Catégories
Droits de l'homme

Le cimetière de Prague

Pourquoi classer dans la catégorie « Droits de l’homme » cette courte notice relative au dernier roman d’Umberto Eco ?
Très largement romancé, agrémenté de somptueuses recettes de cuisine et d’une messe noire peu catholique, ce roman est en quelque sorte la chronique d’une petite fabrique des grandes conspirations et des grands complots. Le complot en question est celui de l’écriture et de la diffusion des « Protocoles des Sages de Sion ». L’auteur nous affirme que tout y est vrai, que les personnages ont tous existé à l’exception du personnage qui fait le lien, le fil rouge, tout au long du roman. Mais quand bien même n’aurait-il pas existé, la matière dont il est fait est totalement réelle. Toutes les idées, tous les commentaires sont bien vrais et sont ceux des personnages mis en scène.
Il y a là de quoi faire un peu peur lorsque l’on constate que quelques individus bien introduits, et surtout prêts à tout et sans scrupules, peuvent imaginer et mettre en branle une machination qui perdure au-delà des siècles. Cette histoire de la seconde moitié du XIX° siècle a trouvé son public à une époque ou le média traditionnel était l’imprimerie, les journaux, les libelles de toutes sortes. Aujourd’hui, les réseaux sociaux, le tweet et l’internet peuvent donner à de semblables complots une résonance encore plus grande.

(DR)

Le livre, il faut le lire, mais en voici un extrait d’une saisissante actualité (si l’on sait en changer quelques termes …).

Je suis intéressé à l’ordre moral du peuple russe et je ne désire pas (ou les personnes à qui j’entends complaire ne désirent pas) que ce peuple dirige ses insatisfactions contre le Tsar. Il leur faut donc un ennemi. Inutile d’aller chercher l’ennemi, que sais-je, chez les Mongols ou chez les Tartares, comme on fait les autorités d’autrefois. L’ennemi, pour être reconnaissable et redoutable, doit être chez soi, ou sur le seuil de sa maison. Partant, les Juifs. La Divine Providence nous les a donnés, utilisons-les, bon Dieu, et prions pour qu’il y ait toujours quelques Juifs à craindre ou à haïr. Il faut un ennemi pour donner au peuple un espoir. Quelqu’un a dit que le patriotisme est le dernier refuge des canailles: qui n’a pas de principes moraux se drape d’habitude dans une bannière, et les bâtards se réclament toujours de la pureté de leur race. L’identité nationale est la dernière ressource des déshérités. Or le sentiment de l’identité se fonde sur la haine, sur la haine de qui n’est pas identique. Il faut cultiver la haine comme passion civile. L’ennemi est l’ami des peuples. Il faut toujours quelqu’un à haïr pour se sentir justifié dans sa propre misère. La haine est la vraie passion primordiale. C’est l’amour qui est une situation anormale. C’est pour ça que le Christ a été tué: il parlait contre nature. On n’aime pas quelqu’un pour toute la vie, de cette espérance impossible naissent adultère, matricide, trahison de l’ami … Par contre, on peut haïr quelqu’un toute une vie. Pourvu qu’il soit toujours là à attiser notre haine. La haine réchauffe le cœur. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *