elle et qu’il ne s’agit que d’une question de temps et de choix judicieux. Ses espoirs précédant la période de travail ressemblent un peu à ça :

Les attentes d’un Gypsy

Malheureusement, les choses ne sont pas aussi faciles que cela. Et les grandes carrières nécessitent des années de sang, de sueur et de larmes pour être construites – y compris pour ceux qui n’ont ni fleurs ni licorne avec eux – et même les plus chanceux font rarement quelque chose d’exceptionnel entre 20 et 25 ans.

Mais les Gypsy(s) ne sont pas disposés à accepter cela.

Paul HARVEY, Professeur à l’Université du New Hampshire et expert Gypsy, a fait des recherches (http://www.unh.edu/news/cj_nr/2010/may/lw17gen-y.cfm) sur cette question et a constaté que la génération Y a « des espérances peu réalistes, une forte résistance à accepter un retour d’information négatif et une vue un peu suffisante d’elle-même ». Il dit que « l’une des sources de frustration des personnes qui ont une haute idée d’elles-mêmes se trouve dans les espoirs insatisfaits. Elles estiment souvent avoir droit à un niveau de respect de de récompense qui n’est pas en rapport avec leurs capacités et leurs efforts réels. En conséquence, elles risquent fort de ne pas obtenir ce qu’elles attendent ».

A l’attention de ceux qui ont à embaucher des membres de la génération Y, Paul Harvey recommande de poser la question suivante lors de l’entretien : « Vous sentez-vous généralement supérieur à vos collègues ou camarades de classe ? Et si oui, pourquoi ? ». « Si le candidat répond oui à la première question, mais se trouve en difficulté pour répondre à la seconde, il peut s’agir d’un problème d’auto-référence (de référence à soi-même). Parce que la perception des droits et des privilèges auxquels on prétend est souvent fondée sur un sens infondé de supériorité et de mérite. Ils ont été amenés à croire, peut-être par excès de zèle dans le renforcement de l’estime de soi au cours de leur jeunesse, qu’ils sont en quelque sorte spéciaux, mais ils manquent souvent de véritable justification en cette croyance ».

Et puisque le monde a l’aplomb de considérer le mérite comme un facteur important, alors Lucy se retrouve, peu de temps après sa sortie de l’université, ici :

Lucy, le nez en l’air …


L’extrême ambition de Lucy, couplée avec la haute estime de soi qui est la sienne (et qui vient d’être un peu rabaissée) lui ont procuré d’énormes espérances, dès la sortie de l’université. Malheureusement, la réalité n’est rien en regard de ces espérances. Le score heureux « réalité – attentes » qu’elle attendait est devenu négatif.

Et c’est pire encore. Par-dessus tout cela, les Gypsy(s) ont un problème qui concerne toute leur génération.

Les Gypsy(s) se sentent moqués et ridiculisés.

Bien sûr, certains collègues de lycée ou d’université des parents de Lucy ont eu davantage de succès que ce que ses propres parents n’ont obtenu. Et s’ils avaient entendu parler de temps en temps de ces réussites, pour la plupart ils ne savaient pas exactement en quoi elles consistaient. Pour sa part, Lucy se retrouve constamment humiliée par un phénomène contemporain : la vie des autres étalée sur Facebook (http://waitbutwhy.com/2013/07/7-ways-to-be-insufferable-on-facebook.html).

Les médias sociaux créent pour Lucy un monde où :

a) Tout ce font les autres se fait au grand jour,

b) La plupart des gens présentent une version favorable de leur propre existence,

c) Les gens qui parlent de leur situation sont en général ceux pour lesquels tout se passe bien. Les autres ont tendance à ne pas en parler.

Tout cela laisse à Lucy un sentiment, erroné, que tout va bien chez les autres et ne fait qu’ajouter à ses souffrances.

Lucy, moquée …

Voilà pourquoi Lucy est malheureuse, ou, à tout le moins, se sent frustrée et mal à l’aise. Elle a probablement bien débuté sa carrière, mais cependant elle est déçue.

Voici mes conseils pour Lucy :

1) Rester follement ambitieuse. Le monde actuel est en ébullition, avec la possibilité pour une personne ambitieuse d’y trouver son accomplissement.

2) Cesser de penser que vous êtes spéciale. En ce moment, vous n’êtes pas spéciale. Vous n’êtes qu’une jeune personne, encore totalement inexpérimentée et qui ne dispose pas de tout ce qu’elle pourrait offrir. Vous ne pouvez devenir spéciale qu’en travaillant pendant de longues années.

3) Ignorer tout le monde. Que l’herbe des autres semble plus verte n’est pas un nouveau concept, mais dans la représentation du monde d’aujourd’hui, l’herbe des autres est assimilée à une glorieuse prairie. La vérité est que tous les autres sont aussi indécis, doutent autant d’eux-mêmes et sont aussi frustrés que vous l’êtes. Si vous faites juste ce que vous avez à faire, vous n’aurez aucune raison d’envier les autres.

Le texte original est ici: (http://waitbutwhy.com/2013/09/why-generation-y-yuppies-are-unhappy.html|http://waitbutwhy.com/2013/09/why-generation-y-yuppies-are-unhappy.html)

Catégories
Divers

Des vœux pour 2014

Quoi dire qui n’ait pas déjà été exprimé ?
2014 va débuter sous les mêmes signes que 2013. Les espoirs, les combats, les vœux vont être les mêmes. En face les habitudes, l’aveuglement, l’égoïsme (volontaire ou pas) vont également être les mêmes.
Faut-il pour cela baisser les bras ? Non !

Faisons donc de 2014 une année plus fraternelle. Entre nous, déjà, entre voisins, entre relations, entre collègues d’un même projet …

Entre européens, puisque tel va être le grand enjeu du mois de mai, afin que les adversaires de cette idée en construction ne soient pas renforcés dans leurs volontés de détruire.
Entre citoyens du Nord et citoyens du Sud. Pour que les premiers limitent leurs appétits. Pour que les seconds accèdent à un vrai développement.

Faisons de 2014 une année plus fraternelle.

Catégories
Divers

Pour une fraternelle année 2013

Le [2 janvier de cette année (des-voeux-des-résolutions), nous faisions quelques commentaires à propos de l’année qui s’ouvrait: « une année pas triste, mais peut-être un peu douloureuse ». Difficile aujourd’hui de revenir sur les mêmes mots et les mêmes constatations.
Le Gouvernement de notre pays n’est plus le même, mais nous savons bien qu’il ne fera pas de miracles et que les mots électoraux sont déjà remisés au placard des promesses en l’air, celles qui n’engagent que ceux qui y croient. Seule différence, le dialogue devrait être plus sain, les choix et orientations mieux expliqués. Il n’en demeure pas moins que la croissance reste imperturbablement une constante de tous les discours, que les choix alternatifs en matière de développement ne sont probablement pas pour demain, que la notion d’Etat, de patrie, de pays, de nationalisme, voire de protectionnisme, a encore de beaux jours devant elle, que la Françafrique se poursuit sous des verbes différents (au point de préparer la guerre ..), que les étrangers migrants sont à peine mieux acceptés, que la peur (de l’islam, des Chinois, de la chute de l’euro, du réchauffement, …) fleurit partout, y compris dans les couloirs de nos ministères ou/et de nos rédactions de référence et que la pauvreté continue de vider les caddies que les « Restos du Cœur » remplissent à grand-peine.
En mieux ou en pire, 2013 ressemblera comme un frère à 2012. Est-ce une raison pour ne rien faire ? Non.
Un seul souhait: que vous ayez la force de faire de 2013 une année plus belle et plus fraternelle.

Catégories
Divers

2012, des vœux, des résolutions

C’est une tradition, y compris sur ce blog où chaque nouvelle année a été saluée comme il se doit. 2012 ne devra pas faire exception, d’autant qu’il y a fort à parier que ce sera une année exceptionnelle, probablement pas une année triste !
Oh, ce n’est pas la « fin du monde », annoncée par quelques milliers d’hallucinés, qui nous préoccupe, mais bien peut-être la fin d’un monde.

Mais commençons nos résolutions par un petit retour en arrière. Le début de l’année dernière avait donné matière à aborder le sujet de Facebook et des réseaux sociaux. A l’occasion, l’engagement avait été pris de ne pas renoncer à ces échanges. Ils sont toujours chronophages, souvent totalement ridicules, vains ou insignifiants. Mais ils sont intéressants parce qu’ils reflètent tant de vies élémentaires, tout comme il existe des particules élémentaires et que ce sont elles qui constituent LA vie. Ces échanges sont bons également parce qu’ils permettent en toute simplicité, en toute facilité, de s’adresser à un « ami », à une « amie » d’Egypte, du Niger, du Mali, d’Europe, de Turquie, de n’importe où dans le monde pour lui demander un avis sur tel évènement, lui souhaiter bonne chance face à tel autre, ou compatir à sa peine ou sa douleur en présence d’une tragédie. On poursuivra donc nos échanges sur les réseaux sociaux. On les étendra même (pour répondre à des demandes) à Linkedin et à Viadeo. Ces deux-là ne savent pas trop ce qu’est un retraité, ils ne cherchent qu’à s’adresser à des actifs, mais tant pis, on fera avec !

Autre retour en arrière, mais moins loin; fin avril 2011 lorsqu’à été prise la décision de quitter la plateforme de blogs du « Monde » (Pourquoi-quitter-la-plateforme-de-blogs-du-« Monde »). Rien à regretter de ce coté-là, bien au contraire ! Pour deux raisons.
La première est qu’il était, et qu’il reste encore, bien difficile de vivre en quotidienneté avec le Monde.fr. Certes, il gagne des lecteurs, grand bien lui fasse ! Mais il perd en réflexion, en profondeur, en analyse. L’immédiateté et la spontanéité des commentaires qui s’alignent après chaque article témoignent de ce vide analytique. Il suffit que le sujet soit quelque peu scabreux, ou qu’il mette en cause une personnalité pas toujours de droite d’ailleurs, ou qu’il traite des climatosceptiques, ou qu’il se rattache à une superficialité « people », pour qu’il y ait foule dans les commentaires. A l’inverse, si l’article concerne l’avenir de tel ou tel pays africain ou les négociations du Cycle de Doha, alors-là, personne … Contentons-nous de la lecture quotidienne du journal papier.

Ceci pour l’ambiance. Et pour la seconde raison, il se confirme que la visibilité des blogs du Monde est loin d’être idéale. La preuve en est que ce blog a été transféré sur la plateforme de Gandi à partir du 1er mai 2011. Alors qu’en quatre ans d’existence sur lemonde.fr, il n’avait su recevoir que 42300 visites uniques, il a déjà largement doublé ce rythme sur Gandi. Et, curieusement, le post le plus lu est celui qui concerne … le départ de la plateforme du monde.fr !

Alors 2012 ? Oui, ce ne sera pas une année triste, compte tenu de tout ce qui s’est passé en 2011.
Et tout d’abord l’Europe qui s’agite avec frénésie dans ses douleurs financières et qui voit monter les tendances isolationnistes, protectionnistes, xénophobes les plus dangereuses. Là encore, gare à l’anti-sarkozysme primaire qui ne fait du bien qu’à l’extrême-droite. Seule la confrontation « idées contre idées », et demain « programme contre programme », permettra une avancée démocratique. A l’inverse, tout ce qui a trait au comportement, aux bassesses des uns et des autres, aux démonstrations douteuses, aux rumeurs fantaisistes et non validées, tout cela ne profite qu’à ceux qui prétendent faussement pouvoir nettoyer les écuries d’Augias et mettre en place un ordre nouveau.
En Europe ? Défendre contre vents et marées le droit à l’expression politique des peuples qui la composent. Aucune « urgence » ne justifie que soient imposées des mesures draconiennes à des populations sans qu’elles aient pu exprimer leur point de vue. Si les méthodes autoritaires des dirigeants européens sont mises en œuvre, c’est bien parce que ceux-ci (les dirigeants) ont peur des réactions de rejet de leurs peuples. Et s’ils ont peur, c’est bien parce que le débat démocratique est totalement inexistant et que toute consultation ne se traduira que par un rejet radical.
Et pourtant, il faudra bien changer de méthode. Les décisions autoritaires ne conduisent pas vers un épanouissement de l’Europe, d’une Europe dont nous avons impérativement besoin. Sans l’Europe, il n’est aucune garantie d’un maintien de la paix au cours des années, des décennies à venir. Sans l’Europe, que serait encore aujourd’hui la situation dans les Balkans, où en serions-nous des affrontements entre Serbes, Croates, Monténégrins, Albanais ..? Sans l’Europe, où en serions-nous aujourd’hui du douloureux problème des Roms et des autres peuples nomades et comment Hongrie et Roumanie se débattraient-elles pour le résoudre ? Et encore, sans l’Europe, où en serions-nous aujourd’hui du conflit gréco-turc ou turco-grec à propos de Chypre ? Trois exemples seulement du bien-fondé de l’idée européenne.

Ensuite, le développement et surtout quel développement. Dans son dernier bulletin de 2011 (28/12), Herve Kempf a publié dans Le Monde une réflexion à propos de la Chine. Il y souligne (la belle évidence !) que le développement et la croissance de cette partie du Monde entraînent de plus en plus de dégâts sur l’ensemble de la planète. Pour répondre aux besoins de l’industrie chinoise, et aux besoins de ses populations, la Chine utilise l’espace écologique de l’Amérique Latine, de l’Afrique, de l’Indonésie. Et d’en conclure que les écologistes attendent avec soulagement le ralentissement de l’économie chinoise, son « effondrement », dirait Paul Krugman. Faut-il seulement y croire ? Un milliard quatre cents millions d’habitants, une classe moyenne qui grandit et qui se montre avide de consommer, une politique qui tend à faire de la monnaie chinoise une monnaie internationale, un protectionnisme grandissant aux frontières … ralentissement ou pas, les atouts sont là pour une croissance longue.
Pour illustrer cette croissance, HK cite le fait que la Chine a probablement acheté 10 millions d’automobiles en 2010. Ce chiffre est insignifiant et faux: 14 millions ! (http://www.energie7.com/NET/fr/document/2/bloc_home/elemdroite/la_chine_en_bref/la_chine_en_bref_selectionnee/le_marche_automobile_en_chine__un_veritable_eldorado/index.htm) en valeur absolue, tant l’équipement en automobiles peut espérer une croissance faramineuse. En Europe et aux Etats-Unis, il y a de 500 à 600 voitures pour mille habitants. En Chine, il n’y en a pas …30. Les constructeurs réunis parient sur un passage de 20 millions de véhicules en 2002, à 200 millions de véhicules en 2020, ce qui fera plus que doubler le parc actuel.
Est-il donc normal de reprocher à la Chine de vouloir « reproduire le comportement de l’Occident » ? Est-ce une attitude politique constructive que d' »espérer son effondrement » ? Au nom de quelle sauvegarde environnementale aurions-nous le droit d’interdire à la Chine de s’équiper en automobiles ? N’aurions-nous pas avantage à participer à ce challenge en mettant en avant de nouveaux concepts ? Par exemple ceux de la voiture électrique, du transport en commun électrique, du petit véhicule collectif électrique ?
Ce n’est pourtant pas ce que font nos constructeurs, lesquels attendent de généreuses subventions pour développer des véhicules existants: DS ou Pulse, ou de nouveaux petits véhicules individuels et low-cost.
En 2012, il faudra bien reparler d’une alternative à notre croissance impossible à soutenir dans sa nature actuelle. Et faire des propositions réalistes … le débat électoral y parviendra t-il ?

Vœux 2012

Enfin l’Afrique. Laissée sur le bas-coté du développement par une Europe exploiteuse, la voilà qui succombe aux charmes des accords bilatéraux avec la Chine et qui sacrifie ses terres et ses biens. Ce n’est pas à nous de donner des leçons, là aussi, mais rien n’interdit d’aider, d’expliquer, de comprendre, d’aimer les femmes et les hommes de ce continent. Le nord (Maghreb et Proche-Orient africain) a levé beaucoup d’espérances au cours de l’année passée. Elles ne seront probablement pas toutes satisfaites, car la révolution ne se fait pas (ne se fait plus ?) en un jour. Seule, la presse sacrifie au romantisme à longueur de colonnes (texte et photos) et, en réalité, s’aveugle et aveugle son lecteur sur les vrais enjeux. La Démocratie ne nait pas spontanément et, quand elle naît, l’accouchement est souvent difficile. En 1788, les Grenoblois des classes moyennes, lors de la « Journée des Tuiles », s’offusquaient des impôts trop élevés, s’indignaient des dépenses somptuaires de la Cour et réclamaient des aides économiques. Ce n’est pas parce que cela a débouché sur une révolution et un changement de régime que la recette est infaillible !
Ce blog s’est (très souvent) exprimé à ce sujet; il continuera en ce sens avec lucidité et confiance.

A toutes, à tous, bonne année 2012, que ce soit une année de beaucoup de paix, de justice et d’équité, de bonheur et d’échanges.

Catégories
Divers

Bonne année 2011

Sincèrement, on ne peut pas dire que la nouvelle année démarre sous les meilleurs auspices: entrée en fonction de la Hongrie à la tête de l’Europe, attentat d’Alexandrie, vœux qui nous servent une nouvelle louche de la soupe sécuritaire avec les tribunaux populaires, …

Et pourtant, il va falloir encore agir et se débattre pour plus de solidarité avec l’autre, pour un discours différent en matière d’immigration, pour une Europe dans laquelle le citoyen aura de vrais pouvoirs, pour un développement qui prenne en compte et notre planète et les pays en retard, …

Bonne année, faites en sorte que ce soit une année de paix !

Catégories
Divers

Nettoyage de printemps

Le 25 juin 2007, voici bientôt trois ans, je prenais l’initiative de créer ce blog. 147 semaines plus tard, j’y ai logé 178 articles, soit un peu plus d’un article par semaine.

Combien de visiteurs ? Presque 33000 à ce jour, soit 225 visiteurs par semaine, soit 32 par jour en moyenne. Il n’y a vraiment pas de quoi pavoiser !! Oh, je sais, certains blogs ont encore moins de visiteurs et restent strictement confidentiels. Voici presqu’un an (20-000-visites-en-deux-ans-…), j’avais analysé ce qui pouvait expliquer ce manque de lecteurs. Mes remarques restent toujours valables quant à la lisibilité et la visibilité des blogs du “Monde”. Elle est quasi nulle si vous ne faites pas partie des blogs de la rédaction et/ou des blogs invités (toujours les mêmes). Et « pour être mis en avant régulièrement dans la rubrique “Vos blogs” du site Le Monde, il faut avoir un blog de qualité ayant un contenu travaillé », dixit l’Equipe des Modérateurs en date du 14/03/2010. Voilà pour l’hébergeur. Je sais maintenant ce qu’il me reste à faire.

De façon plus générale, si je voulais être lu et commenté, il me faudrait parler de Sarkozy tous les jours, de préférence sur un ton critique et en cherchant la petite faille pour en faire un buzz (oh pardon, un ramdam !!!) ou bien alors attirer le chaland avec des images peu en rapport avec la réalité du sujet … Mais foin de toutes ces acrimonies.

J’ai pris la décision de faire un peu de nettoyage.

THERMOPYLES restera le blog des impératifs de la solidarité internationale, des relations entre le nord et le sud, … Pour cela, on y parlera toujours d’économie des énergies et des matières premières, d’écologie raisonnable, d’émigration-immigration, de développement, tous sujets qui conditionnent bien davantage l’avenir des Pays en Développement que le culte de la Terre Mère !

On y parlera toujours d’Egypte (où j’ai travaillé deux ans), du Mali (où j’ai aidé une petite structure de collecte des déchets à se mettre en place et où je parraine deux petites filles), du Burkina, du Niger, d’Amérique Latine, …

Mais on ne parlera plus de Saint-Marcellin, le vieux tout comme l’actuel, plus de Barbara ni de Françoise Sagan, ni de Malnuit, ni du Festival Marsiannes dont j’ai souhaité ici la relance en juin 2009, ni de jazz à Presles. Je retire tous ces articles (35 en tout) en les sauvegardant. Peut-être un jour se retrouveront-ils sur un autre blog ou sur mon site Internet. Si certains en désirent une copie, ils peuvent toujours en faire la demande …

Par contre, tant que j’en ai l’envie, je garde MA photo de la semaine et mes portfolios (on peut se faire de petits plaisirs !).

Et maintenant que le blog est à priori mieux recentré, je vous invite, lecteur, à commenter mes articles ….

Catégories
Divers

Bonne année 2010

Je vous souhaite ce qu’il faut d’amour, de sens des découvertes et de santé pour 2010.

Et pour le plaisir, voici une rétrospective de mes voeux annuels jusqu’en 2004.