Catégories
Patrimoine

TDI, TOD, histoire d’un train entre Saint-Marcellin et Lyon. Chapitre 2

Résumé des épisodes précédents. Le Gouvernement lance en 1878 un immense plan de travaux publics. Sont notamment programmées 8700 nouveaux km de voies ferrées d’intérêt général. Les Départements sont invités à organiser la réalisation d’un réseau local reliant tous les Chefs-Lieux de canton. C’est dans ce contexte que se place notre ligne entre Saint-Marcellin et Lyon.

Les premières concessions en Isère

Le Département de l’Isère dispose déjà d’un solide réseau ferré d’intérêt général, au gabarit de 1,43 m, exploité par PLM, l’ancètre de la SNCF. En sus de la présence de la ligne Lyon-Marseille sur la bordure ouest du département, nous avons:

  • Saint-Rambert d’Albon – Grenoble, achevé en 1858
  • Lyon – Grenoble, achevé en 1862
  • Valence – Grenoble, achevé en 1864
  • Grenoble – Montmélian, ouvert en 1864
  • Grenoble – Gap ouverture complète en 1878

Le Département de l’Isère ne reste pas inactif. Par Déclaration d’Utilité Publique (DUP), la Compagnie des Chemins de Fer Economiques du Nord (CEN) se voit attribuer la construction d’une ligne métrique entre Vienne et Bonpertuis, dont le premier segment Vienne – Saint-Jean de Bournay est ouvert en 1891.

Le 17 août 1897, avec DUP en date du 12 janvier 1898, une concession est attribuée à CEN pour des lignes à voie métrique entre La Côte Saint-André et le Grand Lemps, et entre Saint–Jean de Bournay et Saint-Marcellin. Le cœur imaginé de ce nouveau réseau est Saint-Jean de Bournay. Cette concession est très rapidement rétrocédée à la Compagnie des Tramways du Département de l’Isère, une société créée pour l’occasion (TDI). Le capital souscrit est de 4 millions de francs, sous forme de 8000 actions de 500 francs.

Action TDI de 500 francs – 1898

Les travaux commencent de suite. Le 18 juin 1899 est ouverte la ligne entre La Côte Saint-André et le Grand Lemps. Une ligne de 13,5 km parcourus en 50 minutes, avec arrêt à Séminaire, Chozaux, Gillonay, La Fournache, Saint-Hilaire de la Cote, La Frette, Bevenais, La Bourgeat et Le Grand Lemps.

Gare de La Frette, sur la ligne La Cote Saint-André – Le Grand Lemps

Puis c’est au tour de la section entre Saint-Jean de Bournay et La Côte Saint-André d’être ouverte le 17 décembre 1899. Cette première partie de la future ligne entre Saint-Marcellin et Lyon représente 18 km parcourus en 60 minutes, avec arrêt à Les Monts, Villeneuve-Bonnevaux, Lieudieu, Semons centre, Semons gare, La Blache, Balbins-Ornacieux et La Côte Saint-André ville.

Saint-Jean de Bournay, entrée ville par l’avenue de la gare
Saint-Jean de Bournay, la gare TDI
En gare CEN de Saint-Jean de Bournay
En gare de Semons
Gare de La Côte Saint-André
Le tramway dans La Côte Saint-André

Saint-Jean de Bournay devient ainsi le croisement de deux lignes: celle de la CEN en provenance de Vienne et celle de TDI en direction de La Côte Saint-André. Chaque société dispose de sa gare, distante de l’autre de moins de cent mètres et les voies se croisent.

Saint-Jean de Bournay, atelier de la CEN
Saint-Jean de Bournay, les deux gares: CEN et TDI
Le premier barreau de la ligne de Lyon à Saint-Marcellin …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *