Catégories
Ecologie

Mais qui sont les zadistes

Extraits de Libération du 21 décembre 2014 (http://www.liberation.fr/societe/2014/12/21/j-ai-pris-un-conge-sans-solde-et-j-ai-rejoint-la-zad_1168216).

1 – MIL a 30 ans. Il est ouvrier viticole dans la Drôme. Il vient deux jours par semaine, pendant ses congés, sur la ZAD. Il apporte du matos. Il ne se sent pas assez militant pour tout plaquer.
2 – MERLIN a 32 ans. Il est du coin. Il a fait Notre-Dame des Landes, Decines, Sivens où il occupait l’un des derniers arbres à être tombés. Il a acquis un mode de vie de partage des connaissances qui prouve que l’on peut vivre autrement. Il compte bien se poser et créer un truc qui associera viticulture, maraîchage et arboriculture … plus tard.
3 – CAMILLE a 22 ans. Le Bac, un BTS puis un début de licence en management qu’il a abandonné. Il a passé un Bac Pro horticulture. Découvre le milieu libertaire dans la Sarthe et n’a aucune envie de vendre sa force de travail. Reste trois mois à Sivens. Et pense à son terme à son projet de vie, par exemple dans une ferme communautaire.
4 – TROY a 22 ans. Il est infirmier et a pris un congé sans solde pour être présent à Roybon. Il a peur que la France finisse par être recouverte de lotissements et de centres commerciaux. Ici, il y a des gens qui parviennent à faire des choses ensemble, à discuter. Pour changer le monde, il ne faut pas se limiter à ce que la société nous dit de faire.
5 – PIERRETTE a 22 ans. Elle a un BTS en gestion et protection de la nature, dans la Drôme. Elle a trouvé sur la ZAD la vie en collectivité, l’entraide, le soutien à une lutte. Elle a appris à construire des cabanes, à grimper dans les arbres, à faire des fours en terre cuite, à se protéger, par exemple avec du citron contre les lacrymogènes, à communiquer, à filmer ….
6 – MARIE-JOSEPHE a 70 ans. Elle vient tous les jours sur la ZAD parce qu’ici, c’est le cœur de la vie. Elle se dit que tout n’est pas foutu et que tout reste possible. A savoir, défendre la terre, l’eau, la nature qui nous donne la vie…

Extraits du Nouvel Obs du 19 décembre 2014 (http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20141219.OBS8380/carte-le-tour-de-france-des-zad-et-des-lieux-de-crispation.html).

7 – RICHY a 42 ans. « Vadrouilleur », il est d’origine lyonnaise et veut vivre dans une société gratuite, autogérée et collective.
8 – JEAN-CLAUDE a 66 ans. Il est retraité et vit à quelques 30 km de là. Evitant de parler de décroissance, il rêve de la sobriété heureuse et pense que l’on peut faire autre chose que de tels grands projets, des chambres d’hôtes par exemple.%%%
9 – NINA a 20 ans. Elle vit comme saisonnière. Son rêve est de produire son miel, son lait, son fromage de chèvre et, pour le reste de ses besoins, y accéder par un fonctionnement de troc local.
10 – VINCENT a 27 ans. Après avoir abandonné ses études de géographe à Grenoble, il s’est réorienté vers une formation agricole et travaille dans une exploitation collective spécialisée dans les légumes bio à Saint-Antoine.

Merci à ces deux médias que sont « Libé » et « Le Nouvel Obs » pour avoir réalisé ce travail d’interview de quelques militants qui occupent la MaquiZad de Roybon. Au fait, le nom de MaquiZad ne vous fait penser à rien de particulier ? Et pourtant, c’est bien une journaliste du « Monde » qui a cru intelligent de situer les Chambarans « au pied du Vercors » ! Le réflexe subliminal étant bien provoqué, il n’y avait plus qu’à l’exploiter: ici; on fait de la résistance !
Une dizaine d’interview, c’est peu et c’est beaucoup, si on les rapporte au nombre d’occupants de la Maison Forestière de la Marquise (avec un R) qui ne doivent pas dépasser la vingtaine, dans le froid, le brouillard et la boue.

Deux constatations s’imposent immédiatement: ils sont jeunes, en fin d’études ou ayant abandonné leurs études. Ils n’ont pas d’emploi stable et n’en cherche absolument pas. Ils sont quasiment tous orientés vers un retour à la terre et aux travaux agricoles, Retour au travers duquel ils se déclarent en accord avec leur militantisme en faveur de la décroissance (ou de la « sobriété heureuse »). Ceux qui ne sont pas les plus jeunes sont des retraités qui sont restés baba-cool.

Pour mieux comprendre ce qu’ils « apprennent » lors de ces périodes combattantes, voici le calendrier des ZADteliers prévus en cette fin décembre.
Dimanche 21 décembre, à 14 heures, Educ’citoyenne suivie de la Fête du solstice d’hiver.
Lundi 22, à 14 heures: conserves.
Mardi 23, à 14 heures: permaculture (art de cultiver la terre pour qu’elle reste fertile indéfiniment).
Samedi 27, à 14 heures; réunion d’info sur Center Parcs, thème hydrologie.
Dimanche 28, à 10 heures; atelier sublimer les souches de la forêt. A 14 heures atelier premiers secours.
Lundi 29, après-midi; cueillette et cuisine des plantes sauvages de nos régions. A 17 heures, session feu et en soirée bal folk.
Mardi 30, à 14 heures, pâtisserie.
Ne nous moquons pas ! Même s’il ne doit pas y avoir beaucoup de plantes sauvages à cueillir pour les cuisiner un 29 décembre dans les bois de Chambarans (ha, peut-être au Bois de Gargamelle !)

Chemin du Center Parc (C) Camille Bordenet

Ce comportement et ce discours rejoignent bien l’analyse que [nous avons faite (Pour-quelques-arpents-de-bois-et-de-champs-bons-à-rien) de leur idéologie: ce sont des décroissants. Quant à leur discours, il dénonce en permanence la société de commerce, de profit, la collusion des élus avec cette société et l’appel à une démocratie directe à laquelle ils participeraient à l’évidence.

A ce point de notre analyse, une grande inquiétude nous saisit. Ce ne sont pas des notions nouvelles, Nous avons déjà parlé de la Génération Y (Génération-Y-génération-quoi-génération-sacrifiée-…), ou Génération Millénium. Cette génération de ceux qui sont nés entre le début des années 80 et le début des années 2000, qui ont donc entre 15 et 35 ans, ne veut pas devenir adulte (http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/12/27/la-jeunesse-actuelle-a-t-elle-envie-de-devenir-adulte/). Elle ne veut ni mariage, ni enfants, ni salaire, ni maison !
Avec un taux de chômage de 25 % chez les 15-24 ans et de 47 % chez ceux d’entre eux qui n’ont que le brevet ou aucun diplôme, il est possible de comprendre que la situation qui leur est faite puise entraîner un tel comportement.

Et si les zadistes n’étaient que la frange avancée et radicale de cette jeunesse désillusionnée ?

Catégories
Divers

Vœux pour 2015

Le cérémonial est un peu toujours le même, les vœux sont sensiblement identiques: la paix, l’amitié, la générosité, la solidarité, l’amour … et la santé.
Ce qui fait avancer le monde, c’est que chaque année sont renouvelés les bonnes résolutions et les engagements. Certes, il n’en est pas beaucoup qui soient tenus jusqu’au bout, mais cela n’importe guère. Le chemin n’est pas tracé, c’est en marchant qu’on le fait.
« No hay camino, hay que caminar » telle est la maxime proposée aux pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle. « Il n’y a pas de chemin, il faut juste avancer ». Le poète Antonio Machado l’a dit à sa façon « El camino se hace al andar », « C’est en marchant que se construit le chemin ».

Marcher ! Cela fait 4000 ans que le couple qui illustre ce post le fait. Pour 2015, pourquoi ne pas marcher à ses cotés ?

Catégories
Ecologie

Pour quelques arpents de bois et de champs bons à rien

Dans une tribune du Monde, datée du 4 novembre, le philosophe Edgar Morin a cru possible de comparer la lutte des écologistes contre les partisans d’un développement économique soutenu à une « guerre de civilisation ». Edgar Morin est excellent lorsqu’il prend la peine d’organiser sa pensée, il l’est moins lorsqu’il devient un militant.
La seule « guerre de civilisation » qui se déroule actuellement (et à qui personne ne veut reconnaître ce nom) concerne la lutte entre l’occident et de nombreuses autres civilisations, à commencer sans doute par l’islam. Mais ce sujet nous entraîne loin du débat du jour.

La bataille des mots fait rage entre les pro-Center Parcs et les anti-Center Parcs à Roybon.
Mais ces mots sont-ils bien représentatifs des enjeux et des objectifs respectifs de chacun des deux camps ? Il est permis de fortement en douter.

Les principaux thèmes qui suscitent des échanges et de l’animation sont les suivants :
La légalité du projet, la destruction de la forêt, la question de l’eau, la nature des emplois créés, le type de vacances proposées. Reprenons les un par un.

La légalité du projet. Elle est indiscutable, même s’il peut apparaître choquant pour certains qu’une enquête publique aboutissant à un avis négatif des commissaires enquêteurs puisse être suivi d’une autorisation préfectorale. Mais entretemps, la Société Pierre et Vacances a remanié son projet et le Comité Départemental environnement et risque sanitaires et écologiques (CODERST) a pu délivrer un avis largement favorable. Comme dans chaque projet de ce type sujet à une contestation similaire, nous retrouvons les mêmes arguments d’illégalité, de manipulation des élus, d’enquêtes tronquées, d’avis de commissions diverses ignorés, de pots-de-vin en sous-main et, plus généralement, d’absence de dialogue. En l’occurrence, à Roybon, le dialogue dure depuis sept ans déjà, sous la forme de recours successifs auprès du Tribunal Administratif, jusqu’à présent tous rejetés les uns après les autres. La légalité a toujours été respectée et le dialogue tant revendiqué ne consiste en définitive qu’à vouloir faire plier l’adversaire.

La destruction de la forêt. Que n’entend-t-on pas sur ce sujet ? Voici que l’on nous montre des couples de jeune zadistes ou de vieux soixante-huitards qui pleurent cette forêt détruite dans laquelle ils ne pourront plus venir se promener en été ou ramasser les champignons à l’automne. De telles images font sans doute du bien à l’audience de France 2, mais elles relèvent strictement de la manipulation. La forêt des Chambarans recouvre plus de …. 30000 hectares. Ce sont seulement 150 hectares qui sont concernés par le projet, dont seulement 35 hectares seront construits (cottages et piscine-bulle) et ..reboisés ! Il est impossible de parler de destruction de la forêt quand seulement 0,4 % de celle-ci sont impactés par le projet !

La question de l’eau et des zones humides. Toute la forêt des Chambarans n’est qu’une gigantesque zone humide. L’eau sourd de ces terres en des points élevés tout au long de l’année. Résurgence de nappes aquifères nées dans les Alpes et prisonnières de couches imperméables de glaise ? Demandez donc aux zadistes où se trouve la Croix de Mouse, petit sommet d’où l’eau jaillit, ou bien le vallon de Passardière, ou encore les mares et cuvettes si proches de la Maison Forestière de l’Etoile, paradis des grenouilles ! S’ils le savaient, ils y découvriraient de singuliers mixages de glaise et d’eau.

La nature des emplois créés. En ce domaine, on se trouve en plein délire. Lors de la période de construction, ce sont environ 1500 emplois qui seront créés afin de préparer les terrains et construire les bâtiments. Des entreprise locales ou proches seront retenues, c’est d’ailleurs déjà le cas pour les forestiers appelés à préparer les terrains. Ensuite, lorsque l’exploitation du Center Parcs prendra effet, ce sont 700 emplois, dont 60% (420 emplois) à temps plein et 80% en CDI. Les opposants répètent à l’envie qu’il s’agit d’emplois non qualifiés, d’emplois aux horaires réduits. Comment peut-il en être autrement alors que nous nous trouvons face à une entreprise d’hôtellerie ? Alors oui, il y aura des femmes de chambre, des personnels d’entretien, mais il y aura également des chefs d’équipes, des chefs de service, pour encadrer ces personnels. Et puis, une « ville » de 5000 habitants, qui tourne toute l’année, a besoin de professionnels de santé, de professionnels de la maintenance des bâtiments (toiture, vitrerie, …), de plombier-chauffagistes, de pisciniers, d’animateurs, de personnels administratifs, de professionnels d’un office du tourisme (Saint-Antoine l’Abbaye est à proximité immédiate) … Autant que l’on sache, ce ne sont pas des emplois précaires ou non qualifiés !

Enfin, le type de vacances proposé. Certes, ce ne sont pas les vacances que nous, auteur de ces lignes, irons passer car nous préférons de loin la découverte des pays et des hommes. Mais de quel droit condamner un projet parce que les vacances relèvent de la « société de consommation » ? Nous connaissons des familles avec jeunes enfants qui ont trouvé plaisir à fréquenter un Center Parcs parce qu’elles y avaient le cadre idéal pour la détente de chacun. Si c’est ce style de vacances qui est critiquable, alors il est sans doute urgent de s’en prendre au Club Méditerranée et à tous ses imitateurs !

Roybon, maison forestière occupée (C)Philippe Desmazes

En fait, cette dernière critique pointe vers la véritable raison d’agir de tous ceux qui s’opposent à des projets qu’ils qualifient d’inutiles : aéroport de Nantes, TGV Lyon-Turin, barrage de Sivens, gares TGV, Center Parcs de Roybon et d’ailleurs. Et ce véritable objectif est double : tout d’abord celui de la destruction de l’Etat, ensuite celui de la mise en place d’une nouvelle société de décroissance.

Le vocabulaire employé en est l’illustration parfaite. L’un des récents tracs diffusés par les opposants au Center Parcs de Roybon commence ainsi : « La mort d’un jeune homme de 21 ans, militant contre un projet inutile impliquant la disparition d’une précieuse zone humide est une tragédie. Mais c’est également un signe des temps. La répression policière contre le militantisme écologique n’a, semble-t-il, jamais été aussi violente.(…) Le projet de barrage de Sivens, auquel s’opposait, avec d’autres, Rémi, ce jeune étudiant assassiné, est sans conteste un crime écologique majeur. Mais le Center Parcs de Roybon l’est également avec dix fois plus de zones humides détruites ».

En ce qui concerne la destruction de l’Etat, la dialectique est puissante et l’extrême-gauche sait, depuis très longtemps, s’en servir. Si ce tract commence par une référence à la mort tragique d’un militant opposé au barrage de Sivens, ce n’est pas un hasard. C’est même, à vrai dire, une formidable récupération de l’évènement. Nous n’irons pas jusqu’à dire qu’il satisfait les militants verts extrémistes, mais il est évident qu’il leur apporte un énorme service.
Lorsque des drones ont survolé récemment les centrales nucléaires françaises et que des forces de police se sont mises en demeure d’en retrouver les « pilotes », nous avons pu lire que « les drones apportaient la démonstration du caractère policier de l’énergie nucléaire ». Aujourd’hui, nous pouvons comprendre que la mort de Rémi Fraisse apporte la démonstration du caractère policier de notre système démocratique basé sur des élections. Il faut donc le combattre et le remplacer par l’expression directe des populations concernées. C’est-à-dire par l’anarchie !

Quant à la décroissance, cette nouvelle idéologie de la vie joyeuse et communautaire, nous en retrouvons l’expression dans ces caricatures de l’emploi proposé par le projet Center Pacs. De vrais comportements de Bisounours ! Nous avons déjà abordé la question des emplois peu qualifiés. Est-il envisageable de transférer Minatec sur le site de Roybon ? Si oui, faisons-le car en voilà des emplois hautement qualifiés ! Plus grave encore : le discours de ces militants quantifie l’aide publique apportée à chaque emploi créé d’un montant de 240000 €. Afin de conclure que cette même somme remise à des entrepreneurs aurait permis la création de plusieurs emplois. Comme si la création des emplois ne relevait que de montants financiers plus ou moins conséquents mis à disposition d’entrepreneurs ! Non, il y faut un projet que personne, jusqu’à présent, n’a su, n’a pu, porter dans ce canton abandonné.
Le prix de vente des terrains, le coût des aménagements et besoins annexes, tout cela est également pointé du doigt comme une anomalie. Mais existe-t-il des projets alternatifs qui sauraient se passer de terrains à bas coût, d’adductions d’eau, de branchements pour l’énergie ou les eaux usées, de voiries conséquentes ? Tous les grands projets de développement, quels qu’ils soient, impliquent un engagement financier des collectivités. Et tous ces projets, lorsqu’ils réussissent, engendrent des retombées financières pour leur région d’implantation : salaires, commerces, fournisseurs, recettes fiscales … et favorisent le maintien sur place des populations.
Enfin, et c’est aussi grave, de quel droit et avec quels arguments, quels critères, des militants peuvent-ils décider d’un projet qu’il est inutile et le combattre avec toute la violence et la manipulation de l’opinion nécessaires ?


Au début du XX° siècle, entre 1900 et 1920, Roybon a connu une phase positive en matière d’emploi. C’est dans cette petite ville qu’étaient installés les ateliers de réparation de tout le matériel du réseau ferré métrique qui rejoignait Lyon. Tout ce réseau a progressivement disparu, remplacé par la voiture, le camion et le pétrole. Roybon a, par ailleurs, dans le même temps, perdu près de 20% de sa population, passant de 1947 habitants en 1890, à 1565 habitants en 1920. Le train n’a apporté des emplois qu’un temps, il a surtout favorisé l’exode rural ! Roybon n’a rien gagné au passage de la première à la seconde révolution industrielle. Nous pourrions faire en sorte que le passage de la seconde à la troisième révolution industrielle (celle des réseaux, de l’énergie renouvelable et des loisirs) lui soit plus profitable.

Non, décidément non ! Les zadistes ont pour idéologie de dénoncer la « violence des loisirs » personnifiée par les Center Parcs. Convenez donc que la défense des zones humides, de la forêt, des petites bêtes et/ou des petites fleurs est bien le cadet de leurs soucis !%%%
Pour en revenir à Edgar Morin, la troisième révolution industrielle aboutira peut-être à la disparition du travail (Jeremy Rifkin), mais point n’est nécessaire que les militants gauchistes y contribuent par avance et de façon sauvage.

NB: les « champs bons à rien » sont l’origine étymologique des Chambarans.

Catégories
Ecologie

De quel bois tu te chauffes ?

Comme à son habitude, Ségolène Royal vient de prendre une décision arbitraire et sans concertation aucune, s’appuyant sur ses seules convictions et sans s’inquiéter nullement de savoir si les dites convictions sont fondées ou non. Cela concerne l’interdiction des feux de cheminées en foyer ouvert dans une partie de l’Ile de France.
Des feux de cheminées, nous en avons parlé ici le 18 décembre 2007 (Gestion-des-déchets:-le-parler-vrai), cela fait donc SEPT ans, dans un post où il était d’ailleurs question pour la première fois des Chambarans et du projet de Pierre et Vacances. Dans ce post, nous avions signalé le haut niveau de pollution des feux de bois (et feux de jardin), une constatation déjà ancienne de plusieurs années (2001), mais ignorée par les écologistes qui faisaient l’amalgame entre « feu de bois » et « ressource naturelle et durable ». C’est ce même amalgame qui conduit aujourd’hui la ministre de l’écologie à faire des déclarations …. « ridicules ».
Les feux de cheminée, nous en avons encore parlé le 30 décembre 2007 (Feu-de-cheminée-et-pollution), mais il y était davantage question des émanations des chaufferies au bois: une pollution dont on ne parle pas encore beaucoup.

Feu de cheminée (DR)

Enfin, le 27 avril 2008 (Feu-de-cheminée), nouvel essai pour dénoncer les pollutions du feu de bois et pour saluer l’initiative de la Californie afin d’interdire les cheminées ouvertes dans tout logement neuf et pour limiter l’usage du foyer ouvert lors des périodes de pollution.
Cette décision venait s’ajouter à la même décision déjà prise en Suisse, au Québec, au Canada, à Londres … D’autres interdictions suivront probablement, en Rhône-Alpes peut-être, là où des études démontrent que la pollution au feu de bois est supérieure à la pollution automobile.
Tour cela ne veut pas dire que le feu de bois est interdit. Il existe des dispositifs fermés, disposant d’une combustion suffisante pour réduire au maximum les impuretés et les poussières. Il existe également des dispositifs brûlant des « pellets », ou granulés de bois. Mais à Paris intra-muros, le feu de bois, quel que soit l’appareil, c’est fini !
Afin de compléter vos informations sur le sujet, voici ce qu’en disent les « Décodeurs » du Monde (http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/12/09/les-feux-de-cheminees-sont-ils-si-polluants_4537257_4355770.html).
Bonne lecture.

Catégories
Ecriture

Atelier d’écriture IV

Coté jardin

13 octobre 2014

C’est un tout petit jardin bien caché au fond du lotissement. Pour le découvrir, il faut d’abord amadouer son jardinier, un vieil homme courbé en deux, même lorsqu’il ne pousse pas sa brouette.
Comme les murs des propriétés voisines le délimitent sans faiblesse, alors il les a quelque peu camouflés à l’aide de plantes grimpantes, lierres, liserons et autres lianes fleuries selon les saisons.
Au centre du jardin, un bassin dont les carreaux de verre qui l’émaillaient se décollent peu à peu, abrite une dizaine de poissons rouges qui méditent en attendant leur nourriture. Trois petits bassins annexes, construit avec l’âme des pierres, reçoivent l’eau qui circule et provoque de fines cascades.
Une longue plate-bande qui aurait pu n’être qu’un cauchemar de mauvaises pensées traverse l’espace et butte sur un petit pavillon de gardien, havre de méditation mais également abri primitif pour les outils et les boutures multiples dans leurs pots empilés.
Ce n’est pas un jardin bien peigné, les orties en font partie, les herbes folles, les plantes odorantes aussi, mais c’est un vrai refuge. Les allées blêmes mènent au décor d’un massif métissé, trois arbres fruitiers composent un verger et, tout au fond, contre le mur d’un immeuble aveugle, une minuscule colline, comme un mamelon accueillant, incite à la douceur.
Deux bancs de bois, peints en bleu délavé, usés depuis longtemps, vous y attendent. Les meubles ont encore ce pouvoir au parterre. Un petit réchaud à alcool, une théière et quelques tasses invitent à la pause.
Soyez le bienvenu. Entrez …


Une ville, la nuit

17 novembre 2014

Le soleil s’est caché sous ses couvertures et voici que c’est la lune qui se glisse hors de son lit, entre les deux gratte-ciels, au pied, là tout en bas.
L’obscurité tombe peu à peu et, dans le même temps, des kilomètres de pavés, des flots de mica, des nuées de verre et de miroirs s’éclairent, s’enluminent, éclatent en mille feux d’artifice.
La foule s’attarde, dans le bruit et la rumeur, tandis que les publicités lumineuses ruissellent sur les façades.
Le béton et l’acier transpirent, suent, les sons et les rythmes, les couleurs et les odeurs.
A tous les étages, des gyrophares de la rue aux projecteurs placés sur les toits pour la sécurité des aéronefs, les lumières s’allument, s’éteignent, clignotent et puis perdent peu à peu de leur force. Seules, les rangées vides des fenêtres de bureaux sont toutes pareillement éclairées. Un lancinant laser vert tourne imperturbablement dans le ciel.
Une moiteur chaude monte des avenues, le métro se fait rare sur ses viaducs et les grilles des souterrains halètent de plus en plus calmement, la foule se disperse, éclate en petits groupes qui échangent et partagent en se fondant dans l’obscurité des ruelles adjacentes ou en disparaissant derrière les portes des bars ou des clubs de nuit.
Les taxis, lumière verte ou lumière rouge sur le toit, sont de plus en plus nombreux à poursuivre leurs maraudes, taximètre en service.
Jamais la ville ne dort, dressée sur ses colonnes, fière de ses remparts et de ses clochers, de ses bastilles et de ses tours, de ses ponts et de ses places, de ses fontaines et monuments.
Au risque du vertige, au risque de mourir, jamais son cœur ne s’arrête de battre : la ville est comme un être vivant, une sorte de géant anthropophage.

Traboule à Lyon (C)Wikimedia Commons


Deux gones chez les canuts

8 décembre 2014

La traboule est bien sombre. Les murs humides sont si proches que l’on se cogne à droite, à gauche. Seuls les habitants de la Croix-Rousse peuvent s’y retrouver dans ce labyrinthe de ruelles, de passages, d’escaliers, de tunnels, de montées et de descentes : il faut, pour cela, avoir une sorte de fil d’Ariane dans la tête.
Soudain, une petite placette, comme un puits de lumière, se découvre à notre vue. Les façades laissent apparaître des escaliers de pierre ouverts sur l’extérieur. Notre guide nous entraîne directement vers l’un d’entre eux, que nous montons rapidement avant de pénétrer dans l’atelier. Une dizaine de métiers à tisser vibrent, claquent et cliquètent en cadence, les navettes, affolées, vont et viennent à grande vitesse entre les nappes de fils mordorés et chamarrés, les étoffes de soie s’enroulent à l’extrémité des machines et l’une d’entre elles, future étoffe sacerdotale d’or et d’argent, brille dans la lumière solaire que dispense la fenêtre.
Des cris, un vacarme se font brutalement entendre et couvrent le bruit des machines. Alertés, nous redescendons précipitamment. Un canut au foulard rouge est dressé au centre de la courette, comme un funambule, en équilibre sur un tonneau. Ses cheveux blonds bouclés s’agitent au rythme de ses colères : visiblement, il appelle à la grève. Les ouvriers l’entourent, le pressent et se mettent à chanter une chanson quasi révolutionnaire. « C’est nous, les canuts », répètent-ils.
Au-delà de l’agitation, là-bas, derrière une fenêtre du premier étage, entre les vitres et les rideaux et tentures, loin du bruit et de l’agitation, deux jeunes gens s’embrassent, enlacés, attachés l’un à l’autre, à l’écart des manifestations qui les indiffèrent. Elle est blonde et sa chevelure vénitienne nappe ses épaules comme un vêtement de parade le ferait. Ils rêvent de leur prochaine fête d’amour, peut-être leur prochain mariage, noce tant espérée. Ils imaginent « des cordes, des guirlandes, des chaînes d’or entre les fenêtres et les balcons », des ballons enrubannés qui flottent sur la tête de leurs invités, des étoiles scintillantes, des boules lumineuses par brassées à n’en plus finir, des images qui tournent et virevoltent, des soieries plus chatoyantes les unes que les autres, …
Ils rêvent de leur vie comme ils dérouleraient un long écheveau de fil doré auquel famille, amis et canuts seraient reliés, un peu comme par une parole tissée.

(D’après Arthur Rimbaud)

Catégories
Divers

Une jeunesse désenchantée

Il se nomme Emmanuel Schneider. Il est étudiant de l’Ecole Polytechnique. Il a entre 18 et 28 ans, ce sont là un peu les bornes de la Génération Y. Il a été choisi parmi plusieurs centaines d’étudiants qui avaient répondu à un appel lancé par le Cercle des Economistes: « Inventez 2020: la parole aux étudiants ». Et il vient de publier un texte dans le cadre des Rencontres Economiques d’Aix en Provence, un manifeste en faveur d’une jeunesse désenchantée (Le Monde du 1er juillet 2014).

Le préambule est raide !
Les jeunes ont de plus en plus de difficultés à entrer sur le marché du travail et le concept de génération sacrifiée, une génération caractérisée par le chômage de masse et les emplois précaires, est devenu réalité. Même les jeunes diplômés sont « malheureux » (Pourquoi-la-génération-Y-est-elle-malheureuse) parce qu’ils sont contraints d’accepter des emplois qui ne correspondent pas à leur niveau et parce qu’ils redoutent avant tout le déclassement.
« L’impression que la génération précédente, celle des baby-boomers, a assuré son bien-être aux dépens de la nôtre s’est installé »

Part de la génération Y dans la population (C)Palmis

Emmanuel Schneider propose alors une liste d’actions à plus ou moins long terme, qui toutes ont pour objectif de réinsérer la jeunesse dans le tissu social et de susciter une société plus cohésive, ainsi qu’il le dit plusieurs fois.
Parmi ses préconisations:

  • développer l’apprentissage, une nécessité qui sera d’ailleurs à l’ordre du jour de la Conférence Sociale de Lundi-Mercredi prochains, au moment où l’apprentissage s’effondre littéralement en France,
  • créer une allocation de début de vie, un complément plutôt qu’un salaire, ce qui pourrait permettre la mise en place d’un SMIC jeune. L’auteur rappelle qu’à salaire égal, celui du SMIC, pourquoi un employeur embaucherait-il un jeune à former à la place d’un salarié déjà formé en recherche d’emploi.
  • instituer un service public de l’emploi pour les nouveaux travailleurs,
  • assurer la représentation des jeunes dans la sphère politique. Cela implique la fin du cumul des mandats et la création d’une variante de la parité hommes-femme au bénéfice d’un équilibre jeunes-moins jeunes. Emmanuel Schneider précise qu’au Parlement il y avait en 1981 UN élu de moins de 40 ans pour UN élu de plus de 60 ans. En 2007, ce rapport est devenu UN à NEUF !!
  • engager une réflexion sur la pédagogie et développer une enseignement heureux et participatif.

    Toutes ces propositions méritent une large réflexion si l’on veut « réintégrer la jeunesse dans les sphères économique et politique de notre société ».
    « Dans le cas contraire, la jeunesse risque de se retourner vers les faiseurs de rêves populistes. Cela sonnerait comme le glas de nos démocraties libérales et risquerait de nous replonger dans les heures les plus sombres de notre histoire. »
Catégories
Ecologie

Par où passe donc le progrès ?

Voici quelques jours, le 1er juillet exactement, « Le Monde » consacrait un éditorial économique et deux pages à une question d’importance. Malgré la primauté de l’électronique, des communications accélérées, de l’internet, des stockages massifs de données, de la dématérialisation de vos propres données, malgré tous ces éléments qui font la révolution numérique et que l’on se persuade faire partie d’une troisième révolution industrielle, eh bien non, nous sommes tous en pleine stagnation. Alors, est-ce la fin du progrès ? Pourquoi cette « mystérieuse panne de productivité » ?

Il n’y aurait plus rien à inventer, disent certains. Et la révolution numérique, si elle va modifier profondément, très profondément, nos comportements, nos façons de produire et la structure de nos sociétés ne modifiera et ne modifie dès à présent, que très peu notre productivité qui stagne depuis six à huit ans.
Et « Le Monde » de dresser un inventaire des accroissements de productivité attendus cependant dans une large série de professions: la publicité qui se fera en temps réel auprès des consommateurs, la grande distribution dont les drive et les caisses en libre-service vont remplacer les hôtesses, la banque qui se fera de plus en plus en ligne, la santé dont le médecin sera remplacé par un monitoring à distance, les transports avec les voitures sans pilote, la sécurité qui remplacera ses agents par des robots, le BTP avec la même évolution vers la robotique, idem pour la pharmacie d’officine et/ou d’hôpital, la propreté par remplacement des ripeurs par des robots guidés via GPS, robots encore en agriculture …. Les professions intellectuelles ne seront guère épargnées telle la police, les avocats, les conseillers en tout genre dont le métier se verra pris en main par des logiciels puissant d’intelligence artificielle auxquels n’échapperont même pas les journalistes …
On peut discuter de certaines affirmations: ainsi les camions collecteurs d’ordures ne pourront collecter vos bacs grâce au GPS et à la vidéo que si vos rues sont tracées au cordeau, donc dans des quartiers à construire. Quant au journalisme par algorithme, que l’on nous en préserve et que l’on accorde toujours une petite part à l’analyse et au commentaire humains.
Outre détruire des emplois, ce rapide tour d’horizon des gains de productivité « attendus » n’a vraiment rien de réjouissant. Et s’il y a gain de productivité, c’est uniquement pour les financiers qui contrôlent la grande distribution, la santé, les transports, la culture et même le journalisme. Quel gain de productivité y a t-il réellement si la démarche consiste uniquement à remplacer des emplois soit par des robots, soit par des algorithmes ? Que feront nous des emplois supprimés si la société doit rester la même ? Ce seront des chômeurs qu’il faudra indemniser plus ou moins longtemps. Plus ils seront nombreux, plus il faudra les indemniser longtemps afin d’éviter les violences sociales. Qu’est-ce que la « société » y aura gagné ? De quelle productivité accrue pourra-t-elle se vanter ?

Ce bilan ressemble fortement à ce pouvaient écrire les thuriféraires des première et seconde révolutions industrielles qui plaçaient tous leurs espoirs dans un renouveau complet des conditions de vie de l’humanité. Ils avaient, toutes proportions gardées, raison. Aujourd’hui, les journalistes et les analystes économiques ont tout faux.
Car enfin, si la première révolution industrielle, celle du charbon, celle de la vapeur, du chemin de fer et de l’imprimerie a apporté un énorme potentiel de progrès dans toute l’humanité, est-ce simplement dû à l’imprimerie ? Sont-ce les commentaires des gazettes et des journaux qui ont fait l’industrie ?
Si le seconde révolution industrielle, celle du pétrole, du moteur à explosion, de la généralisation de l’électricité et du tout-à-l’égout, ainsi que du téléphone, poursuit encore sa croissance sur des continents comme l’Afrique ou une partie de l’Asie, est-ce une conséquence de l’usage généralisé du téléphone ?
Alors, si la troisième révolution industrielle doit, un jour, supplanter la seconde et promettre des jours meilleurs à l’humanité, tant en productivité qu’en accroissement du bonheur, ce ne sera certainement pas grâce à la révolution numérique. Il manque à l’inventaire une donnée, un élément, une ressource: l’énergie.

Ce ne sont pas les lettres de cachet ou les ordres de mission qui ont ouvert les pistes des routes de la soie, du sel ou de l’encens, mais la marche ordonnée des caravanes et le vent dans les voiles des caravelles. Plus tard, ni l’imprimerie de masse, ni le téléphone, ni la radio, ni le cinéma, ni la télévision, ni l’affichage publicitaire n’ont influé sur le progrès global de nos sociétés. Il n’y a aucune raison pour que le « cloud » et les ordinateurs échappent à cette règle. Ce qui caractérise une révolution industrielle, c’est l’énergie qu’elle utilise majoritairement et non le moyen par lequel elle se raconte.
Après la marche et le vent, il a fallu attendre des siècles pour que la vapeur et le charbon ouvrent une ère nouvelle.
Puis ce fut le tour du pétrole.
Aujourd’hui, la troisième révolution industrielle attend son énergie: elle se nomme énergie renouvelable. Qu’elle soit solaire, qu’elle soit éolienne, qu’elle soit issue des houles et des marées ou de la transformation de la biomasse, c’est cette énergie-là qui fera la troisième révolution industrielle.

Si la troisième révolution industrielle attend son énergie renouvelable, la France attend encore davantage, elle qui a raccordé à son réseau électrique 172 MWc (mégawatts-crète) de capacité de production au premier trimestre 2014, en recul de 10 % par rapport au trimestre précédent et en retard très net par rapport aux prévisions pour l’année (800 MW). C’est peut-être de ce coté qu’il faut chercher le retard de la France en matière de productivité, et non du coté de ses Centres de données …

Energies renouvelables en France, en 2010 (C)Insa-Rennes
Energies renouvelables en Allemagne, en 2010 (C)Insa-Rennes

Pour bien comprendre le rôle de l’énergie dans la survenue d’un bouleversement industriel, il n’est pas inutile de relire Jeremy Rifkin (Plus-on-est-riche,-plus-on-est-heureux).

Catégories
Egypte

Egypte: les condamnations à mort sont confirmées

Mohamed Badie, le chef des Frères Musulmans, voit sa condamnation à mort confirmée par le Tribunal de Minya samedi 21 juin.
Le même Mohamed Badie avait déjà été condamné à mort, deux jours auparavant, par un autre Tribunal !

Mais il n’est pas seul.
Ce sont plus de 1200 personnes qui avaient été condamnées à mort par ce Tribunal de Minya (voir ici (529-condamnés-à-mort:-l-Egypte-est-elle-devenue-folle) et ici (encore-683-condamnés-à-mort-à-Minya,-en-Egypte)). Nombreux étaient ceux qui affirmaient que ces sanctions ne seraient pas prononcées. C’est pourtant ce qui semble se préparer pour une partie d’entre elles, puisque parmi les 683 condamnés de fin avril, 496 ont été acquittées, 4 ont vu leur peine commuée en prison à perpétuité et 183 sont effectivement condamnés à mort.

Contrairement à l’affirmation péremptoire d’une personnalité: « Après avoir vu cette peine de mort s’abattre sur la tête des dirigeants, plus personne n’osera penser à s’attaquer à un commissariat ou une institution étatique. », nous pouvons être certain que tôt ou tard, et de façon inéluctable, les Frères Musulmans, les révolutionnaires, les libéraux, les laïques, … se soulèveront à nouveau afin de mettre un terme à la folie totalitaire du gouvernement égyptien. Les journalistes appelleront sans doute cela le « second printemps égyptien » ….

Egypte, une parodie de justice (C)Amnesty International
Catégories
Droits de l'homme

La guerre des deux islams

Ce n’est pas le propos de ce blog que d’expliquer ces divisions, il existe un bouquin qui tente une explication rationnelle. Il s’agit de « L’Islam contre l’Islam: L’interminable guerre des sunnites et des chiites », écrit par Antoine SFEIR. Ce livre a été publié en janvier 2013 et réédité en septembre 2013, malheureusement sans mise à jour, ce qui, compte tenu de la vitesse des évènements, le rendait déjà un peu dépassé.
Notons bien que l’auteur parle de l’interminable guerre des sunnites et des chiites, et qu’il ne parle pas de la guerre des sunnites contre les chiites, ou de la guerre des chiites contre les sunnites.
Les commentaires visant à rendre responsable de la situation actuelle en Irak, son Premier Ministre chiite, Nouri al-Maliki, en raison de son attitude discriminatoire à l’égard des sunnites, sont totalement irréalistes. Nouri al-Maliki n’a fait que mettre en œuvre une action de guerre d’un islam contre l’autre islam ! Tout comme Bachar el Assad mène le même « combat » dans son pays. Nouri al-Maliki n’est pas un « Chef d’Etat », il n’est qu’un militant d’une cause guerrière.

Les chiites ne représentent qu’une infime minorité des musulmans: sur 1 milliard 200 millions de musulmans dans le monde, ils ne sont que 105 à 110 millions, moins de 10 %. De façon générale dans le monde, ils se sentent opprimés parce que depuis le 7° siècle (depuis les tous débuts de l’Islam !), ils se sentent considérés comme des « hérétiques » ou des « mécréants ». Bien que globalement minoritaires, il est des zones du monde musulman dans lesquelles ils se retrouvent en majorité: c’est le cas de l’Iran où ils représentent 90% des musulmans, de Bahrein (70%), de l’Azerbaïdjan (75%), de l’Irak (60%), …
Les chiites sont, à l’inverse, particulièrement minoritaires en Afghanistan (15%), en Turquie (25%), au Qatar (20%), au Koweït (25%), en Arabie Saoudite (15%), … en Egypte où ils seraient de 800000 à 1 million, en Tunisie où ils sont ultra-minoritaires. Au travers de cet affrontement entre chiites et sunnites, nous retrouvons toujours la lutte d’influence entre l’Iran et l’Arabie Saoudite et/ou le Qatar, laquelle lutte d’influence explique beaucoup, beaucoup de choses.

Les courants de l’Islam (DR)Wikipedia

Le 19 juin, Dominique de Villepin a publié dans « Le Monde » un point de vue (http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/06/19/le-triple-echec-du-recours-a-la-force_4441293_3232.html) en droite ligne de son intervention du 14 février 2003 devant le Conseil de Sécurité de l’ONU au cours de laquelle il a exprimé l’opposition de la France à une action militaire en Irak.Il y estime que depuis 2001 le recours à la force invoqué et mis en œuvre par l’Occident n’a systématiquement abouti qu’à une série d’échecs.
Tout d’abord, échec de ce qui est appelé « guerre contre le terrorisme », celle-ci n’étant qu’un fantasme dangereux faisant le jeu des extrémistes.
Ensuite, échec de cet objectif irraisonné: apporter la démocratie avec les chars et les avions ! Non seulement, chaque intervention ne laisse la place qu’à un pouvoir aussi sectaire que le précédent, si ce n’est pas davantage, mais les belles ambitions humanitaires ou civilisationnelles s’y embourbent totalement.
Et enfin, échec de la construction d’un Etat-Nation au moyen de la force. Partout, on a vu s’ouvrir les vieilles divisions ethniques, culturelles, religieuses.

Ces trois échecs sont les fruits amers d’une idéologie douteuse; celle de l’interventionnisme occidental afin, dit-on, de rétablir l’ordre, protéger les faibles, apporter la démocratie, punir les terroristes, … ce ne sont pas les justifications qui manquent ! Au final, rien de tout cela n’est réalisé. Et ce qui se passe aujourd’hui en Irak, qui s’est passé hier en Libye, se passera demain au Mali. Pourtant, l’obsession de l’engagement armé est si forte que ceux qui refusent d’intervenir en Syrie ou en Irak passent pour des lâches.

Dominique de Villepin conclut qu’il est temps de mettre fin à la « guerre contre le terrorisme », au bénéfice d’une action internationale de lutte contre le terrorisme qui soit judiciaire, économique, financière, technologique et qui s’appuie sur la garantie des frontières et le dépassement du clivage sunnites-chiites (ou chiites-sunnites !).

Cela ne demande que la détermination de quelques hommes et femmes de bonne volonté.

Catégories
Ecriture

Atelier d’écriture III

Le chœur des arts

24 mars 2014

Avec ses cheveux flottant au vent
et ses ballons roulant au sable,
le petit garçon est perdu au bas du tableau.
Toute la foule s’y répand
en un vaste enchevêtrement, un mélange, un brassage,
hommes et femmes, nus, se préparent à la baignade
par de longues reptations élastiques et animales.
Un doute nous assaille. Une vaste interrogation.
Pourquoi ce peintre du dimanche au coin droit de la plage ?
Pourquoi ce tableau au mépris des canons classiques ?
Pourquoi cette utopie chromatique, cette révolution esthétique ?
L’œuvre qu’il peint, cette forme rebelle au travail, est un collage de lignes qui se croisent régulièrement,
dont les couleurs complémentaire s’accordent et vibrent
sous son pinceau et ses brosses.
Un astre, tel une fleur dorée aux larges pétales s’y trouve.
Ce cœur battant irrigue toute la toile.
Comme des vagues de lumière rasante,
l’ensemble prend forme et les fleurs rêvent qu’il fait soleil.
Sur le fond du tableau, au sommet d’une courte falaise,
devant des collines crayeuses,
deux jeunes filles en amazone sur un cheval
dont la croupe s’orne d’une magnifique queue,
avancent en mesure.
Le ciel, en plein jour, s’illumine d’un cercle d’étoiles.
Nait alors une musique envoûtante, rythmée et primitive :
Celle du Sacre du Printemps.


Territoire sauvage

14 avril 2014

Il y avait bien dix minutes que le petit tas de poudre de cade avait été enflammé. La fumée s’échappait par les minuscules orifices du cône de terre cuite qui le recouvrait, et envahissait la pièce, totalement close, dans laquelle nous nous trouvions.

Sur le mur qui nous faisait face s’alignait une collection de masques africains. L’un d’eux, plus particulièrement, attira notre attention car il devenait vivant . Ses yeux mi-clos et sa bouche édentée nous appelaient vers lui, malgré son aspect mystérieux, énigmatique, un peu inquiétant aussi.

C’est alors, je crois, qu’il est descendu du mur après avoir pris corps. Sa parure de cauris s’était complétée d’un lourd pectoral de bronze sur lequel des rangées de coquillages formaient un décor géométrique. Plus bas, deux longues jambes athlétiques complétaient le personnage.

Il s’approcha de nous, se plaça entre nous deux et nous prit par la main. Il nous guida vers le fond de la pièce, au travers de la fumée, où une porte invisible s’ouvrit et nous laissa passer sans aucune intervention de quiconque.

Tous ensemble, nous fîmes notre entrée dans un territoire sauvage, sorte de lagune flottant dans les airs, un mélange de terre, de sables, de plantes évanescentes, de marais et marécages, de fleurs odorantes et entêtantes. Nous ne marchions pas vraiment, animés par un mouvement lent de déplacement auquel nous ne pouvions que souscrire.

Le ciel, d’un bleu rosé, était parcouru de nuages légers et éthérés qui se déplaçaient à vive allure en direction de l’horizon, comme des nappes colorées et silencieuses.
Après quelques instants de marche, nous arrivâmes sur les bords d’une vaste étendue d’eau, calme, à peine agitée de vaguelettes insonores, qui nous fit penser à la mer ou à un immense lac. Sa rive opposée était faite d’une haute falaise, à l’aspect rébarbatif et imprenable. Le sommet était cerné de nuages noirs d’où jaillissaient d’incessants éclairs. La quiétude du marais et de notre bord de lac tranchait singulièrement avec cette agitation tumultueuse. Entre la mer où notre esprit se coulait et la montagne où notre corps se serait épuisé, un étrange mariage se célébrait et nous invitait à entrer en communion avec les esprits.

Plantées dans le sable du rivage, des planchettes noircies se terminaient en statuettes africaines, ornées de ficelles et de cordes. A leur pied des volutes de fumée s’élevaient et s’éparpillaient dans un air étrangement odorant. Main dans la main, vêtus tous deux d’un rustique gilet en laine de mouton et dont l’odeur nous anesthésiait, nous nous élevâmes tout doucement, débutant une sorte de vol plané lent et presque immobile ….

 »Merde ! Ça fait mal, je viens de tomber du lit … »

C’était le Couvent des Carmes (DR)

Une escapade au couvent

16 juin 2014

L’Irlande est un bien curieux pays, où les Orangistes défilent parmi les racines pierres et les chênes couverts de gui, où les catholiques s’affrontent aux tanks anglais et barbouillent les murs de slogans vengeurs.

Le Couvent des Carmélites y est un bien curieux couvent, qui abrite quelques centaines d’enfants abandonnés par leurs mères sous la pression de la morale. Que reste-t-il d’eux ?

La sœur portière y est une bien curieuse religieuse qui monte sur la poutre, en ligne avec la crémaillère, avant de tomber en quenouille, robe par-dessus tête.

L’abeille brune y est un bien curieux insecte, qui glane son miel dans les fleurs de paille afin d’en faire une mousseline de sirop.

Et quant à moi, je suis un bien curieux narrateur qui vient de manger deux cookies au cannabis, cette sorte de chanvre amélioré. L’inspiration m’habite, je suis prêt à décoller… Mais pour aller où ?

Les allées rectilignes du jardin se mettent à danser, les carrés de jardinier, fleurs soignantes ou plantes carnivores, s’arrondissent ou ondulent sous le vent. Un sapin de satin joue du soir au matin. En automatique, les plantes aromatiques écartent les orties qui chatouillent. Je suis le jardinier créateur.

Si l’on veut bien tout d’abord écouter, nous apprendrons toutes les histoires que l’on doit vivre ensemble et nous ferons de chaque matin une fête bleue, une fête sauvage. Nous ne saurons jamais tout, ni tout à fait. Alors, laissons à la poésie, à l’amour et à l’imagination le soin de nous consoler.

Et peut-être que les sœurs du couvent n’attendent que nous pour célébrer le monde et le ré-enfanter. Allez savoir …