Catégories
Droits de l'homme

Marmiton, racisme et soumission

La page Facebook de « Marmiton », le site bien connu de recettes de cuisine, vient de vivre un évènement peu commun et très significatif des temps qui courent. Le 18 juin, premier jour du Ramadan, à 12 :39, il a publié ce titre : « Aujourd’hui est le premier jour du Ramadan. Voici notre sélection de recettes pour l’occasion. Bon Ramadan à tous.

Pendant plusieurs heures, ce fut un déluge de critiques et d’insultes, allant du reproche de parler du Ramadan, alors que nous sommes en France, jusqu’au reproche de ne pas proposer de recettes pour les fêtes chrétiennes, en passant par quelques insanités du genre de celle-ci : « La phrase « Bon ramadan à tous » était de toute évidence l’expression de l’esprit le plus naïvement collabo, et le fait que vous ressentiez les protestations indignées qu’elle a suscitées comme des manifestations d’intolérance ou même de racisme ajoute l’imbécillité à l’abjection ». Bien entendu, toutes les déclarations racistes ont été expurgées de la page.

Face à cette manifestation d’intolérance, trois constatations sont à faire.

La première se trouve dans le comportement des Community Managers de « Marmiton », les fameux CM. Ils sont trois paraît-il, mais l’une d’entre eux a été particulièrement remarquable par sa ténacité à répondre à tous, par son humour, par sa finesse, par son esprit pédagogique.

La seconde est à rechercher dans les commentaires post-évènement, un évènement dont Rue 89, le Nouvel Obs et Le Figaro (d’autres ont suivi, un jour plus tard) ont publié quelques extraits. Cette publication a permis aux militants laïques les plus radicaux de s’élever contre le fait que les agressions relevées sur « Marmiton » étaient qualifiées d’islamophobes (cf. Caroline Fourest). Or, pour eux, l’islamophobie n’est que le nom donné par les islamistes au droit inaliénable que chacun a de critiquer la religion, de la caricaturer, voire de la blasphémer.

Quant à la troisième constatation, elle est à faire du côté des identitaires, ceux qui approuvent ce genre de manifestations parce qu’ils l’assimilent à une sourde protestation du peuple contre « le Grand Remplacement », ou « le Changement de peuple et de Civilisation » (cf. Renaud Camus).

Ipsos/Sopra Steria a présenté en mai dernier un sondage (http://www.ipsos.fr/decrypter-societe/2015-05-06-fractures-francaises-2015-point-sur-francais-et-leur-perception-societe) réalisé entre le 22 et le 27 avril 2015 auprès de 1000 personnes. Ce sondage, réalisé pour « Le Monde », porte sur la confiance dans les institutions, le déclin de la France, l’autorité, la vie politique, la justice et l’économie, l’Europe, les valeurs du passé, la perception de l’avenir, l’attitude à l’égard du Front National, le racisme et la xénophobie, le fait religieux et la laïcité, les clivages au sein de la société et enfin les sujets de société comme le mariage gay ou les mères porteuses. C’est, bien entendu, dans les chapitres consacrés à la xénophobie et au fait religieux que nous allons aller chercher quelques infos.
A commencer par les affirmations suivantes : « Il y a trop d’étrangers en France », approuvé par 67% des français interrogés, « On ne se sent plus chez soi comme avant » (61%).

« La façon dont les religions sont pratiquées en France est-elle compatible avec les valeurs de la société française ? » Pour la religion catholique, seuls 6% des interrogés répondent négativement. Ils sont 15% pour la religion juive. Et 54% pour la religion musulmane. « Ces religions veulent-elles imposer leur mode de fonctionnement aux autres ? » 20% des français répondent oui pour la religion catholique, 17% pour la religion juive et 72% pour la religion musulmane.

Enfin 81% des interrogés considèrent que l’intégrisme religieux (il ne peut guère s’agir que de celui qui est imputé aux musulmans) est un problème préoccupant, et 74% à dire que la laïcité est en danger aujourd’hui en France.

Face à ces chiffres, il est bien évident que la laïcité n’a pas la même signification pour tout le monde. Entre les laïques irréductibles et les identitaires, il y a tout un échiquier d’opinions et de comportements, mais tous deux se retrouvent sur une critique de l’islam qui entretient bien souvent le rejet d’une population.

Mais l’islam peut-il être critiqué ? Et que veut dire « critiquer l’islam » ? Critiquer une religion, quelle qu’elle soit, c’est inventorier ce qui, dans sa conception et dans sa pratique, s’oppose à la liberté de l’homme. La pratique de l’islam est globalement critiquable par le fait que celui-ci maintient les femmes dans un état de sujétion. La pratique de l’islam est généralement critiquable par le fait qu’il (l’islam) n’a aucun recul par rapport aux textes qui le fondent. La pratique de l’islam est souvent critiquable pour son opposition à la curiosité intellectuelle. La pratique de l’islam peut être soumise à critique pour sa fusion étroite avec le pouvoir politique, une fusion qui en fait la religion d’Etat et qui condamne toute critique assimilée à l’apostasie ou au blasphème.

Mais est-ce une critique de l’islam que de refuser que des enfants chantent en arabe lors d’une kermesse scolaire, alors que cette langue fait partie des idiomes parlés dans la commune ?

Est-ce une critique de l’islam que de remplir les colonnes de la page Facebook de « Marmiton » d’insultes racistes ?

Est-ce une critique de l’islam que de profaner des cimetières musulmans ?

Est-ce une critique de l’islam que d’accuser les arabes de vouloir remplacer population et culture européennes ?

Est-ce une critique de l’islam que de menacer de mort les élus qui signent un permis de construire, en toute légalité, pour un projet de salle de prière musulmane ?

(DR)

On rejoint alors « Charlie » et la critique qu’en fait Emmanuel Todd (« Qui est Charlie ? » – Seuil). Lequel estime qu’il existe une confusion voulue entre critique de l’islam, (islamophobie pour certains) et racisme anti-arabe, anti-maghrébin. Et ce racisme, caché derrière la critique de l’islam, est porté par une partie des intellectuels et par certains médias. L’auteur élabore une théorie complexe prenant en compte la déchristianisation de notre pays et l’adhésion à la monnaie unique européenne comme les deux facteurs ayant conduit non seulement à la crise que nous connaissons, mais aussi à la perte du sentiment égalitaire dans de nombreuses régions autrefois catholiques ou communistes. La perte de ce sentiment égalitaire est une explication du rejet de l’autre et donc du rejet des populations qui ont migré, soit après les trente glorieuses, soit aujourd’hui encore. « Qui est Charlie ? » est un livre critiquable (lui aussi !), mais un livre salutaire.

Après avoir lu « Qui est Charlie ? », rien n’interdit de lire « Soumission » de Michel Houellebecq (Flammarion) et de faire ainsi le grand écart entre l’extrême-gauche radicale et ce que l’on peut considérer comme un comportement très réactionnaire, à défaut d’être vraiment de droite. « Soumission » n’est ni plus ni moins que la traduction française (une des traductions !) du mot Coran. Et c’est pour cela qu’il faut, aussi, lire ce livre et non pour les séquences de cul toutes plus tristes les unes que les autres, qui le rythment comme un pendule. Dans une France gagnée par les islamistes, celle du Grand Remplacement, lors d’une élection présidentielle, celle de 2022, la Fraternité Musulmane accède au pouvoir grâce à une alliance anti-FN avec la droite, le centre et les socialistes.Les pays voisins succombent également aux Partis Musulmans. Du jour au lendemain, les femmes abandonnent shorts et mini-jupes, épaules dénudées et tenues sexy, sans que rien ni personne ne le leur ait demandé. Elles se soumettent. Tout comme elles se soumettent à la polygamie qui permet de disposer de deux, trois épouses, l’une pour la famille et les autres, jeunes et fraiches, pour les jeux sexuels. Tout comme elles acceptent sans sourciller leur exclusion du marché du travail, solution radicale au problème du chômage. Le narrateur lui-même, François, universitaire littéraire (spécialiste de Huysmans), se soumettra après de bien timides hésitations et se convertira à l’islam afin de bénéficier de quelques avantages que la nouvelle Nomenklatura lui accordera, notamment un retour dans l’université islamique, avec un salaire triple du précédent et, bien entendu, la polygamie …

(DR)

« Soumission » est une douloureuse fable politique, qui donne raison aux identitaires. De plus, les femmes y sont méprisées…. Houellebecq dit qu’il ne prend pas partie.

Pour notre part, il nous faudra bien prendre partie.

Catégories
Droits de l'homme

Les (Charlie) sont-ils tous égaux ?

La douloureuse période que traverse la France, marquée par les attaques sauvages de Charlie Hebdo, de policiers, de clients juifs d’un supermarché casher et la riposte républicaine qu’ont constitué les nombreuses marches de solidarité, nous interrogent sur plusieurs points.

Sur la signification du rassemblement Charlie.
La première explication de ces innombrables regroupements est celle d’une volonté de combattre la peur : il y a une sorte d’affolement à considérer que ces choses puissent se produire chez nous, et que si elles se produisent à Paris et en banlieue, alors elles peuvent se produire partout en France, y compris dans le plus petit village.
Il y a ensuite une volonté de réaction, de se prouver que tous ensemble, réunis, nous pouvons rejeter ces agresseurs et qu’ils ne vaincront pas. Cette volonté de l’union, du « tous ensemble », de l’absence des divisions politiques (à l’exception du FN) a été traduite par un logo simple qui a fait florès mais qui, en lui-même ne véhicule strictement aucun message politique. D’où l’irruption de nombreuses autres variantes qui vont du « je suis flic », au « je suis juif », en passant par certaines affirmations bien plus complexes comme celle de l’illustration ci-après. L’unité n’est pourtant qu’un rêve et chacun sait bien qu’elle ne durera pas, ne serait-ce que parce que chacun lui fait déjà subir quotidiennement de multiples accrocs. Pourquoi cela devrait-il cesser après « Charlie » ?
L’exemple allemand des manifestants anti-islamistes démontre que l’on peut être « Charlie » et souhaiter le départ des musulmans, dans le même temps que d’autres sont « Charlie » et plaident pour une société multiculturelle. Il ne s’agit, ni pour les uns, ni pour les autres, d’une récupération ou d’une instrumentalisation. Il s’agit en fait de la démonstration du vide politique de ce slogan.

Enfin, les médias comme les hommes politiques ont usé et abusé de ce moment de communion nationale pour en faire une vision universelle et l’imposer à la conscience de tous. Nous sommes en pleine démonstration d’un aspect de la « Société du spectacle » telle que l’a décortiquée Guy Debord.
Il est donc grand temps d’abandonner cette thématique et de passer à autre chose.

Rejeter les amalgames.
Le premier, le principal, le pire des amalgames est celui qui consiste à faire injonction aux musulmans de se désolidariser des terroristes. Sur le Net circule une double image représentant le Ku Klux Klan et les combattants de l’Etat Islamique. Sous le premier est posée la question de savoir si il a été considéré que ces gens représentaient la chrétienté et sous les seconds cette autre question : « Alors pourquoi ceux-ci doivent-ils représenter les musulmans ? ». Rien n’interdit de poser la même première question sous une photo d’Anders Breivik qui a assassiné soixante-dix-sept personnes près d’Oslo le 22 juillet 2011, en se réclamant de la culture occidentale et de ses racines chrétiennes. Y a-t-il des gens, des commentateurs, des hommes politiques qui ont demandé aux chrétiens de se désolidariser de ces actes odieux et de les condamner ? Non, parce que personne n’a imaginé que cet assassin pouvait les représenter.
Il doit en être strictement de même avec les musulmans, d’autant plus que de nombreux facteurs s’opposent à un tel amalgame. Tout d’abord, il n’y a pas UN islam, mais DES islams rapidement regroupés sous les appellations de chiites et de sunnites, chaque obédience disposant de ses nombreuses tendances. Ensuite, que veut bien signifier le mot « musulman » dans la bouche des Français, si ce n’est le quasi-synonyme de maghrébin et, peut-être, de noir africain ? Alors qu’il existe un islam de Turquie, un islam du Proche-Orient, un islam du Yémen et plusieurs islam(s) de Syrie, Iran ou Irak, un islam d’Asie, de l’Inde et de la Malaisie, est-ce à chacun d’entre eux que s’adresse l’injonction de désavouer le terrorisme ? Enfin, qui doit désavouer ? Chaque musulman ? Faut-il rappeler que l’islam est une religion qui n’a pas de clergé, donc pas de prêtres, pas d’évêques, pas de pape. Il n’y a pas de liens pyramidaux, nés de la désignation des uns par les autres. Chaque fidèle est en relation directe avec son Dieu et les imams ne sont que désignés par des autorités plus ou moins politiques ou autoproclamés.
On ne peut attendre des musulmans de France qu’une seule chose : qu’ils soient des citoyens français comme les autres et qu’ils se comportent en citoyens français comme les autres. Il est évident que les injonctions à caractère religieux ne sauraient les aider à se considérer comme des citoyens comme les autres. Il est évident, aussi, que si l’on désire qu’ils se comportent en tant que citoyens comme les autres, il faut aussi que nous les considérions comme tels.

Est-ce la guerre ?
Le mot de guerre est désormais employé à toutes occasions. La guerre des civilisations est dans toutes les bouches et les concepts de Samuel Huntington rencontrent une audience nouvelle. Très certainement il y a guerre et très certainement des enjeux civilisationnels alimentent cette guerre. Mais il y a plusieurs guerres. Tout d’abord une guerre entre les deux principaux courants de l’islam dont nous parlions précédemment, chacun de ces courants étant soutenu et financé par son lot de pays musulmans. Ensuite, une guerre que l’un de ces courants tente de transposer en Occident afin de gagner la reconnaissance des peuples (et des fidèles) auprès de l’autre courant, soit par le moyen de l’admiration, soit par le moyen de la peur et du terrorisme. Sunnites contre chiites ! Djihadistes sunnites contre l’Occident !
Depuis les attentats du 11 septembre 2001, la seule, l’unique réponse que l’Occident a su apporter à cette (ces) guerre(s) a été … la guerre. La guerre en Afghanistan, la guerre en Irak, la guerre au Mali, demain la guerre en Libye, … Et pour quel résultat ? Un résultat nul ! Prenez l’exemple du Mali où les forces françaises sont engagées depuis 2012 et dont nous avons beaucoup parlé dans ce blog. Certes, les villages et contrées du Nord Mali ne sont plus soumis à la loi des salafistes, mais ceux-ci n’ont pas disparu. Ils se sont retirés dans le Nord Niger ou dans le sud de la Libye, où ils attendent des jours meilleurs en organisant des attentats et des affrontements ici où là. Des projets se dessinent pour intervenir militairement en Libye. Cela ne changera rien à la présence d’AQMI dans cette région, voire bientôt à l’arrivée de suppôts de l’EI. La guerre ajoutée à la guerre ne fait que poursuivre et étendre la guerre. En Afrique, au Proche-Orient, en Asie, l’adversaire se déplace sur un échiquier grand comme le monde et poursuit ses attaques avec toujours plus d’audace, toujours plus de violence. La guerre que nous conduisons contre lui n’est que le résultat de ses provocations : elle n’est que ce qu’il désire au plus fort.
Sans doute est-il temps de se poser la question suivante : « Alors, si la guerre ne résout rien, que faut-il faire ? » Est-il possible d’imaginer une réponse plus pacifique, centrée sur le développement économique et l’abandon de nos positions de leaders d’un monde dit « libre », d’un monde qu’ils honnissent ?

Des rassemblements en Occident
Des millions de personnes se sont mobilisées, en France et dans le monde essentiellement de culture occidentale, en Russie, au Canada, aux USA, en Australie, en Europe bien sûr. Plus d’une cinquantaine de chefs d’Etat ou de Gouvernement ont fait le déplacement à Paris, mais peu en fait de la part des pays musulmans et notamment des Etats africains (alors qu’ils étaient attendus nombreux !). La Société du Spectacle dont nous parlions en début de post a joué son rôle et tous les présidents qui sont plus ou moins redevables de leur poste à l’Occident en général, voire à Paris en particulier, ont jugé utile faire le voyage en France.
Singulièrement, cette idée de manifestation mondiale, énorme, retentissante, rassemblant des foules innombrables sur place à Lagos, n’est jamais venue à l’idée de personne lorsque Boko Aram, groupe sunnite pour la prédication et le djihad, a enlevé 237 jeunes filles à Chibok, au Nigéria, le 14 avril 2014 et les a transformées en esclaves.
La même idée de protestation ne se fait pas davantage entendre alors que le même Boko Aram massacre actuellement les villages du nord-est du Nigéria, faisant plusieurs centaines (milliers?) de morts.
Il n’y a pas eu davantage de réactions au niveau mondial lors du massacre au Pakistan de 132 écoliers par les Talibans du Pakistan (proches d’Al Qaida).
Lors de tous ces exemples, les grandes personnalités mondiales n’ont jamais envisagé de se déplacer et de se retrouver sur place afin de manifester leur opposition au terrorisme. Jamais personne n’a imaginé un slogan unificateur, digne de la Société du Spectacle. Les Nigérians qui ont réalisé quelques pancartes exigeant le retour de leurs filles, « Bring back our girls » n’ont pas beaucoup vu ce slogan dans nos rues, nos journaux et nos écrans. Les grands chefs d’Etat ont fait des mots, certes, exprimé qui son dégoût, qui son horreur ou sa volonté de voir les assassins châtiés. Mais d’actes concrets, point ! Seule leur importe la sécurité de l’Occident !

Bring back our girls (C)AFP

Et jamais personne, non plus, n’est allé exiger des musulmans massacrés qu’ils se désolidarisent des musulmans qui les attaquent !

Catégories
Egypte

529 condamnés à mort: l’Egypte est-elle devenue folle ?

529 condamnations à mort d’un seul coup ! Tel est le verdict d’un tribunal de Moyenne Egypte (Minya) à l’encontre de supposés Frères Islamistes accusés du meurtre d’une personne lors des violents affrontements du mois d’août 2013 au Caire, affrontements entre la police et les Frères Musulmans qui s’étaient soldés par la mort de plusieurs centaines de manifestants (1400 !).
Le procès qui s’est tenu à Mynia s’est déroulé en … 48 heures, sans que les accusés aient eu la moindre possibilité d’exprimer leur défense, leurs avocats s’étant vu interdire l’accès à la salle d’audience pour des raisons de sécurité.

Cette condamnation de masse est, avant tout, une sinistre décision de la part d’une justice délirante au service d’une contre-révolution conduite par l’armée et la maréchal Abdel Fattah al Sissi, futur président proclamé de l’Egypte.
Alors, bien sur, les commentateurs en limitent la portée en affirmant que les condamnés à mort ont la possibilité de faire appel et que,  »in fine », les décisions du tribunal doivent être validées par le mufti, représentant de l’islam auprès du gouvernement. Tout ceci n’est que paroles en l’air de la part de commentateurs qui se sont souvent satisfait de la mise à l’écart de Mohamed Mori, hésitant de longues semaines avant de reconnaître, les lèvres pincées, que l’éviction du Président élu était bel et bien un coup d’état militaire.

Parents et amis de militants pro-Morsi (C)AFP


Faire appel pour les condamnés, c’est avoir la certitude de passer plusieurs années dans les prisons égyptiennes, les plus « dangereuses » du monde, tant les pratiques de vexation, d’humiliation, de chantage, de torture y sont monnaie courante. Nombre de ces condamnés savent qu’ils mourront en prison sans qu’aucune condamnation formelle n’en soit à l’origine !
Par ailleurs, une grande partie de ces condamnés à mort l’a été par contumace, parce que les accusés sont en fuite. Ils ont sans doute le tort d’être convaincus du sort qui les attend. Pour eux, il n’est pas question de faire appel: il ne leur reste qu’une attitude à observer, celle de la clandestinité perpétuelle !

Comment un tribunal, comment un juge peuvent-ils prononcer de telles sanctions ? Il faut qu’ils aient l’appui inconditionnel des autorités et qu’ils se sentent bien forts pour le faire ! Que cette décision de tribunal soit, en fait, un « message politique » visant à réaffirmer que l’islamisme et les Frères Musulmans périront ensemble et totalement s’ils ne cessent pas de se manifester !, s’ils ne cessent pas d’exister tout simplement.
Ce soir ou demain, il est prévisible qu’une nouvelle « charrette » de condamnés à mort soit décidée par le même tribunal, puisque ce sont 1200 accusés qui doivent comparaître devant lui !

Avant de protester (ce qui est indispensable), rappelons-nous cependant que cette caricature de justice est l’œuvre de juges qui étaient en exercice lors du mandat présidentiel de Morsi. Et que celui-ci (Morsi) bataillait pour épurer la justice, comme il bataillait pour épurer la police, comme il bataillait pour épurer l’armée, comme il bataillait pour épurer les administrations, toutes institutions demeurées dans les mains des nostalgiques de Moubarak.
Rappelons-nous que le discours dominant, celui qui a prétendument été validé par plusieurs millions de pétitionnaires, celui qui a été défendu par une large partie des « révolutionnaires », était de dire que Morsi voulait faire main basse sur toutes les structures de l’Etat égyptien, en l’accusant de népotisme.

Que cela ait été son projet ou non, nous ne le saurons jamais puisqu’il n’a pas été mis en œuvre et qu’aucune expérience démocratique n’a été tentée avec ce Président islamiste.
Ce qui est certain, par contre, c’est qu’aujourd’hui l’Egypte plonge irrémédiablement dans la folie contre-révolutionnaire.

Catégories
Démocratie

Droit d’ingérence et droit de punition

Ce n’est pas l’objet de ce blog. Et donc chacun aura pu constater que nous n’avons fait quasiment aucun commentaire à propos de la crise syrienne. Nous n’avons pas l’envie de modifier notre position et nous limiterons donc notre analyse à une réflexion sur ce fameux droit d’ingérence, prétexte aujourd’hui à un « droit de punition » invoqué à l’encontre du régime syrien.
Si le sujet fait débat, c’est parce que l’opinion publique ne comprend pas les subtilités qui font que la France intervient au Mali pour en chasser les djihadistes et autres islamistes radicaux et veut intervenir en Syrie pour punir Bachar el Assad et, par voie de conséquence, « rééquilibrer » l’avancée des combattants rebelles qui sont quelque peu en difficulté, et qui sont de plus en plus dominés par … les islamistes radicaux. Ajoutons à cela une phase critique en politique intérieure: la rentrée sociale et politique, les indices de satisfaction toujours à la peine, l’augmentation des impôts, le chômage toujours croissant, .. tout cela conduit l’opinion a solliciter une énergie nouvelle en faveur des questions domestiques et non des questions diplomatiques et internationales.
Nous avons cité le Mali. L’attitude de la France au cours de la récente intervention militaire dans ce pays relève également d’un droit d’intervention, d’un droit d’ingérence, d’un droit de punir, qu’elle s’est attribué. Ici-même, nous avons suffisamment critiqué cette intervention, pour souligner qu’elle ne se faisait pas dans le cadre défini par l’ONU, qu’elle ne respectait pas les diverses résolutions de cet organisme, que la France intervenait directement et quasi seule dans un premier temps alors qu’elle s’était engagée sur l’inverse exactement et que cette opération Serval se traduisait au final par le maintien sur place d’un fort contingent de militaires français (3000 hommes). Rappelons-nous le vocabulaire. Il convenait de « tuer », « éliminer » les terroristes d’Al Qaïda et autres structures djihadistes. Il fallait intervenir vite, sans attendre, parce que ces « terroristes » étaient aux portes de Bamako …
Le droit d’ingérence, le droit d’intervention, déjà le droit de punir, argumentaient l’intervention et la présence de la France, tout autant pour sauver le Mali que pour défendre nos intérêts.
A l’exception du fort contingent militaire resté sur place, à l’exception des milliers de réfugié qui ne sont toujours pas rentrés chez eux, à l’exception du problème touareg qui n’est aucunement réglé, à l’exception des conflits persistants dans le nord entre touaregs et arabes, entre noirs et arabes et touaregs, conflits qui font des victimes quotidiennes, à l’exception du retour dénoncé des djihadistes, l’opération Serval se sera plutôt bien passée et pourra être qualifiée de « succès ». IBK a été élu à la régulière, son challenger Soumaila Cissé est en mesure, s’il le veut, de représenter une opposition crédible, le capitaine putschiste a été promu général et le président intérimaire a nommé toute une kyrielle de diplomates, de hauts fonctionnaires et grands administrateurs de l’Etat à la veille de son départ. François Hollande pourra assister à l’investiture du nouveau Président le 19 septembre prochain !
Juste une toute petite information ! Que l’on se souvienne que les élections présidentielles maliennes étaient prévues pour avril 2012, auxquelles IBK et Cissé avaient fait acte de candidature. Et que si ces élections n’ont pas eu lieu, c’est parce qu’un capitaine putschiste a pris le pouvoir et a indirectement permis aux « terroristes » de s’approcher de la Capitale.

Aujourd’hui, le même tandem français est à la manœuvre au sujet de la Syrie: Fabius et Le Drian, les Affaires Etrangères et l’Armée. En ce qui concernait le Mali, c’était Fabius qui était à la remorque de Le Drian. Pour la Syrie, c’est l’inverse.
Le résultat est le même. Après de fracassantes déclarations concernant l’impérieuse obligation de punir que la France faisait sienne, les difficultés sont apparues: c’est à reculons qu’Obama se dirige vers une intervention militaire dont il n’a pas du tout envie, la Grande-Bretagne s’y est opposée et le précédent irakien n’en est pas la seule cause, l’Europe, si elle condamne l’utilisation de gaz mortels, ne veut pas d’une intervention, l’Allemagne sans doute encore moins que ses voisins, la Ligue Arabe refuse de s’engager dans un guêpier pareil. La France est seule et toute les rhétoriques autour de la condamnation morale du régime syrien ne changeront rien à l’affaire.
En conformité avec ses choix éditoriaux, « Le Monde » s’est résolument engagé du coté des guerriers. Le « général » Nougayrède a rédigé un exceptionnel (de par sa longueur) éditorial nous expliquant ce qu’il fallait faire, pourquoi il fallait le faire et comment il fallait le faire. Depuis, toute sa rédaction développe les argumentaires présentés et les éléments de langage mis en exergue. Comme il moins facile que pour le Mali de négliger les opposants à la guerre, alors on les présente sous forme d' »opinions » divergentes. Sur Lemonde.fr, à deux reprises déjà, les opposants à la guerre ont été assimilés à l’extrême-droite et aux militants anti-mariage gay. C’est dire jusqu’où peut aller une certaine forme de malhonnêteté intellectuelle: faire passer pour progressistes les tenants de la guerre !

 »Il faut punir », disent-ils.

Il existe deux sortes de punition.
La première se veut éducative, voire pédagogique. C’est la sanction infligée à l’élève, à l’apprenti, à l’esclave, lorsque celui-ci n’a pas respecté les méthodes et principes de réalisation d’un processus, n’a pas appris une leçon, n’a pas appliqué correctement des consignes. Cette punition est appliquée par un « maître ». On peut discuter à l’infini de ses valeurs pédagogiques, mais il est évident, philosophiquement parlant, que le maître et l’élève se « reconnaissent » mutuellement, même si cette reconnaissance peut être hautement conflictuelle. Il n’y aura plus de punition lorsque l’élève ne reconnaîtra plus le maître et s’émancipera.
Dans le cas syrien, est-ce ce type de sanction qui est envisagé ? En ce cas, qui donne à la France, aux Etats-Unis, à l’Occident le mandat de punir et, conjointement, la toge du « maître » ? A l’évidence, personne.


La seconde forme de punition s’apparente davantage au règlement de compte. Elle intervient d’ailleurs souvent après des tentatives infructueuses de la première méthode. Méthode radicale, le règlement de compte vise à éliminer celui qui tente d’échapper, par le bien ou par le mal, par le haut ou par le bas, aux règles imposées par les tenants de l’ordre. Il s’agit, dans notre cas, de l’ordre mondial ou de l’image que veulent diffuser les maîtres de l’ordre mondial. La guerre chimique est une « ligne rouge ». Pourquoi ? Pourquoi davantage de répréhension à l’égard du gazage qu’à l’égard du bombardement aveugle ? Peut-on qualifier d’immoral l’emploi de gaz de combat ? L’usage de bombes à fragmentation serait-il plus moral ?
Quoi qu’il en soit, le règlement de compte vise à éliminer celui qui, délibérément, ne respecte pas les règles imposées, celui qui fait un usage personnel, et souvent à son avantage ou bénéfice, des processus et méthodes généralement reconnues. Dans notre cas syrien, le but recherché est d’abord celui d’un « rééquilibrage » en faveur des forces rebelles. Le cas libyen nous rappelle cependant que l’expédition de l’OTAN s’est achevée par l’assassinat, par la France, de Mouammar Khadafi. La question est la même: qui donne à l’Occident, aux Etats-Unis, à la France, mandat pour mettre sur pied un règlement de compte ? A l’évidence, personne !

« Au départ on peut penser qu’on est seuls quand on prend la responsabilité d’agir et de prévenir les autres que nous, parce que nous sommes la France, avons un rôle particulier mais ensuite, il y a un travail de conviction, il se fait ». Ainsi s’est exprimé François Hollande le 8 septembre, à Nice, dans le cadre des « Jeux de la Francophonie ». Quel « rôle particulier » est celui de la France ? Quelle idée de la mission de ce pays François Hollande se fait-il ?

A woman holds up a placard during a demonstration against British military involvement in Syria opposite Downing Street in central London on August 28, 2013. AFP PHOTO/CARL COURT (Photo credit should read CARL COURT/AFP/Getty Images)


La seule autorité susceptible de délivrer un mandat pour une intervention en Syrie (ou ailleurs) est l’ONU. Il n’y en a aucune autre.
 »L’ONU n’est qu’un « machin » inefficace, lent à se décider, doté d’une incroyable inertie ? »
C’est exact ! L’ONU n’a pas 70 ans d’existence et l’ONU n’est que la somme de tous les pays qui la composent. Elle ne peut agir avec efficacité et promptitude que si les pays qui la composent prennent soin d’elles et l’utilisent aussi souvent que possible. L’ensauvagement du monde (cher à Madame Nougayrède), ne se renforce que lorsque les Etats mettent en avant leur prétendu « rôle particulier » et, ce faisant, tuent le multilatéralisme et une future gouvernance mondiale !
Si l’on doit rechercher où se trouve le progressisme, c’est ici qu’on le trouvera !

Si l’on refuse les « punitions », la seule méthode permettant de résoudre les conflits s’appelle la diplomatie. Il n’y en a aucune autre.
 »La diplomatie n’est que procédures et discussions longues et lentes, ne débouchant sur rien ou pas grand-chose, et pendant ce temps les victimes continuent de s’accumuler ? »
C’est sans doute exact ! Sauf que rien ne prouve que les victimes ne seraient pas encore plus nombreuses en cas de dissémination des affrontements si l’on pratique les expéditions punitives et si l’on ajoute la guerre à la guerre. Liban, Iran, Irak, Israël, qui pense à tous ces pays et aux éventuelles conséquences d’un déferlement de violences ?
La diplomatie, c’est déjà remplacer le bruit des armes par la parole. Et ceci sans aucun préalable, d’aucune sorte. Lorsque tirent les armes, elles le font sans préalable. Dans un premier temps, la diplomatie ne doit avoir pour objet que de remplacer les cris des armes par des paroles, des propos, violents s’il le faut, avec des intermédiaires s’il le faut. Il est singulier que de tous nos va-t-en-guerre, il n’en est aucun pour réclamer et aider à mettre en œuvre un cessez-le -feu, de quelques heures, de quelques demi-journées, de quelques jours. La diplomatie, dans sa fonction d’entremetteuse, est devenue gênante et obsolète, alors que la notion même de négociation fait partie de la guerre. L’exemple malien, cette fois-ci, l’illustre bien: la France a décidé de son intervention alors même que des discussions se tenaient à Bamako et au Burkina sous l’égide de l’ONU avec la présence de Romano Prodi, discussions qui ont été sabotées par le Mali fantoche et par la France. Les participants au conflit syrien qui, aujourd’hui encore, se refusent à prendre place autour d’une table (Genève 2, par exemple) doivent y être poussés par leurs propres soutiens. En l’occurrence, la France a l’impérieux devoir de pousser à la table la Coalition Nationale Syrienne (même si elle ne représente pas grand chose) plutôt que de chercher à « rééquilibrer ses positions » (Laurent Fabius).
Ici encore; l’ensauvagement du monde ne se renforce que lorsque les Etats mettent en avant leur prétendu « rôle particulier » et, ce faisant, assassinent le dialogue et la négociation !
Si l’on doit rechercher où se trouve le progressisme, c’est ici qu’on le trouvera !


Peux-t-on ajouter un commentaire plus général ?
Le prétendu « rôle particulier » des Etats ne s’exprime pas que dans le domaine guerrier. On le retrouve en matière de commerce, par exemple, dans le cadre de l’OMC où les occidentaux alternent avec mépris les demandes d’allègement des taxes douanières ou l’imposition de nouvelles taxes aux pays émergents et en développement, selon que les fluctuations des marchés les avantagent ou non.

Catégories
Egypte

Une armée qui tire sur son peuple ne peut pas être démocratique

Nous aimons bien Plantu. C’est un dessinateur et caricaturiste d’humour politique habituellement très fin et très subtil. C’est un régal quasi quotidien que de découvrir son « dessin du jour » et d’y rechercher les allusions et références à divers sujets n’ayant bien souvent que peu à voir avec le contexte général du dessin: le choc des situations est permanent.

En 2002, il y a déjà plus de dix ans, nous avions eu l’occasion de rencontrer Plantu en … Egypte, à Alexandrie, dans le cadre d’une soirée-débat-échanges organisée par le Centre Culturel Français. Si nous rappelons ce (bon) souvenir, c’est parce qu’il s’agit d’Egypte, encore une fois, dans notre post de ce soir !

Dans « Le Monde » daté du 9 août 2013, Plantu a publié un curieux dessin. Ou bien, autre version, Le Monde a publié un curieux dessin de Plantu. D’une simplicité presque scolaire, d’un contenu assez brutal, ce dessin sommaire représente deux flèches « pharaoniques » orientées dans les deux directions opposées (droite et gauche) et portant les labels respectifs de « démocratie » et « obscurantisme », le tout dans un contexte intitulé « Egypte » et mis en images par une cité HLM truffée de paraboles, un palmier et une famille de fellahs. Le dessin est signé Plantu et la petite souris habituelle s’enfuit dans la direction de la « démocratie ».

Plantu est-il content de son dessin ? Plantu s’est-il rendu compte que par un dessin aussi schématique, il n’apportait aucun enseignement particulier sur ce qui se passe en Egypte ? En effet, peut-on résumer le débat à un choix aussi simpliste ? Y a t-il vraiment d’un coté les tenants de la démocratie et de l’autre coté les suppôts de l’obscurantisme ? Même avant les évènements d’hier et d’aujourd’hui, était-il possible de taxer l’armée égyptienne de « démocratique » ? Etait-il possible d’accuser globalement les partisans de Morsi d' »obscurantisme » ? Non, certainement non !

Plantu – Le Monde 9 août 2013 (C)


Les saisons passent vite dans les pays arabes ! Après le printemps, nous voici en plein hiver !Les Forces Armées assassinent leur peuple. Même si ce peuple est celui des opposants, est-il possible de dire de forces armées qui l’assassine qu’elles sont démocratiques ?
Non, certainement non ! Et pourtant l’Occident, ses médias, en France Le Monde, dans Le Monde Christophe Ayad, en sont encore à reprocher aux Forces Armées égyptiennes d' »avoir écrasé la démocratie naissante » en raison de leur démonstration de force et des centaines de victimes. Mais quelle démocratie naissante ?

Qu’il soit bien clair que les Forces Armées égyptiennes se sont liguées 1°) avec les révolutionnaires devenus anarchistes, 2°) avec les libéraux devenus ultra-libéraux et en recherche d’affaires et d’opportunismes à saisir et 3°) avec les revanchards de l’époque Moubarak. Tout ceci dans un seul et unique but: éliminer les Frères Musulmans accusés de tous les maux et de tous les torts, y compris les plus fantaisistes et les plus irréalistes. Hélène Sallon, une autre « spécialiste » de l’Egypte en arrive même à reconnaître (il est bien tard !) que « Les Frères musulmans et le président Morsi ont été constamment pointés du doigt comme voulant islamiser le pays. En un an de présidence Morsi, ces accusations ne se sont pas réellement confirmées dans les faits, notamment dans l’écriture de la Constitution. Mais cela reste une accusation très forte chez les détracteurs des Frères musulmans et chez ceux qui au sein de la population s’opposent à un régime islamiste. »

La « démocratie naissante » n’est pas morte dans les violences d’hier 14 août et d’aujourd’hui 15 août, elle est morte définitivement le jour où le conglomérat décrit ci-dessus a renversé le Président élu. De ce jour, il était inscrit que l’affrontement était inéluctable, inévitable.
La « démocratie naissante », en réalité, était déjà bien morte depuis que l’armée, la police, les administrations, les médias et Tamarrod avaient décidé du sort du gouvernement. Il y a donc plusieurs mois de cela. Et le gouvernement pouvait bien désigner des Gouverneurs de Provinces à son image, ceux-ci n’avaient guère de pouvoirs !

Aujourd’hui, les « intellectuels » chers au Monde et à ses journalistes peuvent bien se mordre les doigts d’avoir pactisé avec une sorte de diable, Al-Azhar, la Grande Mosquée, peut bien se retirer du jeu et dénoncer les violences. Mohamed El-Baradei peut bien démissionner et refuser d' »avoir du sang sur les mains », il est déjà trop tard. C’est AVANT qu’il fallait savoir si la « démocratie naissante » valait le coup de discuter, échanger, confronter, aménager … C’est AVANT qu’il fallait refuser de pactiser avec un armée qui a déjà été capable de montrer ce qu’elle sait faire, ce qu’elle peut faire, pour défendre sa place et ses intérêts.


La seule question qui se pose est celle-ci: la « démocratie naissante » pouvait-elle s’accommoder de l’islamisme des Frères Musulmans ? Nous le croyons, et ceci pour plusieurs raisons.

  • Parce que le pouvoir de Mohamed Morsi était régulièrement et légitimement élu et mis en place, ceci pour la première fois en Egypte.
  • Parce que les Frères Musulmans participent déjà au pouvoir en Jordanie, au Koweit.
  • Parce que (en 2011) les Frères Musulmans ne sont plus dans le discours de violence islamiste, discours laissé aux salafistes et djihadistes, et que de forts courants jeunes (qui s’expriment d’ailleurs encore aujourd’hui), souhaitent que place soit faite à un islam moins rigoriste.
  • Parce que, à peine élu, le Président faisait savoir qu’il ne remettait pas en cause les accords de paix signés avec Israël et qu’ainsi il ne se posait pas en nouveau facteur de déséquilibre dans le proche-Orient.
  • Parce que le gouvernement Morsi a rapidement compris qu’il devait « négocier » avec l’armée et lui concéder une place comparable à celle dont elle bénéficiait dans l’ancien régime.
  • Parce que ce même gouvernement a fait de l’aide et de l’appui américain l’un des piliers de sa politique.

    Tout cela était bien loin de la « révolution » et ressemblait fort à de la « realpolitik ».
    Pour toutes les raisons que l’on sait (lire nos posts sous le tag « Egypte »), cela ne s’est pas fait. Et la « démocratie naissante », même fragile et ambigüe, s’achève dans le sang.

    Et maintenant ?

    Il est probablement trop tard. L’Egypte est entrée en guerre civile pour quelques années.
    Les Frères Musulmans ne vont que se radicaliser de plus en plus, se présenter en martyrs, gagner des soutiens populaires grâce ou à cause des inévitables difficultés économiques qui vont gagner tout le pays, toutes les activités, …
    Quand aux anti-Morsi, qui deviendront des anti-Frères Musulmans, ils vont se radicaliser eux aussi, se constituer en milices plus ou moins fascistes (c’est dans la logique du mélange des blocks anarchistes, des ultra-libéraux, de l’armée et des foulouls), …
    La guerre ne fait que commencer ….
    Le Conseil de Sécurité se réunit demain; que peut-il faire ?
Catégories
Démocratie

La guerre des civilisations a bien lieu

L’affaire est passée largement inaperçue, car qui en a parlé ? Les trois Femen européennes incarcérées en Tunisie pour avoir manifesté en faveur de la militante tunisienne Amina Sboui ont présenté des excuses, disant qu’elles regrettaient d’avoir pu choquer par leur comportement.
Bien entendu, sitôt arrivées en France, elles ont démenti avoir présenté des excuses, ont tout au plus affirmé avoir émis des regrets, et surtout les ont justifiés par leur incarcération de près d’un mois.
Il n’y a aucun intérêt à discuter sur la nature même des propos qu’elles ont pu tenir. Le plus important est le fait qu’elles les aient tenus, que ce soit sous la pression (en l’occurrence celle de leurs ambassades respectives) ou de façon plus ou moins spontanée. Le contenu de leur déclaration fait étalage d’une méconnaissance totale du pays dans lequel elles sont allées s’exprimer.
Femen France, le mouvement lui-même, ajoute au cynisme en précisant qu’il fallait « comprendre ces déclarations après un isolement total du monde et face à la machine répressive islamique ». Et que, de plus, ce serait « une duperie que de croire, ou faire croire, que le régime islamique pourrait libérer les Femen face à la pression du public démocratique ».

L’univers mental des Femen consiste à dire, écrire, affirmer et démontrer que l’islamisme ne peut être QUE répressif et que toute action d’un gouvernement peu ou prou dirigé par des musulmans n’est que de l’islamisme. La Tunisie, la Turquie sont actuellement les cibles de cette analyse réductrice.

Mais est-ce seulement le point de vue des Femen ? Bien sur que non ! C’est même le point de vue de la majorité des organes de presse et des responsables politiques ou intellectuels.

Les Femen à Tunis (DR)

Prenons l’exemple des récents évènements égyptiens. Depuis plus d’un an, tout l’occident se ligue contre le Gouvernement de Mohamed Morsi qui a été accusé d’incapacité à gérer le pays. Sans doute a t-il commis des erreurs, notamment d’autoritarisme. Mais enfin, n’est-il pas vrai que jamais, au grand jamais, l’opposition hétéroclite des libéraux, des gauchistes et des revanchards n’a accepté le moindre début de dialogue ? Cette opposition, dans la rue ces derniers jours, n’avait qu’un seul objectif: celui de revenir un an en arrière et de pouvoir redistribuer les cartes. N’est-il pas singulier que ceux qui vouaient l’armée (les SCAF) aux gémonies et prônaient leur boycott en soient aujourd’hui à les applaudir ?
N’est-il pas vrai que les fonds accordés par la Communauté Européenne pour aider l’économie égyptienne (5 milliards d’euros), en novembre 2012, n’ont encore été que très parcimonieusement versés, si tant est même qu’un début de versement ait été effectué ?
N’est-il pas vrai que le FMI, le 27 juin encore, n’avait toujours pas décidé du versement de l’aide à l’Egypte d’un montant de 4,8 milliards de dollars ?
L’univers mental de la presse et des commentateurs occidentaux vise à réaffirmer avec constance que l’islamisme égyptien a chassé tous les opposants, ce qui est faux ! que la constitution élaborée avec trop peu de dialogue (la faute à qui ?) vise à instituer la charia, ce qui est faux !, que les agressions sexuelles commises par les voyous inoccupés du Caire et d’ailleurs relève d’une action politique voulue, ce qui est faux !

Si l’on ne sait pas encore aujourd’hui ce que donnera l’évolution politique en Tunisie, il est possible de prévoir sans crainte et presqu’à coup sur, ce qui va se passer en Egypte. L’armée a pris le pouvoir, elle va le garder en sous-main et Baradei ne sera qu’une marionnette. Le conflit sera dur, très dur et les prochaines élections libres (mais quand ?) verront probablement le retour des Frères Musulmans.
Pourquoi ? Parce qu’ils sont organisés, parce qu’ils ont l’expérience de la prison et de la clandestinité dans lesquelles les forces armées veulent les repousser, parce qu’ils épousent les sentiments profonds de la majorité de la population et parce l’union des libéraux, des révolutionnaires et des revanchards ne donnera jamais une majorité solide. Les 14, les 17, voire les 21 millions d’Egyptiens descendus dans la rue ne sont qu’une grossière illusion. Ce sont avant tout des Egyptiens qui veulent travailler, manger et élever leurs enfants. On leur a fait croire que Morsi était seul responsable de leurs difficultés, on les manipule même sans vergogne … Leurs revendications ne sont pas l’an II d’une révolution qui n’a jamais eu d’an I

Opposants à Mohamed Morsi sur la Place Tahrir, le 5 juillet (C)Amr Nabil/AP

Entretemps, c’est la Turquie qui s’est distinguée par des mouvements revendicatifs fortement inspirés de l’Occident et, à ce titre, largement salués par celui-ci ! Voilà la Turquie, modèle des commentateurs et des analystes du « Printemps Arabe », devenue subitement un pays totalitaire, répressif et … islamique ! Oui, la Turquie a de graves problèmes à régler, avec les Kurdes, avec Chypre, avec ses minorités, avec son identité culturelle, avec ses avocats et ses militants, mais est-ce l’aider que de la stigmatiser sans nuances ?

En Tunisie, en Egypte, en Turquie, mais également au Sahel africain (Mali, Niger ..), l’occident adopte une attitude colonialiste égoïste et prétentieuse en croyant et en affirmant que seule la démocratie libérale a une vocation universelle et inéluctable à s’implanter, partout sur notre terre, quelle que soit la civilisation, quelle que soit la culture. La démocratie libérale est LA civilisation, elle est LA culture, tout autre projet est appelé à se soumettre.
Cette attitude s’accompagne d’un anti-islamisme de plus en plus affirmé, de plus en plus banalisé. Il n’est que de lire les réactions des lecteurs à un évènement aussi peu signifiant que celui de l’interpellation d’une femme en niqab (Argenteuil): l’immense majorité de ces commentaires relèvent du mépris, de l’exclusion, de la peur, de l’anti-islamisme quand ce n’est pas du racisme tout court. L’évolution récente de l’Egypte a suscité quelques délires dont les journalistes (ceux du « Monde » notamment) n’ont pas su rester à l’écart. Des calculs savants ont été effectués afin de comparer le nombre d’Egyptiens dans la rue et le nombre d’Egyptiens ayant voté pour Morsi lors des élections présidentielles. Et de conclure, au mépris des premières élections libres dans ce pays, que les majorités étaient renversées. Combien de journalistes auraient accepté une telle analyse dans un pays occidental ? Plus grave encore, certains sont allés jusqu’à rappeler que la démocratie n’est pas une « assurance tous risques » en matière de démocratie et qu’Hitler lui-même avaient été élu ! De telles considérations plus ou moins nauséabondes débouchent tout naturellement sur une relative compréhension à l’égard des Forces Armées ! Curieux comme les hommes de gauche se mettent à aimer les armées putschistes qui leur apportent des solutions « clefs en main »: après le Mali, voici l’Egypte ! Cette attitude dangereuse entraîne une inévitable réaction de la société islamisée traditionnelle, réaction que savent exploiter les meneurs salafistes et djihadistes.

Il est grand temps de mettre un terme à cette guerre de civilisations et d’aider l’islam, civilisation et culture mêlées, à se définir et à se positionner au regard de la démocratie.

Catégories
Mali

Bêtise et pigrerie, dixit Le Monde

Voilà un mois que nous n’avons pris la parole sur ce blog afin de parler du Mali, voire d’autres sujets tels ceux du développement, par exemple !
Un nouvel éditorial du « Monde » nous en donne le motif. Les éditoriaux du « Monde » consacrés à la situation malienne sont des modèles de simplisme et d’indigence: le dernier en date n’échappe pas à la règle.
Voilà un texte qui accuse l’Europe de « bêtise » et de « pingrerie », tout en dénonçant la « vacuité de l’idée européenne » et sa « désespérante absence au chapitre de la défense et de la politique étrangère » ! Rien de moins. Tout cela parce que l’Europe refuse plus ou moins de s’associer à la France dans sa croisade malienne, ou qu’elle le fait avec réticence pour le moins.
L’auteur, (ou les auteurs), de cet éditorial au vitriol sait pourtant bien quelle en est la raison puisqu’il le dit lui-même quelques lignes plus tard: « certes, Paris a eu le tort au départ de lancer ses troupes sans consultation avec ses partenaires », tout en feignant de croire que le comportement de l’Europe n’est dicté que par « l’hypocrisie » et « l’absence de solidarité européenne ».
Non seulement Paris s’est abstenue de consulter ses partenaires européens avant de lancer son opération militaire, mais en plus Paris a menti sur ses objectifs en entourant pendant plusieurs mois ses intentions d’un rideau opaque de bonnes intentions et de garanties de non-ingérence. L’histoire des posts que recèle ce blog est édifiante: il n’est qu’à relire ceci (La-France-n-a-rien-à-foutre-militairement-au-Mali.) ou cela (Bruits-de-bottes-à-Bamako-et-à-Paris). Il n’y a jamais eu de discussions avant l’intervention, il n’y en a pas eu davantage APRES l’intervention. Paris attend de ses partenaires qu’ils épousent sa position sans sourciller et sans discuter, cet accord devant naturellement découdre d’une solidarité de fait, face à un risque terroriste considéré comme évident et censé être perçu comme tel par l’ensemble de l’Europe.
Or, tel n’est pas le cas et la croisade anti-terroriste conduite par la France comporte de plus en plus de risques de dissolution d’un déjà maigre tissu démocratique en Afrique et de généralisation de l’engagement à une guerre civilisationnelle. Deux tendances qui se retrouvent dans l’ensemble des positions françaises, aussi bien en Egypte, en Tunisie, en Syrie qu’au Mali.

(C)Acturatons

Délitement du tissu démocratique. La France le sait, l’Europe également; l’intervention militaire se fait exclusivement à la demande d’un gouvernement d’intérimaires, né d’un putsch, sans aucune légitimité. Aux risques démographiques (faim, sécurité, réfugiés …), aux risques d’affrontements ethniques (mauvais comportements des soldats maliens), vient maintenant s’ajouter un risque de délitement démocratique. Le Mali était fier, à juste titre, de sa remarquable liberté de presse. Et voilà que celle-ci, au prétexte de la guerre, est compromise et que les directeurs de journaux sont soumis aux ordres et au silence, sous peine de prison. L’ensemble des journaux écrits ou parlés vient de suivre trois journées de grève afin de défendre ses droits d’expression, mais il est à craindre que les intérimaires putschistes renouvellent leurs tentatives.
Consciente de cette lacune démocratique, Paris fait pression pour que des élections, présidentielles à tout le moins, aient lieu avant juillet. Les autorités maliennes ne semblent pas pressées d’en arriver à cette éventualité car elles sont beaucoup plus intéressées au maintien de troupes dans le Nord Mali afin de ne pas avoir à aborder la question de la représentation des minorités touarègues ou arabes. Si la France doit quitter le pays, disent-elles, ce sera pour laisser la place à une armée « offensive » mise en place par l’ONU, une définition qui devrait interroger puisque la vocations des Casques Bleus n’a jamais été d’être « offensifs », mais bien de s’interposer. Sans élection présidentielle organisée d’ici à juillet, que va faire la France ? S’engager encore davantage dans une politique d’ingérence et organiser elle-même ces élections ?

Guerre civilisationnelle. Cette analyse est particulièrement rare au sein des quotidiens et organes de presse écrite ou parlée. Elle est donc rare, à vrai dire inexistante, au sein des pays européens. Et pourtant …
Lorsque l’on observe le discours occidental à l’égard des islamistes égyptiens ou tunisiens, il s’agit systématiquement d’un discours de méfiance. Les islamistes régulièrement au pouvoir sont accusés de faire la part belle aux salafistes et de préparer en douce l’avènement d’une société islamiste. Le recours à de nouvelles consultations électorales est présenté invariablement comme une possibilité de mettre fin à ces expériences islamistes.
En Syrie (et la situation évolue rapidement en ce sens), la France veut intervenir par des livraisons d’armes à ceux qu’elle considère comme d’authentiques combattants de la liberté AVANT que ceux-ci ne soient trop noyautés par les organisations islamistes radicales. Elle se fait fort, par ses réseaux d’observation, d’éviter que ces armes ne tombent aux mains de djihadistes. Rien n’est moins certain.
En fait, la France, et derrière elle une large partie des observateurs occidentaux ne peut considérer l’évolution arabe et/ou proche-orientale autrement que comme une nécessaire évolution vers des principes occidentaux: l’Occident a le monopole du SAVOIR en matière de démocratie, de droits de l’homme et de la femme, de liberté de pensée et d’expression et tous ceux qui ne le rejoignent pas sur ces principes « universels » doivent être combattus. Les outrances islamiques, les prédicateurs intolérants de la charia, les destructeurs de lieux de culte, ne sont que la partie émergée d’un iceberg passéiste et retardataire qui se nomme l’islamisme et qui doit être neutralisé pendant qu’il en est encore temps !
Au Mali, pour en revenir à ce pays, les déclarations se multiplient quant à la nécessité de développer économiquement cette région « après la fin de la guerre », mais personne ne s’est posé la question de savoir pourquoi cela n’a jamais été fait AVANT de déclarer la guerre. Car personne ne se pose la question de savoir et de comprendre sur quel terrain se développe le djihadisme, terrain international (conflit israélo-arabe, affrontement sunnites-chiites, …), terrain régional (régions « abandonnées » de l’Afghanistan ou du Sahel, néo-colonialisme occidental …), le terrain local (nos banlieues qui secrètent des filières …).


Pour en revenir à l’éditorial du « Monde », il est probablement bien simpliste d’accuser l’Europe de double langage en reprochant à la France ses « velléités post-coloniales », mais en refusant de l’aider. De façon beaucoup plus forte, l’Europe a besoin de débattre de son avenir, de son rôle en Afrique, comme au Proche-Orient, de sa conception de la démocratie et du développement. Elle ne pourra le faire qu’après que chacune de ses composantes aura adopté une attitude sincère et n’appellera pas au secours après des décisions unilatérales, ce qu’a fait la France dans cette affaire malienne. Le débat n’a jamais eu lieu parce que la France s’est bien gardé de le mettre en œuvre alors même que la résolution 2071 l’y invitait (« partenaires bilatéraux des pays africains »). Seule, elle a voulu partir au combat, alors « qu’elle se débrouille ».

La réponse est stupide ? Le comportement préalable ne l’était pas moins !

Question subsidiaire: où sont les otages ?

Catégories
Démocratie

Mais où est passée la gauche anti-guerre ?

« Please don’t sink the country in a spiral of violence JUST BEFORE the Legislative Elections…Please let the people express their will even if it is distorted…Democracy is not an instant remedy, it needs time to mature…ENOUGH with the hysteria… Stop the violence because, in an armed conflict, the Jihadi Islamists (the likes of Zomor and his killer squads) will prevail…And then what? The Army AGAIN ???!!! »

Tel est le texte qu’une amie égyptienne nous fait parvenir. Un texte qui, non satisfait d’exprimer une grande lassitude, fait part d’une grande peur: celle de l’anarchie.

En ce qui concerne la situation en Egypte, mais aussi en Tunisie, au Mali maintenant, demain en Syrie à n’en pas douter, tous les médias et toutes les organisations politiques, depuis la gauche (hors PC et FG) jusqu’à la droite instruisent le procès de l’islamisme.

En Egypte, les Frères Musulmans, régulièrement élus, se voient contester en permanence leur légitimité. Ils sont accusés d’avoir volé la révolution, d’incapacité à gérer l’économie du pays, de soumission à la fraction activiste des islamistes, de manipulation de la justice, d’élaboration bâclée et imposée de force d’une Constitution conservatrice, d’organisation du viol en tant qu’arme politique, etc, etc … on en passe et des meilleurs.
Arrêtons nous un instant sur cette question du viol au sujet duquel Le Monde (par exemple, mais il n’est pas le seul, avec Claire Talon et maintenant Hélène Sallon) nous ressort régulièrement une explication en faveur d’une manipulation du pouvoir. Cette idée, elle est celle des « révolutionnaires » qui cherchent toutes les idées aptes à mobiliser leurs troupes, tout comme celle qui a fait long feu appelant à boycotter les activités civiles des Forces Armées. Or, c’est méconnaître totalement ce fléau qui, depuis des décennies, se développe dans la société égyptienne dès que l’impunité est assurée par la foule et la promiscuité: métro, tramway (dans les wagons mixtes), places publiques, manifestations, fêtes populaires comme Sham el Nessim (ce sera le 6 mai) et Place Tahrir ! D’ailleurs, « Le Monde » lui-même en administre la preuve dans un article de son « Académie » signé par Yitong Shen !

En Tunisie, la légitimité d’Ennahda, pourtant régulièrement appelé au pouvoir, est contestée parce que le Gouvernement est incapable d’assurer un décollage économique, parce qu’il est soumis aux fractions activistes des islamistes et parce qu’il traîne à rédiger et mettre en œuvre une nouvelle Constitution !
Dans ce pays, l’assassinat récent de l’opposant Chokri Belaïd soulève l’indignation à juste titre. Cela donne-t-il le droit à Manuel Valls de dénoncer ainsi, en distribuant les analyses et les sanctions qui vont avec, »un fascisme islamique qui monte un peu partout » et en affirmant qu' »il garde espoir dans le rendez-vous électoral pour que les forces démocrates et laïques, celles qui portent les valeurs de la révolution, demain, l’emportent ».

En fait, tout est dit (re-dit) là-dedans.

  • Globalement, toute expression de l’Islam relève du fascisme.
  • La preuve en est que les islamistes (régulièrement élus et portés au pouvoir) ne sont pas légitimes et qu’ils ne portent pas les valeurs de la révolution.
  • Et que doivent être préparés au plus vite le retrait de ces imposteurs et la réalisation d’un nouveau RV électoral.
  • Sur lequel il faudra bien veiller afin qu’il assure la victoire des forces démocrates et laïques qui doivent l’emporter. (Laïque, en Islam, ça veut pas dire grand-chose, sécularisé oui …).

    Au Mali, dont on a déjà beaucoup parlé, les choses sont encore plus simples. Il y a des « terroristes islamistes » qu’il convient impérativement de « détruire » ! Et s’appuyant sur l' »appel » d’un Président non légitime (cette fois-ci pour de bon !), la France, ses forces politiques, ses médias, son peuple à 75% ont choisi d’aller faire la guerre. Sans anticiper beaucoup de choses, au point que les Maliens poursuivent leurs divisions en refusant que les Casques Bleus prennent le relais des forces françaises, en agitant le spectre d’un affrontement entre Africains noirs et MNLA, en désignant le capitaine putschiste à la tête d’un comité de réforme de l’armée ! Et par qui, on vous le demande ? Par le Président intérimaire qui ne doit sa place qu’à la « bienveillance » du capitaine putschiste, le même Président intérimaire auquel la France a vaillamment répondu « Présent ! ».

    La France est devenue un pays va-t-en-guerre, singulièrement sur sa gauche. La gauche française est qualifiée par certains de gauche anti – anti-guerre. Mais où sont passés les anti-guerre d’antan ? Où sont passés les opposants à l’ingérence dans les « affaires » des autres pays ?
    Le seul droit d’ingérence que s’était attribué l’Occident et, avec lui, la gauche française, concernait l’humanitaire. Ce temps-là est bien loin, désormais la gauche française s’autorise le droit d’ingérence politique et militaire. Elle s’autorise la croisade anti-islamique avec l’appui de ses médias et de 75% de son peuple.
    Des preuves ? Il fut un temps où le « Mouvement de la Paix » savait réagir avec promptitude et énergie aux atteintes aux droits des peuples, en faveur de la paix et de la négociation. Le « Mouvement de la Paix » a publié le 13 janvier 2013, soit 48 heures après le début de l’intervention au Mali, un communiqué condamnant « l’état de guerre ». Depuis, plus rien, pas une pétition, pas un mot, pas de nouveau communiqué …
    Il y a également une pétition pour la paix (http://www.petitions24.net/stop_guerre_au_mali_-_des_choix_pour_la_paix), très peu remarquée, à coté d’autres pétitions soutenues par des partisans de la remise en ordre du Nord-Mali. Peut-on dire que son succès est très mitigé ?

    Gageons que dans les semaines, les mois à venir, le retour de bâton sera douloureux et que l’incompréhension et l’hostilité ne feront que grandir entre les deux rives de la Méditerranée et entre l’Europe et le Sud-Sahel.
    Car enfin, la situation qui prévaut dans tous ces pays n’est pas celle d’un affrontement simpliste entre le bien et le mal, entre le tout noir et le tout blanc, entre le révolutionnaire et le conservateur, entre l’islamiste et le laïque.
    D’un coté, il n’y a pas les « islamistes », mais DES islamistes travaillés par des tensions énormes entretenues par certaines puissances, allant d’islamistes modérés favorables à la sécularisation et au développement libéral de la société jusqu’à des partisans acharnés de l’ordre et de la charia.
    En face d’eux, il n’y a pas les « révolutionnaires », mais des forces travaillées, elles aussi, par de puissants courants allant jusqu’à l’anarchisme.
    Et d’abord, quelle révolution ? Y a t-il eu, parmi les militants du « Printemps », des théoriciens d’un nouveau gouvernement arabe ? Non, et le mot « révolution » est repris aussi bien par le Mouvement du 6 avril que par les Frères Musulmans.
Affiche révolutionnaire d’Egypte (DR)

Car le « Printemps arabe » est avant tout une « révolution consumériste ». Le mot n’est pas péjoratif. Il signifie que la révolution n’est pas « sociale » avant tout (revendication de la place des travailleurs dans la production, de la garantie de revenus, de l’accession à de nouveaux droits ou de la reconnaissance de droits maltraités, …), mais « libérale ».
Il s’agit de revendiquer un emploi pour les milliers de chômeurs formés par le système éducatif, un niveau de revenus pour accéder à la liberté de consommation telle qu’étalée par l’Occident, la liberté de circulation dans et hors le pays et la liberté d’expression. Evidemment que ces revendications peuvent déboucher sur des revendications plus sociales ! Evidemment qu’il s’agit là de droits fondamentaux ! Mais, malheureusement, personne n’a été capable de passer au-dessus des divisions, des combinaisons, des actions ponctuelles et partielles. Alors, la situation devient ingérable, en raison surtout de la montée en puissance des anarchistes, ces « Black Blocks » pour lesquels le pouvoir actuel doit disparaître et « peu importe par qui il sera remplacé ». Le prochain pouvoir sait déjà qu’il est condamné avant même d’être désigné.
L’anarchisme a pris une telle importance dans le débat que des leaders comme Mohamed el Baradei ont cessé d’appeler à la cohésion nationale et au dialogue: personne ne les entend, car personne ne les écoute.

A propos de l’Egypte, comme à propos de la Tunisie, comme à propos du Mali, la question qui se pose aujourd’hui est celle-ci: qu’est-ce qui peut réveiller la gauche française et la sortir de son engourdissement guerrier et de ses analyses impérialistes ?

Catégories
Mali

Les manuscrits de Tombouctou et les cabrioles stylistiques du Monde

C’est un bon papier qu’a écrit Jean-Michel Djian dans le supplément « Culture et Idées » du « Monde » daté 9 février. Il y traite des manuscrits de Tombouctou.
Outre une longue et fructueuse explication de l’histoire de tous ces textes et de leurs copies conservées dans des malles ou des caisses en métal, on y apprend que les destructions qu’auraient infligées les djihadistes sont très minimes parce que ces documents de valeur avaient déjà été mis en sureté plus au Sud.
A vrai dire, on s’en doutait quelque peu, à voir LA misérable mise en scène de quelques papiers brulés et d’un petit tas de cendres ! Mais c’était important de le dire et de dissiper une affirmation largement répandue, comme beaucoup d’autres, dans les médias, selon laquelle les dégâts infligés au patrimoine étaient incommensurables.

En lisant ce papier tout chargé de notions d’histoire, nous vient à l’esprit un certain discours de Dakar et l’on se dit: « tu vas voir, il va finir par en parler ! » (Le-discours-de-Dakar,-le-discours-de-Benghazi). Gagné ! Certes, il faut attendre la dernière phrase que l’on ne peut pas éviter de citer en intégralité.
« Pour autant, les évènements en cours pourraient précipiter une prise de conscience salutaire, car la reconnaissance de la mémoire écrite est peut-être le meilleur moyen d’en finir avec ceux qui répètent que « l’Afrique n’a pas d’histoire ».

C’est dommage de gâcher un bel article, mais c’est presque une tradition de conclure les articles du « Monde » par une cabriole stylistique dans laquelle l’auteur veut donner en guise de conclusion un point de vue bien souvent très personnel. De façon générale, ce n’est pas ce que l’on attend d’un journaliste, à plus forte raison quand cette conclusion se révèle à coté de la plaque ou carrément hors sujet.
Dans le cas présent Jean-Michel Djian prouve qu’il n’a jamais lu et analysé le discours de Guaino-Sarkozy, en donne une retranscription erronée (mensongère ?) et conforte une interprétation tendancieuse de ce discours. En effet, le texte exact, après avoir parlé des « valeurs de la civilisation africaine », note que « l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire ».
Vous conviendrez que ce n’est pas la même chose et qu’il vaut mieux connaître un texte, ses forces (anti-racisme) et ses faiblesses ( paternalisme et néo-colonialisme) avant de le citer à tort et à travers. L’histoire dont il s’agit ici est une histoire beaucoup plus moderne, voire contemporaine: c’est davantage celle de la mondialisation que celle des XIII° au XVII° siècles.

Tombouctou – Livres brulés (C)AFP



En parlant de cabriole stylistique, il est un autre journaliste qui ne les déteste pas: c’est Stéphane Foucart. Dans le même numéro il nous livre un très long article sur l’effondrement de notre civilisation en raison de l’érosion de la biodiversité, de l’exploitation irraisonnée des océans, de la destruction accélérée des insectes pollinisateurs, de l’épuisement des sols et des eaux, du réchauffement climatique, de l’épuisement des ressources, de l’acidification des océans …
Comment cela va-t-il se finir ? Nul ne le sait, sauf Stéphane Foucart qui conclut son article par: « Mais le spectacle qu’offre un pays comme la Grèce n’incite guère à l’optimisme ».

Nous nous demandons encore quel est le lien entre l’effondrement qui guette notre planète et la situation de la Grèce ….

Catégories
Mali

Mali, les fables et les chèvres

Et se poursuit la guerre au Mali … tandis que s’élaborent chaque jour de nouvelles fables.
Curieuse guerre que cette guerre où il n’y a pas de victimes (en tout cas, on ne nous les montre pas!), pas de prisonniers (ah si, un, hier soir!), pas d’images à l’exception des images officielles servies complaisamment par la presse et la TV. Qu’est-ce qu’on aura pu le voir, ce ravitaillement en vol des Rafales. Avec ça, si on n’arrive pas à le vendre …
Plus sérieusement, voici près d’un mois on nous parlait de 5 à 6000 combattants djihadistes, prêts à fondre sur Bamako. Aujourd’hui, le chiffre est ramené, de façon plus réaliste, à 800 ou 1000.
On nous parlait de centaines de djihadistes venus du Proche-Orient, d’Afrique Occidentale, voire pour certains d’Europe. Désormais, il n’en est rien, à quelques dizaines d’individus près.
On nous parlait de centaines de combattants occupant les villes et les villages, 400 rien qu’à Diabali. Où sont-ils ? On nous parlait de colonnes de pick-up, plusieurs centaines, transportant ces troupes. Où sont-ils ? Les photos « autorisées » nous montre toujours le même 4X4 cramé sous la savane, le même dépôt de bus incendié et vide, le même poste de police bombardé et vide. Diabali était vide de combattants, Gao était vide de combattants, Tombouctou était vide de combattants, Kidal était vide de combattants. Où sont-ils ? Réfugiés dans le Massif des Ifoghas ? Peut-être, mais sans doute pas des milliers, ni des centaines, et quand l’armée y arrivera ils n’y seront plus ! Passés en Libye, en Algérie, plus loin encore …
Ce qui prouve bien que ce n’est pas la guerre qu’il convient de conduire là-bas. 3000 hommes, 4000 hommes ne feront rien de mieux qu’une opération de police qui aurait pu être rondement menée avec l’appui de l’ONU.
François Hollande s’est rendu sur place au meilleur moment. Le staff des faucons du gouvernement fait bien les choses. Il a prononcé un discours dans lequel l’émotion a pris le dessus, donc un discours décousu et peu élaboré, avant tout destiné à lancer les phrases et les mots susceptibles de galvaniser les foules françaises comme africaines et de maintenir leur adhésion. Comme le «  »plus beau jour de ma vie politique » », alors que nous, Français, croyions bêtement que ce jour était celui de son élection au poste de président. Ou comme la « guerre contre le terrorisme », figure de style généraliste épargnant toute réflexion, surtout quand 74% des Français considèrent les musulmans comme intolérants et 44% extrémistes. Ou encore comme le « juste rendu à l’Afrique de son aide lors des deux dernières guerres mondiales », une pensée un peu tardive et qui, de façon subliminale, voudrait faire passer la lutte contre le terrorisme à l’égal de la lutte contre le nazisme. Mais François Hollande s’est bien gardé d’aborder le fond des problèmes, la suite des événements, le rôle de la France, l’avenir du Mali.

Avant de parler de cet aspect, soulignons que les lignes évoluent quelque peu. Bien évidemment, les commentaires des lecteurs dans la presse et sur Internet restent majoritairement favorables à cette intervention, « parce qu’il fallait bien faire quelque chose contre ces terroristes qui violent les filles, coupent les pieds et les mains et détruisent le patrimoine historique et religieux ». Bien évidemment …
Citons Michel Onfray. Il reprend à son compte une analyse de Michel Collon, journaliste belge parfois contestable, mais en l’occurrence le jugement est lucide. Cacher les intérêts économiques derrière ce conflit, présenter l’intervention comme une réponse à un appel à l’aide, diaboliser l’adversaire, empêcher le débat ou ignorer les opinions contraires, voilà les caractères principaux d’une manipulation de l’information. Il est un fait que nul n’entend les opinions opposées à cette guerre. Par exemple, l’opinion d’Aminata Traoré, résolument contre l’intervention française et dont on a déjà parlé ici (Quand-parle-Aminata-Traoré-…).

Aminata Traoré (DR)


Citons, dans Le Monde daté de ce jour, la libre opinion d’Olivier Roy, Directeur d’Etudes à l’EHESS, qui considère que la stratégie française est «  »vaine et absurde » ».
A l’inverse, notre classe politique reste toujours aussi bornée et soumise. Sans doute les leaders de la droite et de la gauche « classique » attendent-ils que des événements moins fastes se produisent et leur permettent de libérer leur parole.
Mais enfin, quand on entend dire que la critique de l’intervention n’est pas à l’ordre du jour parce que nos forces armées sont engagées, c’est pousser un peu loin la soumission !
Nos forces armées sont engagées parce que le Chef des Armées l’a décidé. Sans débat démocratique. Les forces armées exécutent le travail qui leur est prescrit et elles doivent le faire de la meilleure façon, dans le respect des droits de l’homme et des lois de la guerre. Point.
Mais critiquer les choix politiques qui ont conduit à cet engagement, ce n’est pas critiquer les forces armées, c’est critiquer les hommes politiques qui nous conduisent. Le débat démocratique devrait avoir lieu. Si la durée de l’intervention armée excède quatre mois, soit après le 10 mai, le Parlement devra être saisi pour en autoriser la prolongation. Souhaitons qu’à l’occasion le jugement de notre classe politique soit plus varié, plus critique, plus constructif aussi.
A ce propos, il existe une pétition en ligne (http://www.petitions24.net/stop_guerre_au_mali_-_des_choix_pour_la_paix), généreuse pétition qui reçoit bien peu de signatures. Ses motivations sont un peu trop vagues puisque les auteurs se satisfont de ne réclamer que la paix, ce qui ne suffit pas. Cependant, une récente évolution dans les propos aborde le sujet de ce prochain débat parlementaire.

Etre constructif ? C’est mettre en place, au Mali, les conditions d’un vrai dialogue. Et ce ne sera pas facile. Le Président intérimaire du Mali refuse ce dialogue avec les Touaregs tout comme il refuse une éventuelle relève par des Casques Bleus. Mohamadou Issoufou, Président du Niger, prend déjà ses marques et refuse un dialogue avec le MNLA parce qu’il n’est « pas représentatif des Touaregs ». Peut-on choisir ses interlocuteurs lorsque l’on doit négocier ? Ou bien doit-on négocier avec tous ceux qui le veulent bien, qui le demandent ?
La question touarègue sera très rapidement au cœur de la question malienne, puisque les islamistes radicaux auront disparu dans les sables, ceci même si Bamako ne veut pas en entendre parler.
Il faudra bien l’aborder dans un sens démocratique et laïc. Il faudra bien dissiper toutes les illusions dangereuses de séparatisme et de tri ethnique. Il faudra bien réaliser que l’autodétermination des Touaregs n’a aucun sens dans une région où ils ne sont pas majoritaires. Il faudra bien qu’une police et une administration non corrompues se mettent en place. Il faudra bien que des représentants élus de toutes les communautés : Peuls, Songhaïs, Touaregs, Arabes .. apprennent à travailler ensemble et incitent les populations à vivre ensemble.

Voilà quel est l’enjeu et ce n’est pas la multitude militaire française et africaine qui fera cela.
Non, ce sont les Maliens seuls, tous les Maliens.

« Que les chèvres se battent entre elles dans l’enclos est préférable à l’intermédiation de l’hyène« .

Proverbe bamanan.