Catégories
Françoise Sagan

Dixième chapitre: Françoise Sagan et la vocation littéraire

PETITE HISTOIRE DE L’ENFANCE ET DE L’ADOLESCENCE DE FRANÇOISE SAGAN A SAINT-MARCELLIN

Les Journées Européennes du Patrimoine et la réalisation de deux rencontres-présentation de cette « petite histoire » au public de Saint-Marcellin, les 18 et 19 septembre 2021, ont fait surgir avec une force certaine l’idée que la vocation littéraire de Françoise Sagan était née à Saint-Marcellin, à tout le moins dans le Dauphiné.

Nous avons déjà vu et lu, dans le chapitre précédent, comment elle raconte ses longues promenades dans la campagne sur le dos de son cheval Poulou. Et nous avons apprécié son écriture.

Au cours de l’année scolaire 1949-1950, elle passe les trois mois du second trimestre de l’année à Villard-de-Lans, dans l’établissement de La Clarté tenu par Madame et Monsieur Malbos. A l’issue de ces trois mois, son père écrit, depuis Rome, pour confirmer que sa fille ne fera pas le dernier trimestre dans cette école, mais travaillera à Saint-Marcellin, avec sa mère. Françoise Sagan écrit à son tour, donc courant mars 1950, la lettre suivante à l’attention du directeur de l’école, monsieur Malbos.

«  Cher monsieur,

« Après votre si gentil accueil de l’autre jour il me serait vraiment difficile sans remords de ne pas vous écrire. Comme de plus j’éprouve un réel plaisir à mettre ma conscience en paix, je vous envoie un échantillon de mon écriture.

«  J’ai oublié de vous demander avant-hier si Paris était toujours aussi charmant et si vous vous étiez bien reposé. La plupart des gens cherche le repos et la tranquillité à la campagne et vous ne les trouvez que dans la ville la plus excitée et vivante de France et de Navarre. Madame Malbos m’a parue enchantée de son séjour à Paris. Je pense d’ailleurs y partir mardi ou jeudi. Si je peux vous rapporter quelque chose de là-bas que vous ne trouverez pas à Grenoble je le ferai avec plaisir. Je rentrerai ici le 17. Je ne crois pas que mes études en souffriront car je passe mon temps à remplir des formulaires compliqués que m’expédie gentiment le cours Hattemer. En attendant je lis beaucoup. Je pense commencer le Proust bientôt. J’ai lu l’étude de Dostoïevski par Gide (1) que j’ai trouvée très bien et pour le moment je lis « Siegfried et le Limousin » (2). Mais en roman. C’est extrêmement drôle mais vraiment du condensé de Giraudoux. Je ne pense pas venir à Villard avant le mois de juin. Mais j’espère que vous trouverez peut-être le temps entre deux copies de m’écrire un mot. J’ai oublié de vous demander si vous aviez lu mon Don Juan. Je me rappelle cette distribution : Anne-Marie le père de famille, A.M Giradeau, les jeunes premiers, M.C Choney la servante. Vous ne savez pas à quel point je regrette ce temps-là. Je crois que c’est ma faute, je ne suis pas très démonstratrice et n’ai peut-être pas su vous montrer à vous et madame Malbos combien je vous étais reconnaissante de votre intérêt et de votre gentillesse pour moi.

«  Je m’excuse de finir sur cette note mélancolique et vous prie de transmettre à madame Malbos mon respectueux et reconnaissant souvenir. Désolée d’être votre ex-élève, mais contente de l’avoir été.

 » Françoise – La Fusilière – Saint-Marcellin « 

Afin de clairement situer cette lettre, il est important de rappeler que Françoise Sagan a 14 ans et demi lorsqu’elle la rédige. Elle parle de sa première pièce de théâtre, un « Don Juan » dont elle a imaginé la distribution des personnages en enrôlant les enseignants et personnels de l’école, selon le fils des Malbos. Quant à la conclusion, quelle magnifique et généreuse pirouette:  » désolée d’être votre ex-élève, mais contente de l’avoir été « .

Françoise Sagan parle de ses lectures dans un autre texte extrait de « Avec mon meilleur souvenir », publié en 1984. Ce texte est intitulé « Lectures ».

 » J’ai rempli, je l’avoue, dans ce domaine, le parcours le plus classique qui soit : Les Nourritures Terrestres (3) à treize ans, L’Homme révolté (4) à quatorze, Les Illuminations (5) à seize.(…)

 » Les Nourritures terrestres fut la première de ces bibles écrites de toute évidence pour moi, presque par moi, le premier livre qui m’indiquât ce que j’étais profondément et ce que je voulais être : ce qu’il m’était possible d’être. Gide est un auteur, un parrain dont l’on ne se réclame plus très volontiers à présent, et il y a peut-être un certain ridicule à citer les Nourritures comme son premier bréviaire. En revanche, je sais très exactement dans quelle odeur d’acacia je découvris ses premières phrases, ses premiers ordres adressés à Nathanaël. Nous habitions le Dauphiné. Il avait beaucoup plu cet été là et je m’y étais considérablement ennuyée, d’un de ces ennuis lyriques comme seuls peuvent en avoir les enfants derrière les vitres ruisselantes d’une maison de campagne. Ce fut le premier jour de beau temps, après toutes ces ondées, que je partis par ce chemin bordé d’acacias, mon livre sous le bras. Il y avait un peuplier immense à l’époque dans cette campagne (où, bien entendu, je suis revenu depuis et où, bien entendu, le peuplier avait été coupé et remplacé par des lotissements et où, bien entendu, j’eus le coeur brisé selon toutes les règles de notre époque). Toujours est-il que c’est à l’ombre de ce peuplier que je découvris, grâce à Gide, que la vie m’était offerte dans sa plénitude et ses extrêmes – ce que j’aurais dû soupçonner de moi-même, d’ailleurs, depuis ma naissance. Cette découverte me transporta. Les milliers de feuilles de peuplier, petites et serrées, d’un vert clair, tremblaient au-dessus de ma tête, très haut, et chacune d’elles me semblait un bonheur supplémentaire à venir, un bonheur formellement promis à présent par la grâce de la littérature. Avant d’arriver au faîte de l’arbre et de cueillir ses derniers violents moments de plaisir, j’avais tous ces millions de feuilles à arracher les unes après les autres au calendrier de mon existence. Comme je n’imaginais pas qu’on puisse vieillir, ni encore moins mûrir, c’étaient autant de plaisirs enfantins et romanesques qui s’accumulaient au-dessus de moi : des chevaux, des visages, des voitures, la gloire, des livres, des regards admiratifs, la mer, des bateaux, des baisers, des avions dans la nuit, que sais-je, tout ce que l’imagination à la fois barbare et sentimentale d’une adolescente de treize ans peut accumuler d’un coup. J’ai relu Gide par hasard l’autre année et si j’ai de nouveau cru sentir l’odeur de l’acacia et voir le peuplier, j’ai simplement pensé, presque distraitement, que c’était quand même fort bien écrit. La foudre, elle aussi, peut se tromper en distribuant ses coups ».

« Les Nourritures terrestres » est un bel ouvrage hédoniste appelant à vivre intensément le bonheur de toute chose, de tout être rencontré, de toute composante de la nature, la pluie, le soleil, les fleurs, les odeurs, … et d’en remercier un dieu assez aimable et généreux. Nous sommes plus proche du déisme que de la religion ! Bien des actes et des comportements de Françoise Sagan peuvent se comprendre à la lecture de cette œuvre … à treize ans !

Concernant « L’Homme révolté« , nous serons plus circonspect quant à la date de la lecture, puisque cet ouvrage a été publié en 1951, alors que Françoise Sagan avait seize ans. Mais qu’importe puisqu’il est, lui aussi, un texte fondateur de son état d’esprit.

Enfin, « Les Illuminations » ou la liberté faite écriture ! Bien avant l’heure, Arthur Rimbaud a inventé le surréalisme et l’écriture automatique ! Bientôt, il n’écrira plus un seul mot littéraire, mais qu’importe, l’essentiel est déjà là.

Treize ans, quatorze ans, quinze ans, seize ans, de 1948 à 1951, sans compter les années d’enfance, toutes ces années pendant lesquelles Françoise passait, selon ses propres dires, de quatre à cinq mois par an « dans le Dauphiné« , à Saint-Marcellin, et s’y préparait à vivre libre, amoureuse de la littérature, son plus grand rêve étant d’écrire un grand et beau livre, à la manière de Proust !

Françoise Sagan à Saint-Marcellin – Tous droits réservés

Dans les tous premiers jours d’octobre 2021, Françoise Sagan a publié un nouvel ouvrage ! Certes, avec la complicité de son fils Denis Westhoff et de Véronique Campion, ancienne camarade du Cours Maintenon et de la Sorbonne. Ce livre, intitulé « Ecris-moi vite et longuement », publié chez Stock, nous offre une moitié de la correspondance que Françoise et Véronique ont échangée entre novembre 1952 et mai 1959. La moitié parce qu’il ne s’y trouve malheureusement que les lettres écrites par Françoise Sagan à Véronique Campion et non les courriers de celle-ci qui, hélas, n’ont pas été conservés.

Ecris-moi vite et longuement – Françoise Sagan – Stock

Ce livre est passionnant pour deux raisons. La première est relative à la personnalité de Françoise. Dans ses premiers courriers, il est surtout question d’amitié entre filles. Françoise accueille généreusement son amie et l’intègre à sa famille vivant Boulevard Malesherbes. On y retrouve oncle, tante, Suzanne la grande sœur et Jacques, le frère et quelques copines, dont Florence Malraux.

Puis survient la célébrité, en 1954, avec la publication de « Bonjour tristesse ». Avec cette célébrité, Françoise parle désormais des voyages (Jérusalem, New-York, Las Végas, …), des voitures (Jaguar) et des rencontres de célébrités. Méthodiquement, elle construit le mythe qui l’accompagnera, pour le meilleur et, peut-être, pour le pire tout au long de sa vie: l’argent, la nuit, la vitesse, la liberté, l’alcool, le bronzage nu sur la terrasse ou les criques de Saint-Tropez, Annabel Buffet, Guy Schoeller … En 1959, déjà, elle écrit « je suis complètement fauchée », tant l’argent lui file entre les doigts.

L’autre motif d’aimer ce livre est un tant soit peu égoïste, en ce sens qu’il vient parfaitement s’inscrire dans la continuité des dix chapitres de cette « Petite histoire … ». 1952, c’est l’entrée de Françoise Sagan en Sorbonne où elle ne s’attardera pas, et c’est la suite de notre description de sa scolarité. Ensuite, nous retrouvons dans ce livre nombre de situations abordées à un moment ou à un autre de notre narration. Il y est mentionné, souvent, Bruno Morel et parfois son père, Charlie Morel qui vient rejoindre la bande de Françoise Sagan à Cannes, et nous avons la confirmation que Pierre Quoirez travaille à Argenteuil !

Bref, ce petit livre léger et un peu déjanté est très agréable à lire et, sans vouloir nous l’approprier, constitue un estimable onzième chapitre pour notre histoire de l’enfance et l’adolescence de Françoise Sagan. Un seul regret: il n’y est jamais question du Dauphiné ou de Saint-Marcellin.

  • 1 – André Gide – Dostoïevski – Plon 1923
  • 2 – Jean Giraudoux – Siegfried et le Limousin -Grasset 1922
  • 3 – André Gide – Les Nourritures Terrestres – 1897
  • 4 – Albert Camus – L’Homme révolté – 1951
  • 5 – Arthur Rimbaud – Les Illuminations -1886

Toute reproduction, même partielle, de cet article est soumise à l’accord préalable de l’auteur

FIN

2 réponses sur « Dixième chapitre: Françoise Sagan et la vocation littéraire »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.